Navigation – Plan du site
Articles

Langues allemandes de spécialité :implications pédagogiques de la recherche au niveau du lexique et de la syntaxe

Deutsche Fachsprachen : pädagogische Auswirkungen der Forschung bei Lexik und Syntax
Jean-Marc Delagneau
p. 9-26

Résumés

Les approches traditionnelles des langues de spécialité, essentiellement lexicales, ont engendré des dérives pédagogiques. La langue de spécialité est alors réduite au simple lexique spécialisé. La forme la plus pernicieuse de ces tendances conduit paradoxalement à une négation même de la nécessité d’un enseignement conséquent de langues de spécialité au profit de compétences d’ordre général strictement communicatives. Une didactique ciblée des langues de spécialité doit s’appuyer sur les avancées de la recherche en linguistique appliquée pour intégrer les différents aspects, aussi bien lexicaux que syntaxiques. Les dimensions argumentatives, cognitives, interculturelles et stylistiques des textes spécialisés ne peuvent être dissociées dans une approche « intégrative » des langues de spécialité. Les outils informatiques d’analyse lexicale et syntaxique (concordanciers, marqueurs) ainsi que les interfaces proposés par les nouvelles technologies facilitent cette synergie entre recherche et pédagogie.

Haut de page

Texte intégral

Préambule

1Les enseignants de langues allemandes de spécialité connaissent les problèmes de l’ensemble des collègues germanistes : la baisse sensible des effectifs tend à se substituer aux fluctuations qu’ont toujours connues les flux d’apprenants, et la place de la langue allemande est parfois menacée dans l’offre de langues étrangères proposées à l’apprentissage dans les établissements. Dans les établissements d’enseignement supérieur, la marginalisation croissante des enseignements de langues allemandes de spécialité pour étudiants d’autres disciplines accentue de manière dramatique la coupure déjà existante dans ce domaine entre la recherche théorique et les pratiques pédagogiques. Cette coupure a induit parfois des dérives pédagogiques et une dépréciation de la discipline, considérée à ce niveau comme mineure par des détracteurs impliqués eux-mêmes dans une démarche disciplinaire universitaire plus traditionnelle. Cette situation risque à terme de remettre en cause l’existence même des enseignements de langues allemandes de spécialité. Une articulation permanente entre la recherche et l’enseignement est plus que jamais nécessaire pour relever ce défi majeur, alors que ce secteur est paradoxalement le seul en situation de limiter le désintérêt actuel pour la langue allemande, grâce à sa prise directe sur les différentes activités humaines, et en particulier le monde des entreprises, à l’heure de la mobilité européenne.

1. Dérives pédagogiques de l’approche lexicale traditionnelle

1.1. L’influence des langues technico-scientifiques

2Les langues de spécialité ou langues spécialisées, si l’on préfère la dénomination choisie par P. Lerat (1995 : 19-20), qui correspondrait mieux à la notion allemande de Fachsprache, ont souvent été caractérisées par la spécificité de leur lexique, alors que les aspects syntaxiques étaient minorés, voire négligés. Ainsi les langues de spécialité ont souvent été opposées à la langue courante ou générale en fonction de leur plus grande précision, la monosémie de leurs terminologies, induites naturellement par des activités perçues comme relevant majoritairement des secteurs technico-scientifiques. Les dénominations traditionnelles de « langues de spécialité » ou « LSP » ont parfois contribué à rétrécir le spectre des activités de référence, en enfermant chacune d’entre elles dans une spécialité très étroite à l’image des nomenclatures scientifiques. Dans les secteurs industriels, la langue se devait d’accompagner la nécessaire normalisation des produits et dispositifs techniques pour en faciliter la circulation. La normalisation terminologique visant à faciliter la communication entre spécialistes a privilégié essentiellement les dénominations et donc le lexique. Elle avait pris son essor en pays germanique dès les années trente, notamment avec les travaux du terminologue Eugen Wüster (1931), père de la terminologie moderne. Cette attitude induisit une autre synonymie implicite entre Fachsprache et Wissenschaftssprache, ou Sprache der Technik, au détriment des autres langues de spécialité, qui s’inscrivit parfaitement dans la logique privilégiant les aspects lexicaux, puisque l’on déniait à ces langues une quelconque spécificité syntaxique, sinon négative par appauvrissement de la richesse de la langue dite générale. Les auteurs d’études assez complètes sur les langues de spécialité ne réservaient qu’une portion congrue aux aspects syntaxiques et les études consacrées aux aspects lexicaux ont donc logiquement prédominé chez les chercheurs, de telle sorte que, jusqu’à la fin des années soixante-dix, il y avait encore, même en Allemagne, une quasi-synonymie entre les dénominations Fachsprache et Fachlexik aux yeux des théoriciens comme des praticiens, qu’ils appartiennent au monde des enseignants ou au monde des entreprises. Reprises par les néophytes et les acteurs socio-économiques, ces interprétations aboutirent à la négation même d’une formation spécifique. L’outil de référence d’une langue spécialisée était le dictionnaire spécialisé, tandis que les acteurs confrontés aux arcanes de la communication spécialisée se déchargeaient essentiellement sur les traducteurs et les interprètes. Ils ne voyaient donc pas toujours la nécessité d’un apprentissage linguistique spécialisé pour leurs collaborateurs, pensant que des connaissances en langue dite générale étaient bien suffisantes, si elles étaient ensuite assorties du dictionnaire spécialisé adéquat.

1.2. Les dérives des langues tertiaires

3Il s’avérait déjà plus difficile d’appliquer les mêmes critères à d’autres langues de spécialité, comme la langue du droit, définie non seulement par sa terminologie, mais aussi par son style particulier lié intrinsèquement au caractère national du droit et se prêtant plus particulièrement aux joutes oratoires des avocats ou des politiciens. Mais l’on considéra ici encore que de solides compétences en langue générale seraient suffisantes, dans la mesure où la mobilité ne touchait pas encore véritablement les professions concernées. Parallèlement se développa une Wirtschaftssprache ou langue des affaires, dénomination plus confortable pour une langue de spécialité aux frontières parfois assez floues, regroupant, sans véritable fondement scientifique des choix opérés, essentiellement des termes relevant aussi bien du secteur économique et commercial que du droit, éventuellement des sciences et techniques, et du secrétariat devenu depuis bureautique. Mais l’ouverture internationale implicite à ce type de langues ne fut pas longtemps une source de véritable diversification linguistique avec l’offre d’un éventail conséquent de langues étrangères de spécialité. Très vite, l’anglais s’imposa comme vecteur linguistique privilégié des échanges internationaux ou « lingua franca », et la loi du nombre ou du marché détermina les évolutions de la recherche et de la pédagogie dans ce secteur. Si nous prenons l’exemple des langues allemandes de spécialité, les investissements humains et matériels y sont beaucoup moins importants, déjà au niveau hexagonal, et dans une plus grande mesure encore à l’échelle européenne ou planétaire que pour les langues anglaises de spécialité, exception faite de l’Allemagne. Beaucoup de méthodes de langues des affaires, les plus nombreuses au prorata du potentiel de clientèle, témoignent encore aujourd’hui d’une approche strictement lexicale, tandis que certains dictionnaires dédiés tendent à devenir par leur ampleur, au gré des ajouts, des dictionnaires généraux dont on aurait évacué seulement les termes les plus littéraires ou historiques. Les manuels proposent des exercices essentiellement destinés à la réutilisation du lexique, que ce soit sous forme de traductions de courtes phrases d’application, d’entraînement à la compréhension lexicale, au maniement de la composition nominale sous forme ludique ou au dialogue simple en situation. Les pages grammaticales de ces manuels se caractérisent beaucoup plus par des synthèses allégées de grammaires plus ambitieuses destinées aux spécialistes des filières de langues et civilisations étrangères que par des analyses de spécificités inhérentes aux langues spécialisées. Cette approche se retrouve également dans un certain nombre de méthodes d’apprentissage mettant en œuvre les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les exercices privilégient les aspects lexicaux des langues spécialisées concernées, y compris si une part plus importante d’interactivité et d’entraînement à la communication directe est proposée aux apprenants par le support multimédia. Les tests d’évaluation exigent la plupart du temps la énième vérification de compétences communicatives supposées acquises dans l’enseignement secondaire antérieur.

1.3. La remise en cause de l’enseignement des langues de spécialité

  • 1 Nous pensons ici au projet initial de CLES (Certification en Langues de l’Enseignement Supérieur).
  • 2 À la Faculté des Affaires Internationales de l’Université du Havre, les enseignements et les épreuv (...)

4Nous aboutissons paradoxalement à une dérive remettant en cause l’existence même d’un enseignement de langues de spécialité. Les tenants de la priorité à l’apprentissage et à la validation de compétences strictement communicatives, certes nécessaires aujourd’hui parmi d’autres, rejoignent de fait les anciens détracteurs des langues spécialisées, considérées sans objet dans la mesure où leur seule spécificité ne se situerait qu’au niveau lexical. Les étudiants non-spécialistes de langues vivantes étrangères ou spécialistes d’autres disciplines n’auraient besoin que d’une qualification linguistique générale, soit en langue dite courante, soit au mieux en langue spécialisée courante par le truchement d’un vernis lexical multidisciplinaire arbitrairement choisi, déconnecté des disciplines majeures de leur cursus respectif ainsi que de l’échéancier lié à leurs études principales. De tels objectifs réducteurs posent cependant un certain nombre de questions assez inconfortables pour la communauté des enseignants de langues vivantes. L’apprentissage des langues vivantes dispensé au cours de la scolarité obligatoire doit en principe déboucher sur des acquis validés. Les étudiants des formations post-baccalauréat ayant produit les diplômes nécessaires lors de leur inscription sont censés posséder les compétences mentionnées. La poursuite d’un enseignement d’une quelconque discipline doit donc constituer un enrichissement et un approfondissement permettant d’atteindre un niveau supérieur de compétences. Dans notre cas des langues de spécialité pour étudiants d’autres disciplines, il s’agit des compétences linguistiques spécialisées liées aux disciplines majeures de la filière suivie par l’étudiant et débouchant sur une qualification universitaire, souvent également professionnelle. Il suffit d’étendre le cadre existant dans les Sections de Techniciens Supérieurs, les Écoles d’Ingénieurs, les IUT, et certains départements universitaires, essentiellement tertiaires, aux filières qui sont encore privées de tels enseignements. Mais il semblerait a contrario pour le moins étrange de n’assigner comme but à l’enseignement des langues étrangères pour étudiants d’autres disciplines qu’une remédiation aux lacunes de la scolarité antérieure au moindre coût et l’obtention d’une validation supplémentaire de substitution1, dévalorisant de fait les validations antérieures ou internes de type universitaire, au sein des diplômes nationaux habilités par le Ministère et reconnus en Europe dans le cadre d’équivalences comme le système ECTS2. Bien entendu, ce point de vue ne nie pas le besoin d’une réflexion et d’une rénovation pédagogiques au sein du cadre existant, y compris dans une perspective urgente de généralisation de tels enseignements.

2. Nécessité d’une articulation entre recherche et enseignement

2.1. Une recherche insuffisamment valorisée en France

  • 3 Sous l’impulsion de Michel Perrin (Bordeaux II), des efforts notoires ont été accomplis pour dévelo (...)

5Le malentendu actuel réside certainement dans l’appréhension des objectifs de l’enseignement des langues vivantes spécialisées destiné aux étudiants d’autres disciplines. Ces objectifs ne peuvent être définis que sur la base d’analyses scientifiques théoriques des besoins et des spécificités des langues de spécialité concernées. L’articulation entre la recherche et l’enseignement ne s’arrête pas à la porte des cours de langues vivantes étrangères pour étudiants d’autres disciplines et n’est pas réservée aux seules filières de langues et civilisations étrangères. Si un certain nombre d’enseignants concernés demeureront du fait de leurs structures d’exercice (établissements secondaires, écoles privées de langues) essentiellement des praticiens, les enseignants des Grandes Écoles, des IUT et des Universités doivent pouvoir pleinement participer à la recherche liée à leurs enseignements dans le cadre de laboratoires pluridisciplinaires dédiés. Il semble pour le moins étonnant que, pour un grand nombre d’enseignants de statut universitaire, leurs travaux de recherche antérieurs ou postérieurs à leur affectation sur des cours de langues étrangères de spécialité soient consacrés à des sujets littéraires ou historiques sans aucun rapport avec leur enseignement. Cet état de fait est encore aujourd’hui largement vérifiable en France, en particulier pour les langues autres que l’anglais3, dépourvues de centres de recherche, d’associations et de colloques dédiés, à cause du petit nombre et de l’isolement relatif des enseignants-chercheurs concernés, alors que l’APLIUT est heureusement plurilingue. La formation initiale des enseignants de statut second degré n’est guère mieux lotie, si l’on passe en revue les œuvres et sujets au programme des concours de recrutement. Ce constat semble être en adéquation avec les dérives de l’approche traditionnelle des langues de spécialité les réduisant à simple lexique spécialisé, facile à plaquer sur des acquis antérieurs. Or, les compétences linguistiques spécialisées au sens large ne se limitent pas au lexique, mais comprennent aussi les spécificités syntaxiques, les compétences communicatives spécialisées et les connaissances interculturelles nécessaires à une activité. L’interdisciplinarité contemporaine inhérente aux modes opératoires, dont les langues de spécialité sont les vecteurs, ne peut plus se contenter d’approximations et doit reposer sur des analyses précises. Si l’Allemagne a déployé naturellement des efforts assez conséquents au niveau de la recherche et de la pédagogie de la langue allemande pour apprenants étrangers ou Deutsch als Fremdsprache, ces recherches ont souvent privilégié des pays cibles, comme la Chine aujourd’hui, des activités étroitement liées à ses marchés d’exportation comme la mécanique ou la chimie, et la préparation d’étudiants étrangers à suivre des formations universitaires bien déterminées, de type ingénieur par exemple, en langue allemande. Des travaux qui reposent sur des analyses de cours pointus et de manuels spécialisés allemands ne peuvent embrasser l’ensemble des problèmes posés lors de l’acquisition de la même langue allemande de spécialité par des étudiants français pouvant être confrontés ultérieurement dans le monde professionnel à une très grande variété de situations de communication spécialisée liée à leur activité. Quelques enseignants-chercheurs germanistes français ont eu le mérite de se consacrer aussi à une recherche en langues allemandes de spécialité. Mais comme le lien avec la recherche demeure assez ténu dans le vaste secteur pédagogique dédié aux langues de spécialité, si l’on fait exception des IUT, de quelques départements universitaires de langues étrangères appliquées, et d’instituts de formation à la traduction et à l’interprétariat, de tels travaux n’ont pas le retentissement qu’ils méritent pour susciter ensuite des méthodes d’enseignement plus scientifiques dans leurs démarches. Nous pensons ici par exemple à l’étude du germaniste français Klaus Morgenroth (1994) sur la terminologie des langues allemande et française de la spécialité économique, qui repose sur l’approche d’Eugen Wüster, avec utilisation de méthodes statistiques. Le travail de Maurice Kauffer (1993) sur la composition nominale dans le cadre du lexique gastronomique allemand mérite aussi d’être cité ici. Même si l’essentiel de ces travaux se situe toujours au niveau du lexique et si les spécificités syntaxiques et stylistiques y sont considérées comme négligeables, ils ont le mérite de s’appuyer sur une lignée de travaux scientifiques antérieurs. Ils perpétuent l’approche d’une des écoles les plus importantes, l’École Terminologique d’Eugen Wüster, qui continue d’avoir des disciples de renom, y compris en France. Elle a suscité la création de services linguistiques spécialisés au sein de nombreuses entreprises, quand elles prirent enfin conscience de l’enjeu stratégique des terminologies.

2.2. Les nouvelles approches de la recherche en linguistique appliquée

  • 4 Les bibliographies recoupent et complètent même la bibliographie exhaustive Fachsprachen und Fachko (...)

6Au plan théorique, cette conception étroitement sémantico-lexicale des langues de spécialité a été critiquée parallèlement dès le début des années quatre-vingt. Une des rares études consacrées à la syntaxe des langues de spécialité fut la thèse de Günter Littmann publiée en 1981. Sous l’influence croissante de la linguistique textuelle ou grammaire du texte, le concept de langue de spécialité s’est progressivement élargi à la globalité du texte, celle des textes spécialisés, en passant par la syntaxe et la stylistique fonctionnelle, pour atteindre un niveau de complexité déjà esquissé dès 1976 par le titre de l’ouvrage de Lothar Hoffmann, Kommunikationsmittel Fachsprache (1976, 1987) présentant la langue de spécialité comme moyen de communication et résumé aujourd’hui par la dénomination de Fachkommunikation ou communication spécialisée selon Hartwig Kalverkämper, dans le volumineux Manuel des Langues de spécialité4 qu’il a coédité avec Lothar Hoffmann et Herbert-Ernst Wiegand (1998 : 48). Nous renvoyons à cette somme de connaissances sur le sujet. La définition de Lothar Hoffmann fait encore autorité aujourd’hui :

  • 5 Traduction : La langue spécialisée – c’est l’ensemble de tous les moyens linguistiques qui sont mis (...)

Fachsprache - das ist die Gesamtheit aller sprachlicher Mittel, die in einem fachlich begrenzbaren Kommunikationsbereich verwendet werden, um die Verständigung zwischen den in diesem Bereich tätigen Menschen zu gewähren (1987 : 53)5.

  • 6 Définition donnée par Jean Dubois et alii (1994 : 440).
  • 7 Cf. les ouvrages de Gabriele Bock (1992) et de Susanne Göpferich (1998).

7La langue spécialisée, c’est l’ensemble de tous les moyens linguistiques qui sont utilisés dans un domaine de communication dont on peut déterminer les limites, pour permettre la compréhension entre les personnes actives dans ce domaine. Nous souscrivons à cette définition avec une seule réserve : elle correspond mieux à la réalité du terrain, mais place les langues de spécialité dans une perspective essentiellement communicative, qui risquerait d’occulter certains de leurs aspects fondamentaux, à moins de définir précisément ce que l’on entend par communication et moyens linguistiques. Les nouvelles pistes de la Terminologie, comme celle de la Socioterminologie élaborée à l’université de Rouen par le regretté Louis Guespin et François Gaudin (1993, 2000) ont pris cette dimension en compte, tout en intégrant la pluridisciplinarité contemporaine. La Socioterminologie critique la notion de LSP en soulignant que le vocabulaire scientifique et/ou technique est beaucoup plus utilisé en situation d’interface dans des sphères d’activité qui réunissent des spécialistes de disciplines différentes et des scientifiques avec des acteurs de la production qu’en situation de communication entre pairs6. Elle rend à la fois mieux compte des situations rencontrées par nos étudiants dans les entreprises et de l’évolution constatée dans les textes spécialisés édités par les revues des secteurs professionnels concernés que nous utilisons comme supports pédagogiques. Elle permet de briser les frontières trop étroites dans lesquelles s’étaient enfermés certains terminologues, alors que l’évolution des technologies, en particulier l’informatisation de tous les processus tend vers une plus grande interdisciplinarité. Une autre piste complémentaire de la terminologie est l’étude des expressions figées ou phrasèmes spécialisés mise en évidence en particulier par Heribert Picht (1987), Yves Gambier (1993), et la germaniste française Gertrud Greciano (1995), qui a employé le concept de Fachphraseologie ou phraséologie spécialisée. Cette piste ouvre un lien entre l’approche sémantico-lexicale et une approche prenant en compte les aspects syntaxiques et stylistiques des langues de spécialité. Mais il ne faudrait pas que ces dimensions soient prises en compte uniquement pour une simplification arbitraire de certains genres de textes, prenant appui sur la nécessité d’une meilleure lisibilité de documents comme les modes d’emploi destinés aux consommateurs. Par une systémique disproportionnée, ces tendances peuvent aboutir également à une réduction de l’éventail des langues utilisées, perçues à l’image de Babel comme un obstacle à la communication. L’anglais élevé péremptoirement en langue spécialisée majeure du secteur technique devient prioritairement l’objet des efforts de rationalisation et l’on parle sans complexe, y compris en Allemagne, de Technical Writing, pour désigner cette nouvelle discipline destinée à la formation de rédacteurs techniques7. Or ces efforts sont entrepris paradoxalement à une époque où la disponibilité et l’évolution constante des outils informatiques comme des technologies de la communication ouvrent des perspectives tout à fait concrètes pour le maintien de la diversité linguistique. Au passage, nous notons que les tenants de l’approche purement terminologique des langues de spécialité ont ici remarqué l’existence d’aspects syntaxiques et prennent le parti pris d’éliminer ces éléments perturbateurs du point de vue de leur théorie. Le linguiste Hilmar Rafalovich (1982 : 72) regrettait déjà il y a vingt ans une absence de prise en compte de ces spécificités dans l’article qu’il avait consacré à la syntaxe des langages techniques et scientifiques allemands. Anne-Marie Loffler-Laurian a souligné ensuite à propos des discours scientifiques l’importance de la syntaxe pour la technicité d’un langage, toutes langues confondues :

Que les langues adaptent, adoptent, calquent ou traduisent les termes d’une autre langue, cela ne change rien au fond du problème, à savoir que la technicité d’un langage réside bien moins dans son vocabulaire que dans sa syntaxe (1983 : 14).

8Évidemment il ne faudrait pas qu’une nouvelle interprétation erronée de tels constats vienne renforcer des dérives pédagogiques que nous soulignions à propos des travaux axés sur le seul lexique, en réduisant aussi cette syntaxe à celle de la langue générale.

2.3. L’approche « intégrative » des langues de spécialité

9Les travaux scientifiques plus récents que nous avons cités préalablement convergent tous au contraire vers la nécessité de procéder à une étude globale lexicale et syntaxique des discours spécialisés. Le romaniste allemand Ekkehart Eggs (1998 : 5-6), spécialiste du discours argumentatif, souligne même fort judicieusement dans un ouvrage consacré aux applications pratiques de ses recherches pour le français de l’économie, que l’apprentissage du discours économique centré sur l’argumentation est un excellent support pour l’apprentissage du français au travers non seulement de son lexique, mais aussi des structures grammaticales, textuelles et argumentatives propres aux activités cognitives et scientifiques. Le texte spécialisé s’inscrit dans un genre codifié et normalisé, mais à l’intérieur de ce cadre il conserve une autonomie dont l’accès ne sera rendu possible à des apprenants étrangers non-linguistes que grâce à une didactique ciblée et rigoureuse des langues de spécialité concernées. Nous sommes ici dans une approche radicalement inverse de celle préconisée pour les étudiants spécialistes d’autres disciplines par les partisans d’une acquisition de compétences strictement communicatives déconnectées de leurs spécialités.

10Pour réaliser notre objectif d’une didactique des langues allemandes de spécialité fondée sur les acquis de la recherche, nous n’opposons au plan théorique ni la nécessaire normalisation lexicale réalisée par les terminologues, avec les éventuelles corrections apportées par les socioterminologues, ni les analyses consacrées à la phraséologie spécialisée, ni les acquis des travaux de la linguistique textuelle, ni les travaux dans le domaine des industries de la langue et les outils qui en découlent. Notre démarche souscrit à l’esprit de la méthode « intégrative » d’étude linguistique des textes spécialisés ou Integrative Fachtextlinguistik, telle qu’elle a été définie par Klaus-Dieter Baumann (1992), disciple de Lothar Hoffmann au sein de l’Ecole dite de Leipzig. De la même manière que Bernd Spillner (1996) plaide pour une stylistique des textes de spécialité ou Fachtextstilistik, Klaus-Dieter Baumann (2001) montre dans sa synthèse récente, intitulée Kenntnissysteme im Fachtext, tous les aspects y compris cognitifs des textes spécialisés, en soulignant dans chaque chapitre le rôle incontournable revenant au niveau stylistique.

3. Utilisation d’outils informatiques d’analyse lexicale et syntaxique à des fins scientifiques et didactiques

3.1. Des outils variés : du concordancier au marqueur syntaxique

11Pour nos travaux de recherche, nous utilisons des outils d’analyse linguistique assistée par ordinateur qui permettent de déterminer rapidement les critères spécifiques d’un corpus de documents spécialisés authentiques. Les aspects lexicaux sont étudiés avec des relevés de fréquence permettant de déterminer la nature des termes, les variations d’emploi des termes, la part prise par les néologismes et donc les critères constitutifs de la terminologie d’une langue spécialisée donnée à un moment donné. Dans cette phase, nous demeurons fidèles à l’approche terminologique traditionnelle. Mais la syntaxe et les caractéristiques stylistiques reprennent dans le cadre de notre approche globale toute leur place et rééquilibrent la trop grande part faite jusqu’alors au lexique spécialisé dans son acceptation traditionnelle. Les moyens linguistiques utilisés dans un texte spécialisé comprennent ici aussi bien les choix lexicaux, syntaxiques et stylistiques reflétant la démarche intellectuelle de leur auteur que des choix que ce même auteur aurait effectués uniquement pour diffuser sa démarche et ses résultats.

  • 8 Logiciel STABLEX, Mac Intosh, mis au point par André Camlong (Université de Toulouse), diffusion Te (...)

12Nous avons pu constater sur le terrain pédagogique le frein que constituent ces aspects, aussi bien pour la compréhension d’un document spécialisé que pour l’expression des apprenants en situation. Parmi les méthodes d’analyse figure en bonne place une approche un peu négligée, qui connaît actuellement un renouveau : l’analyse stylistique quantitative, alors que ses tenants, dans les années soixante et soixante-dix, ne disposaient ni de la puissance de travail des ordinateurs personnels actuels, ni des facilités de numérisation et de transfert dans diverses applications des documents analysés. Pour les langues spécialisées, nous citerons le travail effectué par la germaniste française Danielle Lafont-Janitza (1996) sur des articles économiques tirés de la revue spécialisée allemande WirtschaftsWoche à l’aide du programme STABLEX8. Cette étude avait pour objet la détermination des spécificités stylistiques d’un panel d’auteurs publiant régulièrement dans ce périodique. Pour notre part, nous intégrons cette approche dans un éventail d’analyses, quand elle se révèle nécessaire de par la nature du document étudié.

  • 9 Logiciel TACT 2.1, PC (MS-DOS), mis au point par John Bradley, Lidio Presutti, Michael Stairs, Ian (...)
  • 10 Logiciel HYPERBASE 2.0, PC (Windows), mis au point par Étienne Brunet (Université de Nice), diffusi (...)
  • 11 Logiciel WORDSMITH 3.00, PC (Windows), mis au point par Mike Scott (University of Liverpool), diffu (...)
  • 12 Logiciel MORPHY 1.1, PC (Windows), mis au point par Wolfgang Lezius, actuellement à l’Institut de t (...)

13Nous utilisons à ces fins une combinaison de logiciels d’analyse lexicale multilingues avec fonctions statistiques et concordanciers, ainsi qu’un marqueur syntaxique élaboré spécifiquement pour la langue allemande. Nous pouvons ainsi procéder à une analyse rapide des documents authentiques relevant d’une langue allemande de spécialité à un moment donné, afin d’élaborer différentes phases pédagogiques de leur utilisation en cours. Pour l’analyse stylistique quantitative d’un corpus de documents authentiques nous utilisons surtout les programmes d’analyse lexicale STABLEX, TACT9, HYPERBASE10 et WORDSMITH11, qui comprennent aussi des concordanciers performants, puis les logiciels de bureautique EXCEL et ACCESS pour la gestion des données. Les concordanciers nous permettent aussi de relever les phrasèmes spécialisés les plus fréquents ainsi que des emplois grammaticaux prédominants (cf. annexes 1 et 2). L’analyse syntaxique proprement dite est effectuée à l’aide du rare marqueur syntaxique pour la langue allemande fonctionnant sous WINDOWS, le programme MORPHY12. Comme ce dernier programme repose sur le lexique du Dictionnaire WAHRIG, nous avons dû procéder à un traitement spécifique pour intégrer à cette base les vocables spécialisés inconnus du WAHRIG.

3.2. La recherche en interaction avec la didactique

  • 13 Revue allemande Maschine+Werkzeug.

14Nous avons pu ainsi déterminer les spécificités lexicales, syntaxiques et stylistiques d’un corpus relevant de la productique13. Celui-ci était constitué de deux revues mensuelles distinctes consacrées respectivement aux activités de conception et de fabrication. Comme le corpus comprenait donc deux sous-corpus relevant de par leur titre de deux activités complémentaires de ce domaine, nous avons pu constater l’interpénétration des activités dans les deux sous-corpus correspondant à la mise en œuvre des nouvelles technologies et des processus intégrés informatisés de fabrication, allant de la gestion des matériaux en amont jusqu’à la livraison des produits finis en aval. Notre étude a permis aussi de montrer les causes intrinsèques de fusion des activités au sein du secteur dont la langue spécialisée était l’expression linguistique, processus qui a conduit logiquement à la fusion des deux périodiques en un seul. Les hypothèses suivantes ont été vérifiées : le lexique est beaucoup plus diversifié qu’une approche limitée à la terminologie étroite du domaine l’aurait laissé supposer, la part des termes relevant des nouvelles technologies, du commerce et de l’économie ainsi que des relations internationales est importante par rapport aux termes relevant des seuls procédés industriels. Si la syntaxe présente effectivement des caractéristiques considérées comme des constantes des langues de spécialité, par exemple des emplois fréquents du passif, beaucoup de nominalisations, les proportions sont très variables d’un texte à un autre. Nous rencontrons dans des articles traitant d’innovations techniques pointues non seulement des structures syntaxiques typiques de textes scientifico-techniques, mais aussi des structures employées dans des contextes commerciaux et rencontrées dans des documents étudiés avec nos étudiants des filières commerciales. Chaque texte possède en outre un style spécifique caractéristique de son auteur et certains effets peuvent constituer un obstacle à la compréhension du document, même quand on possède la terminologie du domaine d’activité. Les expressions figées et les phrasèmes relevés permettent de constituer une base significative pour l’apprentissage de la langue spécialisée concernée (cf. annexe 3).

  • 14 Revue allemande Fernfahrer.

15Nous avons procédé de la même manière pour un corpus de documents authentiques relevant du transport routier14. Sous l’influence de l’évolution des techniques logistiques, nous constatons une imbrication similaire des différentes compétences autrefois plus nettement différenciées : les termes relevant du secteur commercial et économique et des technologies modernes de traitement de l’information atteignent une proportion importante à tous les niveaux de la hiérarchie. La logistique fait appel également aux termes rencontrés dans l’industrie, que ce soit bien entendu au niveau de la gestion des flux que des systèmes de transferts automatisés. Au-delà du fachübergreifender Ansatz, ou point de départ interdisciplinaire, souligné aussi par Rosemarie Buhlmann et Annelies Fearns (2000 : 92), il en résulte un mélange très particulier de technolectes très élaborés reposant sur l’évolution actuelle des métiers et de jargons liés au « folklore » originel de la profession. Style et syntaxe jouent ici un rôle tout aussi important que le lexique. Leur acquisition crée les conditions de la réussite d’un stage, voire d’une embauche future, dans une entreprise allemande ou multinationale du secteur.

16Si ces études assez exhaustives par leur volume permettent d’élaborer des bases fiables d’apprentissage pouvant être sollicitées au gré des besoins, nous utilisons régulièrement ces outils pour des préparations moins ambitieuses de documents isolés, afin d’en faire ressortir les spécificités lexicales et syntaxiques. Les documents authentiques utilisés sont aussi bien des documents imprimés numérisés que des documents variés recueillis sur les sites Internet d’entreprises, de presse générale ou spécialisée, d’organismes officiels, associatifs et privés. La liaison entre la phase de recherche théorique à partir de documents spécialisés et la phase de didactisation de ces mêmes documents est facilitée par ces outils informatiques qui permettent le transfert immédiat des données, texte, analyse, collocations, résultats dans un programme de présentation de type POWERPOINT ou sur des pages Internet par l’intermédiaire du logiciel FRONTPAGE. Ces résultats peuvent aussi constituer la base scientifique de cours de langues allemandes de spécialité utilisant un didacticiel multimédia, comme LEARNING LABS élaboré par notre collègue angliciste Jean-Claude Bertin (Le Havre). Le logiciel MORPHY autorise aussi la visualisation de l’analyse syntaxique automatique d’une phrase à des fins pédagogiques, tandis que les concordanciers TACT et WORDSMITH permettent l’affichage des collocations choisies ou les plus fréquentes sous forme de tableaux. Les relevés lexicaux effectués peuvent aussi être comparés avec ceux des bases antérieures résultant de corpus plus volumineux. Les constantes comme celles affectant, par exemple, la nominalisation et la dérivation très présentes dans ces langues font également l’objet de présentations spécifiques.

17Les logiciels retenus offrent une troisième possibilité, celle de leur utilisation non plus par le seul enseignant dans son travail de recherche et de didactisation des contenus, mais également par les étudiants, sous sa direction, pour les mémoires concernant la langue de spécialité étudiée. À partir d’une collecte de documents authentiques allemands relevant d’un sujet déterminé comme, par exemple, soit le transport fluvial dans la filière Transports Internationaux, soit les évolutions de la grande distribution ou du second marché dans la filière Commerce Extérieur et Finance Internationale, les étudiants spécialistes d’autres disciplines doivent analyser ces documents et effectuer des relevés de termes nouveaux. Les étudiants linguistes de la filière Communication et Traduction commerciale juridique trilingue doivent s’approprier le maniement de logiciels d’aide à la traduction et d’analyse linguistique, aussi bien lexicale que syntaxique. Ils se constituent un condordancier personnel multilingue et utilisent les outils informatiques dans le cadre de la réalisation de leur mémoire.

4. Conclusion

18Ainsi c’est par une dialectique permanente entre les observations faites sur l’objet de son enseignement et les réflexions suscitées par les diverses théories dans le cadre de sa recherche que l’enseignant peut définir les contenus didactiques. Thorsten Roelcke (1999 : 15), auteur de l’ouvrage synthétique le plus récent consacré en Allemagne aux langues de spécialité, écrit que la détermination de la notion de langue de spécialité dépend du choix respectif de préalables relevant de théories scientifiques et linguistiques. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication constituent des outils précieux pour cerner au plan de la recherche comme de l’enseignement les divers aspects des langues de spécialité, aussi bien argumentatifs, cognitifs et interculturels, lexicaux que syntaxiques et stylistiques. Toute déconnexion de la recherche présente le risque d’une réduction et donc d’une dévalorisation des contenus qui ne permettra pas aux apprenants d’acquérir les compétences linguistiques nécessaires pour affronter les défis du XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Baumann, K.-D. 1992. Integrative Fachtextlinguistk. Tübingen : G. Narr.

Baumann, K.-D. 2001. Kenntnissysteme im Fachtext. Franckfort-sur-le-Main, Munich, New York, Egelsbach : Dr. Hänsel-Hohenhausen.

Bock, G. 1994. Weiterbildung zum Technikautor. Frankfort : P. Lang.

Buhlmann, R. & A. Fearns. 2000. Handbuch des Fachsprachenunterrichts. Tübingen : G. Narr.

Dubois, J. et alii. 1994.Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage. Paris : Larousse.

Eggs, E. 1998. Maîtrise du français et économie. Paris : Libris.

Fluck, H.-R. 1997. Fachdeutsch in Naturwissenschaft und Technik. Heidelberg : J. Groos.

Fluck, H.-R. 1998. Fachsprachen und Fachkommunikation. Heidelberg : J. Groos.

Gambier, Y. 1993. « Socioterminologie et phraséologie : pertinence théorique et méthodologique » Terminologie et Traduction, n° 2-3 : 397-409.

Gaudin, F. & L. Guespin. 2000. Initiation à la lexicologie française. De la néologie aux dictionnaires. Bruxelles : Duculot.

Göpferich, Susanne. 1998. Interkulturelles Technical Writing. Tübingen : G. Narr.

Greciano, G. 1995. « Fachphraseologie ». In Métrich, R. et M. Vuillaume (dir.). Rand und Band. Tübingen : Stauffenburg,183-195.

Hoffmann, L. 1987. Kommunikationsmittel Fachsprache. Berlin : Akademie-Verlag.

Hoffmann, L., H. Kalverkämper & H.-E. Wiegand. 1998. Fachsprachen, Languages for Special Purposes. Berlin, New-York W. de Gruyter.

Kauffer, M. 1993. La composition nominale en allemand. Göppingen : Kümmerle-Verlag.

Lafont-Janitza, D. 1996. Étude stylistique quantitative de la revue économique allemande „Wirtschaftswoch“. Villeneuve d’Asq : Presses Universitaires du Septentrion.

Lerat, P. 1995. Les langues spécialisées. Paris : Presses Universitaires de France.

Loffler-Laurian, A.-M. 1983. « Typologie des discours scientifiques : deux approches ». Études de Linguistique Appliquée 51 : 8-20.

Littmann, G. 1981. Fachsprachliche Syntax. Hambourg : Buske.

Morgenroth, K. 1994. Le terme technique. Tübingen : M. Niemeyer.

Picht, H. 1987. « Fachsprachliche Phraseologie ». In Czap, H. & C. Galinski (dir.). Terminology and Knowledge Engineering. Franckfort-sur-le-Main : Indeks Verlag : 21-34.

Rafalovich, H. 1982. « Nouvelles données sur la syntaxe des langages techniques et scientifiques allemands ». Les Langues Modernes LXXVI-1 : 72-81.

Roelcke, T. 1999. Fachsprachen. Berlin : E. Schmidt.

Spillner, B. (ed.). 1996. Stil in Fachsprachen. Franckfort-sur-le-Main : P. Lang.

Wüster, E. 1970. Internationale Sprachnormung in der Technik, besonders in der Elektrotechnik [1931]. Bonn : H. Bouvier u. Co. Verlag.

Haut de page

Annexe

Nous ne présentons dans ce cadre limité que des extraits très simples, sans calculs ni graphiques, ni interactivité et multifenêtrage propres à l’informatique.

Annexe 1. Exemple de relevé phraséologique à l’aide de TACT : unterstützen (36)

Prime ist aktives Mitglied der CAD Framework Initiative (CFi) und unterstützt damit die Entwicklung offener Systeme.
Dies kann manuell oder mit Hilfe des Technologiemoduls Coroplan geschehen, das die Auswahl der Werkzeuge unterstützt sowie die Werkzeugdaten und Technologiedaten wie Vorschub, Schnittgeschwindigkeit und Schnittaufteilung dem NC-Grundmodul zur Verfügung stellt15.

Cet extrait montre la convergence terminologique des deux activités distinctes de la fabrication mécanique résultant de l’informatisation des procédés industriels. Ce constat linguistique fut corroboré par les faits puisque les deux revues qui leur étaient dédiées ont fusionné ensuite et illustré ainsi l’intégration des opérations au sein du concept de productique.

Annexe 2. Exemple de relevé grammatical à l’aide de TACT

werden können (146)16
werden können (104)17

Ce deuxième exemple montre la régularité d’emploi de la même structure passive avec verbe de modalité dans les deux sous-corpora. La proportion des deux textes est respectée, et les chiffres de fréquence mentionnés correspondent respectivement à 5,9 % et 5,4 % de la population des collocations constituées de deux termes, dont le nombre est égal ou supérieur à 2. (MWF 91 Fertigung : 2712 ; MWF 91 Konstruktion : 1919).

Les relevés et les liens avec le texte numérisé permettent d’étudier ces structures en comparaison avec les substituts du passif, de type lassen sich, et d’analyser les choix stylistiques des auteurs des articles composant le sous-corpus.

Annexe 3. Extraits de la base de données sous ACCESS contenant les collocations relevées par TACT à partir du sous-corpus MWF91 Fertigung lemmatisé par MORPHY

Des liens hypertexte permettent la visualisation des contextes ou du texte numérisé dans son intégralité.

Damit haben wir, so noch einmal Dr Reiter, wichtige Schritte auf dem Weg zu einer durchgängigen Datenverarbeitung bei der Herstellung unserer Werkzeuge bereits realisiert18.

Des requêtes permettent d’effectuer des recherches diverses sur les données au sein de la base elle-même ou des comparaisons avec l’autre sous-corpus, par exemple :

Des liens existent également avec les tables conservant l’analyse syntaxique effectuée par MORPHY19 :

Haut de page

Notes

1 Nous pensons ici au projet initial de CLES (Certification en Langues de l’Enseignement Supérieur).

2 À la Faculté des Affaires Internationales de l’Université du Havre, les enseignements et les épreuves de langues vivantes, majoritairement de spécialité, sont intégrés aux diplômes des différentes filières non-linguistiques (Droit, Économie-Gestion, Commerce, Transports).

3 Sous l’impulsion de Michel Perrin (Bordeaux II), des efforts notoires ont été accomplis pour développer la recherche en langues anglaises de spécialité, tandis que le GERAS regroupe des enseignants concernés et organise des colloques spécifiques.

4 Les bibliographies recoupent et complètent même la bibliographie exhaustive Fachsprachen und Fachkommunikation, éditée en 1998 par Hans-Rüdiger Fluck. Les actes du Colloque Language for Special Purposes, Perspectives for the New Millenium publiés par Felix Meyer (2001) chez Gunther Narr à Tübingen présentent des compléments bibliographiques ultérieurs.

5 Traduction : La langue spécialisée – c’est l’ensemble de tous les moyens linguistiques qui sont mis en œuvre dans un domaine de communication, délimitable par sa spécialisation, pour garantir la compréhension entre les acteurs de ce domaine.

6 Définition donnée par Jean Dubois et alii (1994 : 440).

7 Cf. les ouvrages de Gabriele Bock (1992) et de Susanne Göpferich (1998).

8 Logiciel STABLEX, Mac Intosh, mis au point par André Camlong (Université de Toulouse), diffusion Teknea, 1991.

9 Logiciel TACT 2.1, PC (MS-DOS), mis au point par John Bradley, Lidio Presutti, Michael Stairs, Ian Lancashire (Université de Toronto), diffusion Université de Toronto, Centre for Computing in the Humanities, 1994.

10 Logiciel HYPERBASE 2.0, PC (Windows), mis au point par Étienne Brunet (Université de Nice), diffusion INLF (CNRS) Nice, 1998.

11 Logiciel WORDSMITH 3.00, PC (Windows), mis au point par Mike Scott (University of Liverpool), diffusion Oxford University Press, 1999.

12 Logiciel MORPHY 1.1, PC (Windows), mis au point par Wolfgang Lezius, actuellement à l’Institut de traitement automatisé des langues (IMS) de l’université de Stuttgart, 1998.

13 Revue allemande Maschine+Werkzeug.

14 Revue allemande Fernfahrer.

15 Extrait du concordancier réalisé à l’aide de TACT à partir du sous-corpus Maschine +Werkzeug 1991 : Fertigung.

16 Extrait du concordancier réalisé à l’aide de TACT à partir du sous-corpus Maschine +Werkzeug 91 : Fertigung. Extrait du concordancier réalisé à l’aide de TACT à partir du sous-corpus Maschine +Werkzeug 1991 : Fertigung.

Le terme Unterstützen correspond ici à la notion d’ « assistance par ordinateur » déployée aussi bien pour la conception informatisée (CAD) que pour la fabrication proprement dite à l’aide de machines à commande numérique (NC). Il est employé régulièrement dans des expressions figées comme celles-ci, relevant de ces deux types d’activités.

17 Extrait du concordancier réalisé à l’aide de TACT à partir du sous-corpus Maschine +Werkzeug 91 : Konstruktion.

18 Extrait du sous-corpus Maschine + Werkzeug 91 : Fertigung.

19 Extrait de la table regroupant l’analyse syntaxique du sous-corpus Maschine +Werkzeug 91 : Fertigung.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Extrait 1
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3636/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Extrait 2
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3636/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Extrait 3
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3636/img-3.png
Fichier image/png, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Delagneau, « Langues allemandes de spécialité :implications pédagogiques de la recherche au niveau du lexique et de la syntaxe », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 3 | 2003, 9-26.

Référence électronique

Jean-Marc Delagneau, « Langues allemandes de spécialité :implications pédagogiques de la recherche au niveau du lexique et de la syntaxe », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 3 | 2003, mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/3636 ; DOI : 10.4000/apliut.3636

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Delagneau

Jean-Marc Delagneau est enseignant d’allemand et directeur du Département des Langues Romanes et Germaniques de la Faculté des Affaires Internationales de l’Université du Havre. Il est membre du laboratoire CIRTAI-UMR IDEES 6063 CNRS et membre associé du laboratoire CERIL. Appartenant à la société allemande de linguistique appliquée (GAL), il a été invité par la Deutsche Forschungsgemeinschaft pour effectuer une communication à l’université de Göttingen. Il a assuré aussi une mission à Brême pour le développement des langues de spécialité dans les universités.
jean-marc.delagneau@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page