Navigation – Plan du site
Articles

Le vocabulaire militaire français en anglais : étude de la fonction expressive des emprunts français en langue anglaise

French military words in English: A study of the expressive function of French borrowings in English
Jean-Marc Chadelat
p. 27-39

Résumés

Riche de ses 85 % de mots d’origine latine ou française, l’anglais est la langue germanique la plus « méditerranéenne » au plan lexical. Parmi tous ces termes empruntés et assimilés, environ 2000 mots français non anglicisés se distinguent par leur forme étrangère et leur valeur spécifique. On s’intéressera ici à la terminologie du domaine militaire d’un point de vue diachronique et synchronique. La quarantaine de mots français relatifs à la force armée témoigne des relations historiques souvent tumultueuses entre la France et l’Angleterre depuis la guerre de Cent Ans. Mais ces emprunts sont aussi justiciables d’une approche lexiculturelle qui permet de discerner la « vision du monde » qu’ils véhiculent en anglais en remplissant une fonction expressive concurremment avec leur fonction référentielle. Le profil exotique de ces mots d’emprunt signale une valorisation connotative du fait d’un découpage plus idéologique que terminologique de la réalité extra-linguistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Telle est l’optique de Mackenzie 1939 et de Serjeantson 1935.
  • 2 Les matrices de néologie interne permettent à une langue de donner naissance à de nouvelles formes (...)
  • 3 Saussure, Cours de linguistique générale, 1916.

1D’un point de vue linguistique, le champ lexical relatif à la force armée constitue un domaine d’investigation intéressant le lexicologue à plus d’un titre. Les mots et expressions militaires portent d’abord témoignage de l’évolution historique de la guerre – depuis la conception qu’une civilisation ou qu’une époque se fait de ce phénomène social jusqu’à la doctrine d’emploi de la force, sans oublier les diverses stratégies privilégiées en fonction de l’évolution des techniques et des mœurs – comme des relations hostiles qu’entretiennent au fil du temps historique les dynasties, les peuples et les nations. Cette première approche des faits culturels et matériels, plus sociolinguistique que strictement linguistique dans la mesure où elle considère la langue comme un fait social global, se penche sur les mots pour y trouver le reflet des choses importées et adoptées avec un succès variable1. Depuis la conquête normande de 1066, les rapports entre la France et l’Angleterre constituent à cet égard un terrain historique particulièrement riche en conflits déclarés ou larvés qui justifiait naguère l’expression « ennemi héréditaire » attribuée à notre voisin d’outre-Manche et fréquente dans les manuels d’histoire à l’usage des élèves français. Malgré leur impact destructeur, les conflits armés ont toujours favorisé les contacts entre les hommes et les langues, les échanges et les emprunts mutuels dans le cadre de ce que l’on appelle l’interférence linguistique (Howard 1976). Mais les matériaux lexicologiques à notre disposition dont la langue contemporaine porte la trace sont justiciables d’une autre perspective qui tente d’interpréter les faits culturels et historiques afin de remonter des mots vers les idées dont ils sont les vecteurs parfois insoupçonnés. Cette optique propre à l’histoire des idées détourne l’attention du chercheur de la dimension terminologique et dénotative de ces signes pour s’intéresser à leurs connotations idéologiques aussi bien au plan synchronique que diachronique. Les représentations collectives que les emprunts français du domaine militaire véhiculent en anglais apparaissent alors comme des révélateurs de cadres normatifs soumis à la pression des événements historiques et des forces sociales qui les déforment sans pour autant les abolir. C’est cette dimension idéologique plutôt que leur fonction référentielle qui jette un éclairage sur le statut linguistique incertain de ces mots redondants (lorsqu’il existe un synonyme anglais formé par néologie interne) ou bien archaïques (lorsque la réalité qu’ils désignent est depuis longtemps obsolète2). Si depuis Saussure nous savons qu’un signe linguistique n’unit pas un mot et une chose mais une image acoustique à un concept, et que la valeur d’un mot est déterminée par celle des autres unités comparables au sein d’un système3, il n’en reste pas moins que cette dernière est le lieu de sédimentations sociales et culturelles qui la modèlent en fonction de facteurs extra-linguistiques. Les emprunts français qui évoquent la force armée en anglais sont de ce point de vue l’avant-garde d’un mouvement puissant qui parcourt la langue de bout en bout.

Mots d’origine française et mots français en anglais

2Le vocabulaire anglais compte un nombre très important de termes d’origine française et de mots français à proprement parler qu’il ne faut pas confondre avec les premiers. Environ 85 % du lexique anglais est d’origine française ou latine, mais ces mots sont considérés comme anglais, au même titre que les termes issus du fonds germanique (Bacquet 1974). Ainsi, les mots battle et war sont-ils tous deux des mots anglais courants appartenant au même champ lexical. Quoique battle soit un nom d’origine française dérivé de « bataille », rien dans la conscience des anglophones ou des lexicographes ne le distingue de war, qui est d’origine germanique et apparenté au terme allemand « wehr ».

La longue histoire du contact entre les deux langues

3Inaugurée par la bataille de Hastings, le 14 octobre 1066, la conquête normande de l’Angleterre a considérablement enrichi le vocabulaire anglais, notamment dans le domaine militaire (Baugh 1935). L’adjectif proud, qui désigne une qualité que ni les Anglais ni les Français ne renieraient sans doute, est un apport lexical précoce. Introduit par voie écrite au XIe siècle, ce mot provient du vieux français « prud » qui a abouti à « preux ». Ce terme avait en vieil anglais tardif le sens « conscient de sa valeur », où il faut bien sûr lire « valeur militaire ». Un autre mot introduit à cette époque est tower, apparenté à « tour » en français moderne, et qui désigne les donjons que Guillaume fit construire à travers le pays. Le mot castle enfin, tiré du vieux français « castel », évoque les châteaux fortifiés qui devaient protéger les nobles et les serfs.

  • 4 Rappelons que la légion correspondait chez les Romains à un corps de troupes terrestres (environ 60 (...)

4Tous ces mots illustrent une conception du monde, un ordre social et une vie matérielle fortement marqués par l’ordre féodal normand dans le cadre duquel le chevalier est avant tout un combattant. De nombreux emprunts au français datent de cette époque dans le domaine légal et social, celui des titres et des fonctions, ainsi que dans le domaine intellectuel, artistique et moral sans oublier la vie matérielle. On peut ajouter dans le domaine militaire les termes legion, par l’intermédiaire du latin, et admiral, par celui de l’arabe, mot promis à un grand avenir au cours de l’histoire de l’Angleterre4.

  • 5 Notamment Pennanen 1971.

5De nombreux lexicographes font remarquer à juste titre que la courbe des emprunts français en anglais atteint son maximum en pleine guerre de Cent Ans, juste après la victoire anglaise de Crécy (1346), au moment même où le sentiment nationaliste anti-français est exacerbé5. Il est possible que les contacts prolongés et forcés entre soldats français et anglais aient été à l’origine d’emprunts militaires, en dépit de l’hostilité que l’on peut supposer pour la langue de l’ennemi, mais il est plus probable que l’influence linguistique et culturelle française, profondément enracinée par la conquête, faisait toujours sentir ses effets (Baugh 1935).

6Les emprunts français du domaine militaire introduits à cette époque sont très nombreux et variés, à l’instar de l’ensemble des mots français adoptés. On trouve tout d’abord, ironie de l’histoire, le terme archer qui désigne l’archer léger et qui ne peut manquer d’évoquer pour l’historien les quelque 10000 archers anglais qui décimèrent les rangs de l’infanterie et de la chevalerie françaises à Crécy comme d’ailleurs à Azincourt 69 ans plus tard. Les termes d’anglais courant arms, army, assail et assault datent tous de cette période troublée. À une époque où la transmission des ordres était problématique, le mot banner désignait un signe d’identification commode de l’ami et de l’ennemi ainsi qu’un signe de ralliement, de même que ensign et pennon, eux aussi d’origine française.

7A cette liste non exhaustive, il faut ajouter des termes très courants tels que battle et besiege, qui nous rappellent que les opérations militaires consistaient souvent à assiéger les villes ou les places fortifiées ennemies (Oman 1953), challenge, dérivé du vieux français « chalenge » (réclamation, défi), conquer, defeat, enemy, hauberk (mot apparenté à « haubert » qui désigne une pièce de l’armure protégeant les épaules et le cou), lance, portcullis (mot tiré du vieux français « porte coulice » qui désignait la herse à l’entrée d’une forteresse), et enfin victory, qui clôt cette liste de termes militaires généraux.

  • 6 Pour une étude de la conception de la guerre au Moyen Age et des techniques employées, consulter Om (...)

8Parmi la masse des emprunts français adoptés au cours de cette époque, il y a aussi bien sûr des noms de titres et de fonctions qui montrent que les Normands n’ont pas seulement apporté la guerre, mais aussi un ordre social fondé sur la hiérarchie et le rang. Ainsi bachelor, apparenté à « bachelier », désignait-il en vieux français l’aspirant chevalier avant d’évoquer le diplômé ou bien le célibataire. Les mots captain et champion ont également été empruntés à cette époque, de même que lieutenant et sergeant (ce dernier terme étant apparenté à servant), soldier, spy et squire, mot qui dérive du vieux français « esquier » et qui désignait l’écuyer, c’est-à-dire le porteur d’écu du chevalier6.

Du bilinguisme à la diglossie : le changement de statut du français

9Avant et pendant la Renaissance, l’anglais va continuer de puiser à la source française, mais graduellement le français perd son statut de langue de pouvoir parlée par les classes dirigeantes pour devenir une langue de référence écrite, autrement dit une langue de culture prestigieuse, au même titre que le latin, auquel l’anglais va faire copieusement appel pour compléter son système lexical (Baugh 1935). L’histoire militaire fait à nouveau irruption dans l’histoire de la langue quand, durant le XVIe siècle, le puritanisme linguistique des partisans d’une réforme lexicale de l’anglais s’oppose aux défenseurs de l’emprunt sous toutes ses formes. Cette vague de nationalisme linguistique coïncide avec l’affrontement qui oppose l’Angleterre de Marie Tudor à l’Espagne de Philippe II et s’exaspère avec la défaite de l’« invincible » Armada en 1588.

10Au-delà des raisons militaires qui suscitent leur xénophobie linguistique, les détracteurs des emprunts étrangers considèrent que les mots empruntés aux langues romanes – surtout le français et l’italien – incarnent la dépravation volontiers prêtée aux continentaux ainsi que la vanité linguistique de l’ornement inutile et le goût pour la lettre plutôt que pour l’esprit. Ces attaques répétées contre les termes d’origine latine n’ont pas réussi à inverser la tendance ni à donner un nouveau visage au lexique hybride de l’anglais. Leur conséquence principale a été de débarrasser l’anglais de mots pédants ou monstrueux tout en conservant des néologismes utiles. Au total, le vocabulaire anglais a profité de cette période historique pour s’étoffer d’environ 10 000 mots nouveaux, s’enrichir de très nombreux synonymes et acquérir cette seconde nature latine qui fait indiscutablement de l’anglais la plus « méditerranéenne » des langues germaniques (Baugh 1935).

11Les emprunts français de cette période sont particulièrement nombreux dans le domaine militaire, notamment ceux qui sont introduits pendant le règne d’Elizabeth I, qui a lancé la marine anglaise à la conquête des océans (Brown 1972 et Roberts 1956). Au cours du XVIe siècle apparaissent les mots d’origine française cartridge, colonel (issu de l’italien mais ayant transité par le français), pilot, pioneer (soldier going in advance of an army to prepare the way), sally (sortie from a besieged place), trophy et volley (simultaneous discharge of firearms).

12Au XVIIe siècle, on trouve les mots brigade, brigantine (two-masted vessel), cartouche, variante ultérieure de cartridge, corsair, mot adopté au XVIe siècle qui ne se répand qu’au XVIIe siècle, dragoon, soldat dont les exactions à l’encontre des réformés français ont révolté l’Angleterre protestante, fanfare, qui désignait en anglais à l’origine le son des trompettes, platoon et stockade (a barrier of stakes or piles), mot qui avait transité par le français en provenance de l’espagnol « estacada ».

Une valeur emblématique autant que terminologique

13Le français est loin d’être la seule langue pourvoyeuse d’emprunts en anglais, et de nombreux termes sont importés à cette époque de l’italien, de l’espagnol, du portugais et d’autres langues encore (Tournier 1980). Cependant, les mots français ont la spécificité de dessiner le profil d’une thématique ainsi que d’une conception idéologique leur faisant remplir une fonction expressive bien définie (Chirol 1972). Le vocabulaire militaire d’origine française est particulièrement exemplaire de cette tendance. Les emprunts français de ce domaine sont bien sûr le reflet de l’importance de la guerre dans la constitution de la nation anglaise à cette époque, mais aussi l’expression d’une représentation collective de la société fondée sur la hiérarchie et la domination d’une caste militaire : l’aristocratie (Brown 1972). Parallèlement à leur fonction terminologique, les mots d’origine française qui désignent des référents militaires remplissent une fonction de nature expressive. La classe aristocratique voit en effet dans ces emprunts l’occasion de réaffirmer son rôle et son statut à l’aide de signes étrangers prestigieux.

  • 7 C’est de cette époque, rappelons-le, que date le projet d’instaurer, comme en France, une académie (...)

14La France du Roi-Soleil est alors à l’apogée de sa puissance militaire et de son rayonnement culturel. L’image de la France en Europe est en effet celle d’un royaume hiérarchisé, brillant et protecteur des arts dont le prestige est immense. L’ascendant de la France va cependant être rapidement en butte en Angleterre aux partisans de l’ordre linguistique qui se veulent les restaurateurs et les défenseurs d’une langue anglaise débarrassée de ses corps étrangers. Aux débordements continentaux, on oppose déjà la sobriété et la retenue considérées comme caractéristiques de l’Angleterre (Baugh 1935). Cette conception coïncide d’ailleurs de manière significative avec la Révolution Parlementaire qui réussit à tracer une voie politique nouvelle et originale entre absolutisme intransigeant et démocratie égalitaire. Dans ce cadre, la langue est perçue de plus en plus comme une institution réformable et normalisable, et non plus exclusivement comme un simple outil de communication7.

Révolutions et restaurations

15Après l’épisode cromwellien durant lequel la France et l’Angleterre ont d’ailleurs été alliées et ont mené des opérations militaires communes contre l’Espagne, la Restauration de Charles II semble remettre en cause l’anglicisation à tout crin de la langue. Le nouveau roi a vécu à Saint-Germain-en-Laye et s’est frotté aux représentants les plus éminents de la civilisation française classique. Les nombreux emprunts français du domaine de la vie sociale, des arts et des lettres et des traditions culinaires en témoignent. Mais le roi en exil est aussi un chef politique et militaire attentif aux conflits européens. Son éloignement lui fait sans doute jouer un rôle plus diplomatique que militaire, mais on peut signaler néanmoins quelques termes représentatifs : aide-de-camp, chevaux-de-frise et commandant.

  • 8 La dimension militaire est centrale dans la théorisation de l’absolutisme politique, comme l’avènem (...)

16Les emprunts français sont plus que jamais des termes expressifs d’une certaine conception idéologique défendue et illustrée par le souverain restauré8. Car le roi apparemment francophile s’oppose davantage aux exigences politiques d’un Parlement très revendicatif – au moyen de signes extérieurs de richesse et de puissance dont les termes français font partie – plutôt qu’il n’affiche la moindre faiblesse ou nostalgie pour la France. Il est vrai que, politiquement, il accepte des subsides français, mais il ne se lie jamais les mains et se sert de sa finesse politique pour fonder durablement la puissance économique de son royaume, dont la marine de guerre est désormais l’élément clé. Dans l’image qu’il veut donner de son pouvoir, les emprunts français lui sont utiles pour signifier le décor de sa conception absolutiste. Les parures, les fastes, les créations intellectuelles et artistiques sont autant de signes qui traduisent sa volonté de ne céder aucune de ses prérogatives monarchiques.

17La Révolution de 1688 résout l’opposition entre monarchie et Parlement au bénéfice de ce dernier. Dotée d’un système politique stable et moderne, l’Angleterre va alors devenir une puissance économique et coloniale de premier plan, damant souvent le pion à sa rivale française. Au cours du XVIIIe siècle, les guerres jouent à nouveau un grand rôle dans le domaine de l’interférence lexicale et de la formation de la conscience nationale des deux pays, depuis les guerres de la reine Anne (1702-1714) contre la France, jusqu’à la Révolution française, qui a tant rebuté l’Angleterre réformatrice par tradition et par tempérament (Howard 1976).

  • 9 Pour l’influence des campagnes napoléoniennes sur le renforcement du sentiment national britannique (...)

18Parmi les mots de la vie militaire qui datent de cette époque, il faut signaler bivouac, terme répandu en anglais au cours des campagnes napoléoniennes9, corps introduit en anglais durant les campagnes du Duc de Marlborough, enceinte, enfilade, espionage (dont l’emploi a été généralisé pendant la Révolution Française), dépôt (place for military stores or troops), manœuvre, ricochet (dont l’origine remonte à la « Fable du Ricochet », suite ininterrompue de questions et de réponses) sans oublier route, qui était l’équivalent, dans le domaine militaire à cette époque, de marching orders.

L’époque contemporaine

  • 10 Pour l’époque contemporaine, cf. Tournier 1980.
  • 11 Pour la distinction, évoquée plus haut, entre mots d’emprunt assimilés et termes étrangers, se repo (...)

19Alors qu’au XIXe siècle – comme du reste à l’époque contemporaine – la porte du lexique anglais demeure largement ouverte aux emprunts étrangers et notamment français10, le vocabulaire militaire d’origine française introduit à cette époque est relativement pauvre. On pourrait citer matériel pour le XIXe siècle et barrage (abrègement de « tir de barrage ») pour le XXe siècle, ces termes étant davantage des mots français en anglais que des mots anglais d’origine française11. Ces mots étrangers signalent au moyen de leur étrangeté même leur valeur expressive et, à la différence des néologismes formés régulièrement et intégrés à la langue, ils n’ont pas en effet pour fonction exclusive de combler des lacunes lexicales. Ils expriment plutôt l’appartenance à un groupe social fermé dont la langue est un facteur de cohésion et de reconnaissance.

20Ainsi s’explique l’importance de l’apport des emprunts français du domaine des arts et de la littérature, de la politique, des divertissements et notamment du ballet, du mobilier et de la décoration, enfin des comportements sociaux depuis la fin du XIXe siècle (Chirol 1972). Ces mots français sont en quelque sorte des gallicismes qui remplissent avant tout une fonction distinctive et expressive. La plupart d’entre eux résistent à toute assimilation et leur prononciation est approximative, imitant plus ou moins les phonèmes du français. Leur graphie conserve tous les accents et les traits distinctifs de leur langue d’origine, ce qui incite de nombreux lexicographes à les signaler comme étant en marge du vocabulaire anglais au moyen des mentions d’usage (foreign, French) et de nombreux locuteurs anglophones à les considérer comme des termes étrangers non intégrés.

Les mots français du domaine militaire

  • 12 Le corpus cité est extrait de Bliss 1966. Beaucoup de ces termes ont un équivalent anglais plus usu (...)

21La liste suivante comprend tous les mots français du domaine militaire qui ne sont pas encore anglicisés ou qui ont une variante qui se prononce et s’écrit à la française12. Ce catalogue représentatif souligne nettement la fonction expressive de ce groupe de mots classés par ordre alphabétique et par siècle d’introduction ou d’adoption en anglais :

22XVIIe siècle : aide-de-camp, avant courrier, cartel, chamade, fascine, talus.

23XVIIIe siècle : barbette, bivouac, corps, corps de bataille, corvée, coup de main, dépôt, enceinte, hors-de-combat, ricochet, sortie, tirailleur.

24XIXe siècle : camouflet, caserne, cordon sanitaire, en échelon, fougasse, fourgon, franc-tireur, guerre à outrance, levée en masse, matériel, ordre du jour, point d’appui, pas de charge.

25XXe siècle : camouflage, barrage, cordon militaire, crise de combat, embusqué, force de frappe, ratissage.

26Le caractère frappant de ce vocabulaire est son archaïsme. Alors que plus de la moitié des mots français non intégrés ont été empruntés au cours des XIXe et XXe siècles, la moitié de ces termes militaires a été introduite avant cette période et encore une bonne partie des mots adoptés au XIXe siècle l’a été au tout début du siècle à l’occasion des campagnes napoléoniennes. Cet archaïsme reflète le fait que la plupart de ces emprunts français ne remplissent que secondairement leur mission référentielle, au second plan derrière leur fonction expressive.

La fonction expressive des mots français en anglais

  • 13 Jakobson, 1963 (trad. fr.), Essais de linguistique générale, Paris : Éditions de Minuit. Dans cet o (...)
  • 14 Dans une optique complémentaire de la perspective jakobsonienne, cette valeur ajoutée de nombreux m (...)

27Par fonction expressive, nous entendons, selon la terminologie de R. Jakobson13, la fonction linguistique que remplissent les mots ou les énoncés qui donnent des informations sur les locuteurs, leur attitude affective à l’égard du référent ou leur conception idéologique. Le mot anglais fair play et le nom allemand Gemütlichkeit par exemple ne sont pas des termes neutres qui renvoient à un référent étranger de façon purement dénotative : ce sont des signes linguistiques dotés d’une valeur symbolique qui connote une conception intellectuelle et morale au sens large imbriquée dans une représentation collective de la société et des groupes sociaux qui la constituent14.

28Ainsi peut-on lire sous les mots français du domaine militaire en anglais l’expression d’une certaine conception anglaise de la vie sociale et de la France. On peut schématiquement les classer en quatre catégories, selon un ordre historique d’introduction en anglais qui coïncide approximativement avec un aspect particulier de la fonction expressive. La première catégorie comprend les termes introduits au XVIIe siècle qui expriment une conception aristocratique de la guerre (Roberts 1956). Le second groupe inclut des termes disparates dont le point commun est d’appartenir à une lingua franca à base de français, parlée sur tous les champs de bataille européens par les soldats de métier à recrutement international. Le troisième groupe d’emprunts, qui correspond aux mots adoptés surtout au début du XIXe siècle, illustre la conception quantitative de la guerre absolue pensée par Clausewitz et mise en œuvre par la Révolution française, puis par Bonaparte et Napoléon (Quimby 1957). Quant à la dernière catégorie enfin, elle comporte des mots français empruntés à l’occasion de la Grande Guerre surtout, puis de la guerre froide ou des guerres coloniales, qui expriment une conception plus moderne et politique de la guerre fondée sur la dissuasion, l’information et l’intimidation, conception où armes classiques, nucléaires et psychologiques se mêlent pour dessiner le visage d’un type de conflit qui menace et concerne l’humanité tout entière (Howard 1976).

29L’aide-de-camp rappelle par exemple que le chef militaire était aussi à l’époque classique un noble dont la guerre était la fonction principale mais qui exigeait, même au combat, les égards dus à son rang social. Soucieux de ses privilèges, l’officier aristocrate était aussi un homme de paroles pour qui l’honneur valait en théorie plus que la vie : le cartel désignait une lettre, une sorte de charte pour l’échange des prisonniers. Les mots fascine (« sorte de long fagot ») et talus évoquent l’importance des guerres de siège et la construction de fortifications défensives. À une époque où les communications étaient très lentes, l’avant-courrier permettait de porter des messages rapidement tandis que la chamade était le roulement de tambour signifiant le désir de parlementer. Ce dernier mot est intéressant dans la mesure où il a subi une déformation significative en anglais. Il désignait en effet en français l’appel des assiégés par lequel ils annonçaient leur reddition. Peut-être cette acception s’est-elle perdue en anglais afin de conjurer le mauvais sort des armes ou tout simplement par évolution sémantique normale retenant le sens « d’appel » aux dépens de celui de « reddition » (Bliss 1966 : 115).

30Dans le second groupe de mots français, barbette (« tour d’angle dans une construction » puis « tourelle de canon dans la marine ») et ricochet sont des termes techniques dont l’un est maintenant archaïque tandis que l’autre poursuit une carrière figurée. Les emprunts corps de bataille, corvée et dépôt annoncent une nouvelle conduite de la guerre fondée sur le nombre et la discipline qu’exigent la préparation militaire au combat et le maintien en condition. Les armées sont plus mobiles et le bivouac, mot probablement d’origine allemande issu de beiwacht qui signifie « veille », côtoie les mots enceinte et sortie qui semblent évoquer une stratégie révolue. Une autre nouveauté plus lourde encore de conséquences fait son apparition avec les armées nombreuses : il s’agit de l’action isolée et ponctuelle menée avec effet de surprise que le coup de main et le tirailleur (en anglais, tireur isolé spécialisé dans les embuscades) illustrent particulièrement.

De la guerre absolue à la guerre froide

31Les mots français du XIXe siècle soulignent l’importance de la logistique et de l’armement : le matériel et l’infrastructure deviennent une préoccupation et une priorité, qu’il s’agisse de l’hébergement des troupes (caserne) ou des transports (fourgon). L’armement n’est pas en reste avec des armes offensives (fougasse, qui désigne une mine) ou défensives (camouflet, qui désigne une charge explosive destinée à contrer le travail de sape). Mais c’est surtout la tactique et la stratégie qui ont évolué en intégrant l’expérience des armées révolutionnaires (guerre à outrance, levée en masse), ainsi qu’en préparant minutieusement les opérations offensives et défensives (en échelon, point d’appui) (Clausewitz 1955). Le franc-tireur et le cordon sanitaire correspondent à des aspects de la guerre qui prendront toute leur ampleur l’un avec la guerre de guérilla et l’autre avec la révolution russe. Le second de ces mots français illustre d’ailleurs bien la nature expressive des emprunts du domaine militaire qui donnent volontiers lieu à des sens figurés caractéristiques d’une attitude politique ou idéologique. Il n’est certes pas très difficile d’envisager un lien sémantique entre le cordon sanitaire qui vise à prévenir la contagion d’une maladie et le sens figuré, dont l’objectif est de contenir politiquement et militairement l’expansion d’une idéologie ou d’une nation ennemie. Mais cette acception figurée du terme, qui décrit une réalité stratégique mondiale ou locale, se double de l’expression d’une posture idéologique ou, pour employer un terme militaire, d’une doctrine d’emploi des forces vis-à-vis d’un ennemi réel ou potentiel.

  • 1

32L’expression figurée est la règle avec les quelques mots français adoptés en anglais au XXe siècle, siècle de la guerre sous toutes ses formes. Mis à part en effet le terme barrage, emprunté à l’occasion de la Première Guerre Mondiale et désignant une concentration de feux sur un secteur donné, tous les autres emprunts de ce dernier groupe ont un sens premier qui s’efface derrière leur fonction expressive et leurs connotations idéologiques. Le camouflage des pièces d’artillerie ou des blindés dès le premier conflit mondial a rapidement pris l’acception de « moyen de dissimulation d’une action ou d’une intention » qui l’apparente au domaine de la guerre psychologique et de la désinformation (Howard 1976). Le cordon militaire n’est qu’une variante du cordon sanitaire mis en œuvre ultérieurement dans le cadre de la stratégie du containment et de la théorie des « dominos »15 tandis que la crise de combat ne désigne pas les tourments du combattant mais le tournant d’une bataille où la victoire comme la défaite sont à portée de main. Alors qu’enfin l’embusqué est une figure familière depuis l’institution du service militaire obligatoire, force de frappe et ratissage traduisent deux notions clés de la guerre moderne. Autrefois force militaire mise en première ligne afin d’enfoncer le front ennemi, la force de frappe est assurément emblématique de la guerre froide fondée sur une puissance menaçante mais non employée, et le ratissage désigne les mesures employées pour lutter contre des guérilleros dans le cadre d’opérations de « pacification ».

Conclusion : la valorisation idéologique des emprunts français

33Au total donc, les mots français du domaine militaire en anglais laissent percevoir les lignes de force de leur fonction expressive en corrélation temporelle avec la période d’introduction et thématique. Une première constatation est qu’en dépit du petit nombre de ces mots, il faut souligner la quasi-absence de termes techniques qui viennent enrichir la terminologie. Le vocabulaire militaire français en anglais n’a pas pour fonction principale de combler des lacunes lexicales. Il est avant tout l’expression archaïque, universelle ou figurée d’une idéologie. Celle-ci peut être de nature sociale et exprimer la croyance en une hiérarchie sous couvert de l’identité qu’elle projette au premier plan entre une classe sociale (l’aristocratie) et une activité (la guerre). Elle peut aussi bien affirmer en filigrane la croyance en un universalisme des valeurs et des idées (les Droits de l’Homme après la Révolution Française) défendues par une armée universelle (la levée en masse) ou plus tard la croyance en la nécessité de se battre pour défendre la nation ou accroître ses possessions coloniales en engageant d’importants moyens économiques et scientifiques. Enfin, l’idéologie qu’expriment les mots français de la seconde moitié du XXe siècle remet à l’honneur la ruse et la tromperie antiques – Ulysse n’a-t-il pas en effet vaincu presque tous ses ennemis à l’aide de ces qualités ? La guerre que les emprunts français évoquent nécessite bien sûr de gros efforts techniques et scientifiques, mais elle se définit également par la simulation et la dissimulation tout autant que par le feu et le nombre. Les emprunts français du domaine militaire apparaissent alors comme des armes expressives au service d’une idéologie et pas seulement comme les signes linguistiques d’une terminologie. Mais Polémos n’est-il pas justement, selon la légende, le père de toute chose ?

Haut de page

Bibliographie

Bacquet, P. 1974. Le vocabulaire anglais. Paris : P.U.F.

Baugh, A. 1935. A History of the English Language. New-York : Prentice-Hall.

Bliss, A. 1966. A Dictionary of Foreign Words and Phrases in Current English. Londres : Routledge & Kegan Paul.

Brown, R. 1972. The Origins of Modern Europe. Londres : Boydell & Brewer.

Chirol, L. 1973. Les « mots français » et le mythe de la France en anglais contemporain. Paris : Klincksieck.

Clausewitz, K. 1955 (trad. française). De la guerre. Paris : Éditions de Minuit.

Deroy, L. 1956. L’Emprunt linguistique. Paris : Les Belles Lettres.

Huizinga, J. 1937. The Waning of the Middle Ages. Londres.

Mackenzie, F. 1939. Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire. Paris : Droz.

Oman, Sir Charles. 1953 (éd. revue). The Art of War in the Middle Ages. New York.

Quimby, R. 1957. The Background of Napoleonic Warfare. New-York : Columbia University Press.

Howard, M. 1976. War in European History. Oxford : Oxford University Press.

Jakobson, R. 1963 (trad. française). Essais de linguistique générale. Paris : Éditions de Minuit.

Pennanen, E. 1971. On the Introduction of French Loan-words into English. Tampere : Acta Universitatis Tamperensis, A/38.

Roberts, M. 1956. The Military Revolution, 1560-1660. Belfast.

Serjeantson, M. 1935. A History of Foreign Words in English. Londres : Routledge & Kegan Paul.

Tournier, J. 1980. « Les emprunts de l’anglais aux langues modernes ». Recherches en Linguistique Étrangère, V : 91-99.

Tournier, J. 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris : Champion.

Haut de page

Notes

1 Telle est l’optique de Mackenzie 1939 et de Serjeantson 1935.

2 Les matrices de néologie interne permettent à une langue de donner naissance à de nouvelles formes et de nouveaux sens en puisant dans le fonds lexical propre alors que la néologie externe, dont relève l’emprunt, a recours à un lexique étranger. Cf Tournier 1985.

3 Saussure, Cours de linguistique générale, 1916.

4 Rappelons que la légion correspondait chez les Romains à un corps de troupes terrestres (environ 6000 hommes au temps de César) et que le titre d’amiral (officier général de la marine militaire) dérive de l’arabe amir al bahr qui signifie approximativement « chef de la flotte ».

5 Notamment Pennanen 1971.

6 Pour une étude de la conception de la guerre au Moyen Age et des techniques employées, consulter Oman1953.

7 C’est de cette époque, rappelons-le, que date le projet d’instaurer, comme en France, une académie visant à réglementer la langue. Pour les partisans de l’interventionnisme en matière linguistique, la langue est considérée comme un instrument au service des ambitions étatiques tout autant qu’un outil de communication.

8 La dimension militaire est centrale dans la théorisation de l’absolutisme politique, comme l’avènement des Stuart en Angleterre et des Bourbons en France le confirme. C’est à cette époque que l’État moderne naissant revendique le monopole de la force armée et que les souverains se mettent en scène comme des triomphateurs romains (dont témoignent de nombreuses statues équestres) en soulignant leur rôle de chef des armées aux dépens du rôle judiciaire qu’ils délèguent volontiers à des représentants du pouvoir royal.

9 Pour l’influence des campagnes napoléoniennes sur le renforcement du sentiment national britannique et la conception de la guerre au début du XIXe siècle, consulter Clausewitz 1955 (trad. fr.) et Quimby 1957.

10 Pour l’époque contemporaine, cf. Tournier 1980.

11 Pour la distinction, évoquée plus haut, entre mots d’emprunt assimilés et termes étrangers, se reporter à Deroy 1956 et Tournier 1985.

12 Le corpus cité est extrait de Bliss 1966. Beaucoup de ces termes ont un équivalent anglais plus usuel (aide-de-camp/orderly, coup de main/raid, matériel/equipment) tandis que les emprunts français sans synonyme concurrentiel (corps, dépôt, sortie, franc-tireur, camouflage) sont d’usage courant. Pour ces deux catégories, la fonction néologique (référentielle) n’est pas exclusive de multiples connotations idéologiques (expressives).

13 Jakobson, 1963 (trad. fr.), Essais de linguistique générale, Paris : Éditions de Minuit. Dans cet ouvrage, Jakobson distingue six fonctions fondamentales selon la dimension de l’acte de communication qui est envisagée : expressive relativement à l’émetteur d’un message, conative pour le récepteur, référentielle du point de vue de l’information transmise, poétique concernant la forme du message, métalinguistique lorsque le code est pris pour objet et enfin phatique quand le canal de communication est l’objet de l’attention.

14 Dans une optique complémentaire de la perspective jakobsonienne, cette valeur ajoutée de nombreux mots étrangers évoque la « charge culturelle partagée » définie par R. Galisson (1991) dans (entre autres ouvrages et articles) De la langue à la culture par les mots, Paris : CLE International.

15Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Chadelat, « Le vocabulaire militaire français en anglais : étude de la fonction expressive des emprunts français en langue anglaise », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 3 | 2003, 27-39.

Référence électronique

Jean-Marc Chadelat, « Le vocabulaire militaire français en anglais : étude de la fonction expressive des emprunts français en langue anglaise », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 3 | 2003, mis en ligne le 02 mars 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/3650 ; DOI : 10.4000/apliut.3650

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Chadelat

Jean-Marc Chadelat est agrégé d’anglais et maître de conférences à l’IUFM de Paris. Ses deux domaines de recherche principaux sont le signe linguistique dans une perspective traductologique et lexiculturelle ainsi que les rapports entre le politique et le théologique à la Renaissance.
jm.chadelat@wanadoo.fr

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page