Navigation – Plan du site
Note

Travail en laboratoire multimédia avec le logiciel ‘Reflex’ Deutsch

Michel Bodet
p. 40-46

Résumés

Le choix d’un logiciel d’apprentissage des langues vivantes pour le laboratoire multimédia n’est pas chose aisée. Nous souhaiterions présenter les raisons qui nous ont conduits à utiliser ‘Reflex’ Deutsch – Niveau 3, ainsi que la méthode de travail utilisée depuis deux ans. Nous avons récemment tiré le bilan de cette expérience : nos observations et les prises de position des étudiants semblent indiquer que ‘Reflex’ Deutsch stimule efficacement les processus d’apprentissage.

Haut de page

Texte intégral

1Comment intégrer l’utilisation d’un logiciel complet d’apprentissage dans un cours de langue vivante ? Je propose de tirer le bilan d’une expérience personnelle d’enseignement de l’allemand, avec un logiciel multimédia, auprès d’étudiants en Techniques de Commercialisation de l’IUT de Quimper. La situation de départ lors de mon arrivée à l’IUT, il y a deux ans, était la suivante : d’une part, j’ai trouvé des conditions de travail très favorables, à savoir des groupes de germanistes à effectifs réduits (entre 10 et 16 étudiants par classe) et des moyens matériels satisfaisants (deux laboratoires de langues, dont un laboratoire multimédia). Mais d’autre part, deux inconvénients majeurs rendent difficile l’enseignement d’une langue vivante étrangère à l’IUT : tout d’abord, l’extrême hétérogénéité des étudiants, puisqu’il y a, dans chaque groupe, des élèves qui sont issus de séries différentes au lycée, et qui n’ont donc pas préparé les mêmes épreuves du baccalauréat, des étudiants qui ont appris l’allemand en langue vivante 1 dès la sixième et d’autres qui ont commencé l’étude de cette langue en quatrième, des élèves qui ont fait des études après le baccalauréat (droit, sciences économiques, BTS, etc.) avant de venir à l’IUT et qui n’ont pas suivi de cours d’allemand pendant un ou deux ans et, au contraire, des élèves qui ont étudié les langues vivantes après la classe de Terminale (Langues Étrangères Appliquées ou Langue, Littérature et Civilisation Étrangères) et qui ont un très bon niveau. A cette hétérogénéité sur le plan des connaissances, s’ajoutent de grandes différences de motivation entre les étudiants. L’enseignement de l’allemand LV2 est facultatif et le coefficient affecté à cette matière est très faible. L’autre handicap est constitué par l’horaire réduit réservé à l’étude de l’allemand : deux heures hebdomadaires.

Le choix du logiciel

2J’ai fait le choix de consacrer une heure à un cours « traditionnel » en salle de classe et l’autre heure à une séance en laboratoire multimédia, avec les objectifs pédagogiques suivants : revoir et approfondir les connaissances lexicales et les bases grammaticales de la langue courante, initier les étudiants au vocabulaire économique et commercial (en mettant l’accent sur les situations concrètes, les dialogues, les conversations téléphoniques), développer leur maîtrise des quatre compétences linguistiques fondamentales (compréhension et expression orales, compréhension et expression écrites), élargir leurs connaissances sur les trois pays germaniques (histoire, géographie, vie culturelle). Ce programme est bien sûr très (trop ?) ambitieux si l’on considère le temps que chaque élève peut consacrer par semaine à l’étude de l’allemand. L’utilisation d’un logiciel complet d’apprentissage peut cependant permettre de réaliser en partie cette ambition.

3Le choix de ce logiciel est déterminant. L’idéal serait certainement de pouvoir créer personnellement un logiciel « maison », « sur mesure », mais je n’ai actuellement ni la compétence ni les moyens nécessaires pour réaliser ce projet. Les logiciels qui existent sur le marché sont parfois sévèrement critiqués ; on leur reproche d’être des outils figés, avec un parcours préétabli et inflexible, mais certains sont suffisamment riches en supports et activités variés pour qu’on puisse les utiliser avec profit.

4Les critères déterminants dans le choix du logiciel furent les suivants : je cherchais un outil qui permette un apprentissage méthodique, avec une progression pédagogique logique pour revoir les connaissances de base et pour les approfondir. Au lycée et dans l’enseignement supérieur, le défaut principal de certains cours de langue étrangère est sans doute le saupoudrage, les sauts du coq à l’âne, l’absence de rigueur dans la progression pédagogique lexicale et grammaticale, et je pense que nous sommes tous susceptibles de tomber dans ce travers.

5Je souhaitais également que ce logiciel offre tous les avantages que peut apporter le multimédia, c’est-à-dire une grande variété de supports (vidéo, textes, photos, dessins, sons, avec des voix authentiques et variées). La diversité des tâches à accomplir devait me permettre de proposer aux étudiants des exercices de remédiation individualisés après chaque devoir surveillé effectué dans le cadre du contrôle continu. Et enfin, j’attendais de ce logiciel qu’il donne la possibilité aux étudiants de travailler de façon autonome afin que je puisse, pendant ce temps, apporter une aide individuelle aux élèves en difficulté.

  • 1 Ce logiciel est fabriqué par Commest Multimédia, 22, rue de Chemnitz, 68200 Mulhouse, et distribué (...)

6Après avoir testé plusieurs logiciels d’apprentissage, je portai mon choix sur ‘Reflex’ Deutsch, niveau 3 (avancé)1. Il s’agit de l’adaptation multimédia du Sprachkurs Deutsch de Diesterweg. ‘Reflex’ Deutsch propose trois niveaux : débutant, intermédiaire et avancé. Chaque unité est composée de trois leçons standards et d’une leçon « Wiederholung » (vérification des acquis), ce qui représente environ 670 exercices et 200 heures d’apprentissage par niveau. Dans chaque leçon, un texte de base sert de support à des exercices de compréhension .écrite, et le rappel grammatical est suivi d’exercices d’application. Beaucoup de leçons comportent en plus des documents iconographiques informatifs, des exercices de prononciation, un petit sujet d’expression écrite portant sur le thème de la leçon (que le professeur peut imprimer et corriger), une vidéo suivie d’exercices lexicaux et grammaticaux, et une dictée. Les thèmes des différentes leçons peuvent être classés en quatre grandes catégories : géographie (présentation de Trèves, Munich, Berlin, Bâle, Goslar), vie courante et sujets de société (les relations entre adultes et enfants, l’éducation, les hommes et les animaux, les voyages, les fêtes, la protection de l’environnement, médecine et pharmacie, les maladies, la météo, fumeurs et non fumeurs, dialogues courants dans un bar, à la poste, à la gare, dans une agence de voyage), l’économie et le monde du travail (le commerce des pierres précieuses à Idar Oberstein, le fonctionnement du marché, les banques, les syndicats, le travail d’un postier, les magasins, l’agriculture, un entretien d’embauche), intellectuels et vie culturelle (Marx, Brecht, Borchert, Einstein, Goethe, Bachofen, Schliemann, les musées).

7Les exercices d’expression écrite permettent aux étudiants de s’entraîner à formuler un souhait, un conseil, une hypothèse, une condition, une cause, une conséquence, ou à exprimer la peur, l’espoir, la colère.

8Les leçons de grammaire du niveau 3 de ‘Reflex’ Deutsch portent sur les principales difficultés de conjugaison, les verbes réfléchis, les particules verbales séparables et inséparables, le passif, les auxiliaires de mode, le subjonctif I (style indirect), le subjonctif II (expression de l’irréel), les propositions infinitives, l’infinitif sans zu, les pronoms personnels, les adjectifs possessifs, les prépositions, les conjonctions de subordination et la phonétique (longueur des voyelles). Les règles de grammaire et les consignes pour les différents exercices sont formulées en allemand, mais elles peuvent être affichées en français d’un simple clic.

9Nous utilisons le logiciel de la façon suivante : chaque étudiant progresse à son rythme en travaillant sur un certain nombre de leçons sélectionnées par le professeur en fonction de leur intérêt lexical et grammatical par rapport au niveau général du groupe. Les étudiants sont autonomes et responsables de leur progression, le rôle de l’enseignant étant de leur apporter une aide individuelle (explications supplémentaires, correction des exercices d’expression écrite, entraînement personnalisé à l’expression orale). Toutefois, afin d’imposer à tous une cadence de travail minimum, des évaluations écrites portant sur quelques leçons précises sont effectuées régulièrement.

10Les étudiants les plus avancés et les plus rapides ont la possibilité, lorsqu’ils ont terminé le travail imposé à tous, de choisir librement des exercices qui les attirent ou qui leur semblent importants pour leur progression personnelle.

Les inconvénients du logiciel et les solutions proposées

11Ce logiciel présente deux inconvénients majeurs, mais auxquels il est possible de remédier assez facilement. Tout d’abord, le dictionnaire inclus dans le logiciel est incomplet, ce qui nuit parfois à l’autonomie des étudiants au cours de leur travail. Pour pallier cette lacune, l’enseignant peut réaliser des fiches lexicales complémentaires sur chaque leçon et les distribuer aux apprenants au cours de leur progression. Une autre solution, plus simple et plus formatrice, consiste à disposer quelques dictionnaires dans la salle multimédia (apprendre à se servir correctement d’un dictionnaire est une tâche importante dans un cours de langue, et le professeur peut profiter des séances en laboratoire multimédia pour aider les étudiants à utiliser au mieux cet outil).

12D’autre part, si le logiciel permet de s’entraîner de façon efficace à progresser dans la maîtrise de trois compétences linguistiques fondamentales (compréhension et expression écrites, compréhension orale), il n’offre que des possibilités limitées dans le domaine de l’expression orale : les élèves sont invités à répéter des phrases en imitant un modèle prosodique. Pour y remédier, nous avons obtenu l’aménagement d’une petite salle contiguë au laboratoire multimédia, dans laquelle un ou plusieurs étudiants peuvent s’entraîner à diverses formes d’expression orale (dialogue, débat, expression discursive) sous la conduite du professeur, en approfondissant les thèmes abordés dans le logiciel.

13Un problème inhérent à l’utilisation d’un logiciel acheté dans le commerce est la liaison entre le cours traditionnel et la séance multimédia. Il est bien sûr possible de choisir une leçon multimédia qui corresponde au thème abordé en cours, ou au contraire d’adapter le cours au contenu de la séquence multimédia. Les logiciels peuvent aussi être utilisés comme des moyens individualisés de combler les lacunes constatées en cours à l’occasion des travaux dirigés. Mais la meilleure solution serait certainement la constitution de nombreuses équipes comprenant des enseignants, des chercheurs en pédagogie et des techniciens multimédia. Elles seraient chargées de créer des logiciels liés à des manuels ou à des fiches utilisables dans des cours traditionnels, sur le même principe que les cassettes audio qui accompagnent les manuels de l’enseignement secondaire. En multipliant ces outils pédagogiques adaptés précisément aux différents domaines d’application de l’enseignement des langues (commerce, tourisme, journalisme, sciences, etc.), on permettrait à chaque enseignant d’avoir un matériel qui corresponde au plus près à ses objectifs pédagogiques et d’effectuer facilement le lien entre les cours multimédia et les cours traditionnels.

14On oppose souvent ces deux séquences de travail et il convient de se demander à quels besoins pédagogiques sans réponse dans le cours traditionnel le logiciel permet de répondre.

15Placé devant un ordinateur, l’étudiant se trouve déconnecté du groupe et travaille à son rythme. Il peut consacrer autant de temps qu’il le souhaite à un exercice précis et, dans le cas particulier de la compréhension orale, écouter plusieurs fois un passage qu’il comprend mal. Dans un cours traditionnel, le professeur ne peut pas tenir compte de toutes les difficultés individuelles, et il enseigne à un élève virtuel qui n’a peut-être aucun équivalent réel dans la classe. En cours multimédia, chaque élève est responsabilisé, est acteur ; il ne peut pas se réfugier dans le rêve ou dans la passivité, comme c’est trop souvent le cas dans une salle de cours. Il est d’ailleurs facile de constater l’extrême concentration des étudiants qui travaillent dans un laboratoire multimédia.

16En ce qui concerne les relations des étudiants entre eux, ou les relations entre apprenants et enseignants, le laboratoire multimédia permet aux élèves de supprimer le facteur d’inhibition le plus important : le poids de la classe, le regard des autres. Les étudiants ont un casque sur les oreilles qui les isole de leurs camarades, et ils osent poser au professeur des questions qu’ils auraient parfois peur ou honte de formuler devant les autres. Une confiance s’établit progressivement entre les élèves et leur professeur.

17Certains étudiants n’hésitent pas à répéter dix fois la même phrase dans le micro jusqu’à ce que leur prononciation corresponde au modèle fourni. Un enseignant ne pourrait pas obtenir le même résultat dans un cours traditionnel car l’élève se sentirait rapidement humilié.

18L’ordinateur est un outil d’apprentissage très efficace pour les apprenants lents, pour les rêveurs, pour tous ceux qui ont des difficultés de concentration. Il ne juge pas, ne laisse échapper aucune remarque ironique ou blessante, ne se souvient pas des erreurs commises. Même l’enseignant le plus patient et le plus compréhensif ne peut pas toujours s’empêcher, par une mimique ou une parole, de montrer involontairement son étonnement ou son agacement devant certaines fautes ou certaines lacunes.

19Plus encore que dans le domaine cognitif, c’est sur le plan psychologique que les logiciels me semblent présenter un avantage par rapport au cours traditionnel, et les mêmes exercices sont parfois beaucoup plus efficaces lorsqu’ils sont réalisés dans un laboratoire multimédia.

20Mais le cours traditionnel reste irremplaçable comme lieu de débats et de discussions. Il me semble également important d’imposer de temps en temps un rythme plus soutenu à des élèves très lents qui, s’ils travaillaient toujours devant un ordinateur, risqueraient de voir leur défaut s’accentuer et devenir un véritable handicap.

Évaluation et bilan

21L’évaluation du travail réalisé au laboratoire de langues n’est pas chose aisée lorsque les étudiants n’effectuent pas tous les mêmes tâches. Après les séances de remédiation, il est parfois nécessaire de proposer aux apprenants des contrôles individualisés qui prennent en compte le parcours particulier de chacun d’entre eux à travers le logiciel d’apprentissage. Pour ne pas perdre le fil, l’enseignant doit impérativement tenir à jour une fiche très précise sur les exercices réalisés par chaque étudiant, et il doit connaître parfaitement le contenu du logiciel pour guider les élèves vers les activités qui correspondent le mieux à leurs besoins.

22Nous venons de quitter la première promotion d’étudiants qui a travaillé pendant deux années universitaires avec ‘Reflex’ Deutsch, et une enquête réalisée auprès de ces élèves nous a permis de constater qu’ils sont globalement très satisfaits de l’alternance entre cours traditionnel et cours en laboratoire multimédia. Au cours des séances en laboratoire, ils ont particulièrement apprécié la disponibilité du professeur à leur égard, la variété des exercices proposés et l’autonomie que leur procurent le dictionnaire intégré au logiciel, le corrigé des exercices et les rappels grammaticaux. Les réserves exprimées par les étudiants portent principalement sur les difficultés lexicales de certaines leçons (mais beaucoup d’apprenants ont des lacunes lexicales très importantes et sont effectivement obligés d’avoir souvent recours au dictionnaire, même pour des termes de base).

23L’enseignant, quant à lui, apprécie tout particulièrement la possibilité qui lui est offerte d’apporter une aide personnalisée aux étudiants les plus faibles. Ces élèves sont souvent très volontaires, car ils ont l’impression qu’une approche nouvelle de la langue étrangère étudiée peut les aider à vaincre les difficultés qu’un cours traditionnel ne leur avait pas permis de surmonter.

24Dans ma démarche pédagogique, je suis allé de l’outil au contenu, j’ai parfois adapté mes cours au logiciel que j’avais choisi, mais sans que cela me pose de réelles difficultés, car le contenu de ‘Reflex’ Deutsch correspond à ma conception des tâches à réaliser dans un cours de langues.

25Il est d’ailleurs toujours possible d’utiliser un logiciel auteur comme complément du logiciel d’apprentissage afin de créer des exercices personnels. Mais il me semble très difficile d’égaler la variété et la perfection technique de certains logiciels d’apprentissage que l’on trouve dans le commerce.

26La solution d’avenir est donc, à mon avis, la création de logiciels très « ciblés » correspondant aux différentes filières d’enseignement supérieur (par exemple, dans le secteur tertiaire des IUT, des logiciels pour la filière Gestion des Entreprises et des Administrations, d’autres pour les départements Techniques de Commercialisation, d’autres encore pour la filière Gestion Logistique et Transport, etc.), avec un champ lexical et des situations concrètes propres à chaque domaine. Ces outils pourraient non seulement être utilisés avec profit pendant les cours de langues, mais également de façon individuelle dans le cadre de la formation continue, et le rôle du professeur consisterait aussi, en plus de l’enseignement, à présenter à ses étudiants des logiciels utiles pour entretenir et approfondir leurs connaissances en langues étrangères au cours de leur carrière.

Haut de page

Notes

1 Ce logiciel est fabriqué par Commest Multimédia, 22, rue de Chemnitz, 68200 Mulhouse, et distribué par Edulang, 10, rue de la Tannerie, 29600 Plourin-lès-Morlaix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bodet, « Travail en laboratoire multimédia avec le logiciel ‘Reflex’ Deutsch », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 3 | 2003, 40-46.

Référence électronique

Michel Bodet, « Travail en laboratoire multimédia avec le logiciel ‘Reflex’ Deutsch », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 3 | 2003, mis en ligne le 02 mars 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/3667 ; DOI : 10.4000/apliut.3667

Haut de page

Auteur

Michel Bodet

Michel Bodet, agrégé d’allemand, est Maître de conférences à l’IUT de Quimper. Ses travaux de recherche portent sur la présence allemande dans les provinces baltiques et la littérature allemande du vingtième siècle.
bodet@iutquimp.univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page