Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

La phonétique pour les vaches espagnoles

Fiche pédagogique pour présenter et enseigner les sons de l’anglais
Phonetics Made Easy (Lesson plan for presenting and teaching the sounds of English)
Dan Frost
p. 47-61

Résumés

Cette fiche pédagogique est destinée essentiellement aux professeurs d’anglais de spécialité, surtout à ceux qui voient l’utilité de la phonétique en cours, mais qui ne l’enseignent pas de façon structurée. Il s’agit de présenter l’alphabet phonétique international (API) aux étudiants, de les aider à l’apprendre, et de leur faire faire des transcriptions phonétiques simples. Cette séquence contient deux à trois heures de cours théoriques et pratiques et une évaluation de moins d’une heure. Les supports utilisés pour la présentation de l’API, ainsi que toutes les activités, l’évaluation et les corrigés se trouvent dans les annexes.

Haut de page

Texte intégral

Objectifs

  • 1 Les symboles traités sont ceux qui sont nécessaires pour faire des transcriptions larges de l’angla (...)

1La phonétique et la phonologie : un domaine qu’on a tous abordé à un moment ou un autre dans nos carrières, mais qui reste assez mystérieux pour beaucoup. L’objectif de cette fiche pédagogique n’est pas seulement de démystifier la phonétique pour les enseignants et pour les apprenants, du moins en ce qui concerne l’Alphabet Phonétique International (API), mais de fournir aux enseignants en IUT les outils nécessaires pour enseigner la phonétique à leurs étudiants. Suite à de nombreuses discussions avec des collègues enseignant les langues dans l’enseignement supérieur et secondaire et à des expériences sur dix ans d’enseignement de l’anglais, je voudrais proposer une présentation des caractères de l’Alphabet Phonétique International1 « qui marche », et qui ne prend qu’un ou deux cours.

2En 1993, Andy Arleo a posé la question : « Should IUT Students Learn the International Phonetic Alphabet ? ». Je pense non seulement que la réponse à cette question est « oui », mais que, dans le temps limité dont on dispose, l’enseignement d’un tel outil est presque une obligation !

3Il est évident qu’un grand nombre de nos étudiants a des difficultés importantes à l’oral, au niveau de la compréhension et de la production. Une fois l’API appris, les avantages sont clairs : l’enseignant peut y faire référence quand la nécessité se présente, et l’apprenant s’approprie un outil qui lui donne plus d’autonomie et de possibilités de progresser.

4Le support principal de cette séquence est une présentation « ergonomique » de l’API. L’idée n’est pas originale, mais les images le sont. Pour faciliter la compréhension et l’apprentissage de l’API, je le présente en trois parties : les voyelles simples, les diphtongues et les consonnes. Chaque phonème est intégré dans une image qui représente un « mot-cible », par exemple « cheese » pour le /i:/ de /tʃi:z/ (cf. fig. 1) :

Fig. 1. Un extrait de la présentation de l’alphabet phonétique

Fig. 1. Un extrait de la présentation de l’alphabet phonétique

5La séquence décrite ci-dessous est une façon de présenter l’API qui marche pour moi et pour mes étudiants en 1e et 2e année et en Licence d’informatique et de STID. Je vous invite à la faire telle quelle, ou à la modifier à votre guise.

Le matériel2

    • 2 Si vous souhaitez recevoir tous les matériaux dont je parle dans cette fiche, et qui figurent en an (...)

    API : voyelles simples, diphtongues et consonnes (polycopies pour les étudiants et affiches pour le mur : annexes 1-4) ; proposition pour la disposition du tableau noir / blanc (annexe 10).

  • Un poème : avec et sans aide phonétique (transparent pour rétroprojecteur : annexe 5).

  • Exercices de transcription : 10 mots à déchiffrer, 10 mots à transcrire (versions non corrigée et corrigée pour transparents/polycopies : annexes 6 et 7).

  • Une évaluation : sur 20 points, à faire une semaine plus tard (version corrigée et version non-corrigée pour polycopie : annexes 8 et 9).

  • Un miroir.

  • Tableau (voir fiches pour proposition de disposition).

Déroulement3

1) Poème et justification

6L’objectif de cette étape est de convaincre un public parfois sceptique de l’utilité de la transcription phonétique. Choisir un étudiant au hasard et lui demander de lire le poème ; les vers en question sont projetés pour que toute la classe les voie, et il n’y a pas d’aide phonétique pour le moment (on fera appel au même étudiant à la fin). Normalement il aura quelques difficultés, donc un petit discours s’ensuit sur les avantages de cet outil pour l’apprentissage de la langue anglaise, langue où le décalage entre l’écrit et l’oral est souvent très important.

2) Voyelles simples et diphtongues

7C’est l’étape qui demande le plus d’attention, les erreurs de voyelles entraînant plus souvent des problèmes de compréhension que les erreurs de consonnes. Le problème principal est la nature « tendue » des voyelles en français, par rapport à la nature « relâchée » des voyelles en anglais. Tout simplement, pour réaliser les voyelles françaises, on envoie la langue vers les extrémités de la cavité buccale, et on a les lèvres et les joues moins détendues qu’en anglais. Les voyelles anglaises se situent vers le centre de la bouche et ne sont pas trop stables (surtout les diphtongues et les voyelles longues telles que le /i:/ et le /u:/ ). Vous pouvez, si vous voulez, dessiner le trapèze des voyelles françaises (fig. 2) d’abord pour montrer ce qu’il ne faut pas faire… Ceci vous donne l’occasion de faire remarquer que le trapèze représente la position de la langue dans la bouche vue de profil.

8

Fig. 2. Le trapèze des voyelles françaises (simplifié)

Fig. 2. Le trapèze des voyelles françaises (simplifié)

9Pour bien montrer la différence entre la tension des deux systèmes de voyelles, parler en anglais avec un accent français et en anglais avec un accent français ; les étudiants comprennent toute de suite.

10Avec l’aide du tableau des voyelles simples (un transparent et des polycopies distribuées aux étudiants), un miroir, des paires minimales et des répétitions individuelles et collectives, expliquer aux étudiants la réalisation des voyelles simples. Commencer par /i: i e æ/ en montrant l’ouverture progressive de la bouche. Ensuite, faire la même chose pour /ɑ: ɒ ɔ: u:/ en insistant sur les lèvres (voir « LIPS » sur la proposition de la disposition du tableau). Le schwa /ə/ est facile, mais très important, le /ɜ:/ n’est pas arrondi et le /ʌ/ n’est pas un /y/ français ! Pour les diphtongues, un bon point de départ sera de montrer qu’il ne s’agit pas de « fausses diphtongues » françaises (ex : anglais : « pay » vs. français : « pays »). En anglais le premier élément de chaque diphtongue est de loin le plus important.

  • 4 Pour l'enseignement de l'accentuation voir l'article du Cahier de l'APLIUT de mars 2002 « Seeing is (...)

11Au sujet de l’accentuation, je n’hésiterais pas à en parler, mais sans donner trop d’explications. L’accentuation en anglais est un des plus grands problèmes au niveau de l’anglais oral pour les francophones, et j’y consacrerais au moins deux heures de cours. Il serait peut-être plus judicieux d’utiliser des mots tels que « strong » et « weak » pour le moment, et de se limiter à une simple sensibilisation au moment de la présentation des voyelles, ou au moment de la transcription. Il existe néanmoins la possibilité de tenir compte de la transcription de l’accentuation primaire et de l’accentuation secondaire dans le test, mais sans que cela figure obligatoirement dans la note du test4.

3) Consonnes

12L’explication des consonnes se déroule comme l’explication des voyelles, mais plus facilement, puisque la majorité des caractères ressemble à des lettres de l’alphabet normal. Faites attention surtout aux phonèmes suivants : /θ ð ʃ ʒ tʃ dʒ ŋ j/. Pour la distinction sourd/sonore, choisir une paire minimale de constrictives (ex. /ʃ ʒ/) et mettre les doigts sur le larynx pour sentir les vibrations.

4, 5 et 6) Activités

13Après la pause, ou pendant la séance suivante (il faut qu’ils fassent un effort pour apprendre les caractères entre les séances), préparer les étudiants en leur demandant de classer les lettres de l’alphabet selon la prononciation de chaque lettre (voir la fiche évaluation, annexes 7 et 8). Les étudiants tentent ensuite des activités de transcription (voir annexe 6). D’abord ils doivent trouver des mots à partir de transcriptions (« version »). Après une correction magistrale, il doivent faire les transcriptions eux-mêmes (« thème »). Le « thème » se passe souvent mieux quand les étudiants travaillent à deux, et la correction est très utile pour soulever des erreurs à éviter (/ə/ /ʃ/ /j/, etc.).

7) Poème

14À la fin de la séance d’activités, demander au même étudiant de relire le poème. Cette fois-ci, projeter sur l’écran la version avec les transcriptions des huit réalisations de -ough. L’étudiant a une ou deux minutes pour regarder les transcriptions et pour trouver les sons sur ses fiches (le plus souvent toute la classe le fait en même temps). En général, cette lecture est suffisamment correcte pour qu’aucun commentaire ne soit nécessaire, à part faire remarquer que l’orthographe n’est pas toujours éloignée de la prononciation. Il ne faut pas oublier de rappeler à la classe qu’il y aura une évaluation la semaine suivante, et qu’il faudra apprendre le trapèze de voyelles anglaises et pouvoir faire des transcriptions sans fiche.

8 et 9) Évaluation et correction

15Trente minutes devraient suffire pour l’évaluation. Ensuite, ramasser les copies et les redistribuer au hasard. La correction de l’évaluation par les étudiants avec l’aide de l’enseignant est un bon exercice. L’attribution des points ne laisse pas trop de place pour la subjectivité, donc les étudiants peuvent corriger sans difficulté. La moyenne se trouve normalement autour de douze points.

Résumé du déroulement proposé

  • 5 Au début, surtout si vous n’êtes pas entièrement à l’aise avec la phonétique, prévoir un peu plus d (...)

Séance

étape

durée5

activité(s)

1e heure (1e cours)

1

10 mins

poème & justification

2

30 mins

voyelles simples et diphtongues

3

20 mins

consonnes

4

10 mins

pause (si le premier cours est de deux heures)

2e heure (1e/2e cours)

5

10 mins

activité : « version » (mots transcrits à déchiffrer)

6

30 mins

activité : « thème » (mots à transcrire)

7

5 mins

poème avec quelques phonèmes transcrits

3e heure (après une semaine)

8

25 mins

évaluation écrite

9

25 mins

correction de l’évaluation en classe

Conclusion

16Une fois l’outil de l’API acquis, ou au moins démystifié, l’apprentissage de la prononciation en cours ou en autonomie devient plus facile. Agrandir les trois fiches (consonnes, voyelles simples et diphtongues) et les afficher au mur rend l’enseignement et la correction ponctuels en classe plus commodes. Il existe aussi de nombreuses activités et tâches pour un entraînement plus ludique à la prononciation des phonèmes qui présentent des difficultés particulières.

Haut de page

Bibliographie

Arleo, A. 1993. « Les étudiants en IUT devraient-ils apprendre l’Alphabet Phonétique International ? ». Les Cahiers de l’APLIUT n° 49 : 39-52.

Bowen, T. & J. Marks. 1992. The Pronunciation Book. Harlow : Longman.

Cunningham, S. & B. Bowler. 1990. Headway: Intermediate Pronunciation. Oxford : Oxford University Press.

Kenworthy, J. 1987. Teaching English Pronunciation. Londres : Longman.

Tench, P. 1981. Pronunciation Skills. Basingstoke : Macmillan.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Consonants

Annexe 1. Consonants

Annexe 2. Simple vowels

Annexe 2. Simple vowels

Annexe 3. Diphtongs

Annexe 3. Diphtongs

Annexe 4. English sounds

Annexe 4. English sounds

Annexe 5. A Poem

Annexe 5. A Poem

Annexe 6. Phonetics : transcription

Annexe 6. Phonetics : transcription

Annexe 7. Phonetics : transcriptions (correction)

Annexe 7. Phonetics : transcriptions (correction)

Annexe 8. Test : Phonetics

Annexe 8. Test : Phonetics

Annexe 9. Test : Phonetics (correction)

Annexe 9. Test : Phonetics (correction)

Annexe 10. Tableau (présentation)

Annexe 10. Tableau (présentation)
Haut de page

Notes

1 Les symboles traités sont ceux qui sont nécessaires pour faire des transcriptions larges de l’anglais britannique (RP). Il fallait faire un choix pédagogique, bien que je reconnaisse la pluralité de l’anglais de nos jours. Il faut, bien évidemment, parler des variétés d'anglais parlées dans le monde entier, par les natifs et par les non-natifs. L'exemple du /r/ post-vocalique en anglais américain me semble particulièrement important à souligner.

2 Si vous souhaitez recevoir tous les matériaux dont je parle dans cette fiche, et qui figurent en annexe, demandez-moi le dossier par courriel. Ce dossier contient aussi la police phonétique nécessaire pour la lecture des caractères (SILDoulosIPA), et qu'il faut télécharger sur http://www.sil.org/computing/fonts/.

3 Sauf en cas de classe très faible, tout se fait en anglais. Il n’y a pas besoin d’employer trop de jargon, mais quelques mots techniques par-ci par-là semblent plaire aux étudiants (« labio-dental fricative » par exemple…).

4 Pour l'enseignement de l'accentuation voir l'article du Cahier de l'APLIUT de mars 2002 « Seeing is believing : l’oscillogramme, l’auto-apprentissage et l’accentuation de mots », où j'expose mes travaux de DEA. L'enseignement de l'accentuation est le sujet principal de mes recherches, et fera donc l'objet d'autres publications.

5 Au début, surtout si vous n’êtes pas entièrement à l’aise avec la phonétique, prévoir un peu plus de temps pour chaque étape (jusqu’à 50 % pour tout sauf l’évaluation).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Un extrait de la présentation de l’alphabet phonétique
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 2. Le trapèze des voyelles françaises (simplifié)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Annexe 1. Consonants
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-3.png
Fichier image/png, 73k
Titre Annexe 2. Simple vowels
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-4.png
Fichier image/png, 65k
Titre Annexe 3. Diphtongs
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-5.png
Fichier image/png, 57k
Titre Annexe 4. English sounds
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-6.png
Fichier image/png, 121k
Titre Annexe 5. A Poem
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-7.png
Fichier image/png, 106k
Titre Annexe 6. Phonetics : transcription
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-8.png
Fichier image/png, 68k
Titre Annexe 7. Phonetics : transcriptions (correction)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-9.png
Fichier image/png, 98k
Titre Annexe 8. Test : Phonetics
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-10.png
Fichier image/png, 145k
Titre Annexe 9. Test : Phonetics (correction)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-11.png
Fichier image/png, 205k
Titre Annexe 10. Tableau (présentation)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3680/img-12.png
Fichier image/png, 222k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dan Frost, « La phonétique pour les vaches espagnoles », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 3 | 2003, 47-61.

Référence électronique

Dan Frost, « La phonétique pour les vaches espagnoles », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 3 | 2003, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://apliut.revues.org/3680 ; DOI : 10.4000/apliut.3680

Haut de page

Auteur

Dan Frost

Dan Frost est professeur agrégé d’anglais à l’IUT de Grenoble 2 (départements Informatique et Statistiques et Traitement Informatique des Données) après avoir été lecteur en phonétique anglaise à Aix-en-Provence, et professeur dans le secondaire. Il a un BA en sciences du langage, une Maîtrise de phonétique et un DEA en anglais de spécialité. Ses domaines de recherche sont la phonétique et l’EAO. Il est actuellement inscrit en thèse à Bordeaux.
dan.frost@iut2.upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page