Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Stages en entreprises à l’étranger

Jacques Kuhnlé
p. 87-97

Texte intégral

1Cet article s’adresse surtout aux jeunes collègues qui, lorsqu’ils pensent stages à l’étranger, pensent essentiellement aux stages dans les universités étrangères et imaginent que trouver des stages en entreprise est une tâche insurmontable. Ce qui suit résume rapidement la démarche que j’ai suivie. À chacun de l’apprécier, de la critiquer et de l’adapter à sa propre situation et à ses propres talents en informatique.

2En 1989, j’ai décidé d’essayer de trouver des entreprises en Grande-Bretagne et en Allemagne qui accepteraient de prendre en stage mes étudiants de 2e année des départements « Génie Électronique et Informatique Industrielle » (GEII) et « Génie des Télécommunications et Réseaux » (GTR).

3J’ai donc envoyé à des dizaines de compagnies britanniques une lettre expliquant les buts du stage et ce qu’elles pourraient en retirer (Annexes 1 et 2).

  • 4 stages m’ont été offerts pour 1990.

4J’ai renouvelé chaque année l’envoi de demandes à d’autres entreprises et la progression du nombre de stages offerts a été régulière :

  • 1991 : 8,

  • 1992 : 10,

  • 1993 : 12,

  • etc., pour arriver à 14 en 1997.

5Comme, en parallèle, j’avais également trouvé des stages en Allemagne, le nombre total d’étudiants dont j’étais responsable devenait trop important, aucun collègue ne pouvant partager cette tâche avec moi. En fait, si je voulais pouvoir maîtriser et gérer moi-même totalement mes étudiants, depuis la sélection et l’affectation des différents candidats, en passant par les visites sur site, la lecture des rapports et ma présence aux soutenances, je ne pouvais raisonnablement être responsable que de 8 étudiants au maximum par département. Donc un maximum de 16 puisque je pouvais jouer sur GTR et GEII. Et depuis 2000, le nombre de stages est effectivement limité à 16, tous pays confondus.

6D’un autre côté, la localisation des entreprises était également capitale si je voulais rendre visite à tous mes étudiants : j’ai passé des heures sur les autoroutes anglaises à rouler vers l’Écosse et en revenir, par tous les temps (avec les chaînes dans le coffre puisque nos stages ont lieu entre février et avril), effectuant même parfois la visite le dimanche. Grosse fatigue pour le conducteur, grosse dépense pour les 2 départements et grosse quantité de travail de préparation et de suivi. J’ai donc laissé s’étioler ou « mourir » les relations avec les sociétés situées dans les endroits les plus éloignés, si bien qu’aujourd’hui toutes les entreprises sont situées au sud de Nottingham.

7Au fil des ans, certaines entreprises d’origine, même fidèles, ont disparu du paysage : rachat par une compagnie plus importante, réduction drastique des coûts, licenciements massifs ou faillite. Certaines sont restées fidèles. Motorola par exemple est passé de 1 stage à 2 puis 3 aujourd’hui. Mais il est nécessaire de toujours rechercher de nouvelles compagnies afin de compenser les pertes qui sont inévitables sur une longue période.

Recherche de sociétés

8J’ai commencé par consulter les petites annonces du Sunday Times et contacter toutes sortes de sociétés, pas uniquement celles du domaine de l’électronique et de l’informatique. Il est plus efficace d’avoir un nom de personne à qui écrire et pas un anonyme « chef du personnel ». Toutefois, il existe de moins en moins de compagnies recrutant leur personnel directement. Presque toutes passent maintenant par l’intermédiaire de cabinets de recrutement et il est donc difficile de les contacter directement. Les magazines techniques spécialisés sont une source très intéressante. Le Web offre énormément de possibilités ainsi que les Yellow Pages d'une région donnée. Les tuteurs changent parfois d’entreprise et peuvent, si on a pris soin de maintenir des contacts satisfaisants, voire amicaux, avec eux, recréer une offre dans leur nouveau poste. Les étudiants ayant été embauchés à la suite de leur stage une année, peuvent à leur tour accepter de prendre un stagiaire quelques années plus tard. Le grand principe est bien de multiplier les contacts, en particulier au cours de la visite sur place.

9Pour l’anecdote, le timing de l’envoi de la demande est capital. Solliciter des entreprises dans le mois qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001 était bien téméraire et le résultat a été à la hauteur de l’insolence : 2 offres sur 400 contacts. 0,5 % d’efficacité !

Sélection des étudiants

101. Le principe de base est le sérieux et la motivation de l’étudiant. Une attitude désagréable ou une assiduité défaillante en cours a de fortes chances d’aboutir à une non-sélection. Encore que malgré ces précautions, certains étudiants, rares heureusement, se conduisent parfois d’une manière inacceptable dans leur entreprise ou chez leur logeur.

112. En cours de 1e année, je repère quels étudiants ont un niveau de langue leur permettant de survivre en Grande-Bretagne. Pour l’Allemagne, cette vérification est assurée par un collègue germanophone.

12Malgré tout, le niveau d’anglais est moins important pour moi que les capacités scientifiques et techniques de l’étudiant. Il ne faut pas qu’il ait de difficultés techniques dans son projet, afin que son tuteur, au moins sur ce plan-là, soit satisfait de son travail. Et de toute façon, même un « bon » en anglais est loin de maîtriser suffisamment la langue pour que le niveau en langue soit le critère unique de sélection.

133. En mai, je présente aux étudiants les différentes offres de stages et les encourage à assister aux soutenances des étudiants ayant fait leur stage à l’étranger.

144. Je fais remplir une fiche de vœux et de renseignements qui va me permettre d’affiner ma sélection (Annexe 3).

155. Le soir du jury de passage en 2e année, j’affiche la liste des sélectionnés. Cette liste est établie en fonction des résultats dans les matières scientifiques (maths et physique), techniques (génie électrique et informatique industrielle), pratiques, et en anglais.

166. En septembre, je contacte les entreprises, anciennes ou nouvelles, pour savoir de combien de stages je dispose et à la Toussaint, je propose aux étudiants tel ou tel stage en respectant leurs vœux autant que possible.

17Cette sélection concerne uniquement les entreprises de mon « stock ».

18Les étudiants ne se trouvant pas sur la liste des sélectionnés peuvent faire eux aussi leur stage à l’étranger dans certains cas : manque de candidats, stage trouvé par leurs propres moyens dans une entreprise nouvelle, etc.

Départ en stage

19Je donne aux partants une série d’instructions à suivre. Ceci dans le but évidemment que tout se passe bien dans leur stage, mais aussi afin d’essayer de trouver sur place d’autres entreprises ou contacts permettant d’autres offres de stage (Annexe 4).

Rémunération

20Le stage ayant lieu en cours d’année (février-avril), il est difficile de faire appel aux bourses de type Leonardo qui exigent 3 mois de stage minimum, et qui nécessitent de connaître dès le mois de mai précédent l’identité du futur stagiaire et de l’entreprise. Le problème du financement n’est cependant pas insurmontable puisque toutes les entreprises collaboratrices rémunèrent les étudiants. Plus ou moins généreusement mais toujours dans des conditions telles que, au pire, l’étudiant fera une opération « blanche » (ni gain, ni perte). Et tout ceci en dehors des complications administratives des programmes de bourses européens.

21L’entreprise se charge normalement de trouver le logement. Il est rare que j’intervienne.

Suivi des stagiaires

  • Appel téléphonique au bout de 2 semaines pour vérifier que tout se passe bien.

  • Visite sur place autour de la 8e/9e semaine.

  • Récupération des feuilles d’évaluation remplies par les tuteurs (Annexes 5 et 6). Pourquoi 2 feuilles différentes ? La feuille 6 me permet d’atténuer les notes exagérément élogieuses de la feuille 5, avec un barème de 2 points pour la colonne « Excellent », 1,5 pour la colonne « Good », 1 pour « Satisfactory », 0,5 pour « Poor » et 0 pour « Very poor ».

  • Récupération des rapports de stage. Je laisse la possibilité de les rédiger en anglais ou en français.

  • Participation des tuteurs aux soutenances. Toutefois, la soutenance se fait en français (elle est destinée aux autres membres du jury et aux étudiants de 1année. Le tuteur étranger en principe doit savoir ce que son stagiaire a fait pour lui).

Conclusion

22L’expérience a été prenante mais passionnante.

23Prenante, voire épuisante, parce que la recherche de la qualité au sein des entreprises, même celles considérées comme les fleurons du capitalisme efficace, est une longue, très longue marche, et qu’il faut constamment suppléer aux manques ou rattraper les erreurs (conventions égarées ou renvoyées après le début du stage, définition du projet de stage au jour le jour, feuilles d’évaluation non renvoyées ou mal remplies, tuteur découvrant l’arrivée imprévue d’un étudiant dans son service, tuteur annonçant sa venue et absent sans explication, etc.).

24Passionnante parce qu’elle m’a permis de connaître des personnes remarquables, serviables, généreuses. Que j’ai pu redécouvrir les charmes de la conduite sur les routes anglaises où, comme lors d’une randonnée en montagne, la distance se mesure non pas en miles mais en heures de trajet (rarement en minutes). Que j’ai renoué avec les amis de l’époque où j’avais été lecteur de français au collège de Swindon en 1966. Et qu’elle a permis aux étudiants (avec parfois leurs remerciements) d’entrer plus facilement en école d’ingénieurs ou sur le marché du travail.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Courrier aux chefs d’entreprise britanniques

Annexe 1. Courrier aux chefs d’entreprise britanniques

Annexe 2. Présentation du stage en anglais

Annexe 2. Présentation du stage en anglais

Annexe 3. Fiche de vœux étudiant

Annexe 3. Fiche de vœux étudiant

Annexe 4. Consignes aux stagiaires

Annexe 4. Consignes aux stagiaires

Annexe 5. Fiche d'évaluation du stage en anglais (1e partie)

Annexe 5. Fiche d'évaluation du stage en anglais (1e partie)

Annexe 6. Fiche d'évaluation du stage en anglais (2e partie)

Annexe 6. Fiche d'évaluation du stage en anglais (2e partie)
Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1. Courrier aux chefs d’entreprise britanniques
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3742/img-1.png
Fichier image/png, 95k
Titre Annexe 2. Présentation du stage en anglais
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3742/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Titre Annexe 3. Fiche de vœux étudiant
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3742/img-3.png
Fichier image/png, 64k
Titre Annexe 4. Consignes aux stagiaires
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3742/img-4.png
Fichier image/png, 91k
Titre Annexe 5. Fiche d'évaluation du stage en anglais (1e partie)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3742/img-5.png
Fichier image/png, 35k
Titre Annexe 6. Fiche d'évaluation du stage en anglais (2e partie)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3742/img-6.png
Fichier image/png, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Kuhnlé, « Stages en entreprises à l’étranger », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 2 | 2003, 87-97.

Référence électronique

Jacques Kuhnlé, « Stages en entreprises à l’étranger », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 2 | 2003, mis en ligne le 30 avril 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3742 ; DOI : 10.4000/apliut.3742

Haut de page

Auteur

Jacques Kuhnlé

IUT de Nancy-Brabois, Départements « Génie Électronique et Informatique Industrielle » et « Génie des Télécommunications et Réseaux »

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page