Navigation – Plan du site

Texte intégral

1S’adressant à des étudiants spécialistes d’autres disciplines, les enseignants de langue du secteur LANSAD contribuent à la formation de futurs professionnels. Faire acquérir à leurs apprenants les clés de la langue-culture d’un milieu professionnel fait donc partie de leur mission. Au-delà des codes de déontologie stricto sensu, l’éthique se révèle être l’une des clés de la langue-culture professionnelle, car on observe une quête de sens et un besoin grandissant de repères dans tous les secteurs d’activité.

2Cependant, la place que l’éthique doit occuper dans le contenu de l’enseignement des langues est souvent mal définie, quand elle n’en est pas totalement absente. L’objectif de ce volume est de contribuer à préciser cette place en montrant que les angles d’approche des cultures professionnelles foisonnent (éthique médicale, sociale, économique, juridique, et même personnelle) et ouvrent sur une vaste palette de problématiques. À travers plusieurs des textes publiés ici, nous verrons que les questions d’éthique peuvent être un moyen de décloisonner des secteurs disciplinaires souvent séparés et d’appréhender la complexité des situations et des personnes. En effet, l’éthique est sujette à de multiples variations et, tout en reposant sur des valeurs fondamentales, elle implique des contradictions et pose question. Ce caractère non figé, non délimité, vivant, en fait un matériau précieux pour les enseignants de langue.

3Poser la problématique de la place de l’éthique dans l’enseignement-apprentissage des langues implique de s’interroger sur la formation des formateurs. Dans l’approche co-actionnelle, co-culturelle de l’enseignement/apprentissage des langues prescrite par le Cadre européen commun de référence pour les langues, et a fortiori dans les formations en prise avec les enjeux professionnels de terrain, l’enseignant devra posséder un code et des compétences éthiques qui le rendent apte, notamment, à gérer les questions relationnelles et à mettre en perspective la langue-culture source et la langue-culture cible. La formation actuelle des enseignants de langue prend-elle suffisamment en compte la dimension éthique du métier ? Selon Emmanuel Antier, si la réflexion sur l’éthique professionnelle des enseignants est actuellement en plein essor en sciences de l’éducation, elle est insuffisamment développée en didactique des langues-cultures. Or, la question est devenue capitale avec la demande et le développement d’une éducation plurilingue et interculturelle. Considérant que l’éthique professionnelle est une éthique appliquée, c’est-à-dire centrée sur la prise de décision dans des situations vécues, E. Antier se place dans une perspective disciplinaire et fait l’hypothèse qu’il existe une éthique professionnelle commune aux enseignants de langue-culture. Dans son article, il vise à mettre en évidence la manière spécifique dont se pose la problématique de l’éthique dans la pratique des enseignants de langue-culture en s’appuyant sur les travaux d’auteurs spécialistes du domaine, ainsi que sur la parole d’enseignants de langue-culture recueillie lors d’entretiens semi-directifs.

4Véronique Perry se penche sur le lien entre genre et conscience éthique en classe de langue. Elle constate que les recherches portant sur les rapports entre le genre et le langage sont beaucoup plus développées dans les pays de langue anglaise qu’en France et examine l’impact de cet écart dans le domaine de la didactique des langues-cultures. Dans un enseignement de type actionnel, l’apprenant est un acteur social ; par conséquent, le « droit au savoir » sur le genre rejoint la compétence pragmatique (notamment le savoir-agir en société et dans un milieu professionnel). La maîtrise de l’expression non sexiste devient un atout fondamental, voire un pré-requis pour les études supérieures et le recrutement professionnel. Pour répondre à l’objectif de professionnalisation de nombreuses formations universitaires, V. Perry a conçu pour ses étudiants une formation aux stratégies d’expression non sexistes, écrites et orales, qui repose sur une progression allant de la mise à distance à la mise en scène et à la réflexivité par l’utilisation de la vidéo.

5Pour Marie-Lise Assier, l’éthique est non seulement au cœur du domaine médical, mais elle est aussi au croisement des domaines de la santé et de l’éducation. L’auteure se fonde sur deux enquêtes pour observer que la place de l’éthique dans les cursus de santé est très variable et pas toujours confrontée à des situations réelles. M.-L. Assier postule que la nature du questionnement que soulève l’éthique rend cette dernière déterminante dans les rapports entre langue, culture et spécialité. C’est pourquoi elle avance que, sans se substituer à l’enseignement spécifique de l’éthique médicale, la langue de spécialité (ici, l’anglais) peut aider au questionnement et enrichir la réflexion sur certaines problématiques. Par ses connaissances techniques et culturelles, l’enseignant d’anglais peut contribuer au développement de nouvelles compétences transversales et aider le futur praticien à prendre conscience des enjeux éthiques de ses actes. Ainsi, donner une place à l’éthique dans l’anglais de spécialité est un moyen de décloisonner l’enseignement médical souvent fragmenté en de multiples spécialités.

6Également dans le domaine du soin, l’article de Guillaume Demont propose une réflexion sur la pluralité des éthiques et sur leur enseignement. Son objectif est de penser la place de l’éthique dans une formation de français à visée professionnelle pour enseigner une éthique du soignant qui éduque en même temps qu’il prodigue des soins. Ayant constaté la présence de différents « moments professionnels » en jeu dans l’exercice quotidien d’une profession, il montre comment ces moments s’articulent les uns aux autres dans la pratique. En s’appuyant sur l’exemple d’une activité professionnelle particulière dans le secteur de l’aide à la personne dépendante, G. Demont démontre que l’éthique peut devenir une composante à part entière de la langue-culture professionnelle lorsqu’elle est enseignée à partir de récits personnels.

7Selon Yannick Iglesias-Philippot, la compétence éthique occupe une place centrale en didactique des langues-cultures, en particulier dans l’enseignement-apprentissage des langues de spécialité. En effet, ce domaine est caractérisé par l’acquisition de compétences transversales et par la professionnalisation, son objectif final étant la formation d’un acteur social. Y. Iglesias-Philippot insiste sur la complexité de la formation à la compétence éthique qui renvoie également à l’autonomisation et à la responsabilisation de l’étudiant ainsi qu’à sa formation à la compétence informationnelle. Elle montre que, grâce à sa dimension à la fois collective et collaborative, le projet pédagogique est un moyen privilégié pour mettre en œuvre l’acquisition de la compétence éthique. Sa démonstration s’appuie sur de nombreux exemples concrets en espagnol de l’économie.

8Sandrine Chapon s’intéresse à une catégorie particulière de « fiction à substrat professionnel » (FASP), les séries télévisées judiciaires. Comme toute FASP, ces séries sont des exemples de représentation authentique d’un milieu professionnel. Cependant, l’auteure relève une apparente contradiction interne au genre puisque le comportement des personnages de ces séries présente de fréquentes entorses à l’éthique juridique. Par conséquent, une réflexion s’impose sur leur utilisation comme documents pédagogiques dans le cadre de l’apprentissage de la langue-culture de spécialité. S. Chapon déconstruit la représentation fictionnelle de l’avocat et analyse les effets qu’opère cette représentation sur les spectateurs en général et sur les étudiants en particulier. À travers différents exemples, elle prouve que les auteurs de FASP utilisent des procédés narratifs postmodernes dont l’objectif est de garantir que le récepteur sait qu’il est plongé dans un univers où les codes déontologiques professionnels sont temporairement suspendus ; et elle présente plusieurs types de tâches qui permettent aux étudiants de prendre du recul sur la représentation « non éthique » de la justice à la télévision.

9L’expérience décrite par Joséphine Rémon ne vise pas l’acquisition d’une éthique professionnelle pour des étudiants en tant que futurs acteurs du monde du travail, mais celle d’une éthique citoyenne transversale dans le cadre de débats dans une classe de langue de spécialité. Cette acquisition est fondée sur l’hypothèse que l’utilisation de questions « éthiquement vives » lors d’activités de production langagière encourage la prise de risque et l’engagement dans la tâche de l’apprenant. Son étude qualitative du corpus de productions écrites recueillies lors de plusieurs séances révèle une réelle prise de risque langagière à travers des marques énonciatives d’engagement dans la tâche telles que l’humour ou la modalité, et à travers la complexité du propos des étudiants – malgré leurs moyens linguistiques limités.

10Dans un article hors thème, Geraldine Mc Dermott fait le bilan d’une étude mesurant la réponse des étudiants vis-à-vis de l’utilisation des médias sociaux dans l’apprentissage d’une langue (dans ce cas, il s’agit d’un cours de français langue étrangère en Irlande). Ses résultats soulignent l’intérêt de l’expérience. L’auteure part du double constat que la plupart des apprenants sont, d’une part, peu motivés par l’apprentissage du français et, d’autre part, familiers des réseaux sociaux. L’utilisation de ces réseaux dans le cadre du cours de langue à partir d’une plateforme d’enseignement offre de multiples intérêts : elle permet aux apprenants de participer plus facilement à des activités en ligne, facilite l’interaction et améliore la communication ; elle rend possible des échanges authentiques et la création de liens avec des locuteurs natifs de la langue cible.

11Deux recensions d’ouvrage complètent ce volume. Jean-Claude Bertin rend compte de l’ouvrage Les Langues dans l’enseignement supérieur. Quels contenus pour les filières non linguistiques ? édité par Mariella Causa, Martine Derivy-Plard, Brigitte Lutrand-Pezant et Jean-Paul Narcy-Combes. Cet ouvrage collectif constitue un prolongement de la journée d’étude annuelle organisée en 2009 par l’axe « Tâches et dispositifs » du laboratoire DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures – Paris 3 et Paris 6).

12Martine Azuelos publie un compte-rendu de l’ouvrage de Michel Van der Yeught, L’anglais de la bourse et de la finance : description et recherche. Cet ouvrage est le premier de la collection « Langues de spécialité » dirigée par Michel Van der Yeught aux éditions Ophrys en partenariat avec le GERAS et le LERMA (EA 853) de l’Université d’Aix-Marseille.

13Bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXII N° 2 | 2013, 15 juin 2013.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXII N° 2 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3754

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Rédactrice en chef de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page