Skip to navigation – Site map

Vol. XXII N° 1 | 2003
Vers une démarche qualité dans la formation en langues ?

L’idée d’assujettir l’enseignement (particulièrement en langues) à une norme et à un contrôle de qualité représente un bouleversement culturel. En effet, depuis ses origines, l’institution décrète les programmes et crée les examens qui sanctionnent les compétences, et l’enseignant du supérieur travaille encore souvent de manière isolée. Les réticences à la démarche qualité tiennent aussi au domaine concerné. La formation est une activité de service, consommée en même temps que produite, et les bénéficiaires/clients en sont en même temps les acteurs. En conséquence, le processus ne peut être entièrement contrôlé ni les résultats garantis. La certification qualité est aujourd’hui admise pour la formation continue, puisque le client passe un contrat précis et limité avec le fournisseur. Cependant, il n’en est pas de même pour la formation initiale, a fortiori dans les disciplines linguistiques où elle fait encore figure de mode s’accompagnant nécessairement de complications et de paperasseries inutiles. Car dans l’apprentissage d’une langue, le facteur humain s’avère beaucoup plus déterminant que dans les sciences dites « dures », et toute évaluation du processus de formation est forcément entachée de subjectivité.
Les huit textes (articles et comptes rendus d’atelier) contenus dans ce numéro des Cahiers de l’APLIUT reprennent et précisent les objectifs, la méthode, les aspects positifs et les limites de la démarche qualité dans la formation. Deux recensions d’ouvrage complètent le volume.