Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce Cahier est consacré à l’Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère, plus connu sous son acronyme (EMILE). Il contient cinq articles et notes de recherche, deux notes de pédagogie, et une fiche pédagogique sur le thème, ainsi qu’une fiche pédagogique hors thème et deux recensions.

2Avec un certain recul depuis l’introduction d’EMILE dans les universités européennes (notamment à cause du programme ERASMUS, démarré en 1987), les didacticiens et les pédagogues commencent à pouvoir évaluer le concept et les opportunités qu’il offre pour l’enseignement/apprentissage des langues dans les formations professionnalisantes. Deux questions, en particulier, parcourent les différentes contributions de ce volume : le concept d’intégration, et le recrutement des enseignants.

  • 1 L’EMILE vient d’ailleurs de faire son apparition dans les nouveaux Programmes pédagogiques nationau (...)

3L’EMILE est fondé sur une approche méthodologique double : une discipline non linguistique est enseignée à travers une langue étrangère. Le concept d’intégration, central dans cette approche, met l’accent sur le fait que la langue et la matière non linguistique sont toutes deux objets d’enseignement/apprentissage, sans qu’il y ait préséance de l’une par rapport à l’autre. Cet équilibre délicat semble si difficile à atteindre que plusieurs auteurs se demandent s’il est véritablement possible de parler d’EMILE dans les dispositifs des cursus en anglais qui se sont multipliés ces dernières années1.

4La question de la formation et du recrutement des enseignants disciplinaires et des enseignants de langue est également cruciale. La réalisation du double objectif (apprentissage simultané de la discipline et de la langue) implique la mise en œuvre d’une approche particulière, transversale et collaboratrice, de l’enseignement et exige, de la part des établissements comme des enseignants de la discipline et des enseignants de langue, une réflexion spécifique, non plus exclusivement sur l’enseignement des langues, mais sur le processus d’enseignement en général.

5Gail Taillefer a soutenu le comité de rédaction dans la préparation de ce numéro et rédigé un avant-propos dans lequel elle met en perspective la recherche sur le sujet. Elle fait une synthèse des nombreuses questions que pose le concept en parcourant le thème des différentes contributions à ce volume.

6L’article de Philip Shaw pose les jalons d’une réflexion préalable à la création d’un cursus en anglais. Selon cet auteur, l’EMILE se situe entre deux extrêmes : l’enseignement à visée purement linguistique et l’enseignement de la langue de spécialité. L’EMILE comporte plusieurs « dimensions » dont il faut tenir compte, notamment, le contexte social, les contraintes et les objectifs de l’enseignement. Shaw note qu’il est illusoire de compter sur un apprentissage linguistique spontané et suggère des pratiques pour adapter l’EMILE au contexte français et développer l’acquisition d’une « bilittératie académique », c’est-à-dire la capacité à utiliser le discours disciplinaire dans les deux langues. Son argumentation repose sur les résultats de recherches menées dans des contextes très différents – d’une part, l’Espagne, d’autre part, les pays du nord-ouest de l’Europe.

7Catherine Riley analyse les étapes de la transformation d’une formation existante dans une université italienne en un master international élaboré selon les principes de l’EMILE. Elle rend compte des obstacles qu’il a fallu surmonter (contraintes institutionnelles, résistances des collègues, difficultés financières, etc.) et définit avec précision les conditions de la réussite d’un programme novateur (prise de conscience du contexte et des enjeux, identification des objectifs, anticipation des risques, nécessité de créer les conditions d’une véritable coopération entre enseignants, etc.). La forme choisie pour cet article – une métaphore de l’ascension en montagne – illustre parfaitement la nécessité d’engager une réflexion rigoureuse et de procéder avec méthode avant de se lancer dans l’ « aventure » de l’EMILE si l’on veut éviter perte d’énergie, échecs et déceptions.

8Ayant constaté que les formations en anglais se multiplient sans que les enseignants de langue aient été associés à la réflexion préalable à leur élaboration, Claire Chaplier présente les résultats d’une enquête menée auprès des responsables de sept masters en anglais sur le site toulousain. L’objectif de ces entretiens était de connaître la motivation des responsables scientifiques à concevoir des masters en anglais et d’avoir un aperçu des pratiques d’enseignement disciplinaire en anglais dans leurs formations. L’article analyse leurs représentations, leurs croyances, leurs savoirs et leurs pratiques concernant l’anglais scientifique et son enseignement, avec pour objectif d’aider les collègues scientifiques à aller vers l’EMILE. L’auteur conclut sur le rôle de la langue de spécialité dans cette approche de l’enseignement.

9Christine Rodrigues et Ciara R. Wigham notent que, malgré la nécessité d’une prise en compte des compétences à la fois disciplinaires et linguistiques dans la pédagogie de l’EMILE, les corrections faites par les enseignants portent plus souvent sur la matière que sur la langue. L’objectif de leur article est donc de vérifier dans quelle mesure un dispositif utilisant le Web 2.0 permet de ne pas négliger la correction linguistique. Leur étude concerne une formation EMILE intégrant le monde synthétique Second Life pour des étudiants en architecture. Ces derniers avaient pour mission de construire et de présenter oralement un modèle architectural, dans la langue cible. Les auteurs analysent l’apport de séances réflexives aux présentations orales des modèles et prouvent la nécessité d’une collaboration entre spécialistes de la matière et spécialistes de la langue pour atteindre l’objectif visé.

10Cristina Bosisio, Silvia Gilardoni et Maria Teresa Zanola s’intéressent à un aspect particulier de la formation des enseignants, l’éthique. Elles s’appuient sur le Cadre européen pour la formation des enseignants à l’EMILE. Ce document, moins connu que le Cadre européen commun de référence pour les langues car beaucoup plus récent (il date de 2011), propose une liste de compétences professionnelles cibles à développer chez les enseignants en formation à tous les niveaux du système éducatif. Les trois auteurs soulignent la place prépondérante de l’éthique dans la formation des enseignants de langues et mettent en évidence l’importance qui lui est accordée, d’un point de vue à la fois quantitatif et qualitatif, dans le Cadre européen pour la formation des enseignants à l’EMILE.

  • 2 Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin, « Le semestre international, un projet transversal à l’IU (...)

11La note pédagogique de Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin présente une réflexion sur quelques questions de méthodes qui se sont posées lors de la création d’un semestre international, puis d’une licence professionnelle dans un IUT (la mise en place du semestre international a déjà donné lieu à la publication par les mêmes auteurs d’une fiche pédagogique dans notre revue2). Ils reviennent essentiellement ici sur le choix des enseignants de spécialité, sur les critères de sélection des étudiants et sur le type de pédagogie à adopter dans ces parcours de formation.

12Jocelyne Napoli et Jocelyne Sourisseau font un survol d’une quinzaine de dispositifs d’EMILE dans des masters dans les domaines du droit, de l’économie et de la gestion sur le site toulousain. Elles présentent le résultat de leur enquête et soulignent les points forts, les difficultés et les limites des formations examinées. Les deux auteurs apportent ensuite quelques suggestions pour améliorer l’acquisition des compétences disciplinaires ainsi que l’apprentissage de la langue dans le cadre de l’EMILE.

13La dernière contribution sur le thème de ce Cahier est une fiche pédagogique. Nadia Yassine-Diab et Nolwena Monnier comparent quatre dispositifs d’EMILE mis en place dans quatre départements d’IUT sur Toulouse. La fiche comprend d’abord une présentation factuelle de chaque dispositif – notamment, les objectifs visés par le projet, le public concerné, l’organisation pédagogique mise en œuvre, le profil des intervenants, leur collaboration (ou non) avec les enseignants de langue. Pour conclure, les deux auteurs tentent d’établir un bilan de ces expériences et d’envisager les perspectives de développement de ces dispositifs.

  • 3 Des exemples des vidéos réalisées par les étudiants sont visibles sur la version en ligne de la fic (...)

14La fiche pédagogique hors thème rédigée par Julie Guibreteau et Catherine Mavromara-Lazaridou concerne l’enseignement du français langue étrangère (FLE). Il s’agit d’un mini-projet lexico-culturel sur les transports publics, réalisé dans une perspective actionnelle, qui aboutit à la création de petites videos3. L’activité décrite par les auteurs peut être envisagée dans le cadre de l’enseignement/apprentissage d’autres langues et étendue à des sujets variés.

15Deux recensions complètent enfin ce volume. La première, signée par Séverine Wozniak, est un compte rendu du livre de Leslie Thompson et Jean-Toussaint Pindi, Anglais Appliqué : Sciences du management, Travail, Ressources humaines (master et doctorat).

16Dans la deuxière recension, John Humbley analyse l’ouvrage Evolving Genres in Web-mediated Communication, publié sous la direction de Sandra Campagna, Giuliana Garzone, Cornelia Ilie et Elizabeth Rowley-Jolivet.

17À tous, nous souhaitons une bonne lecture.

18Mireille Hardy

Nous tenons à remercier tout particulièrement Gail Taillefer ainsi que les membres du comité de lecture de la revue et les évaluateurs extérieurs que nous avons sollicités. La publication de ce volume leur doit beaucoup.

Haut de page

Notes

1 L’EMILE vient d’ailleurs de faire son apparition dans les nouveaux Programmes pédagogiques nationaux (PPN) des Diplômes universitaires de technologie (DUT), applicables à la rentrée 2013.

2 Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin, « Le semestre international, un projet transversal à l’IUT », Cahiers de l’APLIUT, 139-147. [En ligne], Vol.XXX N° 1 | 2011, document 11, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 26 septembre 2013. URL : http://apliut.revues.org/537 ; DOI : 10.4000/apliut.537.

3 Des exemples des vidéos réalisées par les étudiants sont visibles sur la version en ligne de la fiche pédagogique sur www.apliut.revues.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXII N° 3 | 2013, 7-10.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXII N° 3 | 2013, mis en ligne le 05 octobre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/3837

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Rédactrice en chef de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page