Navigation – Plan du site
Notes

Retour sur diverses expériences d’Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (EMILE) dans un IUT

Assessment of various experiments of Content and Language Integrated Learning (CLIL) in a French Institute of technology
Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin
p. 114-122

Résumés

Deux expériences d’Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (EMILE) – le semestre international et la licence professionnelle ‘Management Appliqué au Développement Durable’ – ont récemment été mises en place à l’IUT Paris Descartes. L’objectif de cet article est de présenter quelques questions de méthodes que nous nous sommes posées au lancement de ces formations en anglais : quels enseignants de spécialité recruter ? Quelle pédagogie favoriser ? Quels critères adopter dans la sélection des étudiants pour ces parcours de formation ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’IUT Paris Descartes, nous avons développé une offre de modules de spécialité enseignés en anglais : d’abord dans le cadre d’un projet intitulé « semestre international » et, tout récemment, dans le cadre d’une licence professionnelle en management international appliqué au développement durable (MIADD). Le semestre international a été créé en 2009 pour répondre à une triple demande : le souhait de nos étudiants de renforcer leurs compétences linguistiques en anglais, la forte demande des partenaires internationaux d’une offre de formation en anglais à l’IUT, et enfin la proposition d’un certain nombre d’enseignants de dispenser leur enseignement de spécialité en langue étrangère. Ce projet a remporté un vif succès, tant auprès des étudiants intéressés qu’auprès des instances de notre université : le CEVU l’a en effet retenu comme « projet d’initiative pédagogique » deux années de suite. En 2012, une fois la première expérience d’EMILE installée dans notre IUT, la licence professionnelle MIADD était lancée. Cette licence propose les deux tiers de ses enseignements en langue anglaise.

2L’objet du présent article n’est pas de décrire longuement les deux projets mais plutôt de présenter un certain nombre de questions pédagogiques que nous nous sommes posées lors de la mise en place de ces deux expériences d’enseignement de l’EMILE.

L’inscription de l’EMILE dans deux projets à l’IUT Paris Descartes : le semestre international et la licence MIADD

3Les contours et aspects divers du semestre international ont été décrits dans un précédent article (Mattioli & Robin 2011), nous n’y reviendrons pas ici.

4Trois ans plus tard, dès septembre 2012, était lancée une licence professionnelle. La majeure partie des enseignements de spécialité était dispensée en anglais. Elle répondait aux mêmes objectifs que le projet de semestre international, à savoir un objectif interne (internationalisation et attractivité accrue de la formation dans le cadre rigide du programme pédagogique national) et un objectif externe (développement de l’accueil d’étudiants Erasmus à l’IUT en leur proposant davantage de modules de spécialité en anglais). Les objectifs du semestre international ont été atteints, même s’ils ne l’ont pas été à la hauteur de nos espérances. Nous pouvons en effet constater qu’au cours des quatre ans d’existence du projet, le nombre d’étudiants étrangers intéressés par ce projet et celui des enseignements dispensés en anglais tendent à diminuer. Nous reviendrons sur les pistes explicatives de ce phénomène. Tout en poursuivant ces mêmes objectifs, cette nouvelle licence s’en fixe d’autres : d’une part, offrir une poursuite d’études attractive dans la continuité du semestre international après la deuxième année de DUT où les étudiants, notamment les meilleurs, se dirigent en majorité vers les écoles de commerce ; d’autre part, intégrer à l’horizon 2013 dix étudiants Erasmus au sein d’un groupe mixte composé d’étudiants en apprentissage et d’étudiants de nos universités partenaires.

5La licence professionnelle repose sur le système de l’alternance et sur une combinaison d’enseignements dit « majeurs » (en management international) et « mineurs » (en management du développement durable), ce qui assure aux étudiants une double compétence et devrait leur permettre d’évoluer plus tard à l’international dans les métiers du commerce (responsable achats, chef de zone, assistant import-export, etc.), de la logistique (supply chain manager) ou encore de la gestion de projet. Environ deux tiers des enseignements sont assurés en anglais, essentiellement dans les disciplines « cœurs de compétences ». L’unité d’enseignement mineur, plus technique, est généralement dispensée en français. Les cours sont donnés en anglais dans de petits groupes (20 étudiants environ) sous forme de TD. Ils concernent les matières suivantes : financement du commerce international, import-export, comptabilité analytique et contrôle de gestion, mathématiques appliquées, anglais des affaires, introduction au management interculturel, normes et régulations, management stratégique, marketing international, communication responsable, responsabilité sociale des entreprises, etc. En outre, une partie du mémoire professionnel est consacrée à la recherche appliquée en entreprise et une partie de la soutenance du mémoire professionnel doit être présentée en anglais.

6Au lancement des premières expériences de l’EMILE à l’IUT, un certain nombre de questions d’ordre pédagogique se sont posées : quelle devait être la formation des enseignants de spécialité en langue ? La pédagogie utilisée devait-elle être différente de celle utilisée dans un cours de spécialité habituel ? Au niveau du recrutement des étudiants, quels devaient être nos critères de sélection ? Voici les réponses apportées à ces questions.

Quelle formation pour quels enseignants ?

7Un certain nombre d’enseignants de spécialité se sont portés volontaires pour participer au semestre international. Ces enseignants ont été recrutés parmi les enseignants de l’IUT parce qu’ils étaient bilingues (un enseignant de mathématiques est franco-irlandais, par exemple), parce qu’ils avaient déjà vécu dans un pays anglophone pendant une période assez longue de leur vie, ou parce qu’ils étaient linguistes et souhaitaient faire évoluer leur enseignement vers des pratiques professionnelles et enseigner une matière de spécialité ou un sujet lié à la culture. Tous devaient être prêts à faire converger la transmission des savoirs et des compétences avec la transmission d’une langue (ici l’anglais). Des questions se sont posées au sujet des compétences linguistiques des non-linguistes : ces derniers se disaient non compétents pour faire des corrections en langues (sur les présentations orales des étudiants ou les devoirs écrits, aussi bien au niveau lexical que grammatical ou phonétique). Nous avons donc décidé que seule primait la communication et que, comme dans un contexte d’échanges internationaux, aucune correction en langue ne serait proposée par les enseignants non-linguistes. Aujourd’hui, après quatre ans de projet, nous pensons demander aux enseignants qui voudraient rejoindre le semestre international d’apporter la preuve de leur compétence en langue, notamment par un niveau B2+ ou C1. Pour justifier de leur niveau de langue, les enseignants pourront fournir soit une certification en langue, soit une habilitation à enseigner en anglais délivrée par le ministère de l’Éducation nationale. Ainsi, une enseignante de droit vient de suivre une formation pour être habilitée à enseigner le droit en anglais par le ministère de l’Éducation nationale. Elle devrait donc, à condition de valider sa formation, rejoindre les rangs des enseignants du semestre international dès la rentrée prochaine.

  • 1 Tous ces enseignants se sont déplacés à l’IUT et sont intervenus lors d’une semaine consacrée aux p (...)

8Dans le cadre de la licence MIADD, les profils des enseignants recrutés sont assez divers : enseignants francophones de l’IUT ayant déjà participé au semestre international ou ayant eu une expérience d’enseignement à l’étranger (comme professeurs invités sur de courtes durées dans le cadre des accords de mobilité Erasmus, voire détachés sur une longue durée, ayant par exemple enseigné pendant plusieurs années à la Technische Universität à Berlin ou à l’Université du Caire) ; enseignants de l’IUT possédant une double culture (un Franco-Irlandais, un Franco-Britannique, une Franco-Américaine) ; enseignants locuteurs natifs ou enseignants d’anglais ; des enseignants étrangers en France (un doctorant turc), professeurs étrangers d’universités partenaires de l’IUT intervenant soit de manière ponctuelle (une enseignante allemande de la Hochschule de Zwickau et un enseignant écossais de Herriot-Watt d’Edimbourg, campus d’Orkney, soit sur l’ensemble d’un module (un professeur brésilien de l’Université de Pardubice en République tchèque)1.

9Pour la licence MIADD, la question de la formation des enseignants intervenant en anglais ne s’est pas posée, par manque de moyens financiers d’une part et, d’autre part, parce que le mode de recrutement diversifié ne rendait pas nécessaire une mise à niveau linguistique de l’équipe pédagogique, le recrutement de celle-ci reposant sur le volontariat conjugué à une maîtrise suffisante de la langue. Le travail à partir de supports pédagogiques originaux en anglais est privilégié, la traduction de supports de cours du français vers l’anglais n’aboutissant pas à des résultats pédagogiques satisfaisants comme le cas du semestre international l’avait montré. Les enseignants qui ont recouru, au début du projet, à la traduction de leurs cours en anglais sont les mêmes qui n’avaient pas souhaité continuer les années suivantes. Il semblerait bien que ces derniers aient été les enseignants les moins sûrs de leurs compétences en langue anglaise et qu’ils aient finalement trouvé l’effort à fournir trop important. Il apparaît que le niveau linguistique des enseignants est un point à ne pas négliger dans les critères de recrutement pour un parcours de ce type. Des études (Marsch & Laitinen 2002 ; Wätcher & Maitworm 2008, cités par Taillefer 2013) montrent d’ailleurs que les convergences opérées entre connaissances et langues dans un environnement d’enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère peuvent avoir lieu si certaines conditions sont respectées, au nombre desquelles de bonnes compétences linguistiques pour les enseignants.

Quelle pédagogie utiliser ?

10Au-delà des premières demandes de soutien pédagogique formulées par les enseignants non-linguistes – aide au montage de cours ou élaboration de supports de cours en anglais, traduction de certains cours ou TD, cours de présentations orales au centre technique des langues de notre université – les intervenants s’étaient interrogés sur leurs pratiques d’enseignement.

11À la fin de la première année d’intervention en anglais, nous avons demandé aux enseignants si leurs pratiques pédagogiques avaient été modifiées par la langue d’enseignement. Tous ont répondu par l’affirmative. Nous avons constaté trois types de modification dans leurs pratiques pédagogiques : la généralisation des listes de vocabulaire spécialisé et des bibliographies en préambule des cours en anglais (chose que bon nombre de professeurs ont déclaré ne pas faire en français) ; la diversification des médias utilisés, avec un emploi accru des ressources en ligne ou multimédia. Pour les uns, « parce qu’ils ne pouvaient pas tenir trois heures en anglais », pour les autres « parce que les étudiants avaient besoin d’exemples concrets, tirés du monde anglophone ». Leur utilisation des nouvelles technologies (comme des sites Internet informatifs et des clips sur Youtube) avait augmenté et ils disaient avoir aussi renforcé l’utilisation des Tice dans leurs cours donnés en français. La troisième et dernière modification majeure a été l’utilisation d’une plateforme collaborative de travail, Moodle, entraînant des échanges plus fréquents avec les étudiants. Les enseignants ont été encouragés à déposer leurs supports de cours ou consignes de travail sur cette plateforme. Là encore, ceux qui ont développé ce nouveau mode d’enseignement pour leurs cours en anglais – notamment l’apprentissage en autonomie semi-guidé (blended learning) – ont très souvent, par la suite, ouvert des sessions de cours pour leurs enseignements en français.

12Pour la licence, plusieurs dispositifs d’aide linguistique ont été envisagés pour les étudiants : des logiciels en ligne depuis le site de l’université mis à disposition gratuitement (Tell Me More) ; des ouvrages spécialisés en anglais ou des logiciels commandés par la bibliothèque ; un dépôt systématique des cours de spécialité en anglais sur la plateforme pédagogique Moodle. De même, dans le cadre de la semaine d’intégration, une remise à niveau intensive en anglais des affaires est proposée aux étudiants. L’évaluation des cours de spécialité en anglais a lieu également en anglais, même si la correction linguistique n’est pas un critère prioritaire dans la notation, comme c’était déjà le cas dans les cours du semestre international.

13Si une certification en langue pour les étudiants participant au semestre international a été mise en place pendant les deux premières années, car elle était intégralement financée par le projet, elle n’a pas encore été envisagée à la fin de la formation de licence, principalement pour une question de coût. De plus, comme nous l’avions déjà souligné dans notre article sur le semestre international, pour obtenir des informations intéressantes sur l’amélioration des compétences linguistiques des étudiants, il faudrait que nous puissions mettre en place une certification en début de formation et une autre à la fin.

14Dans un article récent qui fait l’état des lieux de la recherche sur l’EMILE (ou plutôt l’AIMEL, Apprentissage Intégré d’une Matière et d’une Langue, comme elle préfère le nommer), Gail Taillefer rappelle que le succès de ces programmes relève de plusieurs éléments pédagogiques (Taillefer 2013) : niveau de langue des enseignants des matières de spécialité, interactions entre enseignants de langues et enseignants des matières de spécialité, fort soutien de l’institution. Ce sont très certainement des pistes à explorer dans les IUT pour maintenir et développer ce type de formation.

Quels étudiants recruter ?

15Pour le semestre international, il nous semblait important de recruter de bons étudiants, mais pas forcément les meilleurs. Nous ne voulions pas créer un groupe d’élite, mais plutôt un groupe d’étudiants motivés par les questions internationales et ouverts aux pratiques d’enseignement différentes. Nous avons mis en place des séances d’information auprès des étudiants à l’IUT et demandé des lettres de motivation ainsi qu’une photocopie des relevés de notes des semestres 1 et 2 (le semestre international ayant lieu au semestre 3). Nous ne voulions pas intégrer dans ce semestre des étudiants en difficulté pour ne pas les mettre en situation d’échec. Les élèves recrutés devaient avoir au moins la moyenne en anglais et en expression française et avoir validé leur première année d’études à l’IUT. Les étudiants étrangers admis dans le programme avaient été en partie orientés par nos partenaires étrangers. La première année, six étudiants étrangers étaient inscrits dans le groupe international (quatre de pays germanophones et deux d’Irlande) et cette année, en 2012-2013, une seule étudiante suisse est inscrite, au lieu des trois prévus. Deux facteurs peuvent expliquer la baisse des demandes d’étudiants étrangers : les institutions allemandes, même si elles exigent des parcours en anglais pour signer les accords Erasmus, encouragent fortement leurs étudiants à s’inscrire dans des cycles d’études en français. En outre, la crise économique en Europe a certainement restreint le départ d’étudiants.

16Les résultats empiriques tirés de questionnaires remplis par les étudiants en fin de semestre international sont encourageants : ils se disent très heureux de l’augmentation des heures de contact avec une langue étrangère et affirment être plus à l’aise pour les présentations en anglais : ils sentent une amélioration de leurs compétences en communication en anglais et un surcroît d’intérêt pour une autre culture. Ces réponses rejoignent les résultats des études menées sur le sujet (Davidson & A. Williams 2001 ; Wegner 2012).

17Pour la licence MIADD, la question du mode de recrutement des étudiants s’est posée, notamment à la suite de craintes exprimées par certains collègues de manquer d’étudiants dont le niveau d’anglais serait suffisant. Certes, le recrutement est sélectif, mais il ne dépend pas seulement du niveau d’anglais des étudiants. Ces derniers doivent d’abord faire acte de pré-candidature en ligne, puis envoyer un dossier papier comportant un CV et une lettre de motivation en anglais ainsi qu’une attestation de niveau B2 en anglais sur présentation d’une certification reconnue, de type TOEFL, IELTS, certification de Cambridge, DCL, TOEIC (niveau 800 minimum). Il est arrivé que les étudiants ne puissent pas fournir de certification, soit parce qu’ils n’en avaient jamais passé, soit parce qu’ils attendaient leurs résultats. Nous avons alors accepté une attestation de niveau du professeur de langue. Lorsque leur dossier est pré-sélectionné, les candidats sont invités à un entretien, en partie en anglais, ce qui permet d’effectuer un contrôle en aval, de vérifier leur niveau d’anglais réel et de constater s’il correspond à l’attestation, parfois bienveillante, de leur enseignant.

Conclusion

18L’introduction de l’EMILE devrait permettre d’augmenter les heures de contact des étudiants avec la langue anglaise et de renforcer les échanges actuels avec nos partenaires internationaux, notamment avec les pays anglo-saxons, et ainsi d’accueillir davantage d’étudiants dans les années à venir et d’ouvrir de nouvelles perspectives d’échanges en dehors de l’Union européenne (par exemple avec le Brésil, la Chine, le Japon). L’accueil de ces étudiants nécessite non seulement un travail de communication important auprès de nos partenaires Erasmus mais aussi une réflexion plus globale sur les manières d’optimiser l’intégration linguistique et sociale des étudiants d’échange qui seraient tentés d’opter pour un programme tout en anglais et, dans le cadre de la licence, sur leur cohabitation avec les étudiants français en contrat d’apprentissage.

19L’EMILE soulève également d’autres questions qu’il conviendra de résoudre : comment pérenniser une offre de formation en anglais ; comment respecter une charte qualité concernant la langue (aussi bien de la part des enseignants que des étudiants) ; comment mettre en place, par exemple, un double diplôme avec l’Allemagne sous l’égide de l’université franco-allemande, tout en tenant compte du fait que, sans l’EMILE, tout échange interuniversitaire est désormais extrêmement difficile, mais qu’en même temps un double diplôme franco-allemand ne peut voir le jour si plus d’un tiers des enseignements est dispensé dans une autre langue que celle des deux partenaires ? Peut-on concevoir l’EMILE comme une véritable passerelle vers le plurilinguisme et un tremplin vers l’apprentissage du français pour les étudiants étrangers ? Ces réflexions mettent en lumière l’importance de l’EMILE au sein des formations dispensées en IUT aujourd’hui comme un précieux outil au service du plurilinguisme mais aussi les précautions à prendre pour optimiser son implémentation.

Haut de page

Bibliographie

Davidson, C. & A. Williams. 2001. « Integrating Language and Content: Unresolved Issues ». In Mohand, B., C. Leung & C. Davidson (eds). English as a Second Language in the Mainstream. Teaching, Learning and Identity. Applied Linguistics and Language Study. Harlow : Longman, 51-70.

Marsh, D. & J. Laitinen. 2002. English-Language-taught Degree Programmes in European Higher Education, Trends and Success Factors. Bonn : Lemmens Verlags & Mediengesellschaft.

Mattioli, M.-A. & et G. Robin. 2011. « Le semestre international, un projet transversal à l’IUT ». Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT, vol. XXX, n°1 : 139-147. En ligne, http://apliut.revues.org/537 (consulté le 23/2/2013).

Taillefer, G. 2013. « CLIL in Higher Education: The (perfect?) Crossroads of ESP and Didactic Reflection ». ASp, n° 63, mars 2013 : 31-53.

Wätcher, B. & F. Maitworm. 2008. English Taught Programmes in European Higher Education, The Picture in 2007. Bonn : Lemmens.

Wegner, Anke. 2012. « Seeing the Bigger Picture: What Students and Teachers Think About CLIL ». International CLIL Research Journal, vol 1 (4). En ligne, http://www.icrj.eu/14/article3.html (consulté le 23/2/2013).

Haut de page

Notes

1 Tous ces enseignants se sont déplacés à l’IUT et sont intervenus lors d’une semaine consacrée aux projets internationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin, « Retour sur diverses expériences d’Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (EMILE) dans un IUT », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXII N° 3 | 2013, 114-122.

Référence électronique

Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin, « Retour sur diverses expériences d’Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (EMILE) dans un IUT », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXII N° 3 | 2013, mis en ligne le 25 mai 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3903 ; DOI : 10.4000/apliut.3903

Haut de page

Auteurs

Marie-Annick Mattioli

Marie-Annick Mattioli est Maître de conférences en anglais dans le département Techniques de Commercialisation de l’IUT Paris Descartes. Sa recherche porte sur des questions de civilisation britannique (le marché du travail des femmes, la carte d’identité). Présidente de l’APLIUT de 2007 à 2009, elle est actuellement Vice-présidente chargée des relations extérieures de l’association.
marie-annick.mattioli@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Guillaume Robin

Guillaume Robin est Maître de conférences en allemand dans le département Techniques de Commercialisation de l’IUT Paris Descartes. Sa recherche s’articule autour de l’identité culturelle allemande, analysée à travers le prisme de l’histoire sportive et de l’histoire de l’art.
guillaumerobin.paris@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page