Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Compte-rendu de l’atelier-débat animé par Georges Guihéneuf

Anne-Marie Quellec
p. 95-97

Texte intégral

  • 1 Georges Guihéneuf est Directeur du service Formation Continue et apprentissage à l’IUT de Saint-Naz (...)

1Remarque : précisons que Georges Guihéneuf1, avant cet atelier, avait présenté la démarche qualité lors d’une Conférence Plénière intitulée : « La Qualité en formation : Progrès ou Provocation ? ». L’atelier fut l’occasion d’entrer dans le détail et de poser des questions relatives à cette démarche.

Rappel

Diversité des formations et identification des besoins

2Il est nécessaire de repérer les besoins des apprenants. Tout dépend du type de public. Le Service Formation Continue et Apprentissage (SCAF) offre diverses formations, dont linguistiques. Le CNFL (Centre Nazairien de Formations Linguistiques) propose des cours de langues adaptés à différents besoins. Ils sont répartis de plusieurs façons : cours de niveaux, de grammaire, de conversation, langue commerciale, pour le tourisme, apprentissage par le théâtre…). Les langues concernées sont l’anglais, l’espagnol, l’allemand et l’italien. Il existe également un service appelé CNFL « Professionnel » et qui s’adresse plus particulièrement aux entreprises. En Formation Continue, environ 560 personnes suivent des cours de langues.

3Le SCAF propose également deux DUT par apprentissage (Génie Industriel et Maintenance, Techniques de Commercialisation) ainsi que le DAEU A et B (Diplôme d’Accès aux Études Universitaires) permettant aux inscrits d’effectuer une mise à niveau correspondant au baccalauréat. Enfin, plusieurs offres de stages existent (CAO-DAO, maintenance, logistique, etc.).

4En 1998 et 1999, ce service a obtenu le Prix Régional de la Qualité puis, au plan national, le Prix Français de la Qualité.

5Un document présentant ces différentes formations est à la disposition des personnes intéressées.

Outils de communication

6Les formations figurent dans des plaquettes présentant les objectifs, les contenus, les programmes, mais également le CV des intervenants. Celles-ci sont à la disposition des « demandeurs ». Le programme peut, bien sûr, être exposé de manière générale ou très détaillée, mais il faut faire attention à ne pas déflorer le sujet.

Attentes des financeurs ou/et des prescripteurs ou/et des stagiaires

7Il s’agit parfois de la même personne. L’identification des besoins en fonction de l’interlocuteur est donc essentielle.

8Il est nécessaire de montrer aux apprenants qu’ils ont progressé en utilisant les outils adaptés (feuille d’évaluation élaborée par les intervenants, par exemple pour voir où les apprenants en sont).

9Les formateurs sont évalués grâce à un questionnaire remis à l’apprenant. Cette feuille comprend des items relatifs au contenu et à la qualité de la prestation, bien entendu, mais aussi des points se rapportant à l’IUT en général (confort, accueil, etc.). Elle est remise au formateur environ 2 à 3 semaines avant la date butoir à laquelle les apprenants doivent retourner le questionnaire.

Questions

Quels sont les outils et critères permettant de juger un niveau ?

10Les formateurs sont évalués grâce au questionnaire mentionné ci-dessus. L’évaluation leur est ensuite communiquée sous enveloppe sous 10/15 jours.

11Donner un tel questionnaire est possible en Formation Continue puisqu’il marque la fin de la mission, ce qui est différent en formation initiale.

12De tels questionnaires peuvent être mal perçus par les collègues et il est indispensable de ne pas les marginaliser, de les prévenir et les informer de l’objectif de l’évaluation. Il faut préciser que le but n’est pas d’imposer quoi que ce soit mais plutôt de prendre conscience de la réalité du marché (où la démarche qualité est appliquée). De plus, c’est un garde-fou car, étant donné qu’il n’existe pas d’inspection à ce niveau (à la différence des collèges et des lycées), cette démarche permet d’identifier des dérives majeures.

Du point de vue de l’organisation, comment cela fonctionne-t-il ?

13Il faut un ‘leadership’ pour que la démarche qualité puisse être adoptée.

14Un travail d’équipe est essentiel : 3 collègues de 3 départements différents modifient les contenus chaque année, travaillent sur l’évaluation et le retour des questionnaires.

Qu’en est-il si l’on veut appliquer ceci dans une petite structure isolée ?

15Bien évidemment, le manque de concertation nuit à la mise en place d’une telle démarche.

Une dérive éventuelle n’est-elle pas la subjectivité de l’évaluation ?

16Le Responsable de l’Action Formation s’entretient avec l’enseignant concerné si celui-ci obtient une évaluation globale inférieure à 2/6. Ce n’est pas une sanction, bien au contraire, les problèmes peuvent être identifiés à la suite d’une discussion, auquel cas le formateur peut y remédier. De même, si l’on constate qu’un grand nombre d’auditeurs manque régulièrement un cours, un entretien avec le formateur s’avère nécessaire afin de faire état des dysfonctionnements et, là encore, de trouver une solution.

17D’autre part, il faut bien préciser qu’il s’agit d’une évaluation et non pas d’une mesure. Par exemple, on peut également comparer le niveau initial des apprenants avec le niveau atteint à la fin de l’année. Cet outil se révèle donc utile au formateur.

Remarques diverses

18La discussion s’est élargie, et des collègues ont pu faire part de la façon dont ils procédaient pour noter les étudiants en formation initiale. Par exemple, dans certains cas, les étudiants participent à la notation lors des exposés : la qualité de la langue est évaluée par l’enseignant tandis que la gestuelle, la tenue, etc., font l’objet d’une appréciation estudiantine, de telle sorte que la note prend en compte le regard et l’avis de tous.

Haut de page

Notes

1 Georges Guihéneuf est Directeur du service Formation Continue et apprentissage à l’IUT de Saint-Nazaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Quellec, « Compte-rendu de l’atelier-débat animé par Georges Guihéneuf », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 1 | 2003, 95-97.

Référence électronique

Anne-Marie Quellec, « Compte-rendu de l’atelier-débat animé par Georges Guihéneuf », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 1 | 2003, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4032

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Quellec

Anne-Marie Quellec est enseignante d’anglais à l’IUT de Saint-Nazaire.

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page