Navigation – Plan du site
Recensions

Eric H. Glendinning and John McEwan, Oxford English for Information Technology

Oxford : Oxford University Press, 2002
Chantal Escudié
p. 99-101
Référence(s) :

Glendinning, Eric H. and John McEwan. 2002. Oxford English for Information Technology. Oxford : Oxford University Press. 222 p. ISBN 0194573753

Texte intégral

1Ce manuel est un outil précieux dont la parution, au printemps 2002, a suscité l’intérêt de nombreux enseignants d’anglais intervenant auprès d’étudiants en informatique.

2Les 25 unités du manuel balayent largement le champ de l’informatique et sont globalement de bonne facture.

3Le livre du professeur est un vrai guide et nous en détaillerons plus loin les points positifs.

4Penchons-nous tout d’abord sur le manuel de l’étudiant.

5Il comporte 25 unités dont la structure est la suivante :

  • Un exercice d’introduction appelé starter, qui positionne le thème de l’unité et permet à l’enseignant de l’adapter selon son public. Notons que, si ce starter peut parfois être laissé de côté, à d’autres moments il est incontournable, notamment pour les étudiants de niveau faible à qui cet exercice donne plus facilement la parole. De plus ce starter permet de développer la notion grammaticale au menu de l’unité.

  • Un exercice de lecture (Reading) ou de compréhension orale (Listening) :
    a) le premier s’accompagne de textes courts, d’exercices d’appariement ou de questions précises sur les textes. Parfois, des photos ou des schémas prennent la place des textes et varient ainsi l’appropriation par l’apprenant de documents authentiques brefs et ciblés.
    Ces exercices débouchent sur un travail sur la langue, une étude de mini-cas, la rédaction d’un paragraphe, l’intervention orale et la lecture d’un texte de spécialiste.
    b) le deuxième est en général composé d’un exercice de pré-écoute donnant des indications quant au vocabulaire employé dans la compréhension. La longueur des interviews donne l’opportunité aux meilleurs des étudiants d’approfondir leur écoute en la centrant sur la prononciation, l’accent, l’intonation. Les plus faibles parviennent tout de même à exécuter les exercices (tableau à compléter, questions) sans trop de difficultés.

6La section Language work traite d’un point grammatical de manière succincte et est suivie de deux exercices reliés au thème de l’unité. Il est parfois opportun d’ajouter des exercices plus complexes suivant le niveau des groupes, mais cette section est un moyen de démarrer une activité qui n’a pas l’heur d’enthousiasmer le public.

7La « mini » étude de cas – ou problem-solving – replace l’unité sous l’égide de la communication.

8Voyons un exemple de manière plus détaillée :
« Unit 3: Computer Applications, Problem-Solving: “Assuming cost is not a problem, what computer applications would make today’s cars safer, more comfortable, more secure and more efficient? List your ideas; then compare ideas with others in your group.” »
Cette question relativement facile peut être traitée indifféremment par des étudiants de n’importe quel niveau. D’autant mieux qu’elle est posée après que le vocabulaire essentiel pour y répondre ait été « vu ». Ici intervient tout de même le problème de la taille du groupe car si une discussion informelle, plus ou moins en pairwork, peut être traitée lorsque le nombre d’étudiants n’est pas supérieur à 15-16, cela relève de l’acrobatie lorsque l’on est en présence d’un grand groupe !

9Suit la section Writing. La progression du manuel est à cet égard intéressante car la rédaction, art difficile et rarement maîtrisé par les étudiants, évolue au fil des unités. Elle est très guidée au début et beaucoup moins à la fin du manuel. Par exemple, dans l’unité 2, cet exercice consiste à remettre en ordre des instructions pour procéder à l’ouverture d’un ordinateur. Dans l’unité 24, il s’agit de résumer le point de vue d’une personne interviewée dans la compréhension orale et d’exprimer ensuite sa propre opinion en rédigeant un paragraphe de 250 mots environ.

10L’exercice de prise de parole, ou Speaking, est parfois placé avant, parfois après la rédaction de paragraphe. Les tâches à effectuer sont simples et visent là aussi à rendre l’apprenant autonome. L’on passe du simple échange d’informations à l’échange d’opinions.

11Enfin, chaque unité se termine par l’étude d’un texte (article, extraits de livres) : Specialist Reading. Ces textes ne portent pas à controverse, ne soulèvent pas de problématiques et n’ont pas pour but de créer un débat d’idées. Ils sont de difficulté inégale et plutôt descriptifs. Ils tentent d’amener l’apprenant vers une compréhension plus aisée de documents qui ne sont pas adaptés pour lui mais qu’il pourrait être amené à lire dans la presse ou en entreprise sans aucune aide. Ces textes sont encadrés d’exercices qui ont quasiment la même structure dans chaque unité. Le premier comporte une série de questions de compréhension de base (repérage dans le texte de l’information) ; le deuxième et le troisième complètent la compréhension de manière plus détaillée (appariement, vrai ou faux).

12Par ailleurs, 14 unités comportent un Pairwork dont les divers rôles se trouvent dans une section à part à la suite des unités. La fin du manuel comprend également le script des interviews et un glossaire.

13Le livre du professeur est extrêmement complet. Sa densité, qui peut paraître inutile aux personnes ayant une certaine connaissance du milieu et du vocabulaire informatique, est un guide précieux en ce sens qu’avant de développer les unités, les auteurs ont jugé utile d’inclure un texte d’introduction qui permet au néophyte d’avoir un aperçu global et précis du thème abordé.

14Dans ce texte se trouve le vocabulaire lié au thème ainsi que les articulations techniques essentielles pour pouvoir prendre un certain recul.

15Puis, chaque unité est développée selon les étapes correspondant au manuel de l’étudiant.

16Le script des interviews est également présent ainsi que 5 Progress Tests (photocopiables) et leurs corrigés.

17Pour finir, l’enseignant ayant déjà pratiqué cet anglais de spécialité aura recours au livre du professeur de façon sporadique alors que celui qui débute dans cette voie trouvera là un outil indispensable.

18En conclusion, ce nouveau manuel, qui s’accompagne d’une cassette audio et d’un CD, atteint son objectif : l’enseignement de l’anglais de spécialité à des étudiants non-débutants et ayant une certaine connaissance de l’informatique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Escudié, « Eric H. Glendinning and John McEwan, Oxford English for Information Technology », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 1 | 2003, 99-101.

Référence électronique

Chantal Escudié, « Eric H. Glendinning and John McEwan, Oxford English for Information Technology », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 1 | 2003, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/4038

Haut de page

Auteur

Chantal Escudié

Enseignante d’anglais au département Informatique de l’IUT d’Orsay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page