Navigation – Plan du site
Notes

Les homographes au service de l’enseignement de la prononciation

Using homographs to teach pronunciation
Aimée Blois
p. 50-60

Résumés

Même si la méthode contrastive a ses limites, il est des contextes d’enseignement où c’est encore un des meilleurs moyens de sensibiliser les étudiants aux problèmes de la prononciation. La comparaison des termes scientifiques et techniques de leur discipline qui sont graphiquement et sémantiquement identiques en français et en anglais pourra par exemple éveiller l’intérêt d’étudiants non anglicistes et permettre d’intégrer plus facilement et plus naturellement un volet « prononciation » dans leur apprentissage de l’anglais.

Haut de page

Texte intégral

1Le laboratoire LAIRDIL diffuse un CD-ROM de prononciation à la réalisation duquel j’ai participé avec deux autres collègues enseignants-chercheurs. Ce dictionnaire vocal ne comporte que des termes scientifiques et techniques qui sont graphiquement et sémantiquement identiques en français et en anglais. N’ont pas été pris en compte comme étant des différences significatives les accents (depression/dépression), l’ordre des mots (adhesive force/force adhésive) ou la présence éventuelle de préposition (angle of depression). En revanche, on a éliminé les termes homographes qui n’ont pas le même sens en anglais et en français comme attitude qui désigne l’assiette d’un avion ou pipe, un tuyau.

2Malgré ces restrictions et le fait que le corpus (constitué à partir de dictionnaires scientifiques et techniques généraux, de lexiques spécialisés et de glossaires de fin d’ouvrages de spécialité) se limite pour l’instant aux seuls domaines de la mécanique, de l’aéronautique et du génie civil, on a répertorié plus de deux mille termes, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que beaucoup de termes scientifiques et techniques ont en français et en anglais la même étymologie.

3Les similitudes qui en résultent et qui facilitent beaucoup la compréhension et la production écrites rendent paradoxalement ces termes particulièrement difficiles à prononcer pour un francophone, le système phonologique des deux langues étant très différent. L’anglais de référence qui a été utilisé est l’anglais britannique (Wells 1996) et l’enregistrement a été réalisé par un enseignant-chercheur britannique du laboratoire.

4Conçu à l’origine pour répondre à la demande de collègues chercheurs dans des disciplines scientifiques qui ont à faire des communications en anglais, ce CD-ROM avait pour objectif de leur fournir (ainsi qu’à des étudiants pour une présentation orale, une soutenance de stage ou de projet...) un outil qui les aide à prononcer ces termes correctement en leur proposant non une norme mais un modèle dont il faut éviter de trop s’éloigner si l’on veut rester intelligible dans la communication internationale.

5Le travail achevé, j’en vois une autre utilisation possible dont l’objet de cet article est d’illustrer l’intérêt. Il s’agit de l’apport non négligeable que peuvent représenter les homographes dans l’enseignement de la prononciation. Plus particulièrement de l’usage que peuvent faire des homographes scientifiques et techniques les collègues qui n’enseignent qu’en langue de spécialité, pour sensibiliser aux problèmes de la prononciation des étudiants non littéraires, de niveau relativement faible et qui n’ont pour la plupart aucune connaissance de la phonétique et de la phonologie.

6On ne saurait certes baser d’une manière générale tout l’enseignement de la prononciation sur la méthode contrastive. Toutefois, dans le contexte évoqué ci-dessus et assez représentatif, je crois, de classes de BTS, IUT, IUP ou même de licences professionnelles, on peut espérer que le fait de considérer simultanément la prononciation anglaise et française des mêmes termes scientifiques et techniques aura le triple avantage d’éveiller l’intérêt des étudiants en leur proposant comme exemples des termes qui sont ceux de leur spécialité, de leur faire prendre plus facilement conscience de la spécificité du système phonologique anglais et enfin de corriger leurs erreurs les plus récurrentes en commençant par la place de l’accent tonique dont on va voir que les principales règles peuvent être illustrées par des termes empruntés au corpus du CD-ROM.

1. L’accent tonique

7L’accentuation est sans doute la différence la plus importante du moins quantitativement puisqu’elle concerne tous les mots polysyllabiques dont une syllabe est nettement plus accentuée que les autres en anglais alors que ce phénomène est moins apparent en français. C’est la raison pour laquelle le CD-ROM fait apparaître en rouge la syllabe accentuée de chacun des termes polysyllabiques du corpus anglais.

8Plusieurs auteurs soulignent également son importance qualitative. Je n’en citerai que trois.

Convaincu que la connaissance préliminaire de l’accentuation est la condition d’une bonne prononciation de tout le mot, nous commençons par les règles accentuelles... C’est sur le squelette accentuel que se greffent les règles de prononciation des mots et notamment de leurs voyelles. (Duchet 1994 : 5)

Du point de vue de la compréhension comme de la production, l’identité phonologique d’une unité repose [...] essentiellement sur sa syllabe accentuée [...]. (Fournier 1992 : 74)

one of the challenges when working with ESP (English for Specific Purposes) students is dealing with word stress, the importance of which may hitherto have escaped them. (...) In the short time available, how can such learners come to appreciate the essentials of an area of English which to almost all of them is aleatory, which hardly any of them have examined before, yet which is so important in view of the high frequency of principally Latin-based plurisyllabic words in scientific genres ? (Cooke 1994 : 189)

9Dans le même article, l’auteur présente une mauvaise accentuation comme étant un grand obstacle à la communication et à la compréhension :

I can trace back to two types of events which led me to try to find a way out of the impasse that the problems of word stress engender : listening to French researchers in conferences speaking English, getting the stress wrong of about one word in five and therefore rendering themselves largely incomprehensible [...]. (idem : 192)

10Et selon lui, la prononciation défectueuse de certains sons sera moins préjudiciable à la compréhension qu’une mauvaise accentuation :

It may be that a reasonable aim for ESP students is in the relatively short time available to acquire the tools of an oral performance combining intellibigility with Gallic charm ; after all, ‘aahrea’ will always be far more intelligible than area which probably will not [...]. (id : 197)

11Après avoir montré l’existence et l’importance d’un accent tonique en anglais, on pourra utiliser le CD-ROM pour mettre en évidence les principales règles de l’accentuation.

1.1. Accentuation des mots dissyllabiques

12La majorité des mots dissyllabiques (soit environ 90 % du corpus) sont accentués sur la première syllabe. C’est le pourcentage indiqué par B. Gilbert (1984) en comptant les noms et les adjectifs, ce qui est le cas de notre corpus. On peut en conclure que ce dernier est représentatif de la langue anglaise en général. Parmi les dissyllabiques accentués sur la première syllabe, on trouve :

13a) des termes préfixés mono-fonctionnels accentués sur le préfixe : absence, concept, effort, influx index, ’profit, substance, surface, transit… ;

14b) des termes dont la syllabe finale a pour sommet un [ə] ou une consonne syllabique : angle, cable, centre, couple, cycle, lustre, stable… ;

15c) des termes dont la terminaison est inaccentuée et réduite phonétiquement. C’est le cas des terminaisons en -age : barrage, chainage, dosage, drainage, grillage, message, passage, usage, voltage... ou en –ate : bromate, chlorate, nitrate, sulfate… ;

16d) les noms et adjectifs en -ent/-ant : accent, agent, cement, constant, distant, fragment, moment, pigment, segment... ;

17e) les adjectifs non préfixés : civil, ductile, final, mobile, octal, mural, pluvial, spatial, urgent... ;

18f) quelques adjectifs préfixés (bien que la majorité soient accentués sur la finale comme on le verra plus loin) : congruent, expert, intact, inverse...

19Les 10 % restants de dissyllabiques sont accentués sur la deuxième syllabe. Sont caractérisés par cette accentuation :

20a) des termes ayant pour première syllabe un préfixe dont on ne perçoit plus le sens comme su’pport ;

21b) des noms français non intégrés : ca’nal, fa’çade, fa’tique, lu’carne, ma’chine, re’gime, rou’tine, te’rrain, tre’pan... ;

22c) des adjectifs préfixés : com’pact, di’rect, e’xact, in’tact... ;
les adjectifs en –que : o’paque, u’nique...

23Le CD-ROM ne permet pas d’illustrer les règles d’accentuation des verbes puisqu’il n’en contient pas. On peut cependant utiliser le terme transport pour rappeler qu’un certain nombre de termes dissyllabiques plurifonctionnels sont accentués sur la première syllabe lorsqu’ils sont utilisés comme noms et sur la seconde lorsqu’ils sont utilisés comme verbes.

1.2. Accentuation des trisyllabiques

24Les mots de trois syllabes sont en général accentués sur la première syllabe : ’amplitude, ’barostat, ’decimal, ’empennage, ’filament, ’hydrojet, ’longeron, ’maintenance, ’rheostat, ’tolerance...

25Toutefois, si la première syllabe est un préfixe affaibli, l’accent tombe généralement sur la seconde syllabe : a’blation, a’dherence, con’cordance, de’sorption, ex’pansion, ex’tension, in’duction, re’current, sur’veillance...

1.3. Accentuation des mots de plus de trois syllabes

26Les mots de plus de trois syllabes sont en général accentués sur la troisième syllabe avant la fin : al’ternative, a’postrophe, e’quivalence, in’telligence, pen’tagonal.

27Certaines terminaisons peuvent imposer ce schéma accentuel ou d’autres, comme expliqué ci-après.

1.4. Terminaisons contraignantes

28On appelle terminaisons contraignantes des terminaisons qui déterminent prioritairement l’accent, indépendamment du nombre de syllabes que contient le mot.

29a) Plusieurs contraignent l’accent à se placer sur la syllabe qui les précède. Parmi elles on peut illustrer les terminaisons suivantes :
-ible : com’bustible, ex’tensible, miscible, per’cepible, re’versible... ;
-ical : medical, vertical... ;
-ian :median...;
-ience : ex’perience, science... ;
-io : patio, radio... ;
-ion : avi’ation, e’jection, pro’duction, pro’pulsion, specifi’cation, torsion

30b) Certaines terminaisons adjectivales induisent deux accentuations régulières différentes selon leur environnement consonantique. Ce sont les terminaisons -ous (que l’on ne peut pas illustrer), -al, ant/ent.... Elles contraignent l’accent à se placer :

31- sur la syllabe qui les précède si elles sont précédées de deux consonnes :
-al : experi’mental, hori’zontal, instru’mental, monu’mental, uni’versal... ;
-ant/ent :
equi’distant, re’sistant.../di’vergent, re’current, ’tangent... ;

32- deux syllabes avant elles si elles ne sont pas précédées de deux consonnes :
-al : cy’cloidal, digital, equi’lateral, heli’coidal, longi’tudinal structural... ;
-ant/ent : dis’criminant, penetrant.../permanent, turbulent...

33c) D’autres terminaisons attirent l’accent principal sur la terminaison elle-même, parmi lesquelles on peut illustrer :
-ade : prome’nade... ;
-aire : questio’nnaire... ;
-el(le) :
perso’nnel… ;
-ette :
bu’rette, ca’ssette, pi’pette, lu’nette... ;
-V(s)que :
ara’besque, ba’roque, tech’nique...

2. La prononciation des consonnes finales

34Une erreur très fréquente consiste à ne pas prononcer les consonnes finales. L’expérience montre que la majorité des étudiants, influencés par leur langue maternelle, ne prononcent pas spontanément la fin des mots anglais qui le sont pourtant quasi systématiquement. Il n’est donc pas inutile de leur rappeler avec insistance quelques grandes différences entre l’anglais et le français dans ce domaine.

35En français, lorsqu’un mot se termine par une voyelle suivie d’une ou deux consonnes, la dernière consonne ne se prononce pas mais peut conférer simplement une certaine sonorité à la voyelle : la graphie « et » dans le mot « octet » se prononcera [è] alors qu’en anglais la consonne finale devra être prononcée. Cette différence s’entend très bien si l’on écoute la prononciation anglaise de termes tels que :
alphabet, aspect, budget, doublet, electret, parapet, rivet... ;
danger... ;
expert... ;
barostat, carat, cryostat, habitat, heliostat, format, manostat... ;
judas... ;
circuit, conduit, credit, debit, profit... ;
lot, pivot, plot, pot, robot... ;
effort, fort, heliport, transport ;
bollard, standard...

36Il y a toutefois quelques exceptions comme chalet, chassis, debris, depot, parquet

37Les difficultés sont d’autant plus grandes pour un francophone que le plus souvent le schéma voyelle + consonne (+ consonne) crée en français des voyelles nasales ([ã], [õ], etc.) qui n’existent pas en anglais. À chacune de ces voyelles nasales correspondent plusieurs graphies, mais quelle que soit la graphie, la prononciation anglaise exige que la ou les consonnes soient prononcées. On percevra très clairement cette différence en écoutant comment sont prononcés les exemples ci-après qui ont été choisis pour illustrer les voyelles nasales françaises :
agent, convergent, element, gradient, instrument, pigment, resilient, quotient, sediment, turbulent.../assistant, coagulant, constant, dissolvant, equidistant, occupant, penetrant, quadrant, resistant, sextant.../artisan, median, tartan... ;
abrasion, certification, corrosion, dimension, equation, friction, production, regulation, tension, union.../aileron, chevron, gallon, herisson, longeron, piston, siphon, teflon, waggon, xenon...
joint, point.../bulletin, duralumin.../drain, gain, grain, turbotrain...
balun...

38Remarque : ce que l’on vient de dire s’applique aussi au début ou à l’intérieur des mots. Ce phénomène est peut-être moins perceptible qu’à la fin des mots, du moins pour certaines personnes, mais on pourra s’entraîner à écouter attentivement la prononciation des exemples suivants :
ampere, amplitude.../transit, transversal.../embrasure, empennage, temperature, temple.../central, enclave, extensible, experimental, stencil... ;
compact, composite.../contact, horizontal, longitudinal, ponderable... ;
index, influx, intact, principal.../impact, impermeable, nimbus, simple.../maintenance.../symposium...

39Le phénomène se rencontre très souvent au début ou au milieu ainsi qu’à la fin d’un même terme, ou même aux trois endroits : antifriction, arrangement, expansion, cementation, combustion, concentration, implosion,incandescent,indentation, instrumentation...

40À la différence du français, l’anglais prononce le « s » final du pluriel. Le corpus n’en offre que peu d’exemples comme archives, emoluments, indices, macroinclusions, precision instruments, resolution of forces, rotations per minute, series test specifications, voltage fluctuations.

41Il est toutefois particulièrement important de le souligner car, comme le font remarquer S. Bosworth et A. Pearson :

énormément de contre sens proviennent des consonnes finales. Elles peuvent en effet modifier le sens du mot et de la phrase, par exemple les pluriels, les verbes au passé etc. (Ceci est cité comme une des fautes les plus fréquentes par les examinateurs des épreuves d’entrée aux grandes écoles). (1992 : 114)

3. La discrimination entre voyelles pures et diphtongues

42La méthode comparative peut aider à mieux percevoir les propriétés phonétiques des voyelles et des consonnes anglaises par rapport à celles du français et par là à améliorer sa prononciation du point de vue de la qualité des sons, bien que ce ne soit pas un facteur primordial pour l’intelligibilité. En effet, les fautes de sonorités ne font que trahir l’origine linguistique du locuteur. En revanche, employer un son pour un autre dans la prononciation d’un mot, utiliser une voyelle pure à la place d’une diphtongue ou vice versa peut entraîner une confusion entre deux termes, voire un contresens ; on peut en donner comme exemple la prononciation du verbe to file : prononcé [fail] c’est à dire avec une diphtongue il signifie « ranger, classer » mais si on substitue un [i] bref à la diphtongue l’interlocuteur qui entendra [fil] comprendra le mot fill (« remplir » en français). Le premier type de faute se situe au niveau de la réalisation, c’est-à-dire au niveau de la parole, le deuxième au niveau de la langue. Or la discrimination voyelles/diphtongues constitue une autre grosse difficulté pour les francophones dont la langue maternelle ne comporte que des voyelles ‘pures’. Il ne sera donc pas inutile de rappeler qu’une diphtongue n’est pas la juxtaposition de deux sons distincts mais le glissement progressif d’un timbre vocalique initial fort vers un timbre final plus faible à l’intérieur d’une même syllabe. Cette dernière précision est importante car les francophones ont tendance à juxtaposer les deux sons comme s’ils appartenaient à deux syllabes distinctes, à la manière des fausses diphtongues françaises. Pour bien percevoir la différence entre les deux, les étudiants pourront comparer la prononciation du verbe anglais to pay à la troisième personne du singulier de l’indicatif [peiz] et celle du terme français « pays » [pei].

43Une difficulté supplémentaire vient du fait qu’une même diphtongue peut correspondre à différentes graphies, comme le corpus permet de l’illustrer.

44[ei]
a + CV : accumu’lation , avi’ation, ope’ration, ’phase, ’plane, ’radar...
a + nge : ar’rangement, ’danger, inter’changeable...
ai : con’tainer, ’drain, ’caisson, ’gain, li’aison, ’maintenance, ’rail, ’train...
ay : ’brayton, Fara’day...
ei : sur’veillance...

45[ai]
i + CV : bake’lite, duc’tile, ’isotope, mo’bile, ’nitrate, ’pipe, ’siphon, tur’bine...
i+ CC : ’fibre, ’micron, ’vibration...
i + o : ’biodegradable, ’biosatellite, ’diode...
ie : client...
y : ’cycle, ’cyclotron, ’dynamo, electro’lyte, ’gyroscope, ’hydrate, ’type...

46[oi]
oi, oy : joint, employable, exploitation...

47[ou]
o final : dynamo, echo, halo, indigo, magneto, patio, radio, silo, turbo, zero...
o + CV : cone, chrome, electrode, focal, implosion, moment, rotation
o + CC : altostratus, turbotrain, volt...
ow : bungalow

48[au]
ou : gouge

49[iə]
ere final : ampere, atmosphere, severe, stere
er + V : adherence, experience, interference, zero
ier : dossier, vernier
ea : theatre
eo : theories

50[eə]
are final  : rare
ar + V : invariable, planetarium, transparent, variance, variation
air(e) : air, pair, questionnaire
aer : aeration, aerodrome, aeromarine, aeroplane

51[uə]
our : tour
ur + V : pure, sure

4. Sons et graphies

52Pour terminer on peut évoquer le problème très complexe des relations entre son et graphie qui fait souvent achopper nos étudiants. À titre d’exemple, nous ne rapellerons ici que quelques unes des règles qui, bien que simples et connues, sont cependant fréquemment transgressées sous l’influence de la langue maternelle.

53Prononciation de la lettre « u »

54Le son [ü] n’existe pas en anglais. On l’entend pourtant fréquemment dans des termes tels que ceux qui suivent dont on a indiqué la prononciation correcte.
[ju( :)] :
accumulation, amplitude, butane, capsule, Curie, diffusion, duplex, evacuation, executable, fuselage, fusible, granulation, hypotenuse, longitude, module, mural, nucleon, recuperation, situation, transfusion, unification, unilateral, uranium, volume...
[u( :)] : bulletin, congruent, dilution, effluent, extrusion, intrusion, judas, luminescent, noctiluscent, parachute, plutonium, resolution, volute...
[ʌ] : airbus, budget, combustion, construction, ductile, emulsion, flux, induction, influx, justification, lustre, multiple, occurrence, plus, recurrent, reduction, resultant, rupture, structure, substance, subroutine, sulfate, tunnel, ultraviolet...
[ə] : balustrade, celsius, configuration, ebullition, illustration, instrument, perturbation, submersible, succession, surveillance, suspension, virus...
[ə :] : purge, surcharge, surface, turbine, turbulence, urgent...
[i] : minute

55On oublie aussi souvent que la lettre « u » représente une consonne prononcée [w] dans les environnements suivants :
- entre « q » et une voyelle qui n’est pas un « e » final : acquisition, equation, equivalent, quadrant, qualification, quantitative, questionnaire, quintal, quotient, requisition, sequence...
- entre « ng » et une voyelle qui n’est pas un « e » final : language...

56Mais la terminaison importée du français -que se prononce [k] : opaque, unique...

57Suivie de « re » la lettre « u » entraîne la palatisation de la consonne qui la précède : architecture, armature, fracture, nomenclature, procedure, rupture, temperature, texture...

58Prononciation de la lettre « s »

59La prononciation de la lettre « s » entre deux voyelles ne suit pas les mêmes règles qu’en français. Il faut conserver un [s] non voisé dans la prononciation de certains termes comme : adhesive, base, corrosive, exclusive, hysteresis, inclusive, isochore, isolation, isotope, parasite, sinusoidal, usage...

60Réciproquement le redoublement de la consonne « s » n’empêche pas une prononciation voisée [z] dans dissolvant, immersion, observation, possession, version...

61Prononciation de la lettre « j »

62La lettre « j » représente généralement une affriquée : joint, joule, judas, justification

63Prononciation du digraphe « ch »

64Sauf dans certains emprunts comme dans le mot machine où il se prononce comme en français, le digraphe « ch » est une affriquée : chainage, change...

65Prononciation du digraphe « th »

66Le digraphe « th » est une fricative non voisée [θ] :
- à l’initiale des mots lexicaux : thallium, theoreme, thermocouple, thermostat, thorium, thyratron...
- à l’intervocalique des mots d’origine grecque : ether, orthogonal, orthostate, polyurethane, stethoscope...

67Plusieurs ouvrages (cf. bibliographie) proposent des systèmes très élaborés de règles de correspondance entre son et graphie. La tentation est grande de montrer dans quelle mesure le corpus de notre CD-ROM permettrait de les illustrer, mais ce n’est pas possible dans le cadre d’un article. En revanche, ce travail fera l’objet d’un des Cahiers Pédagogiques que diffuse le laboratoire LAIRDIL.

Haut de page

Bibliographie

Bosworth, S. et A. Pearson. 1992. Entendre l’anglais pour préparer l’oral. Paris : Ellipses.

Celce-Murcia, M. et J.M. Goodwin. 1996. Teaching Pronunciation. A Reference for Teachers of English to Speakers of Other Languages. Cambridge : Cambridge University Press.

Cooke, R. 1994. « Developing awareness of word stress in ESP Students. Constraints and suggestions... ». 7e colloque d’avril sur l’anglais oral. Les Langues Modernes : 189-204.

Deschamps, A. 1994. De l’écrit à l’oral et de l’oral à l’écrit. Paris : Ophrys.

Duchet, J.-L. 1994. Code de l’anglais oral. Paris : Ophrys.

Fournier, J.-M. 1992. « Théorie et enseignement : l’accent en dix questions ». 6e colloque d’avril sur l’anglais oral. Les Langues Modernes : 73-97.

Gilbert, JB. 1984. Clear Speech. Cambridge : Cambridge University Press.

Guierre, L. 1987. Règles et exercices de prononciation anglaise. Paris : A. Colin-Longman.

Watbled, J.P. 1996. La prononciation de l’anglais. Paris : Nathan.

Wells, J.C. 1996. Longman Pronunciation Dictionary. London : Longman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aimée Blois, « Les homographes au service de l’enseignement de la prononciation », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° spécial | 2002, 50-60.

Référence électronique

Aimée Blois, « Les homographes au service de l’enseignement de la prononciation », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° spécial | 2002, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://apliut.revues.org/4076 ; DOI : 10.4000/apliut.4076

Haut de page

Auteur

Aimée Blois

Maître de conférences, Département Génie Mécanique et Productique de l’IUT A Paul Sabatier de Toulouse 3. Membre du LAIRDIL (Laboratoire Interuniversitaire de Recherche en Didactique des Langues).
Aimee.Blois@gmp.iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page