Navigation – Plan du site
Articles

La problématique des textes des sciences socio-economiques en langue étrangère

Access of foreign students to social and economic science texts
Jean-Marc Mangiante
p. 13-26

Résumés

Dans les programmes d’apprentissage du français économique pour des publics étrangers, l’étude de textes écrits s’intéresse essentiellement à l’acquisition de connaissances. L’article propose, à travers deux extraits, un moyen de dégager une problématique économique par une grille de lecture des contenus culturels inhérents au type de discours des sciences socio-économiques et le repérage d’une structure récurrente dans laquelle se dégagent des faits conjoncturels et structurels. Ce type de démarche conduit à identifier certaines caractéristiques discursives de ces textes à visée explicative ou didactique et facilite l’accès des apprenants étrangers à la compréhension du contexte socio-économique.

Haut de page

Texte intégral

1Dans de nombreux manuels de français des affaires destinés à des apprenants étrangers, la spécificité linguistique des textes écrits, issus des sciences économiques et sociales, est rarement exploitée en tant que telle.

  • 1 J. Bruchet. 1994. Objectif Entreprise. Hachette FLE.
  • 2 C.Charnet & J. Robin-Nipi. 1997. Rédiger un résumé, un compte-rendu, une synthèse. Hachette FLE.

2Ces documents servent principalement de supports à l’acquisition de connaissances du domaine, comme en témoignent les questions de compréhension fréquemment posées dans le cadre de leur étude : Dans la branche de la publicité, qu’est-ce qu’un créatif1 ? Quelle est l’idée principale ? Quel mot est mis en évidence ?2

3Les objectifs de l’analyse de ces textes, telle qu’elle est proposée aux apprenants, privilégient l’apprentissage des théories et des pratiques économiques au détriment souvent de celui de compétences de communication plus opérationnelles, en particulier lorsqu’elle s’adresse à un public de spécialistes.

4Ces textes, qu’ils décrivent la conjoncture économique d’un pays ou la situation commerciale d’une entreprise, font apparaître des structures syntaxiques récurrentes, caractéristiques du secteur économique, et dont le repérage, l’analyse et l’interprétation peuvent permettre aux apprenants étrangers de mieux appréhender la problématique économique française.

5Ainsi, par des activités pédagogiques destinées à dégager et à classer ces structures, les apprenants accèdent progressivement à des techniques opératoires nécessaires à la production écrite de textes comparables.

6Nous nous proposons ici d’étudier certaines récurrences discursives de textes socio-économiques utilisés dans le cadre de programmes d’apprentissage du français des affaires, afin de préparer à la rédaction économique, la synthèse de documents, ou encore le résumé de texte avec commentaires...

7Un travail d’analyse de la structure discursive a été entrepris à partir de deux textes (Baudrillard 1974) afin de mettre en évidence les mécanismes spécifiques de présentation et de re-formulation de l’information économique.

8Dans un premier temps, nous étudierons les procédures de compréhension du contenu socioculturel de ces écrits, en rupture avec l’approche traditionnelle consistant à dégager les spécificités culturelles par comparaison avec la culture d’origine des apprenants.

9Dans un second temps, nous tenterons de montrer dans quelle mesure s’établit au sein même de la langue, dans les écrits économiques, une distribution interne des faits ou opérations selon qu’ils relèvent de facteurs structurels ou conjoncturels.

1. Contenus socioculturels des textes économiques

10Les textes issus des sciences socio-économiques sont le plus souvent exploités, en particulier dans les cours de langues des centres et instituts culturels à l’étranger, comme n’importe quel document de civilisation et ce, dans le cadre pourtant spécifique d’un cours de français de spécialité. Il sont ainsi considérés comme un réservoir de connaissances du domaine ou de spécificités culturelles à faire acquérir par référence à la culture d’origine des apprenants, la notion de culture étant élargie ici à l’économie.

11La découverte des caractéristiques linguistiques de ces textes ainsi que l’articulation langue-culture économique, pourtant essentielles à l’apprentissage, pour faire accéder pleinement les apprenants au sens et favoriser l’expression écrite en langue de spécialité, ne figure pas au cœur de ces programmes de formation. Ces textes sont pourtant régis par des structures linguistiques et une logique textuelle particulières, laissant une large place à des prévisions fondées sur des récits d’événements, ainsi qu’à une distinction et une mise en relation de faits conjoncturels et de faits structurels. Ils permettent d’établir des constats de phénomènes mis en relation de cause-effet ou encore de formulation d’hypothèses que l’on cherche à confirmer ou à infirmer.

12Le contenu socioculturel n’est pas dissociable de la langue qui le décrit et le présente au sein d’un schéma dialogique et selon des visées pragmatiques (Moirand 1979) qui peuvent être informatives, explicatives ou didactiques, et dont l’identification dans le discours s’avère nécessaire à l’acquisition de la compétence de compréhension écrite.

13Les sous-compétences, que les apprenants doivent développer, consistent en des lectures rapides, globales, par « balayage », avec sélection et classification, dans une grille, des informations qui permettront la réalisation d’objectifs spécifiques au domaine : résumer une opération commerciale, commenter un phénomène, rédiger un compte-rendu, décrire une situation…

14Les données économiques sont réemployées dans ces réalisations écrites, de manière à appliquer le cadre discursif mis en évidence, à une situation différente, locale, par exemple comme la consommation ou le commerce extérieur des pays d’origine des apprenants. Les capacités requises, outre la globalisation de la lecture, sont la recherche des entrées possibles dans les textes en fonction des objectifs, le repérage de la structure (articulateurs) qui permet l’accès à la logique du texte (chronologie ou liens de cause à effet), l’anticipation, la capacité à se référer à travers le texte à d’autres productions écrites induites (appel au contexte discursif).

15L’une des difficultés importantes pour des étudiants étrangers, même spécialistes du domaine, réside dans le caractère interculturel de la démarche, les discours produits dans les textes présentant un caractère spécifique à la culture économique et à la civilisation françaises. Ces textes, choisis pour l’accès qu’ils permettent au domaine spécialisé, figurent les « discours sociaux » (Beacco 1993) car ils se réfèrent à la réalité culturelle et sociale française. C’est pourquoi ils supposent une adaptation méthodologique du professeur face aux difficultés de ses étudiants.

16En effet la méthodologie traditionnelle de l’apprentissage de la civilisation à des étrangers s’effectue, le plus souvent, par une démarche extra langagière encore largement utilisée dans les cours de français des affaires, notamment dans les départements de français des universités, au Moyen Orient par exemple, où sont même organisés parfois des cours de civilisation française dans la langue du pays.

17Ainsi les difficultés de compréhension sont régulièrement identifiées comme une méconnaissance du référent qui n’existerait pas, ou serait présent sous des formes différentes, dans la culture maternelle. Au hasard des activités pédagogiques, de l’étude des dialogues ou des textes des manuels, l’enseignant explique les réalités culturelles auxquelles se réfèrent les termes rencontrés qui posent problème : noms propres ou de lieux, sigles ou acronymes (L. Jospin, Matignon, CFDT, CSG...), révélateurs du recours fréquent à l’implicite dans le discours socio-économique.

18Mais cette pratique pédagogique présente le risque d’une dissymétrie entre la dimension langagière de l’apprentissage, les enseignants privilégiant la maîtrise linguistique, et la dimension culturelle qui, bien que manifeste, ne constituant pas le centre de la démarche communicative (Beacco 1993). Or, s’il apparaît certain qu’une culture étrangère n’est pas « transférable » dans un cours de langue et que le professeur en est réduit à exploiter des représentations ou des situations simulées à partir de documents authentiques, cette approche récente (ibidem) permet d’éviter ce clivage des démarches didactiques : en repérant dans le discours à dominante sociale les indices culturels qui lui sont indissociables.

19Beacco distingue dans l’enseignement du FLE, tout en le regrettant, des procédures distinctes d’apprentissage de la langue et de la civilisation : « l’objet-culture » qui n’a jamais constitué un « produit méthodologique » et qui permet seulement d’illustrer la différence culturelle véhiculée par la langue cible, et l’objet-langue qui présente des procédures de « construction » reconnues et clairement identifiées.

20Ce sont ces dernières que l’on pourrait appliquer, grâce à la prise en compte d’une analyse des discours sociaux et à la constitution de l’objet-culture, l’accès à la connaissance culturelle s’effectuant par la compréhension de la spécificité discursive des textes sociaux authentiques, étudiés selon une typologie précise.

21Les « procédures de construction reconnues », les inventaires statistiques, les inventaires fonctionnels, les exclusions/inclusions fondées sur « la norme sociolinguistique réputée dominante », la correction académique, le sentiment esthétique, constituent des critères de distinction applicables aux discours mis en évidence dans les extraits choisis, pour élaborer les contours d’un « contenu culturel à dominante socio-économique ». Le tableau 1 tente de classer les éléments culturels essentiels du texte à caractère social de Jean Baudrillard (cf. Annexe 1), grâce aux procédures discursives indiquées plus haut.

Tableau 1. Procédures discursives traditionnellement utilisées dans l’apprentissage de l’objet-langue

Tableau 1. Procédures discursives traditionnellement utilisées dans l’apprentissage de l’objet-langue

22Les inventaires statistiques placent les constats de l’auteur dans une perspective évolutive (courbe croissante, depuis... jusqu’au) tandis que les inventaires fonctionnels témoignent des liens, des rapports entre les faits et le contexte, la réalité extra langagière : liens de comparaison (comme, à leur rythme...) et de cause à effet (à force de…). Les procédures d’exclusion/inclusion ont une valeur de détermination des objets discursifs, de classification par rapport à « ce qu’ils ne sont pas » (ne sont plus..., sont le produit...). Le sentiment esthétique constitue en quelque sorte la procédure la plus révélatrice des spécificités d’une culture donnée, en illustrant le sentiment socioculturel dominant : les concepts, l’impression...

23La détermination du contenu culturel des textes à caractère social passe aussi par les marques du discours, en particulier par les structures syntaxiques inhérentes aux textes sélectionnés. Ce n’est pas le recours au dictionnaire ou à l’encyclopédie qui permet d’accéder à la signification culturelle des termes spécialisés, mais une négociation au sein du groupe-classe qui « se charge des significations de cet inter-discours dialectique ou polémique ».

24En effet, ce n’est pas le sens des termes employés qui importe et qui est identifiable dans le dictionnaire, mais le repérage des conditions de production de discours, du statut des locuteurs, des situations de communication et des visées pragmatiques.

25Ces paramètres pragmatiques permettent de reconstituer les signifiés de termes dont le sens est réduit par un signifiant général (salaire, culture, entreprise, échange, marché, liberté...). Le discours apparaît comme un lieu nécessairement communicatif, d’échanges antagonistes, où se construisent ces signifiés issus des réalités socioculturelles. Par conséquent l’enseignant devra s’en tenir à des textes authentiques pour ne pas introduire un écart supplémentaire par rapport à la réalité culturelle, et les exploiter selon une démarche typologique.

26Chaque texte est le lieu privilégié d’un discours déterminé, produit dans des conditions précises. Une typologie des discours sociaux est ainsi établie : le discours de la classe, le discours des sciences sociales (sociologie, économie, démographie, géographie, histoire...), le discours des rapports et études, le discours des sondages, le discours des médias de masse, le discours des acteurs sociaux, le discours des signes ; parmi lesquels certains recouvrent les discours étudiés dans le cadre de cet article (ceux liés au domaine socio-économique).

2. Spécificité discursive des textes à dominante socio-économique : l’expression des relations entre structure et conjoncture

27La fonction des discours des sciences socio-économiques est la compréhension, la détermination et le commentaire des phénomènes observables dans la société, leur évolution selon une perspective d’analyse ou de synthèse, à partir de démarches méthodologiques identifiables comme objet d’étude dans leur ensemble.

28Ces dernières partent du particulier vers le général, de l’empirique vers l’abstrait, et présentent une tendance vers l’exemplarité, la théorie. Sur le plan linguistique, le discours socio-économique à visée explicative ou didactique, prend la forme textuelle d’articles, de communications, de thèses, ou de documents destinés à la « communauté des pairs », à laquelle les non-spécialistes n’ont pas vraiment accès, sauf dans un cadre universitaire, éducatif ou spécialisé.

29Les discours socio-économiques recourent ainsi à des procédures de reformulation et illustrent une problématique qui s’articule entre l’expression de faits conjoncturels et celle de constats structurels.

30Dans le texte consacré au commerce extérieur de l’Inde (cf. Annexe 2), l’ensemble de ces spécificités discursives est manifeste. Le tableau 2 se propose de repérer les marques discursives de l’exposition de la problématique de ce texte, en tenant compte de la distribution des énoncés qui constitue sa structuration linguistique.

Tableau 2. Marques discursives de la problématique socio-économique

Tableau 2. Marques discursives de la problématique socio-économique

31On constate que l’organisation logique générale du texte traduit la distinction entre les faits structurels, dans la première partie intitulée « une politique volontariste », qui sont clairement verbalisés (rétablissement structurel, d’une structure relativement stable), avec une fréquence plus grande de verbes au présent de portée générale, de termes descriptifs stables (la complexité), et les résultats d’énoncés logiques, issus d’un raisonnement hypothético-déductif (explique, conduit à, ont permis).

32Les éléments conjoncturels qui suivent dans la partie titrée « qui n’est pas toujours suivie d’effets », s’inscrivent dans le récit d’événements clairement situés dans le temps et dans la situation particulière du pays à ce moment-là (des cinq derniers mois, pendant des années, au cours des dernières années, de 1950 à 1965, depuis cette date). Nous constatons la fréquence du passé composé qui fixe l’événement dans une perspective empirique (ont dégagé, se sont opposés, a vu, après avoir décru, a recommencé, ont augmenté), de même qu’une verbalisation de l’aspect conjoncturel (Si des problèmes conjoncturels).

33Les marques discursives de la conjoncture viennent contredire les éléments structurels, s’opposer à eux (se sont opposés), et c’est de cette confrontation qu’émerge la problématique du texte : la politique économique d’autosuffisance confrontée aux réalités des échanges commerciaux (à la mondialisation pour reprendre une expression plus actuelle que le texte).

34Les éléments conclusifs qui entrent dans cette problématique ont émergé des différents points de « friction » entre ces deux types d’énoncés : d’une politique définie par approches successives ; la recherche de l’autosuffisance versus ce recensement traduit la volonté de se tourner davantage vers l’extérieur...

35Ce texte issu du Poste d’Expansion Économique (PEE) de New Delhi fait partie aussi, dans son objectif de réalisation, des discours des rapports et études, selon la typologie des discours sociaux élaborée par Beacco. Il revêt un caractère officiel, privilégie les constats ainsi qu’une connaissance pratique et répond vraisemblablement à une demande du gouvernement ou d’une instance de gestion émanant de la Direction des Relations Économiques Extérieures (DREE) du Secrétariat au Commerce Extérieur.

36Les PEE, au sein des Ambassades, sont des instances techniques qui analysent des situations commerciales afin d’établir des rapports ou des recommandations à l’usage de pairs (chefs d’entreprise, économistes..). Ces rapports d’experts procèdent souvent par confrontation et compromis, comme nous l’avons vu plus haut, et les enjeux sociaux y revêtent une importance sensible. Ils ne recouvrent pas, de par leur caractère ponctuel et empirique, la « construction du savoir social » ou les représentations de la société dans son ensemble.

3. Conclusion

37Les textes retenus pour l’article se distinguent des discours commerciaux, plus dialogiques encore par leur visée argumentative, injonctive et assertive, fréquents dans les opérations commerciales, les relations professionnelles au sein de l’entreprise et les négociations.

38Ils sont différents par leur démarche et l’acte de communication qu’ils réalisent. Les discours commerciaux procèdent selon un raisonnement factuélo-déductif (Moirand 1979 et 1990), fondé sur des faits réels ou supposés tels, et recherchent, avant toute chose, à agir sur l’interlocuteur, à l’influencer, et non à accéder à la compréhension de l’environnement et de ses manifestations.

39Ici, les textes du domaine des sciences socio-économiques, présentés dans l’article, apparaissent comme régis par des structures linguistiques et une logique textuelle particulière, avec des prévisions fondées sur des récits d’événements, une distinction et une mise en relation de faits liés à une conjoncture et de faits structurels. Le tableau 3 permet de récapituler les différentes « entailles discursives » (Peytard & Moirand 1992), au sein d’une typologie des discours commerciaux et socio-économiques.

Tableau 3. Visées pragmatiques des marques discursives significatives

Tableau 3. Visées pragmatiques des marques discursives significatives

40Le discours économique et social interprète les phénomènes, à travers leurs manifestations chiffrées ou traduisibles en graphiques. La place des récits et des descriptions d’événements y sera donc importante, avec la présentation d’une conjoncture et l’expression de prévisions au futur.

41Il constitue, dans sa perspective interprétative, un organe de construction et de caractérisation de savoirs sociaux et culturels.

42L’essentiel pour l’enseignant de français de spécialité réside dans la prise en compte de la spécificité des différentes manifestations de la culture sociale, afin de fonder l’apprentissage sur la compétence interculturelle et la diversité des supports pédagogiques authentiques qui l’illustrent.

43Cette dimension socioculturelle du discours économique permet à l’enseignant de proposer aux apprenants une entrée possible dans la connaissance de la société française, indissociable de la langue, même et peut-être surtout quand elle porte un regard sur d’autres cultures (comme dans le texte sur l’économie indienne).

Haut de page

Bibliographie

Baudrillard, J. 1974. La Société de consommation : ses mythes, ses structures. Gallimard.

Beacco, J.-C. 1993. « Civilisation et Discours sociaux en classe de langue ». Le Français dans le Monde n° 257. Vanves : Hachette : 46-50.

Lehmann, D., S. Moirand, F. Mariet & R. Catalan. 1979. Lire en Français les Sciences économiques et sociales. Paris : CREDIF/Didier.

Moirand, S. 1979. Situations d’Ecrits. Paris : CLE International.

Moirand, S. 1990. « Décrire des Discours produits dans des Situations professionnelles ». Publics spécifiques et Communication spécialisée. Paris : Hachette.

Peytard, J. & S. Moirand. 1992. Discours et Enseignement du Français. Paris : Hachette.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. La société de consommation : ses mythes, ses structures

Annexe 1. La société de consommation : ses mythes, ses structures

Annexe 2. L'évolution du commerce extérieur de l'Inde depuis dix ans

Annexe 2. L'évolution du commerce extérieur de l'Inde depuis dix ans
Haut de page

Notes

1 J. Bruchet. 1994. Objectif Entreprise. Hachette FLE.

2 C.Charnet & J. Robin-Nipi. 1997. Rédiger un résumé, un compte-rendu, une synthèse. Hachette FLE.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Procédures discursives traditionnellement utilisées dans l’apprentissage de l’objet-langue
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4101/img-1.png
Fichier image/png, 175k
Titre Tableau 2. Marques discursives de la problématique socio-économique
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4101/img-2.png
Fichier image/png, 260k
Titre Tableau 3. Visées pragmatiques des marques discursives significatives
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4101/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Annexe 1. La société de consommation : ses mythes, ses structures
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4101/img-4.png
Fichier image/png, 269k
Titre Annexe 2. L'évolution du commerce extérieur de l'Inde depuis dix ans
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4101/img-5.png
Fichier image/png, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Mangiante, « La problématique des textes des sciences socio-economiques en langue étrangère », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 4 | 2002, 13-26.

Référence électronique

Jean-Marc Mangiante, « La problématique des textes des sciences socio-economiques en langue étrangère », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 4 | 2002, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/4101 ; DOI : 10.4000/apliut.4101

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Mangiante

Docteur en Sciences du langage (Université de Provence), ancien attaché de coopération pour le Français au Moyen-Orient durant 11 ans, Jeran-Marc Mangiante est Chargé de mission à l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page