Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le XXIIIe Congrès de l’APLIUT, à Grenoble, avait pour thème « La recherche-action : un autre regard sur nos pratiques pédagogiques ». Nous publions dans ce numéro la première partie des actes. La suite paraîtra dans le numéro de mars et développera des exemples concrets de recherche basée sur la pratique. Pour l’heure, voici les comptes rendus de trois conférences plénières et de deux ateliers qui définissent la recherche-action et en présentent la méthodologie dans le cadre de l’expérience de chacun des intervenants. La recherche-action permet à tous les enseignants d’avoir un rôle actif dans l’élaboration des méthodes d’apprentissage. Comme nous y invite la métaphore du voyage, récurrente à travers ces textes, explorons les territoires inconnus. Nos classes sont nos laboratoires, nous ont dit en substance les intervenants du Congrès, n’attendons pas que des consignes nous soient imposées, soyons les acteurs de notre enseignement : mettons nos pratiques sur la sellette, et transformons nos observations en recherche. Le message était clair : ayons de l’audace, mais aussi de la rigueur.

2Teresa O’Brien présente les chercheurs et les modèles qui ont marqué la recherche-action, tout en précisant qu’il n’est pas toujours facile de mettre en pratique les principes et les théories. Selon elle, l’essentiel tient en trois mots : collaboration, réflexion, et compréhensions. Elle utilise un exemple concret de recherche basée sur la pratique pour souligner l’importance du travail en commun et les bénéfices que l’on peut en retirer pour son développement professionnel.

3Après la perspective britannique, le point de vue d’une francophone d’outre-Atlantique. Pour Hélène Knoerr, la recherche-action est « une troisième voie, un pont entre la recherche théorique et la pratique pédagogique ». Elle détaille la méthodologie d’une recherche sur le terrain et insiste sur la nécessaire et constante dialectique entre recherche et application et sur l’interaction entre le chercheur et son milieu – ce qui en fait toute la richesse. Cependant elle souligne que, dans le contexte nord-américain, de plus en plus contraignant, la recherche-action s’apparente à un voyage au long cours semé d’obstacles administratifs – une nouvelle odyssée.

4Jean-Paul Narcy-Combes décrit une autre forme de voyage. Partant des recherches en neurophysiologogie, il montre qu’une déstabilisation et une réflexion systématique sont les conditions nécessaires de tout apprentissage. En effet, la recherche-action fonctionne sur un mode expérimental et Narcy en rappelle les caractéristiques : rigueur et créativité, objectivité et subjectivité, recul et engagement. Elle s’effectue dans la vie réelle et non en vase clos, ce qui favorise un fonctionnement coopératif, humain (un compagnonnage) et permet de dynamiser et de responsabiliser le métier d’enseignant.

5David Rees présente son cheminement d’observateur devenu chercheur et l’aspect cyclique de la recherche-action. Lui aussi insiste sur la rigueur et met en relief l’importance de l’environnement d’apprentissage dans la recherche-action, et le va-et-vient entre observation et théorie. L’expérimentation est insuffisante si elle n’est pas étayée par des théories qui servent de cadre de référence et de garde-fou et lui permettent d’évoluer.

6Dans le cadre de la mise en place d’une certification en langues en Roumanie, Claire Bourguignon analyse l’impact des nouveaux systèmes d’évaluation sur les candidats et les examinateurs. Les attitudes et réactions des uns et des autres, très différentes selon que l’évaluation est orientée vers le sujet ou vers l’objet langue, font ressortir le poids de la représentation dans l’interprétation de la réalité. Cette contribution est d’autant plus intéressante à un moment où l’évaluation est plus que jamais au centre de nos préoccupations d’enseignants.

7En effet, lors du Congrès de Grenoble, l’intervention de Monsieur Bouvier sur le CLES (Certificat de Compétences en Langues dans l’Enseignement Supérieur) avait été suivie d’un débat animé. Nous publions dans la section « Vie de l’APLIUT » les remarques de quatre congressistes ainsi que le compte rendu de la journée d’étude sur l’évaluation en langues dans l’enseignement supérieur qui a eu lieu à Grenoble le 28 septembre dernier. Le débat sur l’évaluation est loin d’être clos…

8Dans la rubrique « TICE », Alain Cazade fait un compte rendu d’utilisation d’un dictionnaire en ligne, le Longman Interactive Electronic Dictionary 2. Nous le remercions de partager ses réflexions sur les produits qu’il teste – en attendant que d’autres suivent son exemple.

9Enfin, Claire Bryars nous propose de reprendre le modèle de fiches pédagogiques créé par Monique Mémet ; nous espérons que de nombreux collègues saisiront cette possibilité de partager leurs expériences sous une forme plus courte et moins contraignante que l’écriture d’un article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy et Mourad Boughedaoui, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 2 | 2001, 5-6.

Référence électronique

Mireille Hardy et Mourad Boughedaoui, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 2 | 2001, mis en ligne le 04 avril 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/4334

Haut de page

Auteurs

Mireille Hardy

Rédactrice en chef

Articles du même auteur

Mourad Boughedaoui

Rédacteur adjoint

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page