Skip to navigation – Site map

Full text

1Au nom de l’association ARDAA (Association pour la Recherche en Didactique et Acquisition de l’Anglais)1, je souhaite, en exergue à cet avant-propos, remercier la rédactrice en chef de la revue Recherches et Pratiques Pédagogiques en Langue de Spécialité, Mireille Hardy, ainsi que toute son équipe, d’avoir ouvert la revue à diverses associations également investies dans le domaine de la didactique des langues en milieu universitaire. Cette initiative conduit aujourd’hui notre association de didacticiens de l’anglais à prendre en charge ce numéro dont l’objectif est de faire connaître le travail de recherche réalisé par les anglicistes regroupés au sein de l’ARDAA, elle-même affiliée à la SAES (Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur).

  • 2 GERAS : Groupe d’Étude et de Recherche en Anglais de Spécialité. RANACLES : Rassemblement National (...)

2C’est en 2003, au congrès de Metz, que l’atelier Didactique et Acquisition a vu le jour, à mon initiative, au sein de la SAES. J’avais précédemment exercé comme professeure agrégée détachée dans le supérieur, directrice d’un centre de langues à l’Université des Sciences Sociales de Grenoble et participé à la création du GERAS et de RANACLES2. La SAES proposait alors deux ateliers de recherche qui me convenaient tout à fait, celui de la langue de spécialité et celui des TICE. Mais, devenue Maître de conférences dans un Institut Universitaire de Formation des Maîtres, il m’est rapidement apparu que ces deux ateliers ne pouvaient accueillir la recherche qui se développait en didactique de l’anglais dans d’autres domaines, notamment sur les questions de développement/acquisition/apprentissage, les questions de formation des maîtres ou de politique des langues, non liées à la langue de spécialité. L’atelier de didactique/acquisition fut donc ouvert pour pallier ce manque et il connaît depuis dix ans un succès qui ne s’est pas démenti. Très vite, l’équipe qui l’animait – je pense à Jean-Paul Narcy-Combes, Claire Tardieu, Anne-Marie Voise, Dominique Delasalle, Marie-Christine Deyrich, Cédric Brudermann, Pascale Goutéraux…, s’est posé la question de la pérennité de nos efforts, de la communication de nos travaux, de notre rôle au sein de l’anglistique. Fonder une association nous est alors apparu comme le prolongement naturel de nos rencontres et l’ARDAA vit le jour en 2009, sous la houlette de Jean-Paul Narcy-Combes, bientôt remplacé par Claire Tardieu.

  • 3 Narcy-Combes, J.-P. (rédacteur principal), C. Tardieu, J.-C. Le Bihan, J. Aden, D. Delasalle, P. La (...)

3L’association ARDAA s’est donné pour mission de stimuler et valoriser la recherche en didactique de l’anglais et, également, en appuyant son propos sur le travail des chercheurs, de prendre part aux réflexions et actions menées dans le cadre des réformes successives concernant les contenus des programmes d’enseignement des langues au collège et au lycée et la formation des enseignants. Pour exemple, huit chercheurs ont publié conjointement une réflexion sur l’acquisition précoce des langues à l’école3, fondée sur un état de l’art, et qui ouvrait sur des recommandations critiques concernant les dispositifs mis en place par le Ministère de l’éducation nationale. Ainsi, tout naturellement, la question de la publication des travaux proposés lors des ateliers s’est posée. Bien qu’envisagée un moment, l’idée de la création d’une revue a été abandonnée pour deux raisons. D’une part, parce que nous étions un certain nombre à défendre l’idée que l’atelier devait rester justement un atelier car les chercheurs manquent cruellement d’un lieu où exposer un travail en cours, débattre de questions conceptuelles émergentes, présenter des modèles, enfin tout ce qui relève d’un work in progress. En effet, l’atelier de didactique constitue d’abord un lieu de rencontre et d’échanges, notamment entre chercheurs chevronnés et jeunes chercheurs, et ces derniers trouvent là l’occasion de se confronter à un public différent de celui du laboratoire auquel ils appartiennent. Sans parler des chercheurs isolés et il y en a encore dans notre domaine ! Faire de l’atelier l’antichambre d’une publication immédiate dans une revue de didactique de l’anglais aurait nécessairement conduit à sélectionner les communications de manière drastique et la notion de work in progress disparaissait. Par ailleurs, nous avions conscience que la spécialisation anglistique de nos travaux ne nous permettrait sans doute pas d’atteindre un volume de propositions suffisant pour permettre à une revue de qualité de voir le jour. Nous en étions là de nos réflexions lorsque proposition nous a été faite par Mireille Hardy de nous ouvrir la revue Recherches et Pratiques Pédagogiques en Langue de Spécialité. Nous nous sommes réjouis de cette opportunité qui nous était donnée de faire connaître nos travaux, en même tant que de collaborer au sein de la revue avec les chercheurs du GERAS, de l’APLIUT et de RANACLES.

4Voici donc le premier numéro coordonné par l’ARDAA. Un dernier mot concernant le comité de rédaction : au nom de l’ARDAA, j’ai proposé à Judith Barna, Maître de Conférences à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de Lille Nord de France, d’assurer avec moi la rédaction en chef du numéro et je la remercie pour sa contribution importante à notre travail. Cédric Brudermann nous a apporté sa double compétence en didactique de l’anglais de spécialité et des TICE et Émilie Magnat, toute jeune docteure, symbolise l’émergence de nouvelles approches pluridisciplinaires puisque sa recherche croise le domaine de l’acquisition, des TICE et de la formation des enseignants. Notre équipe semble assez représentative, je crois, de ce que ce premier numéro souhaitait offrir aux lecteurs : une image de la didactique de l’anglais comme champ de recherche dynamique, en perpétuel questionnement. Il me reste donc à vous souhaiter bonne lecture et à espérer que ce numéro suscite chez le lecteur la disputation, autrement dit des découvertes, des questionnements, des contestations, de l’approbation, de l’admiration, peut-être ? Et donne lieu à de stimulants échanges.

Top of page

Notes

1 http://www.ardaa.fr/

2 GERAS : Groupe d’Étude et de Recherche en Anglais de Spécialité. RANACLES : Rassemblement National des Centres de Langues de l’Enseignement Supérieur.

3 Narcy-Combes, J.-P. (rédacteur principal), C. Tardieu, J.-C. Le Bihan, J. Aden, D. Delasalle, P. Larreya et F. Raby (groupe de travail SAES). « L’anglais à l’école élémentaire ». Les langues modernes, 4/2008. APLV : 72-82. Version complète disponible en ligne : http://espace-langues.paris.iufm.fr/spip.php?article896.

Top of page

References

Bibliographical reference

Françoise Raby, « Avant-propos », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIII N° 2 | 2014, 7-8.

Electronic reference

Françoise Raby, « Avant-propos », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [Online], Vol. XXXIII N° 2 | 2014, Online since 04 June 2014, connection on 21 October 2017. URL : http://apliut.revues.org/4369

Top of page

About the author

Françoise Raby

Françoise Raby est Professeur des Universités à l’IUT A, Université Paul Sabatier, Toulouse 3 et directrice du laboratoire LAIRDIL (Laboratoire Inter-universitaire de Recherche en Didactique LANSAD)

Top of page

Copyright

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Top of page