Navigation – Plan du site
Compte rendu

LIED2, Longman Interactive Electronic Dictionary, 2000

Pour intégrer des outils électroniques de référence dans l’enseignement de l’anglais : compte rendu d’utilisation
Alain Cazade
p. 79-88

Texte intégral

Caractéristiques

1Prix (au 2/5/01) : mono poste : 600F. Prix dégressifs (non précisés par l’éditeur, à négocier avec le revendeur, selon l’éditeur) pour achat en nombre.

2Matériel nécessaire : PC ou Mac, lecteur de CD-ROM, environnement multimédia classique.

3Site de l’éditeur : www.longman.com.

4Nota : dictionnaire unilingue, version 2000 confiée pour évaluation en 2001.

5On notera un certain nombre d’ajouts et innovations par rapport à la précédente version et on appréciera l’utilisation possible sur les deux standards majeurs et concurrents de la bureautique actuelle (Mac et PC). On regrettera toutefois de ne pas pouvoir recopier l’intégralité du produit sur le disque dur (voir remarques à propos de la video library et dans la conclusion) mais l’éditeur s’y refuse pour des raisons de lutte anti-piratage.

Ergonomie générale

6La présentation est sobre. À l’ouverture du logiciel, on se voit proposer de travailler soit sur le logiciel, soit depuis son traitement de texte, soit sur des exercices, soit en mode « accès rapide ». Toutes ces options restent naturellement accessibles une fois l’une d’elles choisies au départ.

English Dictionary

7À l’ouverture du dictionnaire proprement dit, qui contient près de 80 000 mots et expressions, une simple ligne de menus déroulants apparaît en haut de l’écran, de même qu’une fenêtre index ou plan d’accès aux sous-parties d’un module choisi. Dans le module ‘dictionnaire’, il suffit de taper dans la fenêtre de recherche les premières lettres d’un mot pour voir l’index présenter la première approximation alphabétiquement possible reconnue dans le dictionnaire. Détail qui a son importance : le pointeur ne présente pas l’item trouvé en tête de l’index mais plus intelligemment au tiers de celui-ci, ce qui permet de trouver du regard plus facilement ce qu’on cherche dans la liste affichée, en cas d’incertitude orthographique, par exemple, ou pour favoriser un travail de lemmatisation.

8Un double clic (et non pas un seul, comme invite pourtant à le penser le pointeur de souris en forme de main et comme la navigation Internet l’a généralisé) permet d’ouvrir une fenêtre résultat dans l’espace d’affichage principal. Chaque entrée est accompagnée d’un menu iconique, variable suivant l’item pointé, qui permet :

  • de bloquer l’affichage de la fenêtre sur l’écran,

  • de faire apparaître d’autres mots ou expressions liés à l’item travaillé,

  • de ré-entendre l’item prononcé (ce qui est déjà fait automatiquement à l’ouverture de la fenêtre = amélioration par rapport à la version précédente),

  • d’accéder quand c’est possible à d’autres items liés dans d’autres modules du LIED2,

  • des liens éventuels vers le module English Grammar,

  • des liens éventuels vers le module Dictionary of common errors, (cf. figure 1 : la nuance à respecter entre engine et machine),

Figure 1. Dictionary of common errors

Figure 1. Dictionary of common errors

9des liens éventuels vers le module Picture Library (s’il existe une illustration graphique de d’item travaillé, celle-ci est ouverte automatiquement « sous » la fenêtre de résultat texte, et peut-être « zoomée »), (cf. figure 2 : le détail d’un moteur de voiture),

Figure 2. Picture Library

Figure 2. Picture Library
  • des liens éventuels vers une vidéo d’illustration (module Video Library), (ici : un lien est curieusement proposé entre l’entrée « engine » et une vidéo intitulée : « At the restaurant », alors qu’on se serait attendu plutôt à quelque chose du genre « At the factory » !),

  • des liens éventuels vers le module Exercises.

10Dans la fenêtre texte-résultat (Document window), chaque terme est accompagné :

  • d’une indication d’orthographe, cf. variations possibles,

  • d’une indication phonétique (multiple quand l’accent anglais et américain diffèrent). Un double clic sur cette transcription ouvre un tableau récapitulant les éléments de base de la phonétique anglaise. Chaque élément renvoie alors à un exemple sonore de chaque phonème et à l’entrée dans le dictionnaire correspondant au terme exemple proposé,

  • d’exemples de parties du discours contenant l’item travaillé,

  • d’indications grammaticales,

  • d’indication d’autres sens possibles du terme,

  • d’exemples authentiques,

  • des pluriels irréguliers si nécessaire ou de formes verbales particulières,

  • de structures d’utilisation types (prépositions, etc.),

  • de notes concernant les divers usages possibles du mot (usage notes),

  • de références vers des antonymes, synonymes, tournures idiomatiques etc.

11Au bout d’un certain temps, la fenêtre de résultats (ou fenêtre principale d’affichage) peut apparaître trop chargée par les diverses fenêtres-résultats ouvertes, il est alors possible de réduire chaque fenêtre en une icône titre qui se logera en bas de l’écran pour libérer l’espace de travail tout en laissant une trace visible de la recherche précédemment engagée.

12À l’usage, cette approche, une fois qu’elle est bien maîtrisée, permet de travailler agréablement sur une sorte de bibliothèque de termes choisis qui restent présents à l’écran sans l’encombrer, auxquels on peut avoir accès rapidement sans devoir repasser – comme c’est la seule possibilité offerte dans d’autres produits – par une liste séquentielle vite surchargée elle aussi de tous les termes « visités » précédemment, dont nombre d’éléments ne sont souvent pas pertinents pour le travail envisagé (traduction, recherche lexicale sur un thème donné, sur un point de grammaire, etc.). Notons que la liste des items activés est accessible dans leur ordre d’ouverture depuis le menu déroulant « Windows ». Un historique complet incluant les items dont les fenêtres d’affichage ont été refermées pourrait malgré tout représenter un ‘plus’ intéressant dans certains cas.

13On peut réorganiser toutes les fenêtres ouvertes alternativement en mode « cascade » ou en mode « tuilage ». Si on a peur que la fenêtre de travail soit trop vite surchargée, il est aussi possible de demander à ce que, au-delà de n fenêtres ouvertes (nombre quelconque à préciser dans les preferences, 10, 20, 4, etc.), la première à avoir été ouverte soit automatiquement refermée.

14Ce principe d’un travail sur un ensemble d’items sélectionnés peut être avantageusement couplé avec la fonctionnalité intitulée « collection » (voir infra).

15Une fenêtre de recherche plus pointue est accessible (mode SEARCH) et permet de travailler sur une période temporelle (options living in, born in, died in) pour une recherche sur des personnages marquants du monde culturel, d’utiliser des caractères génériques classiques tels que * (dont on regrettera toutefois qu’il ne fonctionne que placé à droite d’une graphie racine) ou ?, ? ?, des booléens (AND, OR, NOT). L’exemple proposé ici montre que, sans recours à toutes ces options, on peut tout simplement afficher la liste des diverses illustrations du terme engine dans le dictionnaire.

  • 1 Une fonction qui est proposée dans Encyclopaedia Britannica sur cédérom ou dévédérom, mais aussi da (...)

16Un regret : lorsqu’on travaille sur un terme aux développements multiples, le verbe make par exemple, il serait utile de pouvoir avoir une présentation récapitulative de toutes les entrées de ce terme sans avoir à faire défiler le long contenu de la fenêtre-résultat en utilisant les ascenseurs latéraux verticaux. Les seules entrées proposées dans l’index sont : make 1 v. et make 2 n. Il serait intéressant, indépendamment de l’index à gauche de l’écran ou temporairement en lieu et place de celui-ci, de pouvoir disposer d’un aperçu rapide synoptique de l’ensemble du champ travaillé1, ceci afin de pouvoir aller directement à make up, make in, make out, etc. (présents malgré tout dans la fenêtre résultats mais plus délicats à retrouver dans la liste vaste de toutes les entrées) d’autant que la fonction de défilement automatique dont on peut bénéficier quand on utilise une souris à roulette n’est pas prise en compte, et du fait également que l’affichage de la fenêtre ne s’adapte pas simultanément avec le mouvement du pointeur d’ascenseur lorsqu’on déplace celui-ci (l’affichage ne se met à jour que lorsqu’on arrête de cliquer dessus). La prise en charge de tels modes rapides de défilement permettrait de mieux tirer parti de la richesse offerte et, pour un apprenant d’un niveau moyen – le cas de figure le plus courant pour un tel outil –, de ne pas passer à côté d’un renseignement qu’on ne pense tout simplement pas à faire apparaître alors qu’il est disponible.

Les Collections et leurs applications pédagogiques

17Chaque « collection » (créée et récupérée à partir d’un des menus déroulants du dictionnaire) est en fait la photographie d’une recherche sélective qui aura pu prendre un temps assez long à mettre au point et que l’on pourra sauvegarder sur disque pour la retrouver rapidement ultérieurement, sans avoir à repasser par toutes les étapes de son élaboration. On pourra alors la proposer à ses étudiants pour qu’ils travaillent à leur tour dans un environnement ainsi préparé par l’enseignant. Ils pourront alternativement se fabriquer eux-mêmes leurs propres collections d’items, voire compléter celles qui auront été proposées par l’enseignant.

18On imagine vite les avantages que cette fonction peut représenter en termes d’activités pédagogiques préparées, recherches lexicales, approfondissement d’une fonction structurelle, corrigé d’essais en visant des tournures erronées particulièrement récurrentes et en sélectionnant un ensemble de fonctions ou de notions approchantes, y compris dans le module « common errors », etc.

19On regrettera toutefois de ne pouvoir réorganiser une collection une fois constituée pour, par exemple, faire apparaître en tête tel type d’éléments essentiels, et, en fin de liste, tels autres éléments moins nécessaires. On précisera qu’il est toujours possible d’entrer ces éléments dans un texte ordinaire, de les organiser alors de la manière qu’on entend et d’utiliser les fonctions d’accès direct depuis le traitement de texte pour ouvrir l’entrée correspondante dans le LIED mais cela rajoute une manipulation et un outil là où on pouvait faire plus court. Une simple fonction de remontée ou descente d’un élément dans la liste composant chaque collection, avec quelques lignes séparatrices et un titre possible pour regrouper certains éléments, serait aisée à mettre en place dans le module de gestion des collections et serait certainement très utile à beaucoup.

English Grammar

20L’accès au module « grammaire », depuis le terme make, permet de travailler sur la différence make/do, sur diverses formulations infinitives (make s/o do something, make yourself heard), ou encore le sens de ‘devenir’ contenu dans une expression comme : she’ll make a good nurse). Un index récapitulatif est fourni.

Verbs

21La conjugaison dépouillée de 5 600 verbes est accessible dans ce module. Ainsi les différentes formes du verbe make seront présentées, avec les variantes possibles en -ing, mais sans les commentaires concernant l’usage et les variations de sens qui seront proposés ailleurs. Un index récapitulatif est fourni.

Dictionary of common errors

22Le verbe make permet d’y voir présenter une série de phrases parmi lesquelles :
I didn’t make anything in particular. I just stayed at home.
I didn’t do anything in particular. I just stayed at home.

Figure 3. Dictionary of common errors

Figure 3. Dictionary of common errors

23On notera que la croix (signe d’erreur) précédant la première phrase est affichée en rouge et que le signe de validation précédant la seconde est en vert. Une ouverture est proposée vers un tableau (table) récapitulant les usages particuliers et parfois conflictuels pour des apprenants étrangers de do/take/have/make, avec une série d’explications et d’exemples. Un index récapitulatif est fourni.

24Compte tenu du risque de pérennisation d’erreur qu’entraîne l’affichage d’une écriture erronée, il aurait été souhaitable de faire apparaître plus clairement l’élément qui pose problème, de l’afficher, par exemple, en mode caractère barré ou encore en italique (I didn’t make anything in particular – I didn’t make anything in particular).

Picture Library

25600 illustrations, images, cartes.

26Une large série d’images, en noir et blanc ou en couleurs, permet de se familiariser, par exemple, avec les différentes parties d’un bateau, la composition d’une station de travail informatique, le rôle de l’énergie éolienne dans la protection de l’environnement, mais aussi de voir une illustration du verbe carry, etc. Toute légende décrivant chaque élément présenté permet, par lien hypertexte, d’accéder à l’entrée correspondante du dictionnaire. Un index récapitulatif est fourni.

Video library

27Ce module comprend 8 vidéos, d’une taille un peu juste sur un écran standard (600*800). Le mode ‘plein écran’ est possible mais l’image est alors hélas d’une qualité insuffisante.

28Chaque vidéo peut être diffusée avec son script complet défilant sur plusieurs lignes : au moment où la partie précise du script est jouée, elle s’affiche en inversion vidéo. On peut agrandir la fenêtre de défilement du script pour qu’il affiche autant de lignes qu’on veut. Ces détails montrent une bonne réflexion en termes d’ergonomie cognitive : il est ainsi possible non seulement d’anticiper sur la lecture mais aussi de rejouer très précisément les éléments du clip éventuellement mal compris ou dont la prononciation pose problème en cliquant sur la(es) phrase(s) désirée(s), et ceci naturellement autant de fois qu’on veut. On appréciera également que l’accès au dictionnaire soit automatiquement activé lorsqu’on clique sur un mot quelconque du script. Les contenus sont clairs et assez bien conçus, insistant sur quelques points comme, par exemple : les adjectifs, les modaux, comment poser des questions, y répondre, comment suggérer, les temps du passé, etc.

29L’habituelle série d’icônes coiffe chaque vidéo et donne donc accès instantanément à toutes les autres parties du produit, y compris à des exercices (QCMs et exercices à trous) plus ou moins en rapport avec le script de la vidéo travaillée.

30Nota : De nombreux logiciels, à visées pédagogiques prétendument plus ambitieuses, gagneraient certainement à s’inspirer du principe de fonctionnement de ce module alors qu’ils ne proposent la plupart du temps, pour tirer parti d’un clip vidéo, qu’une simple barre de navigation avec curseur de défilement.

31On en vient vraiment à regretter, de ce fait :

321. le nombre limité des vidéos proposées,

332. le nombre limité des thèmes traités,

343. la qualité insuffisante des images,

354. et surtout : les ralentissements qu’entraîne la remise en fonction du lecteur de cédérom ou de dévédérom quand on veut travailler un peu sérieusement le contenu de chaque extrait.

Figure 4. Video Library

Figure 4. Video Library

36Une recopie du produit sur disque dur supprimerait ce dernier problème. Le coût du giga octet est de plus en plus faible, la norme des disques durs installés sur des machines neuves est d’environ 20 Go, ce qui suffirait amplement pour contenir les quelques 120 Mo que totalisent les huit séquences vidéos proposées.

37Un index explicatif des contenus et points de structure traités est fourni.

Tables

38Tableaux avec des information sur les nombres, unités de mesure, etc.

39Ces tableaux permettront de travailler sur la phonétique de l’anglais, sur les nombres, la formation des mots, les verbes irréguliers etc. Un index récapitulatif est fourni.

Features

40Cette section n’est pas la plus fournie du produit, qui n’est malgré tout pas une encyclopédie, rappelons-le. Elle permet d’accéder à diverses informations supplémentaires sur des sujets culturels de type essentiellement civilisationnel : le fonctionnement du gouvernement en Grande-Bretagne, aux USA, quelques lignes sur le système légal, l’éducation ici et là, sur certaines œuvres de Shakespeare. Un index récapitulatif est fourni.

Exercises

41Pour reprendre l’exemple de la différence make/do envisagée plus haut, l’entrée dans le module exercices propose de remplir les trous dans des phrases comme celles-ci :

42Last Saturday I ——— a few jobs round the house and then decided to go into the town. « Shall I take the dog for a walk ? » I asked my wife. « No, I ———, » she answered. « I’ll ——— that. »

43Aucune aide ou analyse d’erreur n’est proposée pour guider le travail de l’apprenant. Il lui est seulement possible de vérifier que, si on entre respectivement : did - do not et do dans les trous proposés, do not n’est pas accepté. Il faut en fait le remplacer par don’t, comme il sera indiqué quand on utilisera le bouton « réponses », accessible à tout moment. On peut effacer toutes les réponses et recommencer autant de fois qu’on veut l’exercice. Il est regrettable, hélas, comme dans d’autres produits concurrents, que dans de tels exercices l’accompagnement pédagogique soit aussi limité, pour ne pas dire pauvre.

44On notera que l’exercice proposé (nettement plus long que l’extrait donné ici) est le seul et même exercice qui sera accessible depuis le verbe make.

45Un index récapitulatif est fourni.

Conclusion

46Il faut rappeler à ce stade la possibilité d’utiliser l’Internet pour mettre à jour l’application, ce qui permet de suivre l’évolution de la langue sinon de l’outil lui-même.

47En définitive et pour reprendre quelques points déjà abordés plus haut, cette nouvelle version du LIED, assez bien conçue dans l’ensemble, gagnerait sérieusement en rapidité et en commodité si le produit pouvait être utilisé depuis le disque dur, comme cela est possible et bien pratique avec d’autres outils concurrents (cf. Cambridge International Dictionary, OUP OALD6, etc.). Le lecteur de cédérom ou de dévédérom étant occupé, cela empêche de travailler en même temps avec un autre logiciel, de lire d’autres vidéos, etc. Mais surtout, l’utilisation même du produit est gênée par de nombreux mouvements de lancements du lecteur qui ralentissent toute recherche. Ces ralentissements aboutissent même à compromettre la fluidité de lecture des vidéos, dont l’ergonomie de présentation représente pourtant un des bons aspects du produit. Il importe de préciser que les lecteurs utilisés pour le test étaient de bonne qualité.

48On gagnerait encore dans le sens de la rapidité et d’une ergonomie fonctionnelle standardisée si les procédures d’activation de liens hypertextes se faisaient par simples – et non pas doubles – clics, comme la navigation sur la toile Internet nous y a habitués. Un choix dans ce sens pourrait être proposé dans les preferences, libre à l’utilisateur d’opter pour le mode (clic simple ou double) qu’il préfère.

  • 2 Technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement.

49Avec un certain nombre de petits ‘plus’ ici et là, d’ordre technique et/ou pédagogique (mais avec les TICE2, l’un et l’autre sont intimement liés), cet outil pourrait être nettement plus efficace et utile et devenir même un auxiliaire de travail privilégié dans un environnement d’enseignement et d’apprentissage des langues relayé par l’informatique – un cas de figure souvent répété dans le monde de l’édition électronique.

50L’outil reste malgré tout agréable à utiliser dans l’ensemble. Sa prise en main est simple, ce qui représente une des qualités premières du produit, et un élément déterminant vu la quantité d’information accessible et le nombre de fonctionnalités proposées.

Haut de page

Notes

1 Une fonction qui est proposée dans Encyclopaedia Britannica sur cédérom ou dévédérom, mais aussi dans le très simple mais utile et efficace Grand Larousse bilingue – Liris – non sonore il est vrai.

2 Technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Dictionary of common errors
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4659/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 2. Picture Library
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4659/img-2.png
Fichier image/png, 794k
Titre Figure 3. Dictionary of common errors
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4659/img-3.png
Fichier image/png, 162k
Titre Figure 4. Video Library
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4659/img-4.png
Fichier image/png, 584k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cazade, « LIED2, Longman Interactive Electronic Dictionary, 2000 », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 2 | 2001, 79-88.

Référence électronique

Alain Cazade, « LIED2, Longman Interactive Electronic Dictionary, 2000 », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 2 | 2001, mis en ligne le 31 juillet 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/4659

Haut de page

Auteur

Alain Cazade

Paris IX Dauphine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page