Navigation – Plan du site
Débat sur l'évaluation et sur le CLES (Certificat de compétences en langues de l'enseignement supérieur)

Compte rendu de la Journée d’étude sur l’évaluation-certification en langues dans l’enseignement supérieur

Université Joseph Fourier (Grenoble I), 28 septembre 2001
Janet Atlan
p. 95-97

Texte intégral

1Une journée sur l’évaluation en langues dans l’enseignement supérieur a été organisée sous l’égide du GERAS par nos collègues Marie-Hélène Fries et Josiane Hay de l’Université de Grenoble I le 28 septembre 2001. Cette journée a réuni environ 50 personnes et a permis aux participants de se tenir à jour des recherches récentes faites en France sur l’évaluation en langues ainsi que de se renseigner sur les derniers développements concernant le CLES (Certificat de compétences en langues pour l’enseignement supérieur) grâce aux interventions de chercheurs de pointe et à une table ronde fructueuse.

2Jean-Paul Narcy-Combes, de l’Université de La Rochelle, a ouvert la journée avec une conférence intitulée « Sens, forme : ne manque-t-il pas un troisième larron ? », au cours de laquelle il a plaidé pour une reconnaissance de la légitimité acquise par les chercheurs universitaires en France en matière d’évaluation. Il y a en effet un grand travail de sensibilisation à faire auprès des institutions, de notre public estudiantin et des professionnels afin de faire valoir les connaissances scientifiques sur l’évaluation que nous possédons et d’écarter ce qui relève de la simple opinion.

3Par ailleurs, le conférencier nous a rappelé que lors de l’évaluation il faut prendre en compte à la fois les dimensions pragmatiques, linguistiques et scientifiques/professionnelles de ce qui a été appris. En effet, une prise en compte du discours dans toute sa complexité implique que le sens et la forme soient complétés par un contenu. Les performances dans une de ces dimensions seront influencées par les performances dans les deux autres. De plus, selon la formation suivie et les circonstances de l’évaluation, elles n’auront pas le même poids dans l’évaluation.

4La conférence suivante, intitulée : « De la connaissance de l’objet à la compétence du sujet », de Claire Bourguignon (Université du Havre), nous a incités à prendre en compte l’acte de langage dans sa totalité – sans oublier le sujet communicant – lors de l’évaluation. De cette façon on est plus apte à évaluer non seulement les connaissances en langues mais aussi les compétences de communication que possède l’apprenant.

5Sylvia Sommer (Université de Lyon 2) nous a parlé de « L’interaction entre évaluation et processus d’acquisition/apprentissage/enseignement en didactique des langues ». Après avoir rappelé brièvement la nécessité de s’assurer de la fiabilité et de la validité de l’évaluation, l’intervenante a insisté sur l’interaction inévitable qui existe entre l’évaluation et les pratiques pédagogiques (le washback effect) ; interaction qui ne peut qu’améliorer la sensibilisation de l’apprenant aux contenus, aux raisons, et aux conditions de l’évaluation. Cette conférence a donné lieu à une discussion intéressante entre les participants sur la formation des enseignants et l’apprentissage du « comment » de l’évaluation.

6L’intervention de Patrick Doucet (Université de Tours), « Pour un test utile : validité et fiabilité », est partie des concepts de validité (les résultats sont-ils valables d’une situation à une autre ?) et de fiabilité (l’évaluation mesure-t-elle vraiment ce que nous voulons mesurer ?) pour déboucher sur la notion de l’utilité de l’évaluation. Il est souhaitable en effet qu’il y ait cohérence entre la performance de l’apprenant lors de l’évaluation et sa performance lors de son utilisation de la langue dans la vie quotidienne ou en situation d’apprentissage.

7Enfin, Claude Springer, de l’Université de Strasbourg et chef de projet CLES, a eu pour tâche difficile de répondre à la question « Une évaluation qualitative est-elle possible pour le CLES ? », tout en restant objectif et sans entrer dans la polémique qui entoure actuellement la mise en place de cette certification. Chose qu’il a faite en expliquant pourquoi une politique des langues est nécessaire à l’Université française et en rapprochant les compétences qui doivent être mesurées par le CLES des descripteurs de compétences élaborés par le Conseil de l’Europe.

8La journée s’est terminée avec une table ronde pendant laquelle il a été essentiellement question du CLES. Claude Springer a fait un bref historique de cette certification et a présenté le travail mené actuellement par le comité du pilotage du CLES. Une présentation détaillée du CLES est, bien sûr, hors du cadre de ce compte rendu, mais des informations complètes sur ce sujet sont disponibles sur Internet à http://u2.u-strasbg.fr/​dilanet/​dladlcles.html et je conseille au lecteur de s’y référer.

9Ce qui est ressorti de la table ronde est que le comité de pilotage est actuellement en train d’élaborer et de tester des sujets d’examen afin de revoir la maquette du CLES. Un nouveau cahier des charges sera présenté au Ministère de l’Éducation nationale (MEN) en janvier 2002. Le comité a l’intention de demander au MEN un test de viabilité et une phase d’expérimentation du CLES avant sa mise en œuvre définitive, mais il ne peut évidemment pas prévoir la réponse du Ministère. En tout état de cause, il semblerait qu’on s’oriente vers un référentiel commun permettant à chaque site universitaire de concevoir ses propres modalités de mise en œuvre du CLES et de les proposer au MEN dans le cadre de la contractualisation. Ce sera donc à chaque Université de définir sa politique linguistique et il sera essentiel pour les IUT de faire entendre leur spécificité au sein des sites universitaires dont ils font partie.

10La table ronde a aussi été l’occasion de poser et de discuter de nombreuses autres questions concernant le CLES en particulier et l’évaluation en langues en général dans l’enseignement supérieur. Une de ces questions portait sur la place des IUT dans le dispositif d’évaluation. Il ne faut pas oublier que plusieurs langues vivantes sont enseignées dans certains départements d’IUT, et qu’il est nécessaire d’éviter de privilégier une langue par rapport aux autres lors de la certification. De plus, les étudiants en IUT sont souvent d’un niveau faible en langues. Comment faire en sorte qu’ils atteignent le niveau requis par le CLES dans deux langues étrangères ? Comment savoir quelles compétences mesurer ? Après tout, l’enseignement change selon les niveaux, les spécialités et les langues enseignées. Beaucoup d’inconnues qui soulignent l’importance qu’il y a pour les enseignants de langues dans les IUT de suivre l’évolution du CLES et de participer pleinement à sa mise en œuvre.

11À la fin de cette journée si pleine, les participants ont été d’accord pour dire que toutes ces interrogations appellent une deuxième journée sur l’évaluation en langues, que nos collègues de Chambéry proposent d’organiser pour septembre 2002. Après avoir remercié nos collègues de Grenoble pour leur accueil et leur gentillesse, nous nous sommes donc dispersés en nous donnant rendez-vous pour continuer un débat à peine entamé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janet Atlan, « Compte rendu de la Journée d’étude sur l’évaluation-certification en langues dans l’enseignement supérieur », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 2 | 2001, 95-97.

Référence électronique

Janet Atlan, « Compte rendu de la Journée d’étude sur l’évaluation-certification en langues dans l’enseignement supérieur », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 2 | 2001, mis en ligne le 01 août 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/4675

Haut de page

Auteur

Janet Atlan

IUT de l’Université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page