Navigation – Plan du site
Débat sur l'évaluation et sur le CLES (Certificat de compétences en langues de l'enseignement supérieur)

Le CLES : dialogue entre deux enseignants de base

Andy Arleo et Dan O’Leary
p. 103-104

Texte intégral

1Nous proposons aux lecteurs des Cahiers de l’APLIUT quelques extraits d’une conversation à bâtons rompus concernant le CLES. N’étant pas spécialistes de l’évaluation, nous espérons simplement alimenter, dans un esprit non-polémique, le débat actuel sur cette question importante.

2Dan O’Leary : La présentation du CLES par Jean-Claude Bouvier au congrès de Grenoble a provoqué quelques remous dans la salle.

3Andy Arleo : Eh bien, si le CLES provoque des débats, c’est tant mieux. Rien n’est pire que l’apathie et l’indifférence. Simplement, il faut toujours veiller à respecter nos interlocuteurs. Gardons notre esprit critique, mais aussi notre capacité d’écoute et le sens du dialogue.

4DOL : Tu sais bien qu’au fond de chaque prof il y a un chahuteur qui sommeille…

5AA : Et qui se réveille de temps en temps !

6DOL : Mais il faut bien admettre que le Ministère n’a pas beaucoup consulté les intéressés dans cette affaire.

  • 1 Voir le Mot du Président, Les Cahiers de l’APLIUT, vol. 18 n° 3, mars 1999.

7AA : Là, je ne suis pas d’accord ! Je te rappelle qu’en 1998 Jean-Claude Bouvier est venu au XXe congrès de l’APLIUT à Saint-Nazaire, qui portait précisément sur l’évaluation, pour nous parler du CLES. Peu de temps après, j’ai été invité pour représenter l’APLIUT à une table ronde qui réunissait beaucoup d’associations. Enfin, dans la commission de travail il y avait à la fois des spécialistes de l’évaluation et des responsables des associations : Michel Perrin, Christian Puren, Françoise Raby parmi d’autres. Leur rapport, rédigé en juillet 1998, fixe les grandes lignes du CLES. Il affirme très clairement la nécessité du plurilinguisme dans l’enseignement supérieur1.

8DOL : Dont acte. Néanmoins, le projet semble mal ficelé. A-t-on agi dans la précipitation pour des raisons politiques ?

  • 2 Voir Les Langues Modernes 2 (2001). Dossier « Évaluation et certification en langues ».

9AA : L’actuel projet n’est pas encore finalisé, on procède à des expérimentations, mais on ne peut pas dire qu’il s’agit d’une coquille vide, comme le prétendent certains. Je te conseille la lecture du numéro spécial des Langues Modernes sur l’évaluation et la certification, qui fait le point sur cette question2.

10DOL : On est tout de même loin d’un test de langues fiable et reconnu sur le plan international.

11AA : Mais quelle est la finalité du CLES ? Je crois que c’est d’abord un cheval de Troie pour affirmer l’importance des langues dans l’enseignement supérieur français.

12DOL : Dans ce cas, évitons d’utiliser un cheval boiteux…

13AA : Je demande seulement qu’on n’achève pas le cheval ! Les enseignants sont invités à améliorer le projet et j’espère que les apliutiens répondront à l’appel.

14DOL : Tu ne dis rien des moyens mis en œuvre.

15AA : Tu as raison, il faut une adéquation entre objectifs et moyens. Il faut fabriquer des sujets, former et rémunérer correctement les examinateurs, etc. Si on veut rendre le CLES obligatoire pour tous les étudiants, ce sera un effort financier assez considérable. C’est une décision politique. Cet effort pourrait être partagé entre différents partenaires : les universités, les régions…

16DOL : De toute façon, ce CLES n’aura jamais la notoriété des examens internationaux existants.

17AA : Je ne pense pas qu’il ait pour vocation de concurrencer ces examens. D’ailleurs, je crois qu’il faudrait prévoir des équivalences, qui devraient être accordées sans complaisance et selon des critères clairs par une commission nationale. Je ne vois pas l’utilité de faire passer le CLES niveau 1 à ceux qui ont déjà réussi un test de langue reconnu de niveau supérieur.

18DOL : Je reste sceptique.

19AA : Restons vigilants, mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Si le CLES peut contribuer à améliorer les compétences en langues – et j’insiste sur le pluriel – des étudiants, ce serait une excellente chose.

Haut de page

Notes

1 Voir le Mot du Président, Les Cahiers de l’APLIUT, vol. 18 n° 3, mars 1999.

2 Voir Les Langues Modernes 2 (2001). Dossier « Évaluation et certification en langues ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andy Arleo et Dan O’Leary, « Le CLES : dialogue entre deux enseignants de base », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 2 | 2001, 103-104.

Référence électronique

Andy Arleo et Dan O’Leary, « Le CLES : dialogue entre deux enseignants de base », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 2 | 2001, mis en ligne le 02 août 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://apliut.revues.org/4680

Haut de page

Auteurs

Andy Arleo

Articles du même auteur

Dan O’Leary

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page