Navigation – Plan du site
Articles

Les nouveaux enjeux de la création multimédia en langues à l'université

A new challenge for the design of open-learning software for languages in the university
Anthony Stenton
p. 7-20

Résumés

Les campus numériques arrivent mais les universités sont-elles prêtes à en assumer les conséquences ? La création multimédia dans les centres de langue offre une bonne perspective pour analyser les développements récents. Les investissements importants dans l'infrastructure, la création de services TICE et de départements d'enseignement à distance, le paiement des enseignants pour la conception-création indiquent que la société de l'information est prise au sérieux. Mais ces progrès sont fragiles. Les universités tardent à mettre en place une politique d'assurance qualité logicielle. La nature inévitablement pluridisciplinaire des décisions concernant les systèmes de gestion d'apprentissage, les plates-formes Web, la cyber-édition exige une réponse plus souple et plus professionnelle.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1On aurait tort de décrire l'université moderne comme une institution figée dans ses vieilles traditions. Depuis l'an 2000, les services TICE des universités se mobilisent. L'intégration des TICE dans ce milieu n'est pas fortuite mais constitue la suite logique du développement rapide et impressionnant de nouveaux domaines de recherche : les sciences cognitives, l'ergonomie, l'interface homme-machine, pour n'en citer que trois. De nombreux laboratoires de recherche ont vu le jour et la création des intranets universitaires à grande échelle a été confiée non pas à quelques rares volontaires pour effectuer un travail ingrat, mais à des équipes de jeunes informaticiens formés pour la tâche et évoluant dans un environnement semblable à celui des entreprises du secteur privé, c'est-à-dire un service organisé de façon transparente et souple, sans excessive raideur hiérarchique, où l'information circule librement et l'échange des idées s'effectue rapidement. Les campus numériques sont lancés. L'État investit plus de 150 millions de francs par an dans les universités, et l'espoir qu'une grande partie de la production intellectuelle universitaire soit bientôt en ligne devient plus réaliste. Un étudiant sur deux dispose d'une boîte à lettres électronique au sein de son établissement. « L'objectif, annonce Jack Lang, est de fabriquer des universités en ligne » (Vie universitaire 2000).

2L'ingénierie pédagogique reste la pierre d'achoppement de cette belle perspective. Les universitaires savent rédiger les contenus, mais on fait appel au secteur privé pour la médiatisation, la création des cédéroms, la mise en page professionnelle, l'ergonomie et le respect des normes de qualité. Peut-on espérer que l'expertise qui est aujourd'hui consacrée à la création des intranets universitaires soit mise à la disposition de l'ensemble des enseignants pour la création de cours multimédia ? La diffusion des logiciels sur réseau offre des possibilités d'économies d'échelle incomparables mais nos universités sauront-elles négocier ce virage ? Un tel travail exige la création de services spécialisés nécessitant financement, souplesse, coopération, formation de techniciens et d'enseignants, et surtout modification des hiérarchies existantes. La cyber-édition universitaire en France n'en est qu'à ses balbutiements. La machine n'est pas encore en place.

  • 1 Le Plan « Informatique pour Tous » fut qualifié de « demi-échec » dans le rapport de la Cour des Co (...)

3Cet article se propose d'aborder les avantages et inconvénients de la production universitaire de logiciels d'apprentissage dans le domaine des langues, suite aux expériences menées dans les universités françaises depuis 20 ans. Nous poserons en outre des questions plus larges concernant les plates-formes de communication et les économies possibles grâce à une approche pluridisciplinaire de la médiatisation. L'accélération récente des évolutions technologiques – réseaux, technologies de streaming et nouvelles possibilités d'apprentissage à distance – laisse les universités face à un choix semblable à celui des écoles secondaires lors du programme 'Informatique Pour Tous' en 1985. Les erreurs du passé n'ont pas été oubliées1. Les décisions prises aujourd'hui seront « mission critical » comme disent les Américains. L'enjeu est tout simplement l'avenir et le rôle de l'université moderne.

2. Le concepteur-développeur dans l'enseignement supérieur

2.1. Le modèle américain/canadien

4Les TICE sont bien entendu une chose trop sérieuse pour les laisser aux techniciens, mais quel modèle de création multimédia faudra-t-il mettre en place dans nos établissements ? Certaines universités américaines et canadiennes, plus riches et plus dynamiques que les nôtres, ont déjà sur nous plusieurs longueurs d'avance. L'université de Colombie Britannique, par exemple, organise la création multimédia autour d'un grand service réunissant une vingtaine de « médiatiseurs » spécialisés dans la gestion de documents imprimés, documents informatiques et de supports audiovisuels. L'auteur d'un cours magistral de 40 heures rédigé sur papier reçoit 25 000 francs de son université qui, par la suite, prendra entièrement en charge la médiatisation et la négociation des droits. L'expert qui fournit les contenus ne participe pas à l'opération. Il livre son cours brut. Cette activité n'est pas nécessairement polluée par des considérations commerciales. L'université achète les droits de l'enseignant, souvent dans le but d'une exploitation interne dans les « salles informatique » et sur les réseaux intranet.

2.2. Le modèle des centres de langues en France

5Paradoxalement, l'évidente supériorité technique et professionnelle de cette démarche n'a pas fourni des résultats transférables au marché de cédéroms commercialisés. Les bonnes idées pédagogiques sont apparemment une denrée rare des deux côtés de l'Atlantique. Dans le domaine des langues, les logiciels américains et canadiens ne brillent pas par rapport aux productions du vieux continent. Les témoignages émanant des centres de langues universitaires en France indiquent toujours une utilisation très largement majoritaire de produits européens, et ceci malgré un vif intérêt pour l'utilisation des documents satellites américains tels les émissions de CNN intégrées dans de nombreux systèmes d'apprentissage français. L'absence de l'auteur des cours pendant la médiatisation peut évidemment amener des problèmes. Le transfert des cours papier ne se fait pas tout seul, mais exige des études préliminaires de faisabilité et des recherches de solutions bien avant les réalisations expérimentales. Idéalement, un chef de projet réunit les compétences pédagogiques et techniques nécessaires et sait résoudre l'ensemble des problèmes posés. Peut-on par conséquent se fier aux remarquables chefs d'orchestre que l'on trouve généralement dans les centres de langues en France ?

6Le concepteur-développeur dans le domaine des langues en France joue un rôle hybride qui est en pleine évolution depuis quelques années. Sa fonction essentielle reste le travail traditionnel de l'enseignement des langues en présentiel, appelé parfois « tutorat », car il a un contrat de professeur, maître de conférences, professeur agrégé ou certifié et il assure des fonctions d'enseignement tels que cours magistraux et travaux dans des contextes pour lesquels l'ordinateur apporte peu : débats, discussions et activités d'oral. Ensuite, au rythme des décharges ou des heures supplémentaires accordées, il développe des logiciels pour les étudiants, ou pour auto-apprentissage dans un centre de langues ou dans un laboratoire multimédia adapté au libre accès. On l'appelle alors « enseignant-concepteur ». À ce jour, plus de 60 centres de langues dans l'enseignement supérieur sont affiliés à l'organisation RANACLES.

7Une troisième activité, et non la moindre, est la supervision des étudiants en salle informatique que l'on pourrait appeler « superviseur pédagogique ». En Angleterre, où la lutte pour la reconnaissance de l'importance de cette activité est plus avancée qu'en France, on parle de « language adviser », un statut qui est déjà reconnu dans plusieurs centres, notamment à l'université de Hull (Mozzon-McPherson 1997).

8La répartition de ces activités d'enseignement, de conception et d'encadrement est variable et il faut, en outre, ajouter à ces tâches une accumulation de responsabilités impressionnante : médiatiseur, technicien-dépanneur, responsable réseau, formateur de formateurs, accueil des visiteurs, rédacteur du cahier des charges et des réponses aux appels d'offres, responsable des projets d'apprentissage à distance, Webmaster, bref une activité d'homme ou de femme à tout faire.

9On aurait tort d'imaginer qu'une telle accumulation de tâches est nécessairement nuisible à la créativité, ou qu'elle caractérise l'ensemble des centres de langues en France. En fait, les centres de langues français sont les pépinières de toutes sortes d'expériences pédagogiques et technologiques et certaines productions – 'Help Yourself', 'Lavac', 'Learning Labs', 'Vifax' – jouissent d'une réputation internationale. Le sous-encadrement est cependant universel, à quelques exceptions près, et ralentit la production en termes de quantité et de diffusion. Les progrès sont forcément lents sans la mise en place d'un travail d'équipe efficace, où techniciens et enseignants peuvent partager leur savoir-faire.

3. Une nouvelle stratégie de création de supports d'apprentissage pour les langues

10Si nous tentons une synthèse des meilleures pratiques nord-américaines et françaises, il est clair que l'approche coopérative et professionnelle d'équipes de médiatiseurs préalablement formés doit se faire en accord avec le travail des concepteurs, qui maîtrisent l'ensemble des compétences tout au long de la chaîne de création multimédia, et la contribution des enseignants-créateurs (mais non pas concepteurs), qui ont appris à se servir des nouveaux outils.

3.1. Production sur mesure et 'adaptative'

11Le premier avantage d'une telle synthèse serait la création de supports d'apprentissage sur mesure. Il est difficile de sous-estimer l'importance de cette production interne, car elle transforme l'enseignant-créateur en promoteur de son propre travail. Les centres de langues ou médiathèques qui ont investi lourdement dans les cédéroms commercialisés se plaignent régulièrement de l'attitude des enseignants, qui refusent de s'impliquer dans l'utilisation de ces nouveaux supports d'apprentissage. Le cédérom est figé et protégé et ne peut plus évoluer. L'enseignant, même convaincu de l'apport de tels outils, ce qui n'est pas toujours le cas, est frustré, car il ne peut pas apporter de modifications pour personnaliser ce matériel. Le parcours est préétabli et inflexible. L'enseignant est par conséquent réduit au niveau d'un spectateur satisfait ou inquiet mais généralement passif. Ce qu'on appelle en anglais 'fine tuning' – le calibrage fin d'un logiciel pour qu'il s'adapte aux besoins particuliers – trouve sa raison d'être seulement à travers les productions dites 'maison'. Le 'sur mesure' est certainement plus coûteux en termes d'heures de conception en amont, mais indispensable pour l'efficacité de l'apprentissage en aval.

  • 2 En anglais : « adaptive ». Les activités d’apprentissage sont modifiées (et parfois même l’interfac (...)

12Le deuxième avantage de la production interne découle de la même source. Puisque les concepteurs des productions 'maison' se trouvent sur place, les logiciels sont modifiables, 'cannibalisables' et peuvent devenir 'adaptatifs'2. Il n'est plus nécessaire de fermer ces produits pour empêcher d'autres enseignants-créateurs d'apporter des modifications. Au contraire, on prolonge la vie des créations multimédia en permettant des modifications et des mises à jour multiples. Dans la préparation pédagogique, l'éphémère aura toujours sa place, mais il faut saluer l'émergence d'un nouveau produit : l'outil d'apprentissage d'une durée de vie indéterminée et indéterminable. L'environnement universitaire aujourd'hui devient moins stable et les besoins des étudiants sont plus ambigus. L'analyse de ces besoins n'est plus une activité ponctuelle mais permanente et, par conséquent, l'individualisme excessif des préparations pédagogiques commence à perdre de sa crédibilité. Il ne s'agit pas de sacrifier la sacro-sainte liberté des enseignants, mais d'accélérer et d'améliorer le travail en amont pour faire face à la complexité croissante de la vie elle-même.

3.2. Production de logiciels dans le secteur privé

  • 3 ISO 9001 : il s’agit d’accords documentés contenant des spécifications techniques et d’autres critè (...)

13La qualité professionnelle et la fiabilité technique des logiciels produits par les maisons d'édition du secteur privé, y compris ceux des entreprises à économie mixte, sont indéniables. Combien d'universités et de centres de langues peuvent aujourd'hui prétendre avoir une politique de contrôle de qualité des logiciels développés en interne ? Pourtant, une telle politique est un gage de professionnalisme. Il s'agit de respecter les principes de validation indépendante et de validation précoce. Les mesures de maintenance logicielle doivent être anticipées, ainsi que l'annotation détaillée des codes informatiques pour permettre les mises à jour. Les programmes doivent être conçus de façon modulaire pour accélérer la prise en main par ceux qui comptent introduire des améliorations, et les normes internationales, telle ISO 90013, doivent être respectées.

14Une approche professionnelle, cependant, n'est pas une protection contre la vie excessivement courte (et dangereuse à plusieurs égards) de nombreuses productions logicielles. Malgré les investissements lourds en équipement des universités, le marché des cédéroms apporte de maigres bénéfices au secteur privé. La recherche de subventions à travers des appels d'offres aux niveaux régional, national et européen devient une nécessité économique. Une fois un produit lancé, certains éditeurs perdent intérêt rapidement, négligeant les mises à jour, et se concentrent plutôt sur le prochain appel d'offres. Cet effet pervers peut laisser les universités en position de faiblesse, car trop dépendantes des éditeurs de logiciels. Les appels d'offres qui encouragent une coopération accrue entre secteur privé et public doivent non seulement financer les productions multimédia, mais s'assurer également d'un minimum de maintenance et de crédibilité à plus long terme.

4. Les activités de création en milieu universitaire

4.1. Quelques obstacles

15Si certains problèmes de conception multimédia peuvent trouver une solution prometteuse grâce à des projets coopératifs, il reste à définir les nouvelles activités que l'introduction des TICE est en train d'engendrer. Le métier d'enseignant-concepteur évolue grâce aux TICE, mais plusieurs obstacles demeurent aux niveaux théorique et pratique.

16Préjugés et absence de reconnaissance entravent les travaux scientifiques dans ce secteur. Le concepteur-développeur doit mettre les mains dans le cambouis. Son activité est jugée vulgairement utilitaire. Elle relève non des sciences nobles, mais de l'art douteux du bricolage. Évoluant dans un contexte pluridisciplinaire, il a du mal à se spécialiser comme le font les chercheurs traditionnels. Sur le plan théorique, ses recherches sont souvent apparentées à la sociolinguistique, la psycholinguistique, la pragmatique, et l´analyse du discours. Elles ont un lien avec l´informatique, les sciences de l´éducation, les études interculturelles, et les sciences de l´information et de la communication. L´évaluation et la reconnaissance scientifique de ses recherches présentent des difficultés en raison de l'évolution rapide du domaine. Sur le plan pratique, à force de vouloir maîtriser un grand ensemble de compétences – discipline de base, programmation, numérisation, montage virtuel, gestion de réseau – le chercheur prend le risque en se diversifiant tous azimuts de devenir un « Jack of all trades and master of none » (un touche-à-tout incapable de rien faire).

17Ces préjugés constituent seulement un obstacle parmi d'autres. La nature primitive de nos outils informatiques ajoute un problème bien plus pernicieux à la tâche d'évaluation. « Le jury », nous disent les experts avec une régularité déconcertante, « n'a pas encore rendu son verdict concernant l'utilisation des TIC et l'apprentissage des langues ». Certains partisans du multimédia, avec un aplomb digne d'un avocat New Yorkais, parlent d'une accélération dans la création de supports d'apprentissage. D'autres partisans, moins hypocrites, soulignent un accroissement de la concentration et de la motivation et l'enrichissement documentaire indéniable grâce à Internet et à la multiplication des chaînes par satellite. Les technophobes qui sont heureusement toujours présents pour aider les autres à garder les pieds sur terre, citent plutôt les inégalités d'accès aux nouvelles technologies, l'absence d'études d'évaluation sérieuses et le problème pharaonique de la nécessaire formation du corps enseignant et des techniciens, pour une véritable intégration de ces outils dans l'enseignement supérieur.

4.2. Problème de l'évaluation

18Faut-il vraiment déplorer cette apparente incapacité des professionnels à s'entendre ? L'homme de Cro-Magnon se plaignait-il de son marteau primitif qui ne valait pas celui de l'âge de bronze ? Et Gutenberg, osait-il dénoncer les difficultés de lecture de ses textes imprimés par rapport à nos livres de poche ? L'évidence que nous sommes à l'âge de pierre de l'ère informatique impose certaines précautions. Comment comparer lecture à l'écran et lecture de document papier lorsque les expériences typographiques à l'écran évoluent de façon régulière (Richaudeau 1999) et lorsque nous sommes sur le point de reléguer aux oubliettes l'écran à tube cathodique et son pénible scintillement ? À quoi cela sert-il de se lamenter sur nos claviers archaïques, alors que la reconnaissance vocale va certainement les faire passer à la trappe ? Comment rédiger un protocole de recherche pour analyser les comportements devant l'écran, lorsqu'on sait qu'ils sont liés à l'expérience d'une génération élevée et conditionnée d'une façon totalement passive devant LA télévision, alors que la génération suivante sera véritablement actrice de son apprentissage ?

19L'introduction des TIC en milieu universitaire exige des évaluations rigoureuses et crédibles tout au long des nouveaux parcours d'apprentissage, mais on aurait tort de sous-estimer les difficultés que cette évaluation implique ou de vouloir fournir tout de suite des preuves tangibles dans un contexte où les environnements matériels et logiciels évoluent de façon quasi quotidienne.

5. Nouveaux domaines d'activités pour l'enseignant de langues suite à l'intégration des TICE en milieu universitaire

20L'intégration des TICE dans l'apprentissage des langues comme dans les autres secteurs entraîne l'abandon progressif d'activités jugées dépassées. Les décisions pédagogiques pour la formation des enseignants sont parfois délicates, car le passage d'un passé vétuste vers une modernité dynamique, stimulante et efficace ne suit pas une progression linéaire. L'introduction des nouvelles activités s'effectue par tâtonnements en constatant que le prix du progrès est une augmentation significative du temps consacré à la conception et à la préparation des cours. Certaines activités, tel l'enseignement de la présentation assistée par ordinateur avec des logiciels de type 'PowerPoint', ou l'enseignement de l'utilisation efficace des moteurs de recherche, font partie intégrale de toute formation universitaire.

21Nous dressons en annexe une liste partielle des activités intégrant les TICE que les enseignants de langues ont adoptées aujourd'hui, non seulement dans les laboratoires multimédia et les salles de ressources, mais également dans leur bureau ou dans les bibliothèques car les nouvelles technologies délocalisent les lieux de préparation pédagogique. La répartition de ces tâches entre l'enseignant-concepteur (l'architecte des réseaux pédagogiques qui conçoit les programmes), les médiatiseurs (qui se chargent des numérisations, mise en page, ergonomie visuelle et fonctionnelle) et les enseignants-créateurs (qui se servent des programmes sans savoir programmer) mérite une attention particulière car la vitesse et la facilité de l'ordinateur sont trompeurs. Un enseignant peut apprendre à générer un QCM en moins de deux minutes. Pour intervenir dans un forum de discussion, il suffit de savoir taper à l'écran. Par contre, la génération d'un QCM intelligent avec analyse et suivi ou la rédaction d'une intervention en ligne qui tombe à pic pour promouvoir ce que les Américains appellent 'just in time learning' (« apprentissage en flux tendus »), sont des compétences qui s'acquièrent au cours de longues années d'expérience.

22Il ne s'agit donc pas de demander à l'ensemble du corps enseignant en langues d'acquérir les compétences nécessaires pour poursuivre l'ensemble des activités citées, mais d'effectuer la répartition des tâches en fonction des besoins spécifiques de chaque centre. Les centres de langues ont besoin de 'concepteurs' en amont et de 'créateurs' en aval mais, comme les auteurs de la revue ALSIC le soulignent, il y a confusion autour des activités :

Le terme « développement » peut être utilisé pour se référer à une création de matériaux pédagogiques incluant dans un travail d'équipe toutes les phases de la conduite d'un projet multimédia, de la recherche didactique à la médiatisation. On parle aussi de « développement » pour la création d'applications informatiques de type « systèmes-auteurs » destinées à permettre à des formateurs ou des enseignants de créer leurs propres exercices ou activités4.

23Au fond, la question revient à la volonté de l'enseignement supérieur de subventionner une remarquable augmentation de qualité dans la préparation pédagogique. L'enseignement et l'apprentissage des langues font peau neuve, mais l'intégration efficace des TICE nous emmène au-delà des frontières étroites de notre discipline.

6. Approche pluridisciplinaire : ses conséquences pour l'enseignement supérieur

24Dans le monde de la nouvelle économie, les entreprises sont inexorablement condamnées à être compétitives dans l'utilisation et l'exploitation des possibilités des réseaux. Peut-on en dire autant des universités dans la mise en place des plates-formes pour l'apprentissage ? Denys Lamontagne, directeur et rédacteur en chef du 'Thot'5, souligne l'écart entre les campus virtuels francophones et les réalisations anglo-américaines et même anglo-asiatiques :

Les sommes investies dans les campus francophones sont dérisoires par rapport à celles investies depuis plusieurs années dans les campus virtuels américains : capitaux privés, fondations, programmes gouvernementaux, capital risque et implication des milieux d'affaires représentent des dizaines, sinon des centaines, de millions de dollars dirigés vers des réalisations plus ou moins ouvertes. Certaines ont supporté des déficits pendant trois ans avant même de pouvoir prévoir quand les budgets s'équilibreront.

25Ce débat américain sur la nécessité de revenus auto-générés dans l'éducation ne devrait pas masquer un débat moins visible sur la gestion pluridisciplinaire de nos universités. Tout simplement, les TICE font tomber les cloisons entre disciplines. La prise de décision concernant le choix des plates-formes pour l'apprentissage et le personnel nécessaire intéresse forcément l'ensemble des disciplines et exige une plus grande souplesse dans les structures actuelles. La vitrine transparente que sont devenues les intranets universitaires révèle les carences, les Facultés mal préparées pour la société de l'information, et rend les programmes de coopération encore plus urgents.

  • 6 Selon le site WebCT.comi, « Currently, WebCT has 700 customers outside of the United States. This r (...)

26La mise en place d'une gestion plus coopérative devrait permettre aux universités de mieux maîtriser leur avenir, de freiner les élans excessifs et de faire des économies d'échelle significatives lors de la mise en place de programmes d'enseignement à distance. La ruée actuelle vers l'enseignement à distance repose sur les plates-formes Web qui offrent de piètres outils pour le programmeur. Les entreprises du secteur privé développent leurs cédéroms avec les systèmes-auteurs puissants tels 'Director', 'Toolbook' ou 'Authorware'. Faut-il accepter, au sein de l'université, les productions primitives de 'Dreamweaver' et les vulgaires animations 'Flash' au nom d'une plate-forme capable d'atteindre un public universel ? La question est complexe car les plates-formes de 'l'e-formation' – telle 'WebCT'6 – deviennent chaque année plus ambitieuses. Comme le faisait remarquer Claude Martin, du Centre International de Formation de l'Organisation Internationale du Travail :

En peu de temps nous sommes passés de la formation à distance à la formation en ligne, puis des plates-formes de publication et de diffusion de la formation aux plates-formes de gestion des apprentissages de plus en plus sophistiquées. Et nous arrivons enfin à celles qui intègrent la gestion des connaissances et des compétences dans les organisations et qui se fondent dans leurs processus opérationnels de gestion des ressources humaines et de gestion de la qualité.

  • 7 Voir le projet Pearl, M. Cooper, Institute of Educational Technology, Open University, UK, http://k (...)

27En fait, il semblerait que cette prétendue sophistication se base principalement sur l'ambition et l'appétit grandissant des départements de formation à distance. Un grand nombre des productions sur plate-forme Web reste décevant et limité en termes de fonctionnalité. (LaRose & Whitten 1999). Elles exigent des connaissances expertes en langage Java ou XML pour combler les faiblesses de l'environnement7. Elles confondent trop souvent quantité et qualité.

Conclusion

28L'approche pluridisciplinaire de l'intégration des TICE aux universités nous incite donc à la prudence, la consultation et la coopération. Les communautés universitaires doivent mettre en place des conseils de spécialistes pluridisciplinaires pour éviter les erreurs du passé mais surtout pour évaluer la qualité des productions internes. Les considérations techniciennes ou technocratiques peuvent être équilibrées par une réflexion posée sur la nature des transformations. La décision précipitée d'équiper l'ensemble du campus avec un réseau géré par un programme commercialisé tel WebCT peut s'avérer coûteuse si l'une des alternatives (plus de 150 à l'heure actuelle) tel « Ganesha » (Anemalab), « FreeStyle », et « RearSite » (Université de Rennes 1) arrive à offrir gratuitement les mêmes fonctionnalités. La décision précipitée de se lancer dans un programme d'apprentissage à distance, encadré à la légère, peut s'avérer douteuse si les étudiants manquent de la maturité et de l'assiduité nécessaires. L'intégration réussie des TICE, en fin de compte, n'est pas simplement une affaire d'équipement ou de financement mais une affaire de gestion du personnel en place. Si les universités relèvent les défis de l'auto-apprentissage dans le domaine des langues, comme dans les autres secteurs, la solution passera certainement par la mise en place de centres où les enseignants, les techniciens, les moniteurs et le personnel administratif chargés de l'accueil apprennent à travailler ensemble et se forment ensemble. Cet apprentissage constitue une sorte de révolution culturelle impossible à accomplir sans l'assouplissement des hiérarchies existantes et la mise en place de véritables équipes travaillant sur des projets bien définis à l'avance.

29L'ère des vœux pieux est révolue en ce qui concerne les TICE à l'université. L'infrastructure est presque en place. Les machines et logiciels commencent à tourner.

30La gestion des ressources humaines, cependant, doit se libérer de son lourd héritage. Si nous ne voulons pas voir les départements des TICE et ceux de formation à distance suivre le chemin traditionnel des forteresses médiévales, jalouses de leurs privilèges et farouchement attachées à leur indépendance, il faut œuvrer maintenant pour une meilleure reconnaissance du rôle des enseignants-concepteurs et enseignants-créateurs à l'échelle des établissements. La création multimédia à l'université ouvre un immense champ d'investigation original sur le plan théorique et pratique. Il appartient à chaque institution de confronter modèles théoriques et résultats de la recherche-action accomplis dans un contexte professionnel, réfléchi et décloisonné.

Haut de page

Bibliographie

Aragon, Y, B. Belloc & H. Le Grand. 2000. Sciences Sociales, Nouvelles Technologies et Nouveaux Métiers. Université Toulouse I.

Bertin, J.-C. 1996. « L'intérêt pédagogique du multimédia : bilan et perspectives », Les Cahiers de l'APLIUT, vol. XVI n° 2 : 4-29.

Bertin, J.-C. 2000. « Le système Learning Labs : une tentative pour allier recherche et développement ». Les Langues Modernes n° 3, 2000.

Bickerton, D., A. J. Stenton & M. Temmerman. 1998. « Criteria for the Evaluation of Authoring Tools in Language Education ». Proceedings of Thematic Network Project 'New Technologies', European Language Council (eds. A. Chambers & G. Davies).

Bickerton D., A. Ginet, A. Stenton, M. Temmerman & T. Vaskari. 1997. Final Report of the RAPIDO Project, February 1997. University of Plymouth, UK (SOCRATES Project TM-LD-1995-1-GB-58).

Cazade, A. 2001. « Oxford English Dictionaries on line and on CD-ROM ». Communication dans le cadre de l'atelier 'Nouvelles Technologies'. Montpellier, SAES 2001.

LaRose, R. & P. Whitten. 1999. Building Web Courses with Instructional Immediacy. EdMedia'99. Seattle, Washington AACE.

Mozzon-McPherson, M. 1997. « The Language Adviser: a New Type of Teacher? An Analysis of an Emerging Role ». Papers from the 4th Conference, CERCLES, Plymouth.

Péchou, A. 2001. « Approches de l'anglais du droit et de l'économie à l'université Toulouse I ». L'Anglais de Spécialité en France, Mélanges en l'honneur de Michel Perrin. Collection ASp. Bordeaux : GERAS.

Péchou, A. & A. J. Stenton. 2001, à paraître : « Visualiser pour mieux entendre (2). Du multimédia pour améliorer l'intonation ». Présentation dans le cadre de l'atelier ''Nouvelles Technologies'. Montpellier, SAES 2001.

Péchou, A. & A J. Stenton. 2001, à paraître. « Visualiser pour mieux entendre (1) Encadrer la médiation – le cas de la prononciation ». ASp, Actes du colloque GERAS, Bordeaux.

Péchou, A. & A. J. Stenton. 2000. « L'utilisation de l'image fixe dans la présentation assistée par ordinateur ». ASp, Actes du Groupe d'études et de recherches en anglais de spécialité. Université de Bourgogne, 15-18 mars 2000. Bordeaux : GERAS.

Richaudeau, F. 1999. Des neurones, des mots et des pixels. Atelier Perrousseaux, 04110 Rellianne.

Stenton, A. J. 2000. « Le projet TUSSELLE, l'utilisation des filtres linguistiques pour l'apprentissage d'anglais dans les sciences sociales ». Actes du Groupe de Linguistique Appliquée de Télécom. ENST Brest, 11-13 juillet 2000.

Stenton, A. J. 1999. « The end of the cottage industry? In-house hypermedia production in higher education. » Proceedings of the 5th CERCLES International conference. Bickerton, D. & M. Gotti (Eds). Confédération Européenne des Centres de Langues de l'Enseignement Supérieur. Bergamo, Italie. Plymouth Cercles 1999.

Toma, A. 2001. « L'utilisation du Lavac pour exploiter les bulletins de CNN sur Internet ». Communication dans le cadre de l'Atelier 'Nouvelles Technologies'. Montpellier, SAES 2001.

Vie Universitaire n° 33, novembre 2000.

Haut de page

Annexe

Annexe A. domaines d'activités des enseignants en relation aux TICE

Annexe A. domaines d'activités des enseignants en relation aux TICE
Haut de page

Notes

1 Le Plan « Informatique pour Tous » fut qualifié de « demi-échec » dans le rapport de la Cour des Comptes et le rapport de l’Inspecteur Général Le Brun, 1986. L’argent ne manquait pas : un budget de 1,8 milliards de francs. Les stages de formation étaient même payés pour les enseignants, mais l’absence de logiciels de qualité a condamné le programme avant qu’il ne démarre. « On avait tort, avouaient les responsables, de faire un catalogue de 700 produits pour l’Éducation Nationale quand il y en avait seulement 50 de valable ». (Éducatec 1990).

2 En anglais : « adaptive ». Les activités d’apprentissage sont modifiées (et parfois même l’interface) en fonction des connaissances de l’étudiant. « What differentiates adaptive navigation support from traditional hypermedia-based performance support is the customization to each student's knowledge, experience, and preferences. » Peter Brusilovsky, Carnegie Technical Education, School of Computer Science, Carnegie Mellon University, Pittsburgh, PA 15213 USA, plb@cs.cmu.edu.

3 ISO 9001 : il s’agit d’accords documentés contenant des spécifications techniques et d’autres critères précis à utiliser de façon constante comme règles, lignes directrices, ou définitions de caractéristiques permettant d’assurer que des matériaux, produits, processus et services conviennent à l’emploi. http://www.iso.ch.

4 http://alsic.univ-fcomte.fr.

5 Thot, Nouvelles de la formation à distance en Francophonie, http://thot.cursus.edu/.

6 Selon le site WebCT.comi, « Currently, WebCT has 700 customers outside of the United States. This represents a five-fold lead over the closest competitor in installed systems on campus servers. National representative licensees include: University of Manchester Institute of Science & Technology; University of Ulster Belfast; Université de la Sorbonne; Universitat Heidelberg; Universitat de Barcelona; Universiteit Utrecht; University of Helsinki; Hong Kong Polytechnic University; Nagoya University; Monash University; Universidade de Sao Paolo » (juin 2001).

7 Voir le projet Pearl, M. Cooper, Institute of Educational Technology, Open University, UK, http://kmi.open.ac.uk/projects/pearl.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe A. domaines d'activités des enseignants en relation aux TICE
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4687/img-1.png
Fichier image/png, 311k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Stenton, « Les nouveaux enjeux de la création multimédia en langues à l'université », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 1 | 2001, 7-20.

Référence électronique

Anthony Stenton, « Les nouveaux enjeux de la création multimédia en langues à l'université », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 1 | 2001, mis en ligne le 02 novembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4687 ; DOI : 10.4000/apliut.4687

Haut de page

Auteur

Anthony Stenton

Anthony Stenton, Maître de Conférences, Université Toulouse I, Cambridge University M.A., Auteur de nombreux logiciels pour l'apprentissage des langues, Spécialiste des études linguistiques de corpus et de l'hypermédia. Thèse sur l'apport des NTIC à l'apprentissage de l'anglais, Université de Bourgogne 1992. Responsable du Laboratoire Multimédia de l'université Toulouse I. Membre du laboratoire de recherche LAIRDIL Responsable du Focus Group « NTIC» pour CERCLES (Confédération Européenne des Centres de Langues de l'Enseignement Supérieur).
Anthony.Stenton@univ-tlse1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page