Navigation – Plan du site
Banc d'essai

OALD 6 (Oxford Advanced Learner’s Dictionary) on CD-ROM (édition 2000)

Pour intégrer des outils électroniques de référence dans l’enseignement de l’anglais
Alain Cazade
p. 87-97

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette analyse a été présentée durant le Congrès SAES Montpellier 2001.

1Ces quelques lignes1 visent à aider les enseignants de langue ou les responsables de centres de langues informatisés, en recherche d’outils électroniques performants tant d’un point de vue technique que pédagogique, à trouver une réponse aussi satisfaisante que possible. Il ne s’agit donc nullement de faire de la publicité pour quelque marque ou produit que ce soit et s’il apparaît nécessaire de mettre en valeur les aspects positifs découverts ici et là, on n’omettra pas de tenir compte des points de faiblesse également rencontrés et exposés. Le style est souvent volontairement « télégraphique » pour ne pas faire trop long. Le texte est, par moments, un peu plus détaillé car il vise, au-delà d’un produit donné, à proposer un mode d’approche ‘type’ pour de tels outils. Il faut donc être à la fois vigilant et doté de sens critique, mais il faut aussi, au-delà d’un usage évident de l’outil, chercher à exploiter tel ou tel aspect dont on pourrait ne pas envisager certains prolongements pédagogiques ou en matière de recherche.

Caractéristiques

2Prix (en mai 2001) : monoposte : 499 F ; 2-10 postes : 1497 F ; 11-50 postes : 4991 F.

3[Nota : La version de juillet 2000 n’a subi depuis sa sortie que des modifications très minimes selon l’éditeur].

4Matériel nécessaire : PC multimédia ordinaire, système Windows 9x ou supérieur, 32 Mo RAM, 30 Mo DD minimum, CD-ROM, etc.

5Éditeur : http://www.oup.com - oup@club-internet.fr.

  • 2 Les Cahiers de l’APLIUT, 1998, volume XVIII, n° 2, pp. 111-119.

6Nombreux ajouts et innovations par rapport à une précédente version du produit analysée déjà pour le congrès 1998 de la SAES et publiée dans cette même revue2 :

  • version plus rapide et mieux organisée à divers points de vue ;

  • toutes les entrées sont prononcées et certaines variations de prononciation (américaine notamment) sont prises en compte ;

  • un petit outil est fourni pour s’enregistrer et comparer sa prononciation à celle qui est proposée par le dictionnaire ;

  • quelques vidéos sont liées avec un certain nombre de termes (on en comprend l’utilité pour des mots comme sneer ou sneeze, délicats à expliquer en quelques mots seulement) ;

  • un accès Internet permet le cas échéant d’approfondir sa recherche ;

  • un certain nombre d’exercices et d’activités ludiques (games) sont proposés ;

  • on peut installer le dictionnaire partiellement. Le texte de la Lookup Window (fenêtre de recherche rapide) – avec son vérificateur orthographique – est alors accessible, même sans cédérom. On peut toujours ultérieurement avoir recours à une recherche plus fine si nécessaire en insérant le cédérom dans son lecteur. On peut alternativement installer le dictionnaire dans son intégralité (env. 500 Mo). Cette dernière solution est à privilégier car elle confère à l’utilisateur une meilleure liberté d’action et l’accès en simultané à plusieurs produits sans avoir besoin de changer de cédérom (voir Bookshelf infra) ;

    • 3 Mais pas sur un graphique, comme le permet l’utilitaire gratuit Babylon – babylon.com – qui analyse (...)

    une combinaison de touches (Ctrl 8) ou/et une icône s’affichant dans la barre de tâches (à droite) permet d’activer l’outil de recherche rapide depuis tout logiciel gérant du texte (page Internet, traitement de texte, logiciel pédagogique, etc.3). Après une recherche rapide ou une vérification orthographique, on peut lancer, si nécessaire, le dictionnaire A-Z.

7Certaines pages de l’OALD papier ont été jointes au Cédérom sous forme de pages PDF (Acrobat), non interactives, sans liens hypertextes : Topic Pages et Language Study pages. Voir notamment les explications sur les musical instruments, les outils informatiques, etc., les explications sur les collocations, phrasal verbs, la ponctuation, l’écriture des nombres, ou encore : comment écrire un CV, une lettre, etc. Rappelons que, malgré ses limitations, on peut effectuer une recherche rudimentaire de texte sur un fichier PDF (avec la combinaison de touches : Ctrl F ─ F comme find).

Ergonomie

8D’un point de vue ergonomie, les modes d’utilisation sont bien étudiés, l’environnement est riche et pourtant l’écran reste toujours très lisible : cela procure un sentiment de liberté et de stimulation appréciable lorsqu’on sait qu’on va passer un temps toujours un peu long devant l’ordinateur.

9Cinq cadres de recherche sont proposés (voir infra). Pour profiter au mieux de toutes les options possibles du produit, on dispose d’un menu d’accès principal déroulant (pour ceux qui préfèrent cette structuration) et (pour satisfaire les « visuels») d’un menu d’accès graphique simulant un fichier papier traditionnel et ses sous-entrées : A-Z ; 3D Search ; Pictures ; Maps ; Exercises ; Games ; Extras. Pour chaque entrée dans la fenêtre principale d’affichage, une série d’icônes reprend les options accessibles : practice, pronounce, annotate, copy to WP, fonts, back-tracking, print, help. Cette multiplication de modes d’utilisation n’est pas signe de redondance et est à l’usage, bien au contraire, très pertinente en cela qu’elle favorise divers profils comportementaux.

Le module A-Z

10Cinq cadres de travail sont proposés.

111) La fenêtre d’entrée du terme recherché (un peu délicate à manipuler, cf. infra).

122) L’affichage des résultats, sous différents formats : bleu foncé = tête d’entrée, bleu clair = terme inclus dans une tournure idiomatique, noir et blanc = toute occurrence de l’item dans le dictionnaire ; en cliquant sur un titre, l’entrée correspondante apparaît dans la fenêtre principale.

133) Suggestion de quelques développements : exercice portant (notamment) sur le terme travaillé ; illustration, carte ; 3D Search ; Topic Page, etc.

144) L’affichage principal est riche :

  • les résultats suggérés en fenêtre 2, sont présentés in extenso (cf. figure 1) ;

  • une icône ‘haut-parleur’ est accessible (pour aider la prononciation – une transcription phonétique est aussi fournie) et permet de mettre en valeur des différences éventuelles entre anglais britannique et américain ;

  • idioms, phrasal verbs, pictures, etc., sont proposés ;

  • <#ITALIQUES#></#ITALIQUES#>tout terme est traité en lien hypertexte avec le reste du produit ;

  • une « sur-recherche » rapide est possible (lookup window) et garde l’affichage précédent « en sous-main »  bonne structuration ergonomique de la recherche.

155) Mode de recherche plus pointue (utilisation de booléens, etc.).

Figure 1. Présentation des résultats sur 2 écrans

Figure 1. Présentation des résultats sur 2 écrans

En cliquant sur le titre « in science laboratory »¸ une deuxième image apparaît, qui peut soit être affichée en plein écran, soit rester en surimpression pour laisser visible l’état précédent de la recherche.

16Autres fonctionnalités :

  • practice : écoute et enregistrement comparatif de l’apprenant ;

  • pronounce : écoute de l’item travaillé ;

  • annotate : pour individualiser un terme, ajouter éventuellement une précision technique (un petit signe de la forme d’un crayon apparaît alors à côté du terme) ;

  • outils de copie, adaptation des affichages, sortie imprimante, etc. ;

  • outil de navigation : pour retrouver les différentes étapes de la recherche faite depuis son début (3 accès : un pas en arrière, un pas en avant, ou affichage de la liste des termes consultés et accès non séquentiel de ce fait) ;

  • recherche possible sur suffixes, préfixes, désinences : -ing, -ed, avec affichage de diverses rubriques liées (grammaire, exercices etc.) : un aspect très intéressant d’un point de vue pédagogique ;

  • recherche possible avec caractères génériques (* et ?, ? ?, etc., en recherche avant et arrière) ; ex. *perfect*  perfect, pluperfect, the past perfect, the present perfect, etc.

Quelques développements pédagogiques possibles

17La richesse d’un tel dictionnaire, les divers modes de recherche accessibles (entiers ou partiels) et la facilité d’accès aux données peuvent en faire un auxiliaire pédagogique utile :

  • durant une recherche sur Internet d’un site écrit en langue étrangère ;

  • durant l’utilisation d’un logiciel de langue non pourvu d’un dictionnaire ;

  • durant un travail bâti à partir d’un traitement de texte ;

  • pour un travail de compréhension sur un texte nouveau à étudier ;

  • pour un travail d’approfondissement, de recherche sur un thème donné (en relais avec le mode 3D), etc. ;

  • en préparant le travail de l’étudiant, selon la difficulté du texte ou le niveau de l’étudiant : pour permettre à l’étudiant d’accéder à un niveau de langue plus élevé ou au contraire pour aider des étudiants en difficulté sur un texte simple, on leur fournira une liste de termes ou/et d’expressions sur lesquel(les) il suffira de cliquer (en conjuguant ce clic avec l’activation de l’icône OALD ou en tapant Ctrl 8) pour ouvrir le dictionnaire à l’endroit repéré à l’avance ;

  • en demandant de retrouver un terme plus simple que tel idiome éventuellement utilisé dans le texte travaillé ;

  • en demandant de retrouver un antonyme, un équivalent, etc. ;

  • pour mettre en lumière la construction d’un jeu de mots (sonorités, sens cachés, etc.) : ceux qui ont pratiqué cette activité savent bien que faire chercher comment fonctionnent certaines plaisanteries construites sur des jeux de mots est une source très productive de stimulation et de découvertes ;

  • pour étudier l’usage de particules adverbiales éventuellement retirées d’un texte étudié et à restituer (make, give, turn, etc.) ;

  • pour travailler la traduction : contrairement à ce que certains croient, un dictionnaire unilingue est très utile en version et en thème, on insistera dans le premier cas sur la compréhension du texte de départ, et, dans le deuxième, sur la correction du texte produit.

Quelques regrets/souhaits non encore satisfaits

18Il manque un ascenseur de défilement dans la 1e fenêtre de recherche A-Z pour chercher parmi les mots existants ; si on ne connaît pas son orthographe, il faut cliquer dans la zone de recherche, commencer l’écriture du terme puis faire TAB et PgUp ou PgDn ! La procédure est vraiment fastidieuse.

19On notera quelques difficultés ou erreurs d’affichage dans cette boîte de recherche, en retour d’autres recherches (probablement dus à une mauvaise gestion de pointeurs dans une pile hypertexte).

20La boîte de navigation n’inclut pas toutes les étapes précédentes, notamment quand on change de module en cours de travail.

21Une recherche de collocations ou/et de concordances n’est pas proposée ce qui enlève une partie de l’intérêt de l’outil pour un travail de recherche un peu fin ou pour la préparation d’une exploitation pédagogique sur le mode comparatif – il est vrai qu’il y a des outils spécialisés pour cela.

22Dans le même ordre d’idée, une recherche à n mots à gauche ou/et à droite serait bienvenue.

23Une fonction de recherche (du type Ctrl F pour Find) éviterait certains tâtonnements dans l’exploitation d’une entrée comprenant de nombreuses sous-entrées ; cette remarque est valable pour la section « Extras ».

24Quand on lance le module d’annotation par erreur et qu’on annule la demande : une entrée « annotation », vide, existe déjà malgré tout ; il faut à chaque fois la supprimer sinon on finit par remplir progressivement d’entrées vides le fichier d’annotations. Le système devrait pouvoir gérer ce type d’annulation.

3D Search

25Cet outil très intéressant sur le plan de la conceptualisation de la langue, même s’il pourrait être affiné, vaut à lui seul la peine de tester l’OALD 6.

26À partir d’une racine choisie, toutes les connexions disponibles (sous-branches sémantiques/structurelles, hyponymes ou hyperonymes) sont affichées : il suffit de cliquer sur l’une d’elles pour avoir une explication résumée dans une fenêtre à gauche. Un double clic sur un terme le développe à son tour. Ex. ant => insect – have ants in your pants, etc. Si on clique sur une nouvelle tête sémantique (affichée en rouge alors que les autres termes sont en noir), l’écran se vide avant que celle-ci ne se développe à son tour.

27Ce type d’affichage suggère une activité pédagogique de premier ordre par un travail de structuration de la recherche de l’apprenant. Cette activité sera très utile sur le plan de la réflexion, pour la construction du lexique, pour aborder la notion d’arborescence sémantique. Il va sans dire qu’un enseignant-chercheur en lexicologie bénéficiera certainement tout autant de l’outil pour soutenir sa propre recherche.

Figure 2. Une recherche en 3D sur le verbe "make"

Figure 2. Une recherche en 3D sur le verbe "make"
  • 4 Les reproductions d’écran jointes au présent texte ne rendent pas justice à la qualité et à la lisi (...)

Il apparaît en rouge suivi du nombre d’items qui en dépendent4. Un double clic sur « make sb/sth <-> out » fait afficher une explication à gauche et révèle deux autres hyperonymes (en rouge également : « may » et « true ») auxquelles l’expression est rattachée.

28Toutefois, les écrans deviennent vite surchargés dès qu’on développe quelques sous-branches ou quand on travaille sur tel verbe très utilisé ou telle préposition : below, par exemple, fait apparaître une constellation constituée d’une quarantaine de termes, permettant d’ouvrir sur 158 entrées au total. On aimerait pouvoir alors organiser à sa manière certains écrans pour mieux bénéficier de cet environnement de réflexion peu commun et aussi attirant pour les profils visuels que conceptuels. On aimerait ainsi pouvoir influer sur la répartition des termes sur l’écran : figer une entrée et ses sous-ensembles ici, une autre là en utilisant une fonction de type « glisser-fixer ». Cela faciliterait l’appropriation (reprise à son propre compte) des structures sémantiques et morphologiques découvertes, qui restent, telles quelles sont présentées, un peu lourdes à intégrer, au moins pour un apprenant en langues non spécialiste.

29Un choix modifiable de police d’affichage (utilisation des couleurs, des tailles de fontes, du gras italique, etc.) aiderait peut-être également à organiser la multiplicité de l’information proposée.

30L’idée de cette représentation inhabituelle paraît toutefois excellente et peut stimuler certains profils apprenants moins traditionnels, dont la structuration conceptuelle cherche un enracinement plus visuel.

Pictures

31Une série d’images bien conçues est accessible depuis une sélection de thèmes classiques : animals, clothing, communication, employment, food, tools, etc. mais aussi des thèmes comme comparison. Les vidéos sont aussi accessibles par ce module.

32Le module est agréable à utiliser. Des légendes apparaissent lorsqu’on promène le curseur de la souris sur une image et s’effacent pour en laisser apparaître d’autres au gré des mouvements du pointeur de souris. Quand on clique sur une des légendes affichées, l’entrée correspondante du dictionnaire de recherche rapide (lookup window) s’affiche et on peut alors accéder à l’entrée principale (A-Z).

33Un regret : au retour d’un affichage image, on ne retrouve pas toujours l’entrée précédemment choisie dans l’A-Z et la mention du terme visité ne figure pas toujours dans l’historique de la navigation.

Maps

34Comme dans la précédente version, c’est l’entrée la moins développée. Mais, évidemment, un dictionnaire n’est pas un atlas !

Exercises

35Les exercices proposés sont de type appariements, ou closure. Ils sont assez simples, il est vrai qu’il ne s’agit là que du complément d’un dictionnaire, non d’un logiciel pédagogique déclaré comme tel. Une aide à la résolution est fournie en double-cliquant sur un trou à remplir (définition de l’objet manquant). On peut aussi obtenir les réponses, recommencer, etc.

36Le travail proposé porte sur : Nouns, verbs, adjectives, adverbs, idioms, phrasal verbs.

37Les exercices sont sobrement classés par ordre alphabétique. Ils visent le lexique, et non le travail de la grammaire : on n’a pas accès à une étude du pluperfect ou du preterit (mot inconnu du dictionnaire). Voir ci-dessous les liens possibles avec d’autres produits.

38On regrettera malgré tout la dimension trop limitée de ces exercices et l’absence de commentaires de réponses ici et là. Un regroupement par thèmes de travail (notionnels, fonctionnels, etc.) serait plus que bienvenu.

Bookshelf

39Un lien est prévu avec d’autres produits pédagogiques du même éditeur : voir le Menu (et le bouton) Bookshelf. Lorsqu’on a installé sur le poste d’autres produits, ils sont accessibles par ce menu et permettent, par exemple, d’approfondir le travail d’exploration lexicale si on a installé des logiciels comme WordPower, WP English in Use (FCE), ou encore une précision de type encyclopédique, si on installé le Guide to British and American Culture, etc.

Games

40Trois entrées sont proposées : Crosswords, Phrase finder, Phrase blaster.

41On peut jouer à plusieurs, avec limitation ou non de temps.

Crosswords

42Présentation sobre et claire des définitions, fonctionnalités simples et bien pensées.

43Un choix de niveau (1 ou 2) est proposé, de même que l’accès à une grille précise.

44Toutefois, on aimerait récupérer l’état d’une grille déjà travaillée précédemment ; c’est impossible dans cette version, malgré une procédure d’identification qui permet seulement de retrouver les scores de chaque utilisateur.

45On aimerait surtout pouvoir travailler sur des grilles portant sur un thème donné (couleurs, parties du corps, animaux, contexte de travail, etc.) – cette suggestion, déjà formulée pour la précédente version du dictionnaire, n’a toujours pas reçu de réponse.

Phrase Finder

46Quelques expressions choisies au hasard doivent être retrouvées en cliquant sur une grille affichant les lettres de l’alphabet.

47On aimerait là encore pouvoir choisir des expressions dans une direction donnée, selon tel ou tel thème, cela permettrait de ne pas partir dans le vide complet et de structurer la mémoire de l’apprenant.

48On aimerait pouvoir choisir un niveau de difficulté dans le choix des expressions.

49Dans ce sens, un contexte pourrait être fourni à titre d’aide, au bout d’un certain temps sans réponse.

50On regrettera l’absence de toute aide, de même que l’option non prévue de pouvoir faire apparaître toutes les occurrences d’une lettre proposée dans l’expression travaillée. Cela permettrait de faire varier un niveau d’apprentissage, de stimuler l’intérêt de l’utilisateur et donc d’augmenter son profit potentiel. Seule est prévue la représentation schématique du nombre de lettres composant l’expression cherchée.

Extras

51Une partie de tout dictionnaire trop peu utilisée, souvent. Elle est fort riche ici notamment par ses Topic Pages et Language Study pages.

52Un point d’intérêt parmi d’autres : explications sur la phonétique (chaque phonème est illustré de façon sonore), prononciation incluse des noms propres et prénoms.

53On aurait aimé la même illustration sonore comparative sur les exemples de weak and strong forms, en cas de rythmes intonatifs différents, etc. Cf. I’m waiting for a bus. ≠ What are you waiting for?

Conclusion

54Le produit testé montre un travail très sérieux de conception et de réalisation. Toutefois, diverses petites erreurs (dans la gestion des pointeurs, navigation, retour en A-Z après recherche 3D ou Picture, gestion de la fenêtre de recherche initiale, etc.) demandent à être réparées. On notera que le produit fonctionne infiniment mieux quand il est recopié entièrement sur l’ordinateur puisqu’on n’est plus tributaire, alors, des mises et remises en mouvement du lecteur de cédérom, lesquelles peuvent perturber la diffusion (affichage ou son) d’une vidéo, ou la recherche d’un terme.

55L’outil s’inscrira encore plus facilement que sa précédente version dans une démarche pédagogique constructive, en privilégiant des profils cognitifs et pédagogiques divers, en donnant la possibilité à l’étudiant de bénéficier d’un sentiment de liberté et de richesse, d’organisation et de souplesse à la fois, qui lui permettra de hiérarchiser de façon personnalisée la structuration de son approche de la langue, même si cet aspect mériterait d’être bien davantage développé par l’éditeur.

56On notera qu’il existe d’autres outils intéressants chez le même éditeur, notamment le Pop-up French-Spanish-German Dictionary, multilingue donc, qui, comme son titre le fait deviner, travaille en superposition avec toute autre application et tout spécialement avec l’Explorateur de Windows. Il s’articule avec un autre « pop-up », The English Language Reference Shelf. Par une combinaison de touches appropriées sur un mot ou une expression dans n’importe quel écran, une traduction de la langue utilisée (reconnue automatiquement) sera proposée, avec toutes les entrées et prolongements possibles dans les différents modules installés. Il est dommage que l’interface ne détecte pas la présence de l’OALD 6 et ne l’intègre pas également dans ses fonctionnalités.

Haut de page

Notes

1 Cette analyse a été présentée durant le Congrès SAES Montpellier 2001.

2 Les Cahiers de l’APLIUT, 1998, volume XVIII, n° 2, pp. 111-119.

3 Mais pas sur un graphique, comme le permet l’utilitaire gratuit Babylon – babylon.com – qui analyse, lui, les pixels affichés et permet de traiter un texte même s’il apparaît dans un dessin, un graphique. On choisira la version 2 (avec un outil de prononciation synthétisée acceptable) pour sa sobriété ou la version 3 actuellement diffusée, plus riche mais plus ‘encombrante’.

4 Les reproductions d’écran jointes au présent texte ne rendent pas justice à la qualité et à la lisibilité du produit. Afin de respecter le format des Cahiers, notamment, les fenêtres d’affichage ont dû être fortement réduites.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Présentation des résultats sur 2 écrans
Légende En cliquant sur le titre « in science laboratory »¸ une deuxième image apparaît, qui peut soit être affichée en plein écran, soit rester en surimpression pour laisser visible l’état précédent de la recherche.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4718/img-1.png
Fichier image/png, 761k
Titre Figure 2. Une recherche en 3D sur le verbe "make"
Légende Il apparaît en rouge suivi du nombre d’items qui en dépendent4. Un double clic sur « make sb/sth <-> out » fait afficher une explication à gauche et révèle deux autres hyperonymes (en rouge également : « may » et « true ») auxquelles l’expression est rattachée.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4718/img-2.png
Fichier image/png, 899k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cazade, « OALD 6 (Oxford Advanced Learner’s Dictionary) on CD-ROM (édition 2000) », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXI N° 1 | 2001, 87-97.

Référence électronique

Alain Cazade, « OALD 6 (Oxford Advanced Learner’s Dictionary) on CD-ROM (édition 2000) », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXI N° 1 | 2001, mis en ligne le 16 août 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4718 ; DOI : 10.4000/apliut.4718

Haut de page

Auteur

Alain Cazade

Paris IX Dauphine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page