Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Vous trouverez dans ce numéro des Cahiers de l’APLIUT, le premier du troisième millénaire, le second volet des actes du XXIIe congrès de notre association, consacré à l’International. Nous y poursuivons de manière plus pragmatique la réflexion amorcée dans le numéro de décembre. Pour mémoire, rappelons le double objectif du congrès de Cherbourg : d’une part organiser et définir des stratégies pour les relations internationales au sein de nos établissements, apprendre à gérer les programmes existants, et d’autre part mettre en relief les synergies potentielles entre internationalisation et didactique des langues. Ce numéro se divisera donc naturellement en deux parties.

2En ouverture du premier volet, Beñat CUBURU et Jacques MEYRANX retracent l’histoire des relations internationales à l’IUT de Bayonne-Pays Basque, leur genèse, les acteurs, les stratégies mises en œuvre, et les pratiques d’enseignement des langues. À Bayonne s’est constitué un réseau de coopération complexe et riche qui ne cesse de proliférer, un exemple stimulant.

3Michel HISCOCK et Brigitte LE RIDER s’intéressent aux poursuites d’études à l’étranger, particulièrement aux programmes européens dont la complexité fait peur. Ils proposent un guide pratique à l’intention des nouveaux responsables des Relations Internationales, qui les aidera à initier et à gérer des programmes de mobilité étudiante et enseignante.

4Pour des raisons tenant à la structure des formations en IUT, la plupart de nos étudiants ne peuvent suivre une année d’études en Europe que dans le cadre d’un Diplôme d’Université post-DUT. À titre d’illustration, Patrick FABRE et Isabelle ROBLIN expliquent pourquoi et comment a été créé le D.U. « Cultures Technologiques Européennes », et de quelle manière les étudiants sont préparés et suivis lors de leur année à l’étranger.

5Enfin, Françoise LAVINAL présente les différents paramètres qui aideront les étudiants issus de départements secondaires ou tertiaires à faire des choix pour une poursuite d’études en Grande-Bretagne, en fonction de leur motivation, de leurs objectifs et de leur compétence linguistique.

6Avec l’article d’Anne CHATEAU, nous nous abordons les applications pédagogiques de l’international. Apprendre à écrire son CV dans une langue étrangère est un passage obligé pour un étudiant tenté par un stage ou une poursuite d’études à l’étranger – et même pour les autres. À l’université de Nancy, il est désormais possible de le faire directement sur un nouveau site Internet dont A. Château nous présente les objectifs et la structure.

7Michelle BOISBOURDIN, Chantal PARPETTE et Isabelle SOUDRY nous donnent à la fois un exemple de coopération internationale (entre un IUT français et un Institute of Technology irlandais) et d’utilisation pédagogique de la mobilité étudiante. En s’appuyant sur des discours d’enseignants étrangers pour faire travailler la compréhension orale en cours de langues, elles montrent comment la préparation des étudiants à une expérience d’études à l’étranger peut servir à la fois de tremplin et de prétexte à une pédagogie pratique.

8Carole ROZZONELLI propose à ses étudiants un voyage imaginaire associant les nouvelles technologies et l’international. Elle structure sa méthode autour de l’apprentissage de/par l’Internet : recherche et sélection de l’information, communication avec d’autres au bout du monde, réalisation d’un projet. Certes, le voyage est virtuel, mais ce type d’enseignement novateur et dynamique ne peut que développer la motivation des étudiants.

9Enfin, pour clore ce volume, nous avons regroupé 3 fiches présentant différentes formations axées sur l’international : Adelinde CLISSON et Régine ZULIANI donnent des exemples d’activités pédagogiques transdisciplinaires entre des IUT de l’est de la France et une Fachhochschule en Allemagne.

10Michael FRANKEL présente un diplôme international « export » post DUT : un cycle préparatoire en France, suivi d’une formation en Grande-Bretagne, et la possibilité d’obtenir un triple diplôme.

11Nous avons choisi de laisser le mot de la fin à Michael FREEMAN, qui nous a donné lors de sa conférence plénière l’exemple d’un programme de formation en ligne des responsables pédagogiques des relations internationales. En tant qu’enseignants de langues, nous nous trouvons naturellement en première ligne. Or, les débats du Congrès de Cherbourg ont souligné l’urgence pour les IUT de se doter d’un véritable service des relations internationales. Former à l’international les formateurs que nous sommes est donc en train de devenir une nécessité. Le thème de l’international débouche finalement sur celui de l’éducation en ligne, sans frontières et pour toute la vie…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XX N° 3 | 2001, 6-7.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XX N° 3 | 2001, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/4805 ; DOI : 10.4000/apliut.4805

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Rédactrice en chef
apliut@revues.org

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page