Navigation – Plan du site
Notes

Relations Internationales : quelques conseils pratiques pour les enseignants de langues

International Relations: Some practical advice for language teachers
Brigitte Le Rider et Michel Hiscock
p. 24-31

Résumés

Cet atelier a pour but de donner à nos collègues enseignants de langues quelques conseils pour participer aux activités des Relations Internationales. A partir de notre expérience en tant qu’ancien responsable du service des Relations Internationales de l’Université du Havre et actuelle responsable des RI de l’IUT Nancy 2, nous allons aborder les questions concrètes suivantes : comment établir un programme d’échange d’étudiants ; comment le gérer ; comment partir étudier à l’étranger pour les étudiants et enseigner à l’étranger pour les professeurs ? Et enfin nous donnerons quelques explications sur le système ECTS en tenant compte de notre situation particulière en IUT.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Le Nouvel Observateur, n° 1844, du 9 au 15 mars 2000.

1En 1998, le cabinet Michael Page a testé le niveau d’anglais de futurs cadres français, à partir des réponses de 85 000 candidats à l’embauche. Seuls 4 % pratiquaient un anglais courant. Environ 40 % d’entre eux s’exprimaient correctement dans cette langue1.

2Nous n’avons pas de statistiques mais le résultat serait le même, pensons-nous, pour les autres langues. En conséquence, les Français éprouvent des difficultés sur un marché de l’emploi qui est désormais sans frontières.

  • 2 Voir « Campus », supplément au journal Le Monde du 16 mai 2000.

3Que pouvons-nous faire en tant qu’enseignants de langues ? Une seule réponse, à partir de notre expérience et d’enquêtes publiées dans les journaux2 : il faut développer les programmes d’échanges avec les pays étrangers : échanges d’étudiants, développement de partenariats, échanges de professeurs, diplômes communs.

Ce que tous les enseignants de langues en IUT devraient faire pour leurs étudiants

4Tous les enseignants de langues devraient préparer leurs étudiants à l’interculturel. Louis Porchez, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle, déclarait lors des États généraux des langues en 1989 :

Ce que l’enseignant d’une langue doit permettre en termes de perspectives communicatives, c’est de maîtriser les malentendus interculturels. Ceux-ci forment, en effet, l’obstacle le plus lourd à l’établissement d’un échange langagier.

5Tous les enseignants de langues devraient pouvoir fournir des renseignements à leurs étudiants sur les possibilités d’échanges offertes à l’intérieur de leur établissement : expliquer les grandes lignes des programmes européens (SOCRATES et ses sous-ensembles, en particulier ERASMUS ; LEONARDO pour les stages en entreprise ; TEMPUS pour les échanges vers les pays de l’ex-URSS), et bien préciser les dates auxquelles les dossiers doivent être envoyés à Bruxelles.

6Certes, depuis la mise en place du programme SOCRATES, les initiatives personnelles ont perdu beaucoup de poids, puisque le « contrat institutionnel » conclu par l’Université dans son ensemble avec Bruxelles a remplacé les anciens « PICs » ERASMUS. Cela signifie très concrètement que les accords entre notre IUT et les différents partenaires sont gérés par l’Université à laquelle nous sommes rattachés et sont partie intégrante du contrat institutionnel. Il faut donc transmettre au service des Relations Internationales de l’Université (généralement à la Présidence) les propositions d’échanges reçues de la part de nos partenaires, et nos propositions (OMS = échanges d’étudiants avec le nombre d’étudiants et la durée en mois prévus), ainsi que les coordonnées exactes du partenaire. L’accord sera alors préparé par le service RI et, dans tous les cas, signé par le Président de l’Université. Cela signifie que le travail administratif de renouvellement et de préparation des contrats, comme le bilan en fin d’année est fait par l’université.

7Renseignez-vous pour savoir s’il existe un service des relations internationales dans votre IUT ou si vous fonctionnez plutôt avec des responsables dans les différents départements. Les Responsables des Relations Internationales de l’IUT et de l’université dont dépend ce dernier recueillent et diffusent l’information sur les programmes internationaux d’échanges universitaires, assurent le suivi administratif et financier des programmes dans lesquels l’université est impliquée, organisent la participation des étudiants de l’établissement aux périodes de stage ou d’études à l’étranger en concertation avec les composantes ou les départements.

Ce que les enseignants de langues voulant s’impliquer davantage peuvent faire pour leurs étudiants

8S’ils souhaitent s’engager davantage, les enseignants de langues peuvent établir un programme d’échange, le gérer et participer à l’activité « Relations Internationales » de leur établissement.

a) Comment établir un programme d’échange d’étudiants

  • Trouver un établissement à l’étranger : grâce à des amis enseignants, à l’APLIUT, par l’intermédiaire du Service des Relations Internationales, des ambassades, des grands organismes culturels tels que le British Council pour le Royaume-Uni, le DAAD allemand ou la Commission Franco-Américaine, etc.

  • Obtenir l’avis favorable du Chef de département et de l’équipe pédagogique car des étudiants du département vont partir pour l’étranger mais le département va certainement recevoir, en échange, des étudiants étrangers.

  • Mettre au point les programmes d’études dans les deux établissements. Une aide financière (action I du contrat institutionnel SOCRATES/ERASMUS) peut être obtenue. Une rubrique « visite préparatoire pour mettre en place des projets avec d’autres universités européennes » y est en effet prévue (la date butoir pour l’année universitaire 2001/2002 était le 10 novembre 2000).

  • Mettre en place le « système européen de transfert de crédits » (ECTS) de manière à ce que la période d’études passée à l’étranger puisse être prise en compte dans l’université d’origine. En fait, cela concernera surtout notre programme d’études à l’IUT et donc les étudiants ERASMUS que nous recevrons dans notre établissement. Nous reviendrons à la fin de l’article sur le fonctionnement de l’ECTS.

9Quand les deux établissements sont prêts à échanger des étudiants, ils doivent penser à l’action I du Contrat Institutionnel SOCRATES/ERASMUS, à la rubrique « organisation des échanges étudiants avec validation des études ».

10Une somme globale est attribuée par Bruxelles à chaque université pour les échanges d’étudiants. Une décision sera donc prise au niveau de chaque université (une bourse ERASMUS peut être attribuée, par exemple, aux seuls étudiants jugés nécessiteux). Bruxelles recommande une bourse de 100 euros par mois (200 euros pour les pays scandinaves).

11Pour les étudiants en IUT, la meilleure période pour un séjour à l’étranger est l’année après l’obtention du diplôme. Pour qu’il y ait validation des études à l’étranger, il faut donc créer un diplôme d’université ou travailler en liaison avec un IUP. La nouvelle licence professionnelle peut être une aide dans ce domaine.

b) D’autres types d’échanges... d’autres financements

12On peut mettre au point d’autres types d’échanges. Un établissement partenaire à l’étranger, par exemple, trouve des stages en entreprise pour les étudiants de l’IUT et, en échange, l’IUT propose des stages dans des entreprises françaises à des étudiants du partenaire étranger. Mais il s’avère parfois difficile de trouver des entreprises françaises prêtes à accueillir des étudiants étrangers, surtout lorsqu’on ne peut garantir leur niveau de français.

13On peut, dans ce cas, obtenir d’autres aides financières – cela dépend des régions : penser au Conseil Régional, au Conseil Général, au Rectorat, à la Municipalité (programme de villes jumelées), à la Direction Régionale du Commerce extérieur (programme FACE, minimum 6 mois de stage), au programme européen LEONARDO DA VINCI (entre 3 et 12 mois de stage), aux accords spéciaux entre pays (OFAJ, CREPUQ…), entre universités...

  • 3 Association des directeurs d’IUT. Contact : M. Christian Monllor ou M. Jacques Fleck, 1 Rue Maurice (...)

14Depuis deux ans, il existe également un programme de la Fondation de France appelé « Bourses Fondation Jeunesse Internationale » s’adressant tout particulièrement aux étudiants inscrits dans une formation post-DUT. Ce programme a pour objet la formation de la jeunesse par une meilleure connaissance du monde extérieur et soutient financièrement des stages de trois à six mois prioritairement dans des pays hors Union Européenne. Il est géré par l’ASSODIUT3.

c) Comment gérer un échange d’étudiants ?

  • Avant d’envoyer des étudiants d’IUT à l’étranger, il faut être prudent :
    - avertir les candidats qu’ils doivent avoir un niveau relativement bon en langues ;
    - évaluer leur sérieux, leur motivation (il peut y avoir un jury en fin d’année) ;
    - demander aux étudiants de préparer leur budget et, si possible, d’avoir les idées claires sur leur avenir ;
    - présenter les établissements étrangers d’accueil : cassette vidéo, conférence du partenaire, etc. ;
    insister sur l’aspect culturel et universitaire.

  • En échange, l’IUT français recevra des étudiants étrangers. Pour aider le responsable de l’échange, le système des « tuteurs Erasmus » peut être efficace. Un étudiant français prend en charge un étudiant étranger pour gérer :
    - les problèmes d’accueil à la gare/au terminal portuaire/à l’aéroport ;
    - la présentation du logement ;
    - les formalités administratives (Caisse des Allocations Familiales pour le logement, Préfecture/Sous-Préfecture pour la Carte de Séjour, Université pour les inscriptions et les emplois du temps) ;
    - l’insertion dans la communauté universitaire (visite de la ville, présentation de la Région, promenades organisées).

15Il faut aussi que les responsables de l’échange se rencontrent au cours de l’année. Si les finances le permettent, il peut y avoir participation de collègues étrangers en jury ou rencontre des deux équipes pédagogiques. De l’argent est attribué par Bruxelles pour le suivi des étudiants partis à l’étranger, même si ce n’est pas une somme très importante, et il arrive souvent qu’il ne soit pas dépensé entièrement, car tous les collègues ne se déplacent pas.

Comment partir enseigner à l’étranger ?

16Il est important que les enseignants de langues gardent le contact avec le pays dont ils/elles enseignent la langue et la culture.

17a) Dans le programme SOCRATES/ERASMUS, il est possible de partir enseigner dans un établissement supérieur étranger partenaire, pour une durée de 1 à 8 semaines (dans le cadre d’un échange d’enseignants).

  • 4 Nouveauté dans SOCRATES 2 : la mobilité enseignante n’est plus gérée par les établissements mais pa (...)

18Cet échange est mis au point en accord avec le responsable des relations internationales et figure dans le programme SOCRATES de l’Université. Pour partir pendant l’année universitaire 2001-2002 l’échange devait être prêt pour octobre 2000 (Rubrique « TS = échange d’enseignants avec l’indication du nom du collègue et de la matière enseignée)4.

19Il est vrai que nous, enseignants de langue, sommes moins sollicités que nos collègues de spécialité pour de tels échanges, à moins d’avoir une double compétence ou encore de prévoir l’échange dans le cadre d’un programme interculturel. Certains partenaires continuent à être intéressés par des cours de FLE, notamment sur l’actualité politique, sociale, économique en France et sur toutes les questions interculturelles. Ce type de cours ou conférences peut être intégré dans de nombreux cursus, en langue française de préférence, mais aussi dans la langue de l’établissement d’accueil si le nombre d’étudiants comprenant le français est trop faible. Cela constitue une autre façon d’assurer la présence de la France dans l’Union Européenne et de soutenir l’apprentissage des langues.

20b) Il est possible de signer un contrat avec un enseignant hors Europe et d’organiser un échange avec lui. Mais le système est plus complexe. Une convention hors Europe doit être soumise à la Commission des Statuts, puis être acceptée par le Conseil d’Administration de l’université.

21c) Il faut aussi penser à l’enseignement multimédia à distance. Les nouvelles technologies vont bouleverser la vie universitaire : les échanges d’enseignants seront différents, grâce aux visioconférences, et les étudiants pourront internationaliser leur cursus en s’inscrivant par Internet à des cours dans différentes universités à l’étranger !

Le système ECTS et la situation particulière des IUT

  • 5 ECTS est l’acronyme anglais de « European Credit Transfer System ».

22La Commission Européenne estime à juste titre qu’un séjour d’études à l’étranger doit être reconnu et validé dans l’établissement d’origine et ne doit donc pas allonger le cursus pour l’obtention de tel ou tel diplôme. Pour faciliter cette validation de résultats obtenus dans une université européenne, le système ECTS5 a été mis en place, d’abord sous forme de projet pilote et depuis quelques années beaucoup plus largement avec une aide financière de Bruxelles. Il essaie de rendre plus lisibles et donc comparables les études et l’évaluation des résultats dans les différents pays européens en jouant sur deux critères, la charge de travail d’une part, la notation d’autre part. Il attribue donc un nombre de « points » ou « crédits » au travail effectué par les étudiants, plus exactement 60 crédits ECTS pour une année universitaire, (et donc 30 pour un semestre) ; une période de stage sera également « créditée ». Il est clair que la charge de travail de nos étudiants en IUT est autrement plus importante que celle d’étudiants de l’université en France ou ailleurs en Europe (selon le Ministère, il s’agit d’un programme de trois ans effectué en deux ans). À Nancy, nous n’avons donc pas découpé nos programmes en 60 crédits, mais donnons les 60 crédits annuels pour une charge hebdomadaire de 20 à 22 h de cours (chaque étudiant accueilli pourra donc choisir les cours en fonction de ses goûts ou des attentes de son établissement d’origine). Par contre, l’étudiant ERASMUS qui veut obtenir le DUT doit, bien entendu, suivre la totalité des cours.

23Un dernier point : nous pratiquons à l’IUT un système de « compensation » pour nos étudiants : il faut obtenir la moyenne générale dans les différents pôles, mais pas dans toutes les matières. Le système ECTS ne prévoit que « réussite » ou « échec » selon la grille suivante : Les 10 % les meilleurs obtiennent ‘A’, les 25 % suivants ‘B’, les 30 % suivants ‘C’, puis les 25 % suivants ‘D’, et enfin les 10 % les moins bons ‘E’. Celui qui a échoué de peu, reçoit un ‘FX’ et, si l’échec est net, un ‘F’. L’expérience que nos étudiants ont faite dans les différents systèmes d’enseignement, en particulier dans les pays du Sud de l’Europe, nous a conduits à appliquer un système de compensation aux résultats qu’ils nous rapportent. Un/deux ‘A’ ou ‘B’ pourront donc compenser un ‘FX’, voire un ‘F’ dans une autre matière. Et nous conseillons toujours à nos étudiants de préparer un peu plus de crédits que le nombre minimum requis, par exemple pour le DUETI (Diplôme d’Université d’Études Technologiques Internationales).

Conclusion

24Pour faire un bon échange d’étudiants, il faut deux responsables pédagogiques solides, un dans chaque pays, ayant une grande confiance réciproque. Il faut aussi une administration et une équipe pédagogique qui soutiennent l’expérience.

25Un responsable « Relations Internationales » doit avoir beaucoup d’enthousiasme, de diplomatie et de patience !

26Il y a des moments difficiles mais aussi des « temps forts ». L’un de ces temps forts sera peut-être 2001, l’« année européenne des langues », célébrée par l’Union Européenne et le Conseil de l’Europe…

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Des adresses importantes

SERVICE des RELATIONS INTERNATIONALES de l’UNIVERSITÉ
Bureau d’Assistance Technique SOCRATES, LEONARDO et JEUNESSE
Rue de Trèves 59-61, B-1040 Bruxelles
Tel : (+32) (2) 233 01 11 ; Fax : (+32) (2) 233 01 50
http://www.tao.socrates-youth.be

Agence SOCRATES-LEONARDO DA VINCI France
Avenue de la Grille d’Honneur, Pavillon Valois, Parc de Saint-Cloud
92211 Saint-Cloud cedex
Tél : 01 41 12 35 17 ; Fax : 01 41 12 35 18

Annexe 2. Des informations supplémentaires

Pour trouver un stage, un « job »

MAYOUX, Stéphane et LEPERE, Jean-Damien. Le guide du job-trotter. Dakota, 501 p, 89F. Dakota Editions, 45 rue Saint Sébastien, 75011 Paris. Quatre volumes pour trouver un « job », un stage (« Espagne », « États-Unis », « Canada », « Grande Bretagne ») (Dakota, 74F chacun). Ils donnent des pistes de stages et de « jobs » dans les pays qui offrent le plus grand nombre d’emplois de courte durée.

The French-American Center, 4 Rue Saint-Louis, Quartier des Arceaux, 34172 Montpellier. Tél : 04 67 92 30 66. Cette association recrute des jeunes pour travailler dans les centres de vacances qu’elle gère aux Etas-Unis. Si le dossier est retenu, 2000F pour adhésion et assurance. En contrepartie, billet d’avion fourni (aller-retour depuis Londres), logement, nourriture et salaire entre 2000F et 4000F.

Council on International Educational Exchange, 1 place de l’Odéon, 75006 Paris : un quota de 1500 à 2000 visas chaque année.

Club TELI, 7 rue Blaise Pascal, 74600 SEYNOD. Tél : 04 50 52 26 58 ; fax : 04 50 52 10 16 ; courriel : clubteli@wanadoo.fr.

Pour trouver un séjour linguistique

Le CIDJ, Centre d’Information Documentation Jeunesse recense l’ensemble des possibilités de séjour dans le monde entier. CIDJ, service VPC, 101, quai Branly, 75015 Paris. Tél : 01 44 49 12 34.

Les séjours linguistiques à l’étranger (50F par correspondance).

L’espace voyages du CIDJ propose des programmes linguistiques adaptés aux jeunes adultes. CIDJ Espace Voyage : 01 44 49 12 17/18.

Office national de garantie des séjours et stages linguistiques : 8 Rue César Franck, 75015 Paris. Tél : 01 47 83 31 65 ; http://www.office.org. Fonction de conseil, travaille sur un label de qualité et la mise au point d’une norme AFNOR.

Pour étudier à l’étranger

ROLLOT, Olivier, DUMAS, Sandrine, DIDI, Yaël. Comment étudier à l’étranger (États-Unis, Europe, Canada).
Les Guides de l’Étudiant, 27 rue du Chemin Vert, 75543 Paris Cedex 11.

British Council, 9 rue de Constantine, 75007 Paris.

Commission Franco-américaine d’échanges universitaires et culturels, 9 Rue Chardin, 75016 Paris.

Goethe Institut, 17 Avenue d’Iéna, 75016 Paris.

Haut de page

Notes

1 Voir Le Nouvel Observateur, n° 1844, du 9 au 15 mars 2000.

2 Voir « Campus », supplément au journal Le Monde du 16 mai 2000.

3 Association des directeurs d’IUT. Contact : M. Christian Monllor ou M. Jacques Fleck, 1 Rue Maurice Arnoux, 92120 MONTROUGE.

4 Nouveauté dans SOCRATES 2 : la mobilité enseignante n’est plus gérée par les établissements mais par les Agences Nationales SOCRATES.

5 ECTS est l’acronyme anglais de « European Credit Transfer System ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Le Rider et Michel Hiscock, « Relations Internationales : quelques conseils pratiques pour les enseignants de langues », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XX N° 3 | 2001, 24-31.

Référence électronique

Brigitte Le Rider et Michel Hiscock, « Relations Internationales : quelques conseils pratiques pour les enseignants de langues », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XX N° 3 | 2001, mis en ligne le 02 novembre 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4815 ; DOI : 10.4000/apliut.4815

Haut de page

Auteurs

Brigitte Le Rider

Professeur d’allemand, chargée des RI à l’IUT ‘A’ de l’Université Nancy 2

Articles du même auteur

Michel Hiscock

Professeur d’Anglais, ancien Directeur du Service des RI à l’Université du Havre et ancien Président de l’APLIUT

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page