Navigation – Plan du site
Notes

Les relations internationales à l’Université du Littoral-Côte d’Opale : l’exemple du Diplôme d’Université « Cultures Technologiques Européennes »

International Relations at Université du Littoral-Côte d’Opale: the example of the « Cultures Technologiques Européennes » Diploma
Patrick Fabre et Isabelle Roblin
p. 32-39

Résumés

Le diplôme « Cultures Technologiques Universitaires » de l’Université du Littoral-Côte d’Opale (ULCO), dont nous décrivons le fonctionnement, a été conçu dans le but de permettre aux étudiants français titulaires d’un DUT de poursuivre leurs études à l’étranger dans un établissement d’enseignement supérieur partenaire tout en restant administrativement et pédagogiquement sous le contrôle de leur IUT. Un partenariat efficace entre l’Université et les IUT permet à la plupart des étudiants inscrits dans ce diplôme d’obtenir une bourse européenne Erasmus et, s’ils satisfont aux conditions d’obtention, de bénéficier d’un double diplôme : le diplôme étranger de l’établissement d’accueil qu’ils ont préparé pendant l’année et le DU, qui leur permet d’accéder directement en maîtrise à un certain nombre de formations au sein de l’Université du Littoral-Côte d’Opale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Université du Littoral-Côte d’Opale a plusieurs particularités : c’est d’abord une université récente – elle n’existe en tant qu’entité autonome que depuis 1992 – et c’est aussi une université multi-polaire, répartie sur quatre sites (Dunkerque, Calais, Boulogne-sur-Mer et Saint-Omer) et deux départements (le Nord et le Pas-de-Calais). Au sein de l’Université, il y a depuis 1998 deux IUT : Calais/Boulogne sur Mer (Génie Électrique et Informatique Industrielle, Informatique, Gestion des Entreprises et des Administrations, Biologie Appliquée) et Dunkerque/Saint Omer (Techniques de Commercialisation, Génie Thermique, Gestion Administrative et Commerciale) qui occupent une place importante au sein de l’Université, ne serait-ce que parce que l’IUT originel pré-existait à l’Université. Les enseignants des IUT ont également joué un rôle moteur dans le développement des Relations Internationales de l’Université. En effet, les IUT avaient de nombreux partenaires européens dans le cadre des Programmes Interuniversitaires de Coopération (PIC), qui ont été par la suite intégrés par l’Université lors de la mise en place des programmes Erasmus-Socrates.

Pourquoi un DU ?

2Le Diplôme d’Université « Cultures Technologiques Européennes » a été élaboré pour l’ensemble des départements de l’IUT et soumis en 1995 au Conseil d’Administration de l’Université, qui l’a adopté. Le jury de ce Diplôme est d’ailleurs nommé par le Président de l’Université sur proposition du directeur de l’IUT. Rédigé sur le modèle de celui de Caen, il partait du double constat suivant :

  • d’une part il était assez difficile d’envoyer des étudiants de l’IUT de plus en plus nombreux en poursuite d’études à l’étranger car, après leur DUT, ils ne dépendaient plus de l’IUT et il fallait les inscrire en licence dans un des départements de l’Université, ce qui parfois posait problème et créait des réticences (nombre de places disponibles, méfiance des filières « traditionnelles » envers les étudiants issus de l’IUT...) ;

  • d’autre part, les enseignants des différents départements des IUT désiraient de manière tout à fait légitime garder la responsabilité pédagogique et administrative des étudiants qu’ils envoyaient en poursuite d’études à l’étranger, étudiants qu’ils avaient choisis, préparés à cette expérience et que, d’une manière générale, ils connaissaient bien.

3La création de ce Diplôme d’Université a permis de pallier ces deux difficultés. Les candidats sont sélectionnés au niveau de chaque département en fonction du nombre de places réservé aux IUT après négociations annuelles avec les Relations Internationales et les autres composantes de l’Université dans le cadre des contrats Socrates. Le DU permet également d’encourager davantage encore les étudiants à passer une année de poursuite d’études à l’étranger en valorisant le séjour par la possibilité de l’obtention, en plus du diplôme étranger qu’ils auront préparé dans leur université d’accueil, d’un diplôme de l’Université du Littoral-Côte d’Opale susceptible pour certains de leur permettre de poursuivre leurs études directement en maîtrise dans certaines filières (voir ci-dessous « Le devenir des étudiants »).

Le DU, mode d’emploi

4L’intitulé du diplôme, « Cultures Technologiques Européennes », est très important pour nous, car il s’agit bien d’une expérience culturelle au sens large, et l’étudiant est encouragé à participer au maximum à la vie étudiante de l’Université d’accueil (sports, musique...). L’attribution du DU est soumise :

  • à l’obtention du diplôme préparé dans l’Université étrangère partenaire,

  • à la réalisation de travaux soumis par l’établissement d’origine et à la soutenance en langue étrangère (partiellement ou totalement suivant les cas) d’un mémoire devant un jury composé d’enseignants de l’Université du Littoral-Côte d’Opale. Pour donner quelques exemples des travaux demandés aux étudiants, l’un des projets donnés en GEA portait sur la réalisation d’un rapport sur la politique de Ressources Humaines de Braun, l’une des entreprises situées à Carlow (République d’Irlande), mettant en relief les différences entre la France et l’Irlande tant sur le plan de la législation que sur celui des pratiques ; en GEII, un étudiant devait concevoir et réaliser une centrale d’alarme de maison en se conformant à un cahier des charges préalablement établi et devait, de retour dans son département d’origine, produire le prototype et en expliquer le fonctionnement en anglais ; et un étudiant issu de TC et passant son année à l’Université de Paisley (près de Glasgow) a étudié les différents circuits de distribution en Écosse. Les étudiants doivent obtenir la moyenne aux deux parties. Ceux qui échouent sur l’un ou l’autre de ces points n’obtiennent pas le DU.

Modalités d’envoi et d’accueil des étudiants

5Le DU relève, quant à son organisation interne, à la fois de la responsabilité de chaque IUT, voire même de chaque département, et de l’Université qui, en fin de compte, délivre (ou non) le diplôme. Cette double appartenance IUT/Université se retrouve d’ailleurs chez la responsable actuelle du diplôme, Maître de Conférences en anglais à l’Université, mais également enseignante à l’IUT.

6Pour clarifier la procédure d’envoi des étudiants des IUT à l’étranger, prenons l’exemple de TC-Dunkerque. Le recrutement se fait en trois étapes : information, contrat, et suivi.

Information

7Il y a dans l’année universitaire trois temps forts. À la rentrée, un polycopié général de quatre pages sur « l’anglais à l’IUT-TC » (scolarité, programme, revues, CD-ROM, aides spécifiques, informations sur le DU et les partenaires étrangers) est donné à chaque étudiant de 1ère année, lu et expliqué en TD. Ce polycopié est remis à jour annuellement pour les étudiants de 2e année. Tous ces documents sont par ailleurs affichés sur le panneau d’anglais et les étudiants sont régulièrement informés de toute nouvelle possibilité de séjour à l’étranger. Fin octobre, avant les congés de Toussaint, pour permettre éventuellement aux étudiants de parler de leur projet en famille, une réunion d’information est organisée pour les candidats potentiels. Cette réunion est annoncée (plusieurs fois !) en TD et sur le panneau d’affichage. Elle se décompose en deux parties :

  • une présentation détaillée du DU, avec polycopié spécifique sur les aspects administratifs et pédagogiques en ce qui concerne l’université étrangère, l’aspect pédagogique pour le département TC et administratif pour l’IUT (modalités d’inscription), et une page par établissement partenaire, comportant l’adresse, le nom du correspondant Erasmus ou du chargé des Relations Internationales, le calendrier, les formations proposées, le logement,

  • puis une répartition par pays étranger dans différentes salles, où les enseignants de la langue du pays en question (espagnol, allemand, anglais) détaillent les formations et donnent aux étudiants intéressés de la documentation complémentaire (photocopies des brochures des établissements étrangers partenaires et de leurs programmes, des informations sur l’environnement et les possibilités de logement, etc.).

8Enfin, à l’issue de cette réunion, il y a appel à candidatures : les étudiants intéressés doivent fournir un CV et une lettre de motivation pour la fin novembre. En décembre, les enseignants choisissent et classent les étudiants selon le nombre de bourses disponibles. À cette date, les candidats qui n’ont pas été retenus peuvent encore se réorienter facilement.

Contrat

9En remettant leur rapport de stage (généralement autour du 15 juin), les étudiants qui ont été sélectionnés remplissent les documents administratifs Erasmus pour la cellule Relations Internationales de l’Université, retirent leur dossier d’inscription au DU à l’IUT et remplissent un « contrat étudiant-tuteur » qui fixe le sujet d’étude et l’échéancier des travaux pour la partie française du DU, organise les contacts entre l’étudiant et son tuteur pendant l’année, et détermine les dates de remise et de soutenance du rapport.

Suivi

10Dès leur arrivée dans l’établissement étranger partenaire, les étudiants doivent envoyer leurs coordonnées à leur tuteur (adresse, téléphone, courrier électronique) et au cours de l’année donner régulièrement de leurs nouvelles. Sur le plan personnel, cela permet à l’étudiant de sentir qu’il est soutenu, encouragé (avant les partiels, par exemple) par des enseignants qu’il connaît bien. Ses progrès sont également suivis avec attention et l’avancée de ses travaux en ce qui concerne la partie française du diplôme est régulièrement contrôlée. De plus, quand les dates de vacances ne coïncident pas, les étudiants de retour en France passent à l’IUT voir les enseignants, faire le point, remettre en mains propres à leur tuteur la première partie de leur rapport, et parler de leur expérience (en général positive) à leurs camarades de 2e année. Selon les cas, les enseignants des IUT peuvent également rendre visite aux étudiants dans l’université d’accueil (en Irlande, par exemple) afin de s’entretenir avec eux et leurs professeurs, vérifier leurs progrès, leur assiduité aux cours, et l’avancement des travaux qui leur auront été imposés par leur département d’origine avant leur départ.

11En ce qui concerne l’accueil des étudiants étrangers, prenons l’exemple de l’IUT de Calais. Tout d’abord, il y a une résidence universitaire où des chambres sont réservés d’une année sur l’autre pour les étudiants étrangers. Ensuite, des étudiants des départements qui les accueillent les aident dans leurs démarches administratives (carte de séjour, etc.) et leur travail universitaire. Il n’y a pas de cours de Français Langue Étrangère pour les étrangers à Calais, qui doivent peut-être faire davantage d’efforts pour s’intégrer, ou bien aller à Boulogne sur Mer ou à Dunkerque. Quant au contenu pédagogique de leur année passée à l’IUT, il est relativement souple et peut s’adapter aux cas individuels : si certains étudiants étrangers peuvent suivre sans problème majeurs (et quelquefois brillamment) le cursus de deuxième année (y compris donc le stage en entreprise) et obtenir le DUT, d’autres en sont incapables et bénéficient d’un cursus « allégé » et panaché (cours de 1e et de 2e année). Des accords bilatéraux avec les différents départements des universités partenaires sont passés pour permettre aux étudiants qui n’obtiennent pas leur DUT de valider les unités d’enseignement qu’ils ont obtenues.

Dépenses et recettes

12Une année passée à l’étranger coûte bien sûr plus cher et dans une université qui compte environ 50 % de boursiers, le DU permet également aux étudiants issus des IUT qui choisissent de poursuivre leurs études dans un des établissements d’enseignement supérieur partenaire Socrates de l’Université du Littoral-Côte d’Opale d’obtenir la bourse Socrates (100 écus), en général doublée par le Conseil Général des départements du Nord et du Pas-de-Calais, et depuis l’an dernier de conserver leurs bourses nationales puisque le DU, bien qu’il ne soit pas un diplôme national, est assimilé à une année de poursuite d’études. Quant aux étudiants qui choisissent un établissement d’enseignement supérieur partenaire des IUT mais pour des raisons diverses n’ayant pas signé d’accord Socrates avec l’Université, ils sont dispensés des frais d’inscription mais ne peuvent prétendre ni à la bourse Socrates ni à celle du Conseil Général. Le diplôme lui-même n’est cependant pas gratuit : pour l’année universitaire 1999-2000, les frais d’inscription se composent des droits spécifiques au diplôme (1100F), couvrant les frais de déplacement éventuels des enseignants et leur participation au jury, et de l’inscription à l’Université incluant la sécurité sociale : 2099F (non boursiers) ou 195F (boursiers), soit un total de 3199F ou 1295F.

Bilan provisoire

13Après quatre années de fonctionnement, quel bilan peut-on tirer de cette année de DU ? Tout d’abord, au plan quantitatif, il a permis à une cinquantaine d’étudiants issus des IUT (une douzaine par an en moyenne ; une vingtaine pour l’année 2000-2001) de partir en poursuite d’études à l’étranger sous la responsabilité directe des IUT. Les 2/3 ont obtenu le DU en fin d’année : certains étudiants privilégient en effet le diplôme étranger au DU lui-même, mais tous s’accordent pour reconnaître que cette année passée à l’étranger dans un cadre universitaire leur a été bénéfique, non seulement sur le plan de la maîtrise de la langue du pays d’accueil, qui reste bien évidemment la priorité de nos étudiants, mais aussi de l’adaptation à d’autres conditions de vie et de la mobilité. En particulier, passer une année hors du cadre familial est en fin de compte considéré comme bénéfique par les étudiants, qui sont en écrasante majorité originaires de la région et qui sont parfois, au départ, réticents à quitter leur famille.

Conclusion : le devenir des étudiants

14Depuis deux ans, après négociations avec les directeurs de composantes, les étudiants des filières tertiaires (TC, GEA, GACO) qui obtiennent le DU ont la possibilité d’intégrer directement la maîtrise AES (Administration Économique et Sociale) ou de s’inscrire en Maîtrise des Sciences et des Techniques « Management de l’Entreprise », option « Entreprise Européenne » à l’Université du Littoral-Côte d’Opale. À l’issue de leur année de DU, un certain nombre d’étudiants, en Informatique en particulier, choisissent de continuer leurs études dans l’université d’accueil (Carlow en République d’Irlande) et apparemment n’ont ensuite aucun mal à trouver ensuite du travail sur place dans des entreprises d’informatique. Des étudiants TC continuent en maîtrise de Marketing à l’Université de Paisley en Écosse : la situation est redevenue plus confortable depuis que le Parlement écossais a décidé de ne pas faire payer aux étudiants les droits d’inscription de £ 1000 imposés par le gouvernement britannique dans les universités anglaises. D’autres étudiants encore trouvent du travail, de retour en France, voire dans le pays d’accueil, en grande partie grâce à l’expérience qu’ils ont ainsi acquise. Malgré les problèmes et les contrariétés inévitables, malgré l’énergie dépensée parfois – souvent – en vain, nous restons optimistes et éprouvons toujours autant de satisfaction mêlée de fierté quand nous voyons nos étudiants revenir de leur année passée en DU plus mûrs et plus ouverts à des cultures différentes.

Haut de page

Annexe

Annexe. Liste des établissements étrangers partenaires et des diplômes proposés

a) Dans le cadre Socrates

Les étudiants sont dispensés des droits d’inscription dans l’Université d’accueil et peuvent obtenir une bourse européenne.

République d’Irlande : Institute of Technology Carlow
Sciences Appliquées : Photonics (CWO3O) ; Analytical Science (CW031)
Mécanique : Mechanical Engineering (CW033)
Électronique : Electronic Engineering (CW034) ; Process Control and Instrumentation (CW097)
Informatique : Computing (CW036) ; Computing with French (CW044) ; Computing with German (CW045) ; Computer Systems Management (CW098)
Génie Civil : Civil Engineering (CW035) ; Buildings and Services Management (CWO4O)
Gestion : Purchasing and Materials Management (CW043) ; Accounting and Management Studies (CW099)
Commerce : International Marketing (VW037) ; International Business and German (CW028) ; International Business and French (CW027) ; Office Information Systems and German (CW029) ; Office Information Systems and French (CW038)
Dessin Industriel : Industrial Design (CWO15)

République d’Allemagne : Fachhochschule, Flensburg
Pas de diplôme préparé, mais quatre matières étudiées au premier semestre et stage en entreprise au deuxième semestre.

Fachhochschule für Techiiik und Wirtschaft, Berlin
Programme à élaborer en concertation.

Espagne : Escola Universitaria de Estudios Empresariais,Vigo
Marketing
Finlande : Polytechnic Valkeakoski, Häme
formations dispensées en anglais ; programme à élaborer en concertation

b) Hors Socrates

Les étudiants sont dispensés des droits d’inscription dans l’Université d’accueil, mais ne peuvent prétendre à une bourse européenne.

Royaume-Uni : University of Paisley (Écosse)
Business Economics, avec trois options possibles (Marketing Management, European Economy and Languages, Human Resources Management)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Fabre et Isabelle Roblin, « Les relations internationales à l’Université du Littoral-Côte d’Opale : l’exemple du Diplôme d’Université « Cultures Technologiques Européennes » », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XX N° 3 | 2001, 32-39.

Référence électronique

Patrick Fabre et Isabelle Roblin, « Les relations internationales à l’Université du Littoral-Côte d’Opale : l’exemple du Diplôme d’Université « Cultures Technologiques Européennes » », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XX N° 3 | 2001, mis en ligne le 07 septembre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4818 ; DOI : 10.4000/apliut.4818

Haut de page

Auteurs

Patrick Fabre

Patrick Fabre, PRCE, enseigne l’anglais en formations initiale et continue au département Techniques de Commercialisation de l’IUT Dunkerque/Saint Omer de l’Université du Littoral-Côte d’Opale, et dans le cadre de la nouvelle Licence Professionnelle Sciences et Technologies Industrielles. Il est chargé des Relations Internationales au sein de son département.

Articles du même auteur

Isabelle Roblin

Isabelle Roblin, responsable du Diplôme d’Université « Cultures Technologiques Européennes », est Maître de Conférences en anglais au département Langues et Langues Appliquées de l’Université du Littoral-Côte d’Opale et enseigne également l’anglais des affaires en formation continue au département Gestion des Entreprises et des Administrations de l’IUT Calais/Boulogne sur Mer.

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page