Navigation – Plan du site
Notes

La poursuite d’études au Royaume-Uni : quel avenir pour nos étudiants ?

Continuing with studies in the United Kingdom: What future for our students?
Françoise Lavinal
p. 40-45

Résumés

Nous devons aider les étudiants à choisir le type de poursuites d’études le plus approprié, en fonction de leurs motivations et leurs objectifs de carrière. Différents paramètres entrent en jeu et le travail du responsable des Relations Internationales doit se faire à plusieurs niveaux.

Haut de page

Texte intégral

1Stage, poursuite d’études, stage et poursuite d’études..., il est difficile de conseiller nos étudiants d’IUT, qui sont de plus en plus nombreux à vouloir partir à l’étranger. La maîtrise d’une langue étrangère est un atout inégalable, oserons-nous dire incontournable, pour qui se destine à une carrière européenne, a fortiori internationale. La Grande-Bretagne et l’Irlande sont des destinations particulièrement demandées, dans les départements secondaires du moins.

2L’ouverture vers les pays d’Amérique latine est également très importante mais dirigée plutôt vers des expériences de stage que vers une poursuite d’études à finalité diplômante. Nous sommes tous conscients que cette situation est susceptible d’évoluer à tout moment.

3Le Canada et les États-Unis sont des pays qui suscitent beaucoup l’intérêt et la curiosité de nos étudiants. Les contacts et les mises en place de programmes restent encore difficiles à gérer et sont longs à voir le jour (problème de financement en particulier).

4Nous traiterons ici uniquement de la poursuite d’études en Grande-Bretagne.

Objectifs et motivations des étudiants

5Nous devons absolument amener l’étudiant à réfléchir aux raisons qui le poussent à poursuivre ses études au Royaume-Uni et aux objectifs de carrière vers lesquels il tend. Nous devons tenir compte de ses objectifs pour le conseiller dans le choix de l’université d’accueil.

6Si l’étudiant est simplement désireux d’apprendre la langue (ou de se perfectionner), il peut demander n’importe quelle université et le choix des cours ne devrait pas poser de problèmes. Il faut cependant être conscient du fait que certaines universités ont une concentration d’étudiants étrangers très importante et qu’il est donc préférable de connaître le pourcentage d’étudiants britanniques avant de s’inscrire.

7Si, par contre, l’étudiant envisage une poursuite d’études à son retour en France, nous devons être très vigilants et prendre en compte divers paramètres.

8En effet, certaines universités sont plus sévères que d’autres dans leur recrutement, ce qui amène tout naturellement à une sorte de classement par excellence. Pour le Génie Civil par exemple, l’étudiant candidat à une troisième année ne peut être accepté dans un certain nombre d’universités que s’il a une moyenne générale de plus de 11, avec des notes au-dessus de 12 dans les matières dites principales. La note d’anglais est également déterminante. D’autres universités, en revanche, acceptent tout étudiant titulaire du DUT. Nous nous sommes aperçus que ces dernières n’avaient pas bonne presse auprès des spécialistes de la discipline. Je citerai, à ce propos, le journal The Guardian, qui a établi pour l’année 2000 un classement des universités par matière et qui a mis ce classement à disposition sur Internet. L’adresse est la suivante : http://www.educationunlimited.co.uk/​specialreports/​universities2000.

9En fonction de ce que l’étudiant recherche, on l’aidera donc à établir un classement des universités.

Niveau d’anglais

10Sur ce point, je ferai une différence entre le secteur tertiaire et secondaire.

11Pour le secteur secondaire (Génie Civil, Génie Mécanique, Génie Electrique...), l’étudiant doit avoir un niveau correct. En effet, que ce soit en 3e année de BSc ou en 2e année de BEng, il n’apprend pas grand chose de nouveau sur le plan théorique. Tous les cours ont été déjà vus à l’IUT, à l’exception d’un cours de management pour lequel les étrangers ont des problèmes. La formation est globalement plus pratique que chez nous, les TP plus nombreux, les « field trips » aussi, ce qui facilite le travail de nos étudiants. Il va sans dire que plus le niveau d’anglais est élevé, plus l’étudiant suit facilement, mais dans tous les cas, l’expérience a montré qu’un niveau moyen est suffisant. Il nous est même arrivé d’appuyer des étudiants faibles en anglais, mais très désireux d’apprendre et donc extrêmement motivés. Ces étudiants, après des débuts difficiles, ont tous très bien réussis. (Nous avons plusieurs exemples).

12Pour le secteur tertiaire (GEA, Techniques de Commercialisation, Information-Communication…), la situation nous paraît différente, car les cours de business, d’économie, de management, de marketing, de techniques des ventes, même s’ils ont déjà été vus à l’IUT, ont un contenu assez dense. De plus, les examens doivent être rédigés, exercice bien plus délicat que la rédaction d’un examen de topographie ou de construction. Il faut aussi beaucoup lire, faire des comptes rendus, des résumés, ce qui implique que l’étudiant ait un bon niveau pour qu’il ne soit pas perdu ou découragé dès le début. En 3e année de BA, on leur demande souvent d’écrire une « dissertation », un travail long et difficile.

13Dans les deux cas, l’étudiant doit savoir qu’il devra travailler plus que ses camarades anglais s’il veut réussir.

Niveau d’entrée dans le cours choisi

14Je me suis aperçue au fil des années qu’il était très important d’expliquer notre système de notation à nos collègues anglais qui ne connaissent souvent pas la différence entre les IUT, les IUP, les Écoles d’Ingénieurs, les Grandes Écoles et l’Université. Nous ne leur en tiendrons pas rigueur..., mais nous devons penser à clarifier le système si nous voulons avoir des équivalences intéressantes pour nos étudiants.

15Dans les départements secondaires, nos étudiants sont dans tous les cas acceptés en 3e année de BSc (Bachelor of Science) et obtiennent le diplôme en un an.

16Par contre, ils ne sont acceptés qu’en 2e année de BEng (Bachelor of Engineering) car les ingénieurs anglais refusent l’équivalence directe en 3e année. La situation peut évoluer, mais pour l’instant la discussion semble difficile. Il faudra donc deux ans à l’étudiant avant d’obtenir son BEng. Beaucoup ne regrettent pas cette formule, bien que le problème du financement soit un obstacle pour un grand nombre d’entre eux.

17Dans les départements tertiaires, le BA (Bachelor of Arts) se fait en 3 ans ou en 4 ans selon l’option choisie.

18Quelques universités, peu nombreuses, acceptent nos étudiants en dernière année, ce qui leur donne la possibilité d’obtenir le BA ; mais, dans la majorité des cas, nos étudiants ne sont acceptés qu’au niveau de la 2e année et celui ou celle qui ne part que pour un an n’a donc aucun diplôme anglais à la fin de l’année universitaire. Cependant un DU français, délivré par un grand nombre de nos IUT, peut être préparé. Toulouse offre un DUETE (Diplôme d’Université d’Études Technologiques à l’Étranger) qui a un grand succès auprès des étudiants.

19Ce DU peut être reconnu comme une troisième année à part entière et permet aux étudiants, à leur retour en France, d’entrer à l’IUFM, en maîtrise, ou en deuxième année d’école de commerce, mais cette reconnaissance est loin d’être systématique. Elle paraît plus facile à obtenir pour les départements tertiaires. Il faut donc bien informer nos étudiants sur ce point pour éviter les déceptions.

20On soulignera que, dans le secteur secondaire, un BSc peut mener à un MSc, ce qui veut dire à des post-graduate studies et à un PhD... Nous avons plusieurs exemples dans ce cas, d’étudiants qui n’auraient jamais pu prétendre à ce niveau d’études dans nos universités. Ne pas oublier de prendre ce facteur en compte dans l’orientation.

Problèmes d’équivalence

21Le diplôme anglais, (BSc ou BA) est-il considéré comme une 3e année par nos universités, en fait comme l’équivalent d’une licence ?

22Dans le tertiaire, il semblerait que la réponse soit positive. Les étudiants qui auront fait leur BA en deux ans (2e et 3e année dans une université anglaise) ont bien évidemment l’équivalence licence, ceux qui sont entrés directement en 3e année de BA, et ont donc obtenu leur diplôme en un an, n’ont pas une équivalence systématique mais doivent pouvoir y prétendre.

23Dans le secondaire, les équivalences semblent plus difficiles à obtenir (du moins à l’université de Toulouse). Le BSc ne permet pas d’entrer en maîtrise, car nos collègues pensent que le niveau théorique de l’étudiant est insuffisant. Nous avons déjà souligné qu’un étudiant français titulaire d’un DUT n’apprenait rien de nouveau en 3e année de BSc.

24En revanche, l’étudiant titulaire d’un BEng peut demander son entrée directe en maîtrise. Son cas sera examiné par un jury qui tiendra compte des notes obtenues en Grande-Bretagne, des modules choisis et de ses motivations.

25L’étudiant titulaire d’un MSc ou d’un MEng sera accepté en DEA.

26Nous terminerons sur ce point en mettant en garde nos collègues quant à la propagande de certaines universités anglaises qui n’hésitent pas à envoyer leurs « recruiters » à la recherche d’étudiants et qui, pour arriver à leurs fins, ne donnent pas toujours des informations justes...

Étudiants Socrates ?

27Un des problèmes qui se posent avec le statut d’étudiant Socrates, est la délivrance du diplôme étranger.

28On sait que le diplôme préparé dans le pays d’accueil n’est normalement pas délivré, ce qui peut entraîner des difficultés au retour si l’étudiant désire faire une poursuite d’études. Ce problème ne se pose pas pour les étudiants de l’université qui partent faire leur année de licence ou de maîtrise à l’étranger, mais il se pose pour nos étudiants d’IUT qui ne partent généralement pas dans ces conditions. Là aussi, il faut penser au retour de l’étudiant en France. S’il part pour une troisième année en tant qu’étudiant Socrates et désire faire une quatrième année en Grande-Bretagne, il n’y aura dans ce cas aucun problème.

29On notera d’autre part qu’il va être de plus en plus difficile d’envoyer nos étudiants avec le statut Socrates, car le bureau Socrates risque d’exiger la réciprocité, ce qui est, comme chacun sait, très difficile avec l’Angleterre et le Pays de Galles. Nous nous trouvons démunis face au problème des frais d’inscription que l’étudiant doit acquitter pour s’inscrire à l’université, ce qui est un obstacle majeur pour beaucoup d’entre eux. Il faut être très vigilant sur ce point et s’assurer que l’étudiant est prêt à payer les frais qui vont lui être demandés (£ 1,050), tout en sachant que certains (selon le revenu imposable des parents) en seront totalement ou partiellement exemptés.

Conclusion

30En conclusion, nous dirons que le responsable des Relations Internationales doit jouer un rôle déterminant :

  • auprès des étudiants,
    en fournissant un travail d’information sérieux et complet pour les aider à prendre conscience des objectifs qu’ils veulent atteindre ;

  • auprès de ses collègues anglais,
    en suscitant un travail de collaboration avec les départements concernés et les responsables des formations qui ne savent pas toujours à quoi correspondent nos IUT. Il est essentiel de rappeler qu’il faut essayer d’arriver à une équivalence de notre formation en ECTS pour faciliter les accords de coopération.

  • auprès de ses collègues français,
    en les informant des possibilités de poursuites d’études à l’étranger et en les sensibilisant à l’intérêt que les étudiants peuvent y trouver. Il faut aussi étudier avec les responsables des formations universitaires les conditions de réintégration de nos étudiants dans un cursus français, s’ils le désirent.

31Tout ce travail ne peut être mené à bien que si le responsable des RI connaît à la fois le système universitaire du pays étranger, sa culture et sa langue pour être en mesure de dialoguer d’égal à égal avec ses partenaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Lavinal, « La poursuite d’études au Royaume-Uni : quel avenir pour nos étudiants ? », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XX N° 3 | 2001, 40-45.

Référence électronique

Françoise Lavinal, « La poursuite d’études au Royaume-Uni : quel avenir pour nos étudiants ? », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XX N° 3 | 2001, mis en ligne le 14 septembre 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4824 ; DOI : 10.4000/apliut.4824

Haut de page

Auteur

Françoise Lavinal

Université de Toulouse, IUT de Toulouse III, département GEA, Laboratoire LAIRDIL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page