Navigation – Plan du site
Notes

Les TIC, un prétexte aux relations internationales

ITC, a pretext for international relations
Carole Rozzonelli
p. 68-87

Résumés

La plupart de nos étudiants ne pouvant pas se permettre de passer quelques mois à l’étranger avant leur troisième année à l’université, nous avons développé une démarche pédagogique utilisant les nouvelles technologies. Il s’agit d’une expérience d’apprentissage originale : en nous référant fréquemment à la transmission en temps réel et aux nombreux services interactifs que l’Internet peut nous offrir de nos jours. Nos étudiants se servent de ressources en ligne pour l’apprentissage de l’anglais et utilisent souvent les campus virtuels et des bases de données. Une fois qu’ils ont atteint un certain niveau de compétence dans l’utilisation d’un PC et de l’Internet, ils entreprennent leur recherche documentaire pour l’écriture d’un projet « Le voyage imaginaire/The Imaginary Journey » qui est censé les préparer pour un éventuel programme d’échange Erasmus à l’étranger.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article contient de nombreux hyperliens qui ont ont été vérifiés et actualisés, dans la mesure du possible, au moment de la mise en ligne. Les liens obsolètes ont été désactivés.

Texte intégral

Introduction : contexte et objectifs

1La notion académique de l’international se base sur l’idée de réseau, d’échange entre des personnes. C’est la mobilité physique qui occupe la place centrale dans les stratégies d’internationalisation des universités françaises et européennes actuellement. Ainsi, la mobilité virtuelle, à savoir la contribution internationale à travers des technologies comme l’Internet et les visioconférences, est encore très peu utilisée dans les universités. Il existe un intérêt certain pour les Technologies de l’Information et de la Communication dans les relations internationales conventionnelles, par exemple l’échange des étudiants et des professeurs ou bien la collaboration dans le domaine de la recherche peuvent s’effectuer via l’Internet. Et nous sommes de l’avis que le recours aux nouvelles technologies peut contribuer à la formation et à l’ouverture internationale des universités et des principaux acteurs concernés par cette ouverture, les étudiants.

2Bien que cette technologie permette de faire des économies (en effet, à la suite d’un investissement assez lourd, le coût des connexions s’avère modique), le problème majeur réside dans l’effort de formation des personnels administratifs et enseignants. Au lieu d’embrasser ce grand défi de l’utilisation de ces technologies dans l’enseignement et l’apprentissage, nos établissements d’enseignement supérieur poursuivent d’autres types d’activités internationales : par exemple, rendre plus européen le contenu des cours ou la reconnaissance des diplômes ainsi que la délivrance de certifications communes à la suite d’accords bilatéraux. Il faudrait, tout au contraire, envisager d’intégrer de nouvelles façons d’enseigner ou d’apprendre. C’est pourquoi nous avons choisi d’enseigner avec les Technologies de l’Information et de la Communication en classe de langues. En effet, nous percevons les TIC comme capitales dans l’apprentissage des langues mais également comme dotées d’un grand potentiel pour l’international.

3C’est essentiellement l’apport de l’outil Internet dans notre enseignement qui va être mis en évidence dans ce qui suit. En effet, nous allons rendre compte d’une expérience menée depuis trois ans avec nos étudiants non-spécialistes inscrits en DEUG première année.

4Notre discipline est l’anglais et l’apprentissage offert dans notre Centre de Langues est une formation en autonomie à l’aide des moyens technologiques modernes qui permettent tout particulièrement aux étudiants de s’auto-former grâce aux outils multimédias (cédéroms, logiciels pour les langues, didacticiels, etc.), de communiquer rapidement (mél, forums de discussion, etc.) et d’avoir accès à cette banque mondiale d’information très riche et immense, régulièrement mise à jour, et en constante expansion, qu’est la toile. Le projet que nous avons mis en œuvre est de placer les étudiants en situation de préparation pour un éventuel séjour d’études à l’étranger. Dans notre cas, il s’agit évidemment des pays anglophones. Notre méthodologie consiste à les amener à considérer l’Internet comme source d’apprentissage et à adopter cet instrument à des fins de cueillette d’informations, de questionnement, de réflexion et enfin d’acquisition de connaissances et de compétences langagières.

5Ce projet découle de nos nombreuses questions, entre autres :
1) Les Technologies de l’Information et de la Communication peuvent-elles être un prétexte à l’International ?
2) Les Technologies de l’Information et de la Communication permettent-elles réellement l’acquisition de connaissances et de compétences en langues ?

6Dans cette optique, le projet que nous avons mis en place s’est donné comme premier objet de recherche d’explorer les bienfaits de l’Internet dans l’apprentissage d’une langue étrangère mais aussi le rôle que l’on peut lui attribuer dans l’ouverture internationale.

7Le second but visé est également une prise de conscience de l’outil Internet et un changement d’attitude ou bien une éducation du comportement par rapport à l’Internet. En effet, l’Internet attire les étudiants (de plus en plus, ils y puisent avec enthousiasme des informations) mais n’est pas perçu par eux comme un « lieu » où l’on peut apprendre.

8Le troisième objectif visé est un développement de l’autonomie dans leur apprentissage. Nous leur faisons comprendre qu’un même outil et des cheminements multiples ou bien des parcours différenciés et des sources diversifiées sont essentiels dans leur démarche d’acquisition d’une langue et d’une autre culture.

1. Le dispositif de formation

9Pour atteindre ces objectifs, le dispositif intègre des moments de formation (un premier stage de 10 jours en septembre, des cours durant l’année, un deuxième stage de 3 jours en janvier) et des moments « ouverts » de formation dans les différentes phases de la formation en autonomie (autoformation et tutorats).

10Les cours sont organisés en petits groupes de 15 étudiants environ et sont tous regroupés dès le début du premier semestre en stage pour faciliter l’utilisation des moyens TIC dans la formation du reste de l’année universitaire tant pour le projet ou bien l’autoformation que les cours TD et tutorats et le deuxième stage.

11La formation dans son ensemble comprend 48 heures d’enseignement réparties en :

  • 2 heures de cours sur l’enjeu des TIC dans l’apprentissage des langues étrangères et la maîtrise de l’information dans les TIC et leur intérêt pour l’international ;

  • 22 heures de formation aux nouveaux langages, nouveaux apprentissages et nouveaux outils (premier stage en septembre) ;

  • 4 heures de formation aux pratiques documentaires induites par les ressources TIC ;

  • 11 heures d’apprentissage de l’anglais et activités pédagogiques à partir de l’Internet ;

  • 9 heures consacrées à la présentation des divers projets et à la mise en forme de pages ou d’un site Web (deuxième stage en janvier) ;

  • 20 heures minimum d’autonomie : apprentissage en autonomie et réalisation du projet « Le voyage imaginaire/The Imaginary Journey ».

12L’incitation à l’usage des moyens TIC comprend un accès libre au matériel informatique et à des postes multimédias connectés au réseau et reliés à l’Internet dans trois salles spécialisées, à savoir une salle multimédia, une salle vidéo et une salle de documentation.

2. La démarche didactique

13Les connaissances de l’Internet étant disparates parmi les étudiants, il faut que la maîtrise de ce médium s’appuie sur la formation suivante :
1) La découverte de l’International ;
2) Une présentation du projet de formation en autonomie ;
3) La découverte d’Internet ;
4) La documentation à partir de l’Internet ;
5) L’écriture et la communication à partir de l’Internet ;
6) Le projet écrit et le compte rendu oral du projet ;
7) La réalisation de pages ou d’un site Web.

  • 1 En voici quelques exemples : OTE (http://services.worldnet.net/ote/), le premier opérateur d’enseig (...)
  • 2 Leur recherche initiale en vue d’échanges internationaux doit privilégier l’obtention de bourses et (...)

14La première étape est de leur faire comprendre le contexte international dans lequel nous évoluons et l’importance, de nos jours, d’une formation à la réalité internationale. La construction de l’Europe a fait apparaître une terminologie particulière comme la globalisation ou bien la mondialisation. Nous nous efforçons de rendre nos étudiants conscients de la nécessité de s’ouvrir à l’autre et de communiquer avec leurs contemporains de nationalités et de mentalités différentes. Nous leur donnons à l’appui des adresses de sites Web pour les introduire aux actions en faveur d’universités virtuelles et à la multiplication de groupements proposant des ressources à distance qu’ils peuvent parfois utiliser sans inscription1. Nous les incitons à s’informer par eux-mêmes pour se déplacer en Europe et nous leur indiquons des sites Web utiles dans une perspective de séjours linguistiques, de stages à l’étranger et d’obtention de bourses et entre autres de bourses Erasmus2.

15La tâche qu’ils auront à accomplir est annoncée et clairement énoncée dès le début de la formation et constitue notre deuxième étape. Il s’agit d’une véritable mise en situation : avec une présentation et des consignes à suivre.

  • 3 L’apprentissage de l’Internet et de l’échange comprend également une introduction au serveur de not (...)

16La troisième étape est la familiarisation avec l’équipement, le matériel et les outils pédagogiques et didactiques qu’ils devront utiliser. L’utilisation concrète d’Internet se traduit tout d’abord par une découverte et une sensibilisation aux aspects techniques (comment se brancher pour accéder à Internet, comment utiliser un navigateur, qu’est-ce que le World Wide Web, comment se servir des moteurs de recherche, comment trouver un site intéressant, comment trouver des informations précises, comment entrer en contact avec quelqu’un, comment communiquer, les autres fonctions d’Internet comme le transfert de fichiers, etc.)3. La familiarisation avec l’Internet est importante dans notre démarche. Il s’agit d’entraîner les étudiants afin qu’ils se servent de la toile en autonomie et avec intelligence. D’une part, il faut leur faire comprendre que la toile est une source très riche, une sorte d’encyclopédie vivante, une banque de données inépuisable. D’autre part, ils doivent également comprendre, assez tôt, que c’est un outil de communication rapide et interactif. En effet, il permet la communication asynchrone (la messagerie pour le courrier électronique, les groupes de discussion, les listes de diffusion, les pages Web) et synchrone (les « chats », à savoir les forums en direct ou bien IRC, la téléphonie sur Internet, la visioconférence).

17La quatrième étape est la réalisation de leur projet : « Le voyage imaginaire/The Imaginary Journey ». À ce stade, les étudiants seront livrés à eux-mêmes. En tant qu’enseignante, nous leur avons donné au préalable tous les outils indispensables pour mener à bien leur projet, donc ils ne devraient pas rencontrer de difficultés majeures ou particulières. Ils devront essentiellement effectuer de la recherche documentaire à partir de l’Internet et travailler leur acquisition de la langue anglaise. Parallèllement à leur autoformation, ils assistent à des cours et bénéficient de tutorats qui ont pour objet de répondre à leurs besoins, déjouer leurs difficultés et combler leurs lacunes. Les matériaux doivent être collectés pendant des heures d’autonomie et non pas durant les cours qui servent à la maîtrise du médium.

18Lorsqu’ils auront classé les informations obtenues sur le pays et la ville de destination, l’université d’accueil, etc., ils pourront préparer leur dossier écrit et se préparer à la présentation orale des résultats de leur voyage d’études « virtuel ». C’est la cinquième étape de leur parcours.

19La sixième étape est un prolongement du projet : la création de pages ou d’un site Web. Les étudiants deviennent ainsi acteurs et créateurs de leur projet, d’où l’intérêt pédagogique de cette activité. Elle suscite non seulement leur curiosité mais exige d’eux une rigueur sur tous les plans (choix de l’essentiel, effort de résumé, correction orthographique, etc.). Dans cette optique, la tâche donnée à l’étudiant est de préparer son départ ainsi que son séjour. Il va ainsi prendre en main son apprentissage de la langue vivante choisie mais également devenir beaucoup plus autonome dans son approche d’apprentissage des réalités du pays où il doit se rendre « virtuellement ». Le voyage, d’abord virtuel, pourra se traduire, à l’obtention de la licence, par un réel voyage d’étude.

20Dans cette recherche, l’étudiant va s’efforcer de trouver des documents authentiques sur la toile et est obligé de communiquer avec des organismes ou bien des individus dans la langue étrangère grâce à toutes les nouvelles techniques de communication (courrier électronique vocal, discussions en direct, forums de discussion, vidéo-méls et aussi visioconférences). Ils vont découvrir la langue à apprendre, la nation et les habitants du pays où ils sont susceptibles de séjourner un jour.

3. Le matériel nécessaire et les logiciels indispensables

21Le matériel de base nécessaire est une salle multimédia équipée d’une dizaine de micro-ordinateurs (PC ou Mac), aux performances standard et connectés au réseau Internet, munis de haut-parleurs, de microphones et de casques, disposant d’un des principaux navigateurs (Netscape Communicator ou bien Microsoft Internet Explorer), d’un logiciel pour le courrier électronique (Netscape Messenger, Outlook Express de Microsoft ou bien Eudora), d’un logiciel de messagerie instantanée (Hotmail MSN Messenger Service, Odigo ou bien PowWow), d’un logiciel pour les méls vocaux (Qualcomm PureVoice), d’un logiciel vocal et téléphonique (Net2Phone, Buddyphone ou bien MediaRing), d’un logiciel pour le « chat » (Microsoft Chat, mIRC, IRCle, ICQ ou bien Gooey), d’un logiciel pour la capture de vidéo-méls (VideoLink Mail), d’un logiciel de visioconférences (Microsoft Netmeeting ou bien Cu-SeeMe pour Mac), d’un logiciel de capture d’écran et de sauvegarde (HypSnap) d’un logiciel de téléchargement (GetRight), d’un logiciel aspirateur de sites très utile pour la navigation hors ligne (MemoWeb), d’un logiciel FTP (CuteFTP), d’un traitement de texte comme Microsoft Word mais un traitement de texte simple comme Write ou bien WordPad intégré à Windows suffit. Des logiciels complémentaires ou plug-ins sont aussi requis pour lire des documents en format PDF (Adobe Acrobat Reader), une visionneuse d’images (ACDsee), des fichiers audio et vidéo (RealPlayer, Windows Media Player, QuickTime Player), de la vidéo en direct (VDOlive), des animations et images en 3D (Shockwave, Live 3D), des logiciels dits « accélérateurs de Web » permettent de réduire le temps de chargement des pages qui sont appelées par un lien pendant notre navigation (NetAccelerator). Enfin, il est nécessaire d’installer des logiciels de traitement d’images (PaintShop Pro), un logiciel pour convertir tous les formats de fichiers images (GraphicConverter pour Mac) et un logiciel de création de pages HTML (Dreamweaver).

22En ce qui concerne les matériels complémentaires, il faut disposer d’un scanner pour numériser des documents papier et d’un appareil photo numérique pour prendre des photographies et obtenir des fichiers numériques directement exploitables pour la création de pages ou d’un site Web. Enfin, une caméra vidéo, d’un coût très abordable aujourd’hui, permettra de faire de la visioconférence.

4. Les différentes utilisations pédagogiques de l’Internet

4.1. La recherche d’informations : accès et traitement de l’information

23Une présentation du Web s’impose en préparation à la manipulation de l’Internet. Il faut que les apprenants se rendent compte que la toile représente des millions de pages d’informations mises sur de nombreux serveurs du monde entier où l’on trouve de l’actualité, des bases de données, des encyclopédies et même d’énormes bibliothèques. Ces pages d’informations qui sont multimédias (textes, sons, images fixes et animées) concernent tous les domaines : l’art et la culture, les sciences humaines, les sciences et techniques. Il y a pourtant importance de la collecte de ces matériaux, et la façon dont on les recueille est primordiale. En effet, tout n’est pas valable et scientifiquement correct sur l’Internet, d’où la nécessité d’adopter une certaine prudence et d’acquérir un réflexe de vérification et de comparaison avec d’autres sources sur supports traditionnels.

24L’Internet séduit les étudiants à un tel point qu’ils en font un usage exagéré et souvent impertinent. Il faut donc les éduquer. Enseigner l’Internet, c’est dans un premier temps leur donner les moyens d’apprendre son fonctionnement et leur démontrer qu’ils doivent « décrypter » les informations récoltées. C’est seulement de cette façon qu’ils ne seront plus des consommateurs passifs mais exercerons leur sens critique et qu’ils arriveront à connaître mieux ce medium. Il faut qu’ils apprennent à définir au préalable leurs besoins et qu’ils développent des stratégies de recherche pertinentes. Le nombre d’informations rassemblées pouvant être très volumineux, il s’agit pour eux de les gérer et de les organiser méthodiquement et rigoureusement. Évidemment, la diversité des sources d’information les obligera également à développer un certain sens critique.

  • 4 Dans le cas d’une recherche par mots-clés (Altavista : http://www.altavista.com), pour la recherche (...)
  • 5 L’originalité et l’utilité des métachercheurs est qu’ils interrogent plusieurs moteurs simultanémen (...)
  • 6 Askjeeves (http://www.ask.com) interprète notre requête et si nécessaire demande des précisions. D’ (...)
  • 7 Copernic s’installe sur l’ordinateur et opère de la même manière qu’un métamoteur. Il effectue un c (...)
  • 8 Plusieurs activités à proposer : l’impression de pages, l’enregistrement de pages, la sauvegarde d’ (...)

25Ainsi, il est nécessaire d’acquérir des compétences de recherche et d’exploitation des ressources. La difficulté de localiser et d’identifier la bonne information rend indispensable l’apprentissage de l’utilisation d’outils de recherche, de la création de signets, de la maîtrise de l’archivation, de la manipulation de logiciels spécialisés pour l’archivage. Pour trouver des informations sur un sujet bien précis, dans cet immense espace virtuel, où il est très facile de se perdre, il s’agit de distinguer deux types de moteurs de recherche : ceux qui recherchent par mots-clés dans le contenu des pages Web, et ceux qui indexent les adresses de sites dans un annuaire thématique4. Désormais, souvent les deux fonctionnements sont possibles dans les moteurs. Enfin, l’utilisation de méta-moteurs5, de moteurs dits « intelligents »6 et de logiciels de recherche spécialisés comme Copernic 2000 est conseillée7. Finalement, toute recherche suppose une récupération et une archivation des informations trouvées. À partir d’Internet tout peut être récupéré (textes, images, sons, vidéos). Cependant, les apprenants doivent comprendre très tôt qu’il est bon de respecter les droits d’auteurs. Bien sûr, il existe de nombreux sites qui proposent des fichiers textes, images, sons et vidéos qui sont téléchargeables et libres de droits qu’ils peuvent utiliser à leur guise8.

4.2. La communication par l’Internet : les outils de communication facilitant la correspondance et l’échange9

4.2.1. La messagerie

26L’établissement d’appariement et d’apprentissage en tandem10 avec des étudiants d’autres universités anglophones fait partie de nos souhaits les plus chers mais, ne disposant pas encore de partenaires intéressés à un échange, nous faisons utiliser à nos étudiants les services divers de messagerie disponibles sur l’Internet. L’introduction au mél se réalise par l’initiation à la messagerie officielle de l’université, la BAL11. Ensuite, nous les introduisons à des sites anglophones fournisseurs d’adresses électroniques gratuites. Il s’agit entre autres de Hotmail et de Netaddress12. Nous leur faisons comparer les services des deux fournisseurs (Chartes à comparer ainsi que prestations et différences de fonctionnement). Ceci est indispensable en préparation à leur travail de « chat ». En effet, ils seront peut-être amenés à établir des contacts rencontrés au gré de leur bavardage avec des correspondants le désirant et avoir à leur procurer une adresse électronique. Nous insistons toujours sur le fait que leur adresse universitaire doit leur servir pour des correspondances administratives, pédagogiques et pour communiquer avec nous et surtout qu’elle est limitée dans le temps. Alors qu’une adresse gratuite est fournie à vie.

27Nous les faisons écrire de façon individuelle ou bien collective. Pendant leur initiation à l’outil, ils échangent des messages en langue anglaise avec leur voisin. Par la suite, lorsqu’ils disposent d’adresses de correspondants éloignés (suite à une activité de bavardage ou bien à la visite d’un site et l’envoi d’un mél à son auteur), ils échangeront avec une personne éloignée. L’idée est de les mettre en situation réelle d’écriture en langue étrangère mais aussi de communication. Nous avons observé que la pratique régulière de cet exercice d’écriture permet aux apprenants de réfléchir avant d’écrire, de soigner leur orthographe, de résumer. Il y a un effort évident de rigueur et d’expliciter autrement ce qu’ils exprimeraient à l’oral. Ils tiennent à se faire comprendre le plus correctement possible. Enfin, ils utilisent également cet instrument pour demander des informations auprès de personnes ou d’organismes ressources utiles à leur projet.

  • 13 La véritable innovation de ces logiciels et, surtout des logiciels Net2Phone et PowWow, est qu’ils (...)
  • 14 Il faut télécharger un logiciel de téléphonie gratuit et souscrire un abonnement à un prestataire. (...)

28La messagerie proposée par Hotmail est intéressante à utiliser pour l’envoi de messages instantanés, la création d’un espace de discussion privé ou, encore, la discussion en temps réel et de vive voix via le « voice chat ». Si l’on prend l’exemple de MSN Messenger, il est possible de dialoguer comme au téléphone en parlant dans un micro13. Il est aussi possible d’appeler un téléphone fixe aux États-Unis. La communication se passera alors comme avec un téléphone normal et bien sûr pour un coût modique puisque la communication se déroule sur le réseau Internet14.

4.2.2. Les forums en direct15

  • 15 Les forums en direct sont communément dénommés IRC, à savoir Internet Relay Chat. Quelques exemples (...)

29L’activité de « chat », qui est une communication en temps réel en mode texte, permet aux apprenants en langue d’établir des relations plus étroites avec certains de leurs correspondants. Si les bavardages peuvent se dérouler avec plusieurs internautes, dans un espace virtuel appelé « salon », il est possible de communiquer avec un seul interlocuteur dans une « salle privée ». En fait, un correspondant d’une heure peut devenir un correspondant attitré, ceci étant un facteur positif à des fins d’échanges linguistiques et de développement de relations humaines.

30L’utilisation des forums en direct aide nos étudiants à réaliser leur projet car ils peuvent solliciter « l’autre » pour poser des questions sur le pays dans lequel ils aimeraient séjourner. Ils peuvent découvrir l’environnement, les modes de vie, une mentalité différente, etc.

31Toute conversation en ligne peut faire l’objet d’exploitation en classe ou pendant un travail en autonomie. Les échanges étant immédiats et assez rapides, il nous a semblé important que les apprenants privilégient le contenu plutôt que la forme durant les bavardages. Ils devront, comme avec le mél d’ailleurs, essentiellement savoir se présenter, apprendre à questionner et à s’informer. Nous insistons bien sûr sur la correction orthographique, mais ce n’est pas ce qui doit primer. Une causerie qui semble, à première vue, banale sera, de toute façon, l’occasion d’améliorer la connaissance de la langue et de découvrir un nouveau pays.

4.2.3. Les groupes de discussion16

  • 16 Les termes employés sont : groupes de discussion, groupes de nouvelles ou newsgroups ou bien encore (...)

32Les groupes de discussion sont intéressants pédagogiquement parlant parce que ce sont des espaces de communication qui permettent aux étudiants de poser des questions et d’obtenir des informations pour compléter leur projet. Ils peuvent non seulement échanger des idées mais aussi recevoir des conseils et être confrontés à des avis différents autour d’un thème, d’un événement, etc. Ils facilitent également l’élargissement du champ des personnes ressources pour leur projet. En effet, ils peuvent s’y faire de nouveaux correspondants et de nouvelles relations.

4.2.4. Les listes de diffusion17

  • 17 Le principe de fonctionnement est sensiblement identique à celui des groupes de discussion mais il (...)
  • 18 En guise d’exemples : DARMOUTH (listserv@listserv.darmouth.edu), NETEACH-L (listserv@raven.cc.ukans (...)
  • 19 Quelques adresses pour les apprenants : La Trobe University (announce-sl@latrobe.edu.au) ; CHAT-SL, (...)

33Les enseignants de langues étrangères utilisent des listes qui leur permettent de débattre de problèmes pédagogiques, de confronter leur point de vue ou bien d’échanger des informations sur les évolutions des logiciels pour l’apprentissage des langues et par exemple l’utilisation des TIC en classe de langue18. Les apprenants eux aussi peuvent échanger des avis et s’exprimer sur de nombreux sujets (université, apprentissage, actualité, etc.). Lorsqu’ils dialoguent par écrit autour d’un thème, ils apprennent à débattre et à argumenter d’où l’utilité de cette activité en classe de langue19.

4.2.5. La visioconférence

34Nous concevons la visioconférence comme complément de la messagerie et des forums. La différence bien sûr est la communication en temps réel où viennent s’ajouter l’image des visages et la transmission de la voix de l’interlocuteur. Si la messagerie a essayé de pallier la difficulté d’exprimer des émotions en mode texte par l’ajout de smileys (une suite de caractères ASCII indiquant un état émotionnel), d’emoticons (petits graphiques traduisant une expression, une émotion, un sentiment, de l’humour) ou l’introduction d’avatars (personnages virtuels qui sont capables d’exprimer leurs émotions), la visioconférence offre une visibilité des mimiques, de l’état émotionnel et affectif, et des réactions verbales de l’interlocuteur.

35L’utilisation de la visioconférence en classe de langue est utile car elle offre la possibilité de travail à distance, en commun et interactif avec accès au bureau et, par la même occasion, partage des applications et des fichiers, de son interlocuteur. Un exemple : il est possible de partager un tableau blanc et de travailler à distance en dessinant ou bien en rédigeant ensemble à quatre mains un texte tout en parlant et en se regardant. En effet, la communication peut se dérouler à la fois oralement et par écrit. Il est possible de communiquer en ligne avec tous les avantages du multimédia. Ceci est un des points forts de l’outil dans le cadre d’échanges linguistiques. Ainsi, les étudiants doivent envisager, pour leur projet, l’utilisation de ce moyen pour dialoguer avec une personne ressources ou bien pour préparer une rencontre et une visite dans le pays de la langue étudiée.

36Nous consacrons une séance d’une heure et demie à l’initiation du mél et du « chat ». Notre objectif principal est outre la maîtrise des deux outils, de rendre les apprenants tout à fait autonome. Nous tenons à préciser qu’une fois qu’ils ont acquis cette autonomie, ils doivent se livrer seuls à des séances de correspondance privée ou bien de bavardage. Ces séances ont lieu à l’extérieur du cours en laboratoire multimédia pendant leurs heures d’autonomie. Une séance d’une heure et demie est également dédiée à l’initiation aux groupes de discussion et listes de diffusion. La pratique de la visioconférence dure d’une à deux heures.

37Nous obligeons aussi les étudiants à garder une trace de ce qu’ils produisent. Chaque message transmis et reçu devra être imprimé et chaque bavardage devra être conservé par sauvegarde en format texte ou bien en mode graphique.

4.2.6. Le MOO20

  • 20 SchMooze University : http://www.cc.rim.or.jp/~awaji/schMOOze/ENG/general.html

38Le MOO est un espace virtuel avec une communication en temps réel. C’est une technique peu utilisée en France. La schMOOze University a lancé ce projet qui permet de pratiquer les langues avec des enseignants et des étudiants à des fins de communication linguistique et culturelle. Il est nécessaire de connaître un code de programmation pour pratiquer le MOO. Il faut donc se familiariser avec des commandes de base pour pouvoir entrer et dialoguer avec d’autres « joueurs » dans une gigantesque base de données. Sans une parfaite connaissance des commandes d’interaction, de navigation, de discussion ou de programmation, on se sent rapidement perdu dans l’espace virtuel du MOO ! Le MOO est tout juste abordé en cours et ne donne pas lieu à une séance pratique étant donné le peu de maîtrise informatique de nos étudiants.

5. L’apprentissage de l’anglais en autonomie

39Apprendre l’anglais avec le Web est possible aujourd’hui. Nous allons donner un bref aperçu des possibilités d’utilisation du Web en autonomie pour l’acquisition des quatre compétences de base. Étant donnée la multitude de sites, nous ne citons que les plus intéressants.

40Les sites d’actualité, la consultation des journaux en ligne, d’agences de presse, de sites officiels, d’encyclopédies, de magazines virtuels, de sites de maisons de production cinématographique permettent de travailler la compréhension écrite21. Pour la compréhension orale, il faut favoriser l’écoute de télévisions, de chaînes satellite et de radios en ligne, etc.22 En guise d’exemple, nous citons le site de consultation de l’Encyclopaedia Britannica, absolument gratuit depuis octobre 1999. Cette encyclopédie avec ses 32 volumes de plus de 44 millions de mots est un must pour nos apprenants23. D’autres sites que tous les apprenants en anglais se doivent d’insérer dans leurs favoris sont ceux de la CNN, de la BBC ou bien du British Council. À partir de sites bien connus, ils peuvent trouver des listes de liens avec d’autres sites. Ainsi le site de Dave Sperling ESL Cafe propose une liste conséquente de liens, celui de ESL a des liens avec des cours interactifs, etc.24

41En ce qui concerne le perfectionnement grammatical et lexical, de nombreux sites abritent une importante sélection de points grammaticaux et lexicaux25. De plus, sur le Net les dictionnaires et les thesaurus ne manquent pas26. Nous tenons à décrire le logiciel Babylon Translator qui rend de grands services puisqu’il permet, d’un simple clic de souris de traduire en français des mots anglais. C’est le compagnon idéal pour des apprenants en anglais. Face à un texte en anglais ou bien à des sites Web en langue anglaise, l’apprenant peut obtenir de façon instantanée la traduction d’un terme nouveau27. Les traducteurs en ligne que nous mentionnons en note sont à utiliser avec modération et précaution car, hors contexte, les traductions peuvent s’avérer très cocasses28 !

42En ce qui concerne l’expression écrite et orale, nous tenons à préciser que des sites Web aujourd’hui essaient d’offrir des activités d’écriture et de production orale29. Toutefois, elles sont assez limitées. Nous pensons que les apprenants peuvent utiliser les outils de communication facilitant la correspondance et l’échange sur l’Internet (Voir supra 4.2.) afin de travailler ces deux compétences.

  • 30 Nous faisons allusion au guide Internet de l’Éducation (http://www.mirandole.tm.fr) et aux sites po (...)

43Le Web propose également des révisions en ligne. Les sites, qui sont souvent destinés à des collégiens ou des lycéens pour préparer les épreuves de langue de fin d’année peuvent être utilisés par des étudiants universitaires. D’autres sites moins scolaires sont de véritables outils de révisions et de préparation à des certifications, comme le TOEFL30.

6. Préparer son séjour Erasmus avec l’Internet : le projet « Le voyage imaginaire/The Imaginary Journey »

44Le projet s’inscrit essentiellement dans une démarche de recherche documentaire mais également de communication avec des individus ou des groupes d’individus. L’utilisation de l’Internet forme les apprenants à la société d’information mais contribue essentiellement à élargir leurs connaissances linguistiques et culturelles.

Fiche de travail de l’apprenant

Réalisation du dossier avec l’Internet
Collecte de documents écrits, iconographiques (photographies, dessins, cartes, schémas) et sonores relatifs au sujet.

Définition du sujet et objectifs à atteindre
(Préliminaires à tout travail de recherche)
Objectifs à clarifier, connaissances et questions sur le sujet, comment mener les recherches ? (Ce qu’ils vont chercher à montrer, classement des documents selon un ordre logique, etc.)

Sélection et collecte des informations
Recherche sur la toile de documents (outils de recherche sur l’Internet, adresses utiles, etc.). Sauvegarde, enregistrements, impression, importation dans un traitement de texte des pages intéressantes ainsi que des documents iconographiques, etc. Vérification des informations et des sources des documents importés. Communication avec divers individus.

Construction du dossier
Classer les informations, les retravailler, préparer la présentation des résultats. Organisation des documents (Sommaire, plan, texte personnel et non pas plagiat et collage d’extraits, plutôt des résumés !)

Création d’un site Web
Organiser les informations, rédaction (introduction, développement, conclusion) et mise en ligne des résultats. (Respect d’une norme et mise en page soignée).

Présentation des résultats en séance plénière
Compte rendu oral (travail sur le contenu et la langue). Savoir rendre compte de lectures, etc.

Activité de recherche

Réalisation du dossier avec l’Internet

1. Inventaires des ressources, informations.

2. Choix de la destination : pays, région, ville, climat, tourisme (hôtels, achat de billets), loisirs et vie culturelle (culture, musées, spectacles, littérature, les arts, les loisirs divers, sports, mentalité, art de vivre (gastronomie, humour, etc.), réflexion (politique, aspects sociaux, environnement, problématiques diverses).

3. Éducation et Recherche : système éducatif du pays (organisation, formation, validation, institutions, fonctionnement, partenaires) ; administrations, universités, grandes écoles, recherche, formation continue, etc.).

4. Administrations (Ministères, Ambassades/Consulats, différentes administrations, Culture/Affaires Étrangères, Éducation/Recherche, Jeunesse et Sports, etc.).

5. Choix de l’université : filière (cursus compatible avec Lyon 2 ?, études intégrées, accords d’échanges, diplômes, etc.) ; Pages Web des universités partenaires ?

6. Bourse (accords universités), autres bourses ? Recherche sur les programmes européens.

7. Réservation : commerces, agences immobilières, services hôteliers, résidences universitaires, banques, assurances, mutuelles étudiantes, organismes de crédit, etc.).

8. Préparation de l’itinéraire : moyens de transport, achat de billets, etc.

9. Contacts ? (auteurs de sites Web, administrations, étudiants, etc.)

45La préparation d’un séjour Erasmus est tout à fait possible et certainement recommandée pour éviter les déboires ou bien le traumatisme lié au départ et à l’adaptation à un nouvel environnement. Depuis le choix de l’université et de la destination, en passant par le choix de l’hébergement, jusqu’à la préparation des moyens de transport pour se rendre dans le pays choisi, ou bien la découverte des activités culturelles possibles, les étudiants vont devoir s’attacher à toutes les étapes indispensables à un départ heureux et une installation réussie à l’étranger.

46Ils doivent visiter les sites Web d’universités où ils sont susceptibles de s’inscrire, et faire un choix après avoir visité plusieurs homepages d’établissements. Ils doivent décider le cursus qu’ils veulent suivre en choisissant celui qui a un intérêt pour leur formation. Ils vont trouver le séjour adapté à leur besoin, des liens vers les professionnels de l’éducation, etc.

47Le secteur des voyages sur l’Internet est extrêmement développé. S’ils souhaitent se rendre en Grande-Bretagne, ils vont devoir d’abord se rendre sur des sites de compagnies aériennes, d’agences ou bien de tours-opérateurs. En effet, la majorité d’entre elles proposent les horaires et les tarifs des vols (possibilité de choisir le vol, la date et l’heure d’arrivée ou bien de départ). S’ils veulent voyager à petit prix, ils peuvent rechercher des prix plus compétitifs et comparer. S’ils préfèrent le transport ferroviaire, les sites ne manquent pas et permettent la réservation de billets en ligne ainsi que la préparation de l’itinéraire (horaires de train, tarifs, trajets). Ils peuvent bien sûr chercher les offres des chemins de fer britanniques. S’ils préfèrent partir en voiture, là aussi il y a un large éventail de sites Web pour la préparation de l’itinéraire (des sites permettent de visualiser à partir du lieu du départ et d’arrivée le meilleur itinéraire et de plus au meilleur prix). Ils vont de toute façon devoir s’orienter, trouver leur chemin ou bien transmettre leurs coordonnées. L’utilisation de moteurs cartographiques va les aider dans cette tâche (en effet, certains sites proposent des plans des villes anglaises, d’autres sites passent des rues de villes à la loupe).

48Enfin pour clôre le chapitre voyage, ils vont devoir recenser tous les problèmes que l’on peut rencontrer lorsque l’on part à l’étranger (cartes de séjour, formalités d’entrée et de résidence dans le pays d’accueil).

49En ce qui concerne, l’hébergement, les hôtels touristiques, qui possèdent en majorité leur site Web, peuvent faire l’affaire mais, ils vont devoir se renseigner auprès des résidences universitaires. Ils vont apprendre à se renseigner auprès d’offices de tourisme du pays concerné. Les offices de tourismes, les communes, les agences de voyages, les hôteliers ont grignoté un espace sur le Web dans tous les pays. Dans les offices du tourisme, ils auront l’occasion de visionner des séquences vidéo, de regarder des photographies, de lire des textes animés. Ces sites disposent d’une adresse électronique où ils peuvent envoyer leurs questions ou bien leurs commentaires. Il est même possible de faire des pré-réservations en ligne. Ils peuvent opter pour la location d’un appartement. Des sites s’occupent de mettre en relation les offres de particuliers, et les agences immobilières sont aussi sur le Net. D’autres moyens de s’héberger à moindre coût vont peut-être les intéresser (les auberges de jeunesse ou les Bed & Breakfast), etc.

50Ils peuvent même consulter des sites de météo internationale pour la préparation de leur valise, ou convertir leur argent en se servant de sites Web offrant les taux de change et les valeurs des devises. Ils ont également la possibilité de calculer leurs frais de déplacements et le montant de leurs dépenses.

51La toile possède de nombreuses ressources pour aider les apprenants à la réalisation de leur projet et à la préparation de leur voyage imaginaire. Tout cela est gratuit, les apprenants n’ont qu’à se connecter pour obtenir toutes les informations.

7. Pages ou site Web

  • 31 Faute de temps à disposition la formation au langage HTML est trop brève. Les apprenants doivent co (...)

52La phase de réalisation est confiée aux apprenants qui ont reçu une formation technique brève. Nous les initions à deux outils très simples qui sont livrés avec les deux principaux navigateurs, Microsoft FrontPage Express dans Microsoft Internet Explorer et Composer dans Netscape Communicator. Il ne s’agit pas de leur donner une réelle formation de programmation HTML. Ils ont, en effet, le temps de se perfectionner si la conception de pages Web les intéresse31.

  • 32 Il suffit soit de connaître la syntaxe du langage HTML, soit de se servir d’un éditeur de texte qui (...)
  • 33 Répartition des tâches, organisation du travail, établissement et respect de règles communes telles (...)

53La création d’un site Web est d’une grande simplicité32. Il faut toutefois en soigner le contenu et la lisibilité. Nous insistons sur la réalisation de pages Web car c’est un véritable moyen d’expression écrite mais aussi de communication. En effet, la création suppose le développement des compétences de traitement de l’information, d’écriture en langue étrangère, la correction orthographique et grammaticale mais aussi le contact avec d’autres internautes. En effet, ces derniers voudront peut-être en savoir davantage ou bien auront un intérêt commun avec le ou les concepteurs du site et les interpelleront. S’il y a contact avec d’autres utilisateurs du Net, il y a également échange au sein du groupe de travail puisque le site Web est le résultat d’un travail collectif33.

8. Évaluation et résultats de la démarche

54Nous cherchons à apprendre à nos étudiants, la meilleure façon de réaliser un séjour sans embûches par un apprentissage de l’anglais et de la culture du pays essentiellement lié à l’Internet. Les apprenants tirent un grand profit de l’interactivité d’Internet lorsqu’ils remplissent des formulaires, envoient des méls aux auteurs des sites Web et lorsqu’ils reçoivent des confirmations électroniques ou bien lorsqu’ils communiquent par méls, « chat » ou bien visioconférence. Les étudiants doivent également trouver par eux-mêmes des références, des contacts et des personnes ressources sur le Web. C’est donc un réel apprentissage de l’Internet, de l’anglais et de la culture anglophone dont il est question dans notre démarche pédagogique.

  • 34 La correction de leur dossier n’aurait aucun sens à nos yeux car il s’agit le plus souvent d’un col (...)

55Il est important que les apprenants comprennent qu’ils ne travaillent pas uniquement pour la constitution d’un dossier et d’un site Web mais également pour le compte rendu oral de ce dossier. Le passage de la production écrite à la communication est l’objectif principal du projet. En effet, nous évaluons sur le compte rendu oral avec la production du dossier écrit qui ne nous est toutefois pas remis34. C’est pour nous une façon de vérifier les acquis et le réinvestissement des connaissances acquises dans une situation de production orale.

56Le projet n’est pas libre mais imposé car il répond à des demandes spécifiques : le voyage virtuel. L’itinéraire à suivre, lui, est libre. Les apprenants ont un projet individuel de formation à choisir. Dans l’acquisition des connaissances, ils ne sont plus en position d’attente comme dans un cours de langue traditionnel. Ils agissent sur leur environnement d’acquisition et ils sont tenus d’obtenir des résultats car ils se placent eux-mêmes devant des réalités. Ils sont responsabilisés par la prise de conscience de leur apprentissage. L’outil Internet et tous les outils de l’Internet deviennent un instrument à part entière pour l’apprentissage de la langue, de la culture, de la recherche et de la communication.

57Au moment de la recherche documentaire, les résultats ont été peu homogènes, à cause du manque de maîtrise de l’utilisation de l’outil informatique, et des difficultés à trouver les bonnes informations pour certains. La recherche a été accomplie avec succès par les étudiants actifs et réellement motivés par le projet. Évidemment, l’obligation de conception d’un dossier et le compte rendu final noté les a obligés à travailler.

58L’activité de création de pages Web devant intervenir en fin de parcours n’a été accomplie que par un nombre limité d’étudiants. Les raisons en sont nombreuses, à savoir le manque de maîtrise de l’outil informatique, pas assez d’heures en autonomie, le nombre limité d’heures de la formation à l’initiation HTML ou bien à l’utilisation d’un logiciel de création Web.

59Les difficultés rencontrées tiennent essentiellement au temps. Le peu d’heures de formation mais aussi la trop faible disponibilité des étudiants. À cela s’ajoute des difficultés matérielles : saturation des postes de travail en salle multimédia, nécessité de réserver avec une limitation dans le nombre de réservations chaque mois et enfin l’impossibilité d’utiliser certains équipements comme la visioconférence de façon régulière.

Conclusion

60En guise de conclusion, nous pensons qu’il est indispensable d’apprendre à apprendre les langues et l’interculturel à partir des Technologies de l’Information et de la Communication et plus précisément de l’Internet. L’Internet est un outil comme le sont une méthode de langue, un manuel, la presse, les vidéos, les chaînes satellites, etc. Notre démarche pédagogique veut placer les apprenants dans une situation d’apprentissage et de communication la moins artificielle possible. Nous nous sommes d’ailleurs appliquée à démontrer comment nous mettons nos étudiants en situation réelle d’apprentissage et de communication par l’intermédiaire de l’Internet. L’apprentissage de la langue anglaise qui se réalise en autonomie avec la réalisation d’un projet bien précis devient de cette façon moins abstraite. Notre effort est de placer nos étudiants devant des réalités et de les préparer au mieux à un éventuel échange Erasmus. Le projet de formation que nous leur proposons a des intérêts certains sur beaucoup d’aspects : la construction du projet, l’appropriation de savoirs et la résolution de problèmes tels que la documentation, la découverte de l’autre, la communication, la compréhension ou bien même l’acceptation de l’autre et de sa différence. L’Internet ne peut qu’ouvrir une classe de langue sur le monde. Le modèle de réception de l’information est celui de la transmission et de l’interaction. Il y a en effet situation de communication. L’apprenant va réagir et communiquer avec l’Internet qui émet toutes sortes d’informations. De même, la pratique de création d’une page ou d’un site Web autour de la dynamique du projet de voyage imaginaire est une pédagogie efficace à nos yeux.

61Nos universités affichent toutes une politique internationale. La réflexion devrait se porter sur ce que la technologie peut apporter aux étudiants pour lesquels les formes de collaboration traditionnelle ne sont pas intéressantes ou adaptées. La mobilité physique et la mobilité virtuelle doivent être mises sur le même plan. Nous avons adopté à nos yeux de bonnes stratégies pour l’internationalisation ainsi que des stratégies pertinentes pour l’utilisation de la technologie et des ressources immenses que cette technologie nous offre. Les témoignages des étudiants que nous avons formés concordent quand on les interroge sur l’expérience qu’ils considèrent positive. Ils ont apprécié l’utilisation de l’Internet et de tous les vecteurs communicatifs propres à l’Internet mais également l’autonomie parce qu’ils ont traité leur projet en toute liberté. De même, ils admettent tous que leur travail en petite équipe pour la réalisation d’une page Web a été enrichissant. Ils ont choisi de s’informer, ils ont développé leur curiosité et ceci ne peut que conditionner un futur et éventuel séjour d’études à l’étranger. La pédagogie du projet TIC que nous leur avons proposé et sa réalisation se révèlent donc une pédagogie payante à court terme mais également à long terme dans une optique d’acquisition d’une langue étrangère et comme prétexte aux relations internationales. Nous pensons que la mobilité virtuelle doit être largement utilisée et exploitée en faveur de la mobilité physique. Ce doit être une espèce de tremplin vers la mobilité physique à proprement parler, que rien ne pourra remplacer. Le contact avec des enseignements différents, des populations locales, l’aspect humain ainsi que l’immersion dans le pays et la langue sont des éléments indispensables à l’ouverture internationale.

Haut de page

Bibliographie

Eastment, D. 1999. The Internet and ELT. Oxford : Summertown.

Sperling, D. 1997. The Internet Guide for English Language Teachers. Upper Saddle River, N.J. : Prentice Hall Regents.

Sperling, D. 1999. Dave Sperling’s Internet Activity Book. Upper Saddle River, N.J. : Prentice Hall Regents.

Teeler, D. & P. Gray. 2000. How to use the Internet in ELT. Harlow : Longman.

Warschauer, M. 1995. Email for English Teaching. Alexandria, VA : TESOL.

Windeatt, S., D. Hardisty & D. Eastment, D. 2000. The Internet. Oxford : Oxford.

Haut de page

Notes

1 En voici quelques exemples : OTE (http://services.worldnet.net/ote/), le premier opérateur d’enseignement à distance en France et dans le monde francophone le CNED (http://www.cned.fr) notamment avec le Campus électronique (http://www.campus-electronique.tm.fr), Open University (http://www.open.ac.uk), Teluq (http://www.teluq.ca). Nous citons la FIED (http://www.fied.fr/) qui regroupe les universités françaises intéressées à l’enseignement à distance et assure une représentativité européenne au sein de l’EADTU (http://www.eadtu.eu). Un colloque européen sur l’Enseignement supérieur à distance en présence de Monsieur Jack Lang, Ministre de l’Éducation nationale, a eu lieu à la Sorbonne du 28 au 30 septembre 2000 (EADTU Paris Millenium Conference : http://www.4shared.com/office/JpOKnSUi/Wiring_the_ivory_tower_linking.html). Cet événement est à nouveau la preuve qu’une "industrie" de la connaissance et du savoir virtuel est réellement en train de se construire et dont le champ d’action se développera au-delà de nos frontières.

2 Leur recherche initiale en vue d’échanges internationaux doit privilégier l’obtention de bourses et de soutiens financiers (France, académie, région, Europe et Hors Europe) ; ils doivent se rendre sur des sites Web officiels français et européens, sur des sites Web destinés aux étudiants (sites officiels, initiatives privées, sites étudiants), sur des réseaux et des bases de données officielles. Quelques adresses URL : Source d’Europe (http://www.touteleurope.eu), Europe (http://www.europe-education-formation.fr), Eurydice (http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/index_fr.php), Leonardo (http://www.europe-education-formation.fr/page/leonardo-da-vinci), etc.

3 L’apprentissage de l’Internet et de l’échange comprend également une introduction au serveur de notre université : site Web Lyon 2 (http://www.univ-lyon2.fr) ; DRI (http://www.univ-lyon2.fr/dri.htm) ; Cri (http://cri.univ-lyon2.fr/) ; Sentier (http://www.univ-lyon2.fr/sentiers/) ; Sir (http://sir.univ-lyon2.fr/) ; le serveur ftp (ftp://ftp.univ-lyon2.fr/) ; le serveur d’espace partagé (http://cri.univ-lyon2.fr/sep.html) constitué : 1) d’un espace individuel strictement personnel qui permet d’enregistrer et de stocker des fichiers ; 2) d’un espace "public", dénommé "docetu", pour stocker de la documentation à destination des étudiants ; 3) d’un "casier", pour recevoir les travaux, les devoirs et autres documents des étudiants (ftp://votre_login@sep.univ-lyon2.fr) ; le serveur du Centre de Langues dont nous sommes la responsable et la gestionnaire (http://www.europe.univ-lyon2.fr/centre-de-langues) ; notre site professionnel et pédagogique (http://infographie.univ-lyon2.fr/~rozzonel).

4 Dans le cas d’une recherche par mots-clés (Altavista : http://www.altavista.com), pour la recherche thématique (Yahoo : http://www.yahoo.com).

5 L’originalité et l’utilité des métachercheurs est qu’ils interrogent plusieurs moteurs simultanément. Un des plus célèbres est Metacrawler, devenu Zoo en 2014 (http://www.zoo.com).

6 Askjeeves (http://www.ask.com) interprète notre requête et si nécessaire demande des précisions. D’autres moteurs, des sortes de sites de recherche hybrides, entre moteur et annuaire, sont très puissants et utiles tel que Northernlight (http://www.northernlight.com).

7 Copernic s’installe sur l’ordinateur et opère de la même manière qu’un métamoteur. Il effectue un classement par pertinence, donne un descriptif de chaque site et évite les sites doublons (http://www.copernic.com).

8 Plusieurs activités à proposer : l’impression de pages, l’enregistrement de pages, la sauvegarde d’une image, la selection d’un passage d’un texte dans une page avec, pour finir, l’insertion de tous ces éléments dans un traitement de texte comme Word. Une autre activité intéressante afin de faire réfléchir sur le stockage de données et leur traitement : la consultation d’un site Web en ligne et la capture de ce même site à l’aide d’un aspirateur ou d’Internet Explorer 5.01 et sa consultation hors ligne.

9 Les outils développés ci-dessous sont fort utiles dans une perspective de formation à l’international pour : 1) apprendre réciproquement la langue de l’autre ; 2) apprendre plus de choses sur la personnalité et la culture du partenaire ; 3) échanger des connaissances et des expériences relatives par exemple à des domaines comme les études, les loisirs et les activités culturelles.

10 Il existe un projet de travail en tandem dont le site Web est à l’université de Bochum (http://www.slf.ruhr-uni-bochum.de). C’est le projet tandem le plus important actuellement.

11 Boîte aux lettres électronique de l’Université Lyon 2. L’université Lumière Lyon 2 a été l’une des premières universités françaises à offrir à tous ses étudiants une adresse électronique en 1996 (http://etu.univ-lyon2.fr). Chaque étudiant dispose d’une adresse électronique à son nom et sur le domaine de l’Université Lumière Lyon 2 dès le début de l’année ainsi nous nous appliquons à vérifier qu’ils sauront s’en servir efficacement car nous communiquons avec eux essentiellement par ce vecteur.

12 Hotmail (http://www.hotmail.com), Netaddress (http://www.netaddress.com).

13 La véritable innovation de ces logiciels et, surtout des logiciels Net2Phone et PowWow, est qu’ils permettent de dialoguer avec la voix. Un message vocal d’environ une minute ne prend que quelques ko (kilo-octets) et la qualité sonore est acceptable.

14 Il faut télécharger un logiciel de téléphonie gratuit et souscrire un abonnement à un prestataire. Les conversations vers les États-Unis à partir de ce médium sont de relativement bonne qualité ainsi ces logiciels sont idéaux en classe de langue. Nous conseillons l’utilisation du site MediaRing à partir duquel les communications sont gratuites (http://www.spicei2i.com). Mais c’est essentiellement le logiciel gratuit Buddyphone qui permet de dialoguer gratuitement via deux PC sans aucun abonnement.

15 Les forums en direct sont communément dénommés IRC, à savoir Internet Relay Chat. Quelques exemples de serveurs : Undernet (http://www.undernet.org) ; DalNet (http://www.dal.net). Les logiciels qu’il faut se procurer : Microsoft Chat ou Comic Chat (http://www.microsoft.com), mIRC (http://www.mirc.com), IRCle (http://www.ircle.com), ICQ (http://www.icq.com), Gooey 2.0 (http://www.gooey.com). Le "chat" est également possible à partir de sites Web : Dave Sperling’s ESL Cafe (http://www.eslcafe.com/chat/chatpro.cgi), Talk City, devenu DelphiForum (http://www.delphiforums.com), The Palace (http://www.thepalace.com).

16 Les termes employés sont : groupes de discussion, groupes de nouvelles ou newsgroups ou bien encore forums de discussion : cf. les moteurs de recherche pour les groupes de discussion DejaNews (http://www.dejanews.com), Liszt (http://www.liszt.com), Tile.net (http://www.tile.net). Ce sont de véritables tables rondes virtuelles où chacun peut déposer sa question, son point de vue et que tout le monde peut lire. Les groupes de discussion sont classés par centre d’intérêt. Un exemple pour l’anglais : alt.usage.english.

17 Le principe de fonctionnement est sensiblement identique à celui des groupes de discussion mais il n’est pas nécessaire d’aller chercher l’information, qui arrive directement dans la boîte aux lettres.

18 En guise d’exemples : DARMOUTH (listserv@listserv.darmouth.edu), NETEACH-L (listserv@raven.cc.ukans.edu).

19 Quelques adresses pour les apprenants : La Trobe University (announce-sl@latrobe.edu.au) ; CHAT-SL, ENGL-SL.

20 SchMooze University : http://www.cc.rim.or.jp/~awaji/schMOOze/ENG/general.html

21 Les médias papiers principaux ont tous des versions électroniques et leur consultation est gratuite ; aussi faut-il pousser nos étudiants à s’en servir : International Herald Tribune (http://www.iht.com), The Mirror (http://www.mirror.co.uk), The New York Times on the Web (http://www.nytimes.com), USA Today (http://www.usatoday.com). Des sites Web spécialisés : Discovery Channel (http://www.discovery.com), Greenpeace (http://www.greenpeace.org), The Internet Movie Database (Imbd) (http://www.imdb.com/).

22 Nous citons la radio Five Live (http://www.bbc.co.uk/5live). Voici une bonne source de radios du bout du monde : http://webevents.microsoft.com/radio/radio.asp/. Nous indiquons un moteur de recherche de stations radios (http://www.seekradio.com) ainsi qu’un portail (http://www.netwatchers.com/radioland/).

23 http://www.britannica.com ; deux autres encyclopédies utiles : Encarta Encyclopedia (http://encarta.msn.com/EncartaHome.asp), Encyclopedia.com from Electric Library (http://www.encyclopedia.com/home.html).

24 BBC WorldserviceLearning English (http://www.bbc.co.uk/worldservice/learningenglish/), British CouncilLearn English (http://learnenglish.britishcouncil.org/en/), CNN Interactive (http://www.cnn.com/), CNNfyi.com for Students (http://edition.cnn.com/studentnews/), Dave Sperling’s ESL Cafe (http://www.eslcafe.com), DEN, The Education Websites (http://www.edufind.com), EFI (http://www.study.com), ESL (http://www.elfweb.com), English Learning Fun Site (http://www.elfs.com), English for Special Purposes (http://www.lapasserelle.com/lm/), It’s Magazine Online (http://its-online.com), Randall’s ESL Cyber Listening Lab (http://www.esl-lab.com), The Comenius Group (http://www.comenius.com), Volterre-Fr English & French Language Resources (http://www.volterre-fr.com). Le site de Jean S. Sahaï (http://www.outremer.com/~sharad) mérite que l’on s’y attarde.

25 Guide to Grammar & Style (http://andromeda.rutgers.edu/~jlynch/writing), On-Line English Grammar (http://www.edufind.com), A Web of On-Line Grammars (http://www.facstaff.bucknell.edu/rbeard/grammars.htm), Writers and Writing Resources for Instructors (http://andromeda.rutgers.edu/~jlynch//writing/links.html), A Word A Day (http://www.wordsmith.org/awad/index.html).

26 Sorte de "portail" des dictionnaires en ligne : http://www.yourdictionary.com.

27 Babylon (http://www.babylon.com) utilise la technologie OCR et reconnaît du texte au format image (bitmap) n’importe où sur un écran. Babylon ne traduit pas des paragraphes, ou bien des textes dans leur intégralité et est pour cette raison destiné à des apprenants qui ont besoin de traduire des mots ou des expressions qu’ils ne comprennent pas lors d’une lecture. Nous citons un autre logiciel de traduction : WordWeb (http://www.netword.demon.co.uk/wweb/).

28 Altavista Translator (http://babelfish.altavista.com/translate.dyn), Le traducteur d’un mot ou bien d’un texte (http://latl.unige.ch/latl/french/dico_f.html).

29 The Purdue University On Line Writing Lab (OWL) (http://owl.english.purdue.edu/), CMU Pronouncing Dictionary (http://www.speech.cs.cmu.edu/cgi-bin/cmudict), Pronunciation (http://www.faceweb.okanagan.bc.ca/pron/), Listening Links (http://www.stuff.co.uk/wicked.htm), Listening Exercises (http://www.stir.ac.uk/celt/Listen/logic/index.html).

30 Nous faisons allusion au guide Internet de l’Éducation (http://www.mirandole.tm.fr) et aux sites pour réviser en vue du Baccalauréat (http://www.france-examen.com/), (http://www.lebac.com) ; TOEFL (http://www.toefl.org).

31 Faute de temps à disposition la formation au langage HTML est trop brève. Les apprenants doivent connaître cependant l’existence de logiciels d’édition HTML. La page de Philgate contient des astuces intéressantes pour construire une page Web (http://www.philgate.com/phil_Web/construire.html).

32 Il suffit soit de connaître la syntaxe du langage HTML, soit de se servir d’un éditeur de texte qui générera automatiquement le code des fichiers HTML. Un traitement de texte comme Word permet la conversion de documents au format HTML !

33 Répartition des tâches, organisation du travail, établissement et respect de règles communes telles que la structure du document, le contenu, et la composition des pages, la mise en page, la longueur, l’unité graphique (illustrations graphiques - photos, dessins, etc.) et phonique (illustrations sonores), le respect du planning, etc.

34 La correction de leur dossier n’aurait aucun sens à nos yeux car il s’agit le plus souvent d’un collage d’extraits copiés à partir de l’Internet. Ce qui nous intéresse c’est leur page ou site Web mais essentiellement leur production à l’oral où ils vont s’exprimer à l’aide de leurs propres mots.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Rozzonelli, « Les TIC, un prétexte aux relations internationales », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XX N° 3 | 2001, 68-87.

Référence électronique

Carole Rozzonelli, « Les TIC, un prétexte aux relations internationales », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XX N° 3 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/4849 ; DOI : 10.4000/apliut.4849

Haut de page

Auteur

Carole Rozzonelli

Carole Rozzonelli est Maître de Conférences au Centre de Langues de l’Université Lumière Lyon 2 où elle enseigne l’anglais et les TICE.
carole.rozzonelli@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page