Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les Centres de Langues, qui ont pour mission l’enseignement des langues à des spécialistes d’autres disciplines (étudiants du secteur LANSAD, en formation initiale ou continue), s’appuient sur le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL), publié par le Conseil de l’Europe en 2001. Pour mémoire, le CECRL a pour but d’offrir « une base commune pour l’élaboration de programmes de langues vivantes, de référentiels, d’examens, de manuels, etc., en Europe »1.

2La « compétence grammaticale » fait partie des « compétences communicatives langagières » recensées et constitue également un des critères définitoires des 6 niveaux de maîtrise la langue cible, du plus bas (A1) au plus élevé (C2).

3La démarche prônée par le CECRL, résolument de type actionnel, ne place pas au premier plan l’enseignement de la grammaire en tant que tel. Et, alors que les étudiants spécialistes en langues continuent de bénéficier, à l’Université, de cours de grammaire proprement dits, ce type de cours tend, en revanche, à disparaître dans les Centres de Langues : la langue n’y est pas étudiée en elle-même mais à travers des « tâches » que l’on souhaite voir réalisées par les apprenants.

4Cette nouvelle orientation pédagogique soulève donc deux problèmes : celle de la place à conférer à la grammaire et, corollairement, celle de la méthode à concevoir pour dynamiser la composante grammaticale. Car la question se pose désormais de savoir dans quelle mesure l’absence d’un enseignement frontal de la grammaire influence l’acquisition d’un niveau supérieur à A2 (« peut utiliser des structures simples correctement mais commet encore systématiquement des erreurs élémentaires comme, par exemple, la confusion des temps et l’oubli de l’accord ») ou B1 (« a un bon contrôle grammatical malgré de nettes influences de la langue maternelle » (p. 90).

5S’ajoute à cette question la spécificité du public LANSAD : ces étudiants ont suivi depuis de nombreuses années un enseignement de langue étrangère et ont en principe déjà abordé toutes les notions grammaticales indispensables à sa maîtrise. Pourtant, les groupes d’étudiants LANSAD se caractérisent par une forte hétérogénéité face à laquelle il s’avère crucial d’élaborer une approche novatrice, à la fois non-démotivante et efficace, visant à la révision/ré-acquisition des fondamentaux, sachant que le niveau de langue à atteindre suppose une bonne maîtrise de la grammaire.

6C’est pour répondre à cette problématique centrale que RANACLES, avec l’APLIUT, a invité des spécialistes de grammaire et de l’enseignement LANSAD à présenter différentes approches didactiques sous-tendant les dispositifs pédagogiques mis en œuvre dans les Centres de Langues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Schuwer, « Introduction », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIII N° 3 | 2014, 9.

Référence électronique

Martine Schuwer, « Introduction », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIII N° 3 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4868

Haut de page

Auteur

Martine Schuwer

Martine Schuwer est enseignante d’anglais à l’Université Rennes 2 et membre du LIDILE. Elle est Rédactrice en chef invitée de ce numéro.
Martine.Schuwer@uhb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page