Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’enseignement de la grammaire aux apprenants de langues spécialistes d’autres disciplines est à l’origine de problématiques récurrentes dans la recherche en didactique des langues. Quelle est la meilleure approche pour enseigner cet objet a priori abstrait et quelles sont les limites de cet enseignement ? Comment prendre en compte le profil particulier des étudiants LANSAD et proposer des approches innovantes permettant à la fois de re-motiver les étudiants, de remédier à des connaissances préalables parfois mal maîtrisées ou de contrer les phénomènes de nativisation (optique renforcée lorsque l’on considère, en particulier, les dispositifs des Centres de Langues dans lesquels l’apprentissage se trouve décloisonné). In fine, est-il pertinent d’enseigner la grammaire à des apprenants pour lesquels la langue est essentiellement un outil de communication ?

2Ce volume s’ouvre sur un plaidoyer pour la grammaire avec un article de Wilfrid Rotgé. Dans un article intitulé « Pourquoi la grammaire ? Pourquoi la grammaire anglaise à un public LANSAD ? », l’auteur explore les raisons de la disparition progressive de l’enseignement de la grammaire dans les Centres de Langues par un recours à l’histoire de la linguistique. Les travaux de Chomsky, en remettant en cause l’approche behaviouriste de Skinner, ont établi qu’un enfant n’acquiert pas sa langue maternelle par imitation mais grâce à une connaissance innée d’une « grammaire universelle ». Or, les approches communicatives naturelles qui ont vu le jour par la suite sont fondées sur le postulat (critiqué depuis par de nombreux linguistes) qu’une langue seconde s’apprend de la même manière qu’une langue maternelle : l’enseignement de la grammaire y est donc perçu comme inutile, voire contre-productif. Wilfrid Rotgé dénonce ici le mythe de la communication qui institue une coupure entre sens et grammaire, quand, au contraire, la grammaire permet de construire le sens. Une lecture attentive du CECRL met en lumière le fait qu’une bonne communication dans une langue étrangère suppose en réalité de bonnes connaissances grammaticales qui s’inscrivent inévitablement dans un cadre théorique particulier, même si, en LANSAD, il semble préférable d’éviter de recourir à la métalangue linguistique. Enseigner les formes prototypiques de l’anglais est donc indispensable pour l’auteur, qui défend un enseignement « écologique » de la grammaire.

3Convaincus que la grammaire doit être enseignée explicitement, Elsa Pic et Grégory Furmaniak s’interrogent précisément sur le type de grammaire utile aux étudiants LANSAD : « Quelle grammaire anglaise pour l’étudiant en voie de spécialisation ? » À partir d’un corpus d’un million de mots couvrant cinq disciplines (histoire, philosophie, mathématiques appliquées, économie et astronomie), les auteurs ont élaboré une définition de la grammaire propre à deux grands types de discours, les discours vulgarisé et spécialisé. La notion de « mode de discours », niveau d’analyse intermédiaire entre le texte (unité discursive de haut niveau) et la phrase (unité discursive de bas niveau) est centrale à leur approche. Ces modes de discours (narration, description, « report », information, argumentation, méta-discours, instruction, dialogue) sont constitutifs des genres et présentent l’avantage d’être intuitivement identifiés par les apprenants. Pic et Furmaniak démontrent qu’un programme de grammaire fondé sur l’étude de la représentation de ces modes de discours dans les discours spécialisés et vulgarisés réconcilie approche communicative et enseignement explicite de la grammaire, puisque chaque mode de discours peut être caractérisé par une grammaire relativement homogène.

4Le discours est aussi central dans l’article de Laurent Rouveyrol, « Quelle grammaire pour le LANSAD ? De l’enseignement de la langue à l’apprentissage du discours : éléments pour l’acquisition de l’interaction verbale ». L’auteur étudie l’impact du CECRL sur les formations LANSAD, et en particulier le rôle du CLES (Certification en langues dans l’enseignement supérieur) et de ses critères d’évaluation. Selon lui, l’influence du CECRL et la mise en place d’une interaction orale dans le cadre de la certification CLES imposent l’enseignement d’une grammaire du discours. L’analyse linguistique d’un corpus authentique de débats politiques télévisés, construit à partir de l’émission britannique « Question-Time » révèle que la structure argumentative des débats adopte à la fois des propriétés de la « pyramide inversée » et de la « pyramide traditionnelle ». L’acquisition, par les apprenants, de cette stratégie argumentative présuppose une analyse grammaticale détaillée, visant à en identifier les marqueurs constitutifs. Ainsi, un apprentissage de l’usage des formes grammaticales par l’observation et l’analyse de corpus authentiques peut être articulé à la pratique de l’activité de discours.

5Pour concilier l’enseignement de la grammaire avec la démarche actionnelle préconisée par le CECRL, Sophie Anquetil prône une approche argumentative et non descriptiviste de la langue. Son article, « Ce que la grammaire argumentative peut apporter à la perspective actionnelle du Cadre européen commun de référence pour les langues », s’appuie sur les travaux de J.-C. Anscombre qui privilégie la notion de « sens profond » plutôt que celle de « sens littéral ». À l’opposé de la démarche didactique de l’approche fonctionnaliste de certaines grammaires qui associent des listes de mots à des notions sans réellement expliquer le contexte d’occurrence de ces mots ni leur éventuelle polysémie, la méthodologie adoptée par S. Anquetil permet aux apprenants (ici dans une classe de français langue étrangère) d’observer en contexte les conditions d’emploi des différents marqueurs linguistiques. L’étude démontre que cette démarche inductive met en relief la dimension pragmatique du langage et stimule la réflexion et l’esprit critique des apprenants.

6Pascaline Faure rappelle que l’anglais de spécialité, qui constitue une des facettes du secteur LANSAD, est également concerné par la question de la place à accorder à la grammaire. Son article, « Réinventer l’enseignement de la grammaire en LANSAD : Application à l’anglais pour la santé », retrace brièvement l’histoire de l’enseignement de la grammaire pour conclure que les recherches récentes des linguistes et didacticiens montrent qu’un enseignement explicite de la grammaire favorise l’acquisition d’une langue étrangère. L’auteur propose une lecture approfondie et critique du CECRL avant de préconiser le recours à une théorie linguistique énonciative unique pour l’enseignement de la grammaire en LANSAD, justifié par la nécessité de présenter une vision cohérente de la grammaire d’une langue. La compétence grammaticale peut être travaillée à partir de la mise en œuvre de tâches contextualisées, visant tantôt la conscientisation, tantôt la pratique des structures langagières. Le recours à des métaphores empruntées à la discipline de l’apprenant permet de lui rendre plus accessibles la terminologie et les concepts linguistiques.

7Les deux derniers articles présentent des applications de ces approches de l’enseignement de la grammaire, pour l’anglais et le français langue étrangère.

8La grammaire énonciative est également centrale dans l’approche de Thomas Gaillat, Martine Schuwer et Sophie Belan. Dans leur article, « La place de la grammaire dans un parcours en ligne d’apprentissage de l’anglais », ils décrivent les différentes étapes de l’élaboration d’un didacticiel destiné à des étudiants de Licence 2 pour la préparation d’un séjour à l’étranger. Les auteurs montrent concrètement comment la Pratique Raisonnée de la Langue (PRL) peut être articulée à l’approche actionnelle recommandée par le CECRL. La PRL, qui s’inscrit dans le cadre de la Théorie des Opérations Énonciatives, permet aux étudiants de réfléchir sur les outils langagiers qu’ils sont amenés à acquérir et à manipuler en vue de réaliser la tâche proposée dans le didacticiel. Selon les auteurs, l’association de la PRL et de l’approche actionnelle garantit une meilleure conceptualisation des formes nécessaires à la réalisation de la tâche.

9Dans « La résolution collective d’énigmes linguistiques en FLE : une approche de la grammaire pour le public LANSAD ? », Elsa Chachkine présente un autre exemple d’intégration d’activités grammaticales (de type PRL) dans le cadre d’un cours en distanciel de FLE dispensé dans un institut en informatique de Hanoï (Vietnam). Les étudiants doivent résoudre des énigmes grammaticales qui portent sur les formes linguistiques dont l’absence de maîtrise bloque l’évolution de l’interlangue : détermination, différence entre le passé composé et l’imparfait, modalisation, structures impersonnelles… L’expérience ainsi menée s’appuie sur un cadre épistémologique socioconstructiviste (Vygotski 1997 ; Bruner 1997) et énonciativiste (Culioli 1990). L’observation des formes linguistiques conduit les étudiants à formuler des hypothèses sur les conditions d’emploi de telle ou telle forme linguistique, ce qui leur permet de progresser dans leur connaissance de la langue, même si un tutorat renforcé est indispensable à la résolution véritable des différentes énigmes proposées.

10Par cette conjugaison des approches théoriques et pratiques sur la question de la place que peut ou doit occuper la grammaire dans l’enseignement d’une langue étrangère, cette publication s’adresse tout particulièrement aux enseignants du secteur LANSAD des IUT et des Centres de langues, que ce soit en formation initiale ou continue, et plus généralement aux formateurs en langues désireux d’amener les étudiants vers une maîtrise plus fine de la langue afin de dépasser les niveaux intermédiaires du CECRL.

11Quatre recensions d’ouvrages complètent ce numéro.

12Geneviève Bordet présente l’ouvrage de Cécile Desoutter et Caroline Mellet, Le discours rapporté : approches linguistiques et perspectives didactiques.

13Marion Charret-Del Bove fait un compte rendu du livre d’Isobel Noble, Anglais appliqué. Droit, Science politique.

14Marc Éline publie une recension du Manuel d’anglais de la bourse et de la finance de Michel Van der Yeught.

15Enfin, Séverine Wozniak présente un compte rendu de l’ouvrage de Régine Hollander, An Introduction to Financial English, The Basics of Market Finance. Introduction à l’anglais financier.

16Ce volume est le fruit d’une vraie collaboration pour laquelle je voudrais remercier chaleureusement tous ceux et toutes celles qui y ont participé : les évaluateurs des articles ; Linda Terrier, future rédactrice en chef de la revue ; Annick Rivens Mompean qui, au nom de RANACLES, a initié cette publication ; et Martine Schuwer, qui a dirigé la première sélection des textes et à qui je suis redevable d’une grande partie de cet éditorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIII N° 3 | 2014, 10-13.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIII N° 3 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4870

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Rédactrice en chef de la revue
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page