Navigation – Plan du site
Articles

Quelle grammaire anglaise pour l’étudiant en voie de spécialisation ?

Teaching English grammar to ESP students
Elsa Pic et Grégory Furmaniak
p. 35-52

Résumés

Cet article présente les objectifs, les résultats et les applications didactiques d’un projet de recherche dont l’objet est l’étude des propriétés grammaticales des textes spécialisés et de vulgarisation à travers cinq disciplines. Il apparaît que l’approche adoptée dans ce projet de recherche fournit des résultats qui présentent un intérêt non seulement pour le linguiste spécialiste d’anglais académique s’intéressant à la caractérisation grammaticale de différents types de textes et de genres, mais aussi pour l’enseignant de langue étrangère et/ou de langue seconde désireux de concilier les approches communicationnelles et l’enseignement explicite de la grammaire. À travers, en particulier, l’étude du present perfect, l’article montre que le passage par les modes de discours permet d’associer aux marqueurs grammaticaux des fonctions de communication moins abstraites que les valeurs sémantiques, pragmatiques et/ou énonciatives que les grammairiens leur attribuent généralement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il s’agit d’un « Projet Innovant » porté par les auteurs sur la période 2011-2013 et financé par le (...)

1L’objectif de cet article est de présenter les résultats d’un projet de recherche1 sur la grammaire en discours spécialisé et en discours vulgarisé en mettant en avant ses applications didactiques pour l’enseignement de la grammaire en LANSAD (langues pour spécialistes d’autres disciplines).

2Ce projet cherche à déterminer en quoi la grammaire anglaise est sensible au degré de spécialisation des textes, quel que soit leur champ disciplinaire. Les disciplines étudiées à partir d’un corpus d’un million de mots sont les mathématiques appliquées, la philosophie, l’histoire, l’astronomie et l’économie. Il s’agit donc d’essayer de dégager, d’un côté, une grammaire du discours spécialisé et, de l’autre, une grammaire du discours vulgarisé, qui transcenderaient les disciplines ou, tout au moins, certains groupements de disciplines. Au-delà de cette approche transversale inédite, l’originalité de cette recherche réside dans l’analyse quantitative des marqueurs grammaticaux associée à une analyse qualitative à grande échelle.

3Un second objectif de cette recherche est de dégager des applications didactiques des résultats empiriques ainsi mis en évidence. Dans la mesure où les étudiants spécialistes d’autres disciplines ont vocation à acquérir une compétence dans la langue de leur spécialité et que, à un moment ou à un autre de l’apprentissage, sous une forme ou sous une autre, un enseignement explicite de la grammaire est nécessaire, il paraît légitime de proposer une progression et un programme d’enseignement grammatical fondés sur les notions de spécialisation et de composition textuelle en modes de discours.

4Après avoir présenté les objectifs et la méthodologie du projet de recherche, nous en exposons les résultats. Pour finir, nous montrons l’intérêt de cette recherche pour l’enseignement de la grammaire des langues de spécialité.

1. Objectifs et méthodologie du « Projet Innovant »

1.1. Objectifs

5Notre projet de recherche, intitulé « Sensibilité de la grammaire anglaise au degré de spécialisation », vise à déterminer dans quelle mesure le degré de spécialisation des textes, quelle que soit la discipline abordée, influence leurs propriétés grammaticales. En d’autres termes, il s’agit d’étudier les spécificités grammaticales respectives des articles de recherche de pointe dans cinq disciplines et des articles de vulgarisation dans les mêmes domaines.

6Les discours disciplinaires ainsi que les genres (dans une ou plusieurs disciplines) ont été largement étudiés dans des perspectives diverses. D’un point de vue linguistique, il est communément admis que les différents types de textes sont associés à des propriétés formelles spécifiques (même si cela ne signifie pas que ces propriétés sont suffisantes pour distinguer un type textuel d’un autre – cf., par exemple, Swales 1990).

7Notre démarche se distingue de ces approches par sa transversalité dans la mesure où, contrairement à l’essentiel de la recherche menée sur l’anglais de spécialité, elle se penche en priorité sur les phénomènes grammaticaux liés non pas à la discipline traitée mais au degré de familiarité du lecteur avec les thématiques abordées. Les rares études qui se sont attelées à la comparaison des discours spécialisés et vulgarisés l’ont fait soit au sein d’une discipline unique (la médecine pour Vihla 1999 et 2000, ou l’histoire économique pour Bondi 2009), soit en se focalisant sur un phénomène linguistique bien circonscrit (le métadiscours pour Crismore & Farnsworth 1990, le hedging pour Varttala 2001). Notre objectif est de couvrir un éventail de disciplines allant des sciences humaines aux sciences « dures » et de donner une image aussi complète que possible des phénomènes grammaticaux et de leur variation en fonction du lectorat.

1.2. Méthodologie

8Les corpus existants ne répondant pas à nos besoins, nous avons constitué notre propre corpus. Celui-ci, qui atteint un million de mots, couvre les cinq disciplines déjà citées. Chacune de ces disciplines a été subdivisée en deux sous-corpus de même taille (100 000 mots) : d’un côté les textes spécialisés, de l’autre, les textes de vulgarisation.

  • 2 En termes de genre, nous avons porté la plus grande attention au maintien d’un haut niveau d’homogé (...)
  • 3 « Astronomy Now falls into the genre of ‘popular science magazine’. » http://www.astronomynow.com/.

9Ces textes ont été choisis selon des critères externes, ainsi que le recommande John Sinclair (2005). Publiés entre 2000 et 2012, ils sont tous l’œuvre d’auteurs britanniques. Les textes constituant la section spécialisée du corpus sont des articles de recherche parus dans des revues universitaires à comité de lecture (par exemple The Historical Journal, Cambridge Journal of Economics, Metaphilosophy). Les textes de vulgarisation proviennent, quant à eux, de magazines spécialisés à destination d’un large public2. Lors de la sélection des sources, la ligne éditoriale de ces magazines a donc constitué un critère déterminant. La présence de mots-clés tels que wide audience, accessible, general public, entertaining dans la description des revues ou dans les conseils aux auteurs parait être un indice suffisamment fort du niveau de vulgarisation pour motiver l’inclusion dans le corpus. Ainsi, History Today se présente comme « une institution culturelle unique en son genre, qui offre au grand public le meilleur de la recherche en histoire ». Astronomy Now se réclame explicitement de la vulgarisation : « Astronomy Now relève du genre des magazines de vulgarisation scientifique »3.

  • 4 Logiciel d’annotation en parties du discours accessible en ligne à http://ucrel.lancs.ac.uk/claws/.
  • 5 L’annotation du corpus en modes de discours se poursuit. Les résultats analysés pour cet article po (...)

10Le corpus ainsi constitué a fait l’objet de quatre types d’annotation : mark-up structurel (annotation des fins de phrases, isolement des citations, etc.), étiquetage en parties du discours (POS tagging), annotation sémantique de certains marqueurs grammaticaux (la références des pronoms personnels de première personne, par exemple) et annotation de segments entiers. Si l’annotation se fait automatiquement pour le POS tagging (grâce à CLAWS 74), toutes les autres annotations ont été réalisées manuellement, notamment à l’aide de UAM CorpusTool pour l’annotation des segments5.

2. Grammaire spécialisée vs grammaire vulgarisée

2.1. Constats préliminaires

11La première étape (cf. Pic & Furmaniak 2010 ; 2012a ; 2012b) consiste à caractériser la grammaire de chacun des deux grands types de discours (spécialisé et vulgarisé) d’un point de vue quantitatif (tel marqueur est-il plus ou moins fréquent dans tel type de discours ?) et d’un point de vue qualitatif (tel emploi de tel marqueur est-il plus ou moins fréquent ?).

  • 6 La non-clôture peut être définie par un renvoi à un contenu qui n’est pas encore stabilisé.

12La deuxième étape s’est imposée à partir du constat suivant : l’explication des résultats observés lors de l’analyse quantitative et qualitative pose problème. La tentative de corréler directement une propriété grammaticale donnée à la fonction pragmatico-discursive que l’on attribue intuitivement à un type de discours particulier semble vouée à l’échec. Dans certains cas, aucun lien évident n’apparaît (comment expliquer, par exemple, la surreprésentation des temps du passé en discours vulgarisé ?). Dans d’autres cas, le lien que l’on est amené à postuler paraît pour le moins spécieux. Par exemple, on a constaté une fréquence nettement plus élevée de THIS en discours spécialisé. On pourrait être tenté d’invoquer, par exemple, l’analyse proposée par Jean-Rémi Lapaire et Wilfrid Rotgé (1991 : 62-65). Ce résultat serait attendu pour deux raisons. Dans le discours spécialisé, l’auteur-expert s’adresse à ses pairs et s’appuie donc sur un certain nombre de connaissances partagées ; dans cette analyse, c’est la fonction du TH- de signaler ce terrain commun. Mais l’article de recherche se distingue également par son caractère innovant, par l’apport d’informations nouvelles, par la redéfinition de concepts, etc. Ces éléments relevant de la « non-clôture6 » (marquée par -IS) pourraient ainsi expliquer la sur-utilisation de THIS dans ce type de discours. Toutefois, une analyse similaire aurait pu être proposée si l’on avait obtenu les résultats inverses, c’est-à-dire plus d’occurrences de THIS en discours vulgarisé. On aurait alors pu faire valoir, par exemple, que l’asymétrie des connaissances entre l’auteur expert et le lecteur néophyte justifie qu’on présente les informations sur le mode de la non-clôture.

13Ce n’est pas l’analyse du marqueur proposée par Lapaire & Rotgé (ibidem) qui est ici remise en question. Elle fonctionne au niveau local pour rendre compte des cas pour lesquels elle a été conçue : l’utilisation de THIS dans un énoncé donné. Le problème vient plutôt de la tentation d’établir un lien direct entre un fonctionnement local de niveau phrastique et la fonction socio-pragmatique d’un texte ou d’un type de texte donné.

2.2. Les modes de discours

14Il s’avère donc nécessaire de postuler un niveau d’analyse intermédiaire entre l’unité discursive de haut niveau (le texte) et les unités discursives de bas niveau (la phrase, « lieu de vie » de la grammaire). On échappera ainsi à l’établissement de liens spécieux entre le programme sémantique des formes – pertinent exclusivement au niveau local – et la fonction socio-pragmatique des textes qui ne saurait être décrite qu’en termes généraux et dont le lien avec les formes employées dans le texte est nécessairement indirect.

15L’existence de ce type d’unités est reconnue depuis longtemps puisqu’elles trouvent leur source dans la Rhétorique grecque. Plus récemment, elles ont été réintroduites, redéfinies et théorisées en linguistique et en didactique. Le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) y renvoie sous le terme de « macro-fonctions », qui sont répertoriées au sein des compétences pragmatiques (2001 : 96), et en propose un inventaire ouvert sans toutefois les décrire ou les définir.

16C’est chez Jean-Michel Adam (1992) et Carlota Smith (2003) que ces concepts sont le plus élaborés, respectivement sous les appellations de types séquentiels et de modes de discours. Si c’est prioritairement l’approche de Smith qui a été adoptée pour les raisons développées ci-après, celle-ci a été enrichie – en particulier sur le plan sémantico-pragmatique – par l’apport des écoles françaises de l’analyse du discours (cf. Grize 1990 ; Adam 1992 ; Moirand 1999).

2.2.1. Typologie des modes de discours

17Les cinq modes de discours suivants sont donc empruntés à Smith (2003), tandis que les trois derniers (le métadiscours, l’instruction et le dialogue) ont été ajoutés. Les propriétés formelles qui y sont associées sont, pour l’essentiel, celles données par Smith, tandis que les propriétés pragmatiques viennent d’Adam (1992). Il faut souligner qu’il s’agit de propriétés prototypiques qui ne sont donc pas nécessairement toutes réunies. Pour Smith, les modes de discours sont des types de passages discursifs définis par les types de procès, leurs propriétés aspectuo-temporelles et leur progression dans le discours.

La narration

18Ce mode de discours est illustré dans le premier extrait ci-dessous. Sur le plan formel, on reconnaît la narration à la présence de séquences d’événements bornés et d’états spécifiques ainsi que de circonstants de temps. Il s’agit d’un mode temporel et dynamique au sens où chaque procès pose un nouveau repère temporel postérieur au précédent. À chaque procès, on avance donc dans le temps vers une chute ou une évaluation finale, ce qui implique un lien de causalité entre les procès, qui se manifeste souvent par le maintien des mêmes participants.

(1) The pair guarded many royal secrets. In August 1717 George had the symptoms of haemorrhoids, or swellings in the anal arteries. The dangers of surgical removal (being ‘cut for the piles’) were well known. The whole matter was kept from the English courtiers and only the trusted Mohammed was able to persuade the king to undergo a rectal examination. All proved well, although George was advised to avoid sitting on a saddle. In gratitude the king nominated Mohammed for a title awarded by the Holy Roman Emperor, Charles VI. His devoted servant chose the appropriate toponym ‘von Knigstreu’, or ‘True to the King’. (Histoire vulgarisée)

La description

19La description, illustrée par l’exemple (2), se caractérise linguistiquement par la présence d’états, d’événements atéliques et en cours, tous spécifiques (en gras et italiques dans l’exemple). Il n’y a pas, dans ce mode, de progression temporelle, mais une progression spatiale, puisqu’il s’agit d’attribuer des propriétés (en italiques) à l’élément décrit (en gras). La progression se fait éventuellement par changement d’élément décrit ou par thématisation d’une partie de l’élément décrit (ici the plating).

(2) In the square, and totally incongruous with the House of Blackheads and the Town Hall, is a much more recent ‘new’ building, dating from 1970. It is oblong, raised from the ground on granite stilts and totally covered with now oxidized copper plating, so that no natural light at all gets inside ! Nearly forty years of exposure has turned the original red colour of the plating to a thick black. (Histoire vulgarisée)

Le report7

  • 7 Nous avons choisi de conserver le terme anglais de Smith (2003), car « rapport » et « reportage » r (...)
  • 8 Il s’agit d’énoncés non spécifiques avec un sujet générique comme The lion has a bushy tail ou avec (...)

20Ce mode (exemple 3) a de nombreux points communs avec la narration, dans la mesure où il s’agit également d’un mode temporel caractérisé par la présence d’états et d’événements spécifiques ainsi que de general statives8. Le report se distingue toutefois de la narration par le fait que les procès ne sont pas repérés les uns par rapport aux autres mais par rapport au moment de l’énonciation, et que c’est donc le point de vue de l’énonciateur qui est adopté. Il en résulte deux conséquences : la présence massive de déictiques (here, now, this, today, last week…) et des changements fréquents de temps (là où la narration privilégie les temps du passé).

(3) This month sees the release of Bryan Singer’s new Hollywood movie Valkyrie, a dramatic retelling of the July 20th Plot to kill Adolf Hitler, with Tom Cruise in the starring role of Claus Schenk von Stauffenberg, Hitler’s would-be assassin. (Histoire vulgarisée)

L’information

21L’information est un mode non temporel caractérisé par la présence de general statives. La progression du passage informatif ne se fait pas à travers la succession chronologique des procès mais par le biais des changements de référent primaire, « the semantically central referent » (Smith 2003 : 123). D’un point de vue pragmatique, il est utile de signaler que le passage informatif fait état de procès non controversés ou présentés comme tels. Soit l’exemple (4) :

(4) Most men spent significant parts of their lives within homes. While men did spend more time in coffee houses, taverns, or steakhouses than women, most of their leisure time was not spent engaged in homosocial recreation in public. Even unmarried merchants spent evenings at home entertaining male friends (and often their wives), rather than at the pub or coffee house. (Histoire spécialisée)

L’argumentation

  • 9 Smith (2003 : 174) subdivise ces entités abstraites en facts et propositions. Nous préférons parler (...)

22Avec l’argumentation, les entités introduites dans le discours changent de nature. Si le passage argumentatif autorise également les general statives, il se distingue surtout des autres modes par le fait que l’entité de discours dominante n’est plus le procès mais une entité abstraite, à savoir la proposition (factuelle ou théorique9) que le discours argumentatif vise à évaluer. Syntaxiquement, l’argumentation se réalise donc par le biais de complétives (cibles d’un jugement exprimé par une enchâssante) et de formes modales. Soit les exemples (5) et (6).

(5) We show that, if one carefully distinguishes between non-evaluative and evaluative propositions, the desire-as-belief thesis can be rendered consistent with the invariance requirement. Lewis’s conclusion holds only under certain conditions: the desire-as-belief thesis conflicts with the invariance requirement if and only if there are certain correlations between non-evaluative and evaluative propositions. But when there are such correlations, we suggest, the invariance requirement loses its plausibility. Thus Lewis’s argument against the desire-as-belief thesis appears to be valid only in cases in which it is unsound. (Philosophie spécialisée)

(6) Like all lovers, the greatest philosophers have found that nothing is good enough for their beloved. No justification or reason is strong enough, reliable enough, deep enough to be a fitting ground for their beloved to stand upon. Socrates claimed that the only thing he knows is that he knows nothing. Descartes underwent a process of methodological doubt and concluded that he did not even know that there was an external world at all. (Philosophie vulgarisée)

23Il faut noter que l’argumentation de Smith doit être comprise comme renvoyant à toute forme de positionnement de l’énonciateur, comme en (5), ou d’un tiers, comme en (6), par rapport à des propositions et pas seulement comme un raisonnement structuré destiné à convaincre. Cette dernière dimension constitue cependant une sous-catégorie de l’argumentation, la démonstration, illustrée par (7). En plus des propriétés syntaxiques décrites précédemment, ce type de passage argumentatif au sens strict se démarque par une forte utilisation de connecteurs logiques et de constructions hypothético-déductives.

(7) To show the satisfaction of (a variant of) (1), (2) and (3), let us define a utility function U over all purely non-evaluative propositions as follows: for any such p,U(p) =P(p°). Then (1) is satisfied with the quantification restricted to purely non-evaluative propositions p. Further, because of the multiplicative decomposability of P, (3) is satisfied whenever p is purely non-evaluative and p is purely evaluative. By implication, (2) is also satisfied in such cases. (Mathématiques spécialisées)

Le métadiscours

24Le métadiscours est un mode dont l’adjonction a été rendue nécessaire par le contenu académique du corpus. Il s’agit de renvoyer au discours ou à l’inter-discours par le biais de verbes faisant référence au discours mais aussi à la démarche de l’auteur ou d’autres experts. Soit les exemples (8) à (10).

(8) In this paper, we revisit Lewis’s argument. (Philosophie spécialisée).

(9) Throughout this article I use ‘leisure’, ‘amusement’, and ‘recreation’ interchangeably in a stylistic choice that diverges from eighteenth-century practice. (Histoire spécialisée).

(10) In two classic papers (Lewis 1988, 1996), David Lewis discusses several challenges to this Human picture, but ultimately rejects them. (Philosophie spécialisée).

L’instruction

25Bien qu’Adam (1992) estime que les passages tels que (11) peuvent être analysés comme des « descriptions d’actions », ils possèdent, à notre sens, des propriétés pragmatico-discursives et surtout linguistiques (impératifs, pronoms de 2e personne, modaux déontiques, subordonnées de but et connecteurs ordinaux) justifiant de créer un mode de discours à part entière.

(11) Make a small fold half way up the right side of the paper. Make a crease connecting points A and C. (Mathématiques vulgarisées).

26D’un point de vue pragmatique, il s’agit d’amener le lecteur à accomplir une série d’actions orientées vers un but donné. L’ordre linéaire reflète la chronologie des phases de la procédure. Ce mode est caractéristique des recettes ou des modes d’emploi.

Le dialogue

27Ce mode, illustré par (12), est défini par Adam (1992 : 154) comme un mode polygéré – propriété qui le distingue de tous les autres modes, monogérés. Les passages dialogués consistent donc en des enchaînements de prises de parole avec maintien d’un lien thématique entre les contributions.

(12) Back at the British base the spy has this exchange with the British General:
SPY: The Germans know we are going to attack at dawn.
GENERAL: Then we will call off the attack.
Enter Philosopher.
PHILOSOPHER: Why are we calling off the attack?
GENERAL: Because the Germans know we are going to attack.
(Philosophie vulgarisée)

2.2.2. Caractériser les textes par les modes de discours

  • 10 « People intuitively recognize passages of the discourse modes ».

28Les modes de discours constituent donc bien une interface pertinente. Ils présentent l’avantage non négligeable de relever de la compétence langagière de tout locuteur. Le CECRL les assimile en effet aux compétences pragmatiques et Smith (2003 : 23) insiste sur l’importance de l’intuition des locuteurs pour l’identification des différents modes de discours10. Nous avons eu l’occasion de vérifier ce phénomène en particulier lors des changements de modes, moments sur lesquels l’ensemble des membres du projet est unanimement d’accord.

29Ces modes de discours sont constitutifs des genres (Adam 1992) : leur absence ou leur présence, et la proportion dans laquelle ils sont représentés, vont permettre de caractériser les divers types de textes. Par exemple, le mode narratif sera généralement absent du genre « abstract » mais sera largement constitutif du genre « fait divers ». Dans notre corpus de textes spécialisés et de textes de vulgarisation, on observe ainsi une ventilation des modes de discours différente selon le degré de spécialisation (figure 1). Certains modes de discours sont absents ou très marginaux dans le corpus spécialisé : c’est le cas du report, de la narration et de la description. Mais les modes métadiscours, argumentation et, dans une certaine mesure, information, sont caractéristiques du discours spécialisé.

Figure 1. Répartition des modes de discours en corpus spécialisé et vulgarisé

Figure 1. Répartition des modes de discours en corpus spécialisé et vulgarisé

Rouge : corpus spécialisé. Bleu : corpus vulgarisé

30La figure 2 fait apparaître la proportion des huit modes de discours au sein de chaque section du corpus (la première lettre renvoie à la discipline, tandis que la seconde renvoie au degré de spécialisation ; par exemple, « MS » pour « mathématiques spécialisées » et « PV » pour « philosophie vulgarisée »). On observe que, même si des différences entre les disciplines subsistent – par exemple, les mathématiques et la philosophie spécialisées sont beaucoup plus « argumentatives » que l’histoire spécialisée –, les équilibres entre spécialisé et vulgarisé sont respectés : l’histoire spécialisée demeure plus argumentative que l’histoire vulgarisée. En ce qui concerne le discours vulgarisé, les modes dominants sont l’information et la narration et, dans une certaine mesure, l’argumentation. Mais il est intéressant de noter que, dans ce sous-corpus, tous les modes de discours sont représentés, ce qui reflète le sentiment éprouvé à la lecture des revues de vulgarisation, dont la variété de ton est plus grande. Encore une fois, si des variations sont constatées d’une discipline à l’autre (mathématiques vulgarisées plus informatives que philosophie vulgarisée, par exemple), les proportions entre spécialisé et vulgarisé restent conformes.

Figure 2. Répartition des modes de discours selon la discipline et le degré de spécialisation

Figure 2. Répartition des modes de discours selon la discipline et le degré de spécialisation

31Ces modes de discours permettent d’interpréter et d’expliquer nos résultats pour THIS de façon plus convaincante. THIS est plus fréquent en discours spécialisé qu’en discours vulgarisé. On sait maintenant que ce marqueur apparaît majoritairement dans les modes métadiscours et argumentation (63 % de ses occurrences). Or, ces deux modes de discours sont caractéristiques du discours spécialisé. Plutôt que de chercher à rattacher THIS directement au discours spécialisé, il est donc plus probant de faire le lien entre les fonctions de ces deux modes et les fonctions de THIS. Le métadiscours sert, entre autres, à renvoyer à l’espace textuel de l’article. Il n’est donc pas étonnant que THIS y apparaisse fréquemment. Quand on recherche ses collocations les plus fréquentes au sein de ce mode, on trouve en effet des occurrences telles que this paper, this section, this article, this work. Quant à l’argumentation, sa fonction principale est de revenir sur des objets de discours préalablement introduits (idées, concepts, phénomènes, arguments, etc.) pour les discuter et les évaluer. À nouveau, des collocations comme this point, this claim, this question, this view, this argument, this pattern, etc., ne sont pas surprenantes.

32C’est donc l’adéquation des valeurs de THIS avec ces deux modes et le fait que ces deux modes soient prépondérants en discours spécialisé qui expliquent la plus forte fréquence de THIS en discours spécialisé. L’explication est donc indirecte, mais plus concluante que celle proposée dans la partie 2.1.

3. Applications didactiques

  • 11 Voir, à ce sujet, le texte du 28 janvier 2011 de la Commission « Formations » de la SAES : « Évolut (...)

33Langue de spécialité et secteur LANSAD doivent bien évidemment être distingués11. On peut considérer cependant que les étudiants spécialistes d’autres disciplines gagnent à intégrer les pratiques linguistiques des communautés socio-professionnelles qu’ils ont vocation à rejoindre, c’est-à-dire les spécificités lexico-grammaticales à la fois de leur discipline à proprement parler et des genres pertinents au sein desdites communautés. De fait, il est possible, dans le prolongement des nombreuses études antérieures menées en langue de spécialité (mais avec une plus-value qualitative), de mettre au jour de nouvelles spécificités linguistiques, en particulier grammaticales, au sein des différents discours disciplinaires, ce qui constitue un intérêt didactique indéniable.

34Nous postulons par ailleurs que l’apprentissage d’une langue étrangère passe par un enseignement de sa grammaire. En effet, dès lors qu’on n’envisage pas la grammaire comme une somme d’outils purement formels mais comme un inventaire fermé de formes (cf. Langacker 1987) servant à accomplir des fonctions sémantico-pragmatico-discursives particulières, il n’existe plus de contradiction théorique entre les approches communicatives en vigueur et un enseignement explicite de la grammaire.

3.1. Une progression fondée sur le degré de spécialisation

35L’application didactique la plus intéressante consiste toutefois à considérer que le continuum discours vulgarisé/discours spécialisé – qui révèle une complexification des sujets traités, du traitement de ces sujets abordés et un formatage de plus en plus serré du discours – pourrait être mis en parallèle avec l’accroissement des connaissances des étudiants dans leur domaine de spécialité au fil de leur cursus ainsi que des besoins communicationnels (c’est-à-dire des genres) de plus en plus spécifiques qui accompagnent cette spécialisation.

36Dès lors, il est envisageable de construire une progression grammaticale sur l’ensemble du parcours Licence-Master-Doctorat (LMD) reflétant les propriétés grammaticales des différents types de discours situés sur le gradient de spécialisation. À vrai dire, cette progression est d’une certaine façon prévue par le cadre institutionnel et concrétisée dans les pratiques de terrain, puisqu’on vise, en Licence, le niveau B2 (utilisateur avancé), ce qui se traduit, dans les faits, par l’étude de documents scientifiques généralistes, tandis que le niveau visé en Master et Doctorat est C1 – voire C2 – (utilisateur expérimenté à l’aise, en particulier, dans son domaine socio-professionnel), ce qui correspond souvent à un travail sur des articles de recherche et, bien sûr, sur les conventions rhétoriques et linguistiques de ce genre.

3.2. Pourquoi passer par les modes de discours pour enseigner la grammaire ?

  • 12 Swales et Feak (2000 : 35) définissent les moves comme suit : « bounded communicative act[s] that [ (...)

37Les tentatives de description directe des propriétés grammaticales d’un genre donné sont vouées à l’échec en raison de l’hétérogénéité formelle des genres (cf. Swales 1990 ; Adam 1992). Un article de recherche ou de presse, par exemple, est composé de plusieurs parties ou mouvements (moves12) qui ont chacun des caractéristiques grammaticales distinctes.

3.2.1. Un niveau opératoire sur le plan pédagogique

38Si, pour les raisons évoquées plus haut, il est légitime d’enseigner les genres, ceux-ci ne constituent pas une base propice à l’enseignement de la grammaire. Il convient donc, pour atteindre cet objectif, d’introduire un niveau d’analyse intermédiaire, en l’occurrence celui des modes de discours, qui soit sensiblement homogène sur le plan grammatical et qui, sur le plan sémantique, puisse faire le lien entre les fonctions socio-pragmatiques relativement lâches du genre et les fonctions sémantico-pragmatico-discursives opératoires au niveau phrastique des marqueurs grammaticaux. Enseigner les modes de discours permet donc de faire de la grammaire tout en accédant au genre, puisque les modes de discours sont, comme on l’a vu, les unités constitutives des genres.

39L’avantage des modes de discours par rapport à d’autres types d’unités discursives (telles que les moves) est qu’ils sont applicables à tout type de textes (et pas seulement à l’article de recherche) et qu’ils font partie de la compétence linguistique de tout locuteur. Leur fonction communicative (raconter, décrire, prendre position, etc.) paraît relativement évocatrice, et un étudiant peut sans difficulté identifier le mode de discours dont relève sa production (est-ce que ce texte raconte, décrit, argumente, etc. ?) et mobiliser les marqueurs grammaticaux qui y sont associés. On réconcilie alors l’orientation communicationnelle des approches didactiques actuelles (qu’il ne s’agit pas de remettre en question) et un enseignement frontal de la grammaire indispensable pour que l’apprenant se construise un système organisé et cohérent.

3.2.2. Mode de discours et progression grammaticale

40De fait, il est possible d’envisager un programme linguistique fondé sur les modes de discours. À chaque mode de discours « étudié » correspondra un travail sur les phénomènes grammaticaux associés et on peut donc concevoir, sur le cycle LMD, une progression partant des modes de discours les plus typiques des textes vulgarisés (c’est-à-dire les moins complexes aux niveaux thématique et rhétorique) vers les modes de discours relevant plutôt des textes spécialisés (essentiellement l’argumentation et le métadiscours). Les fonctions communicatives attachées à ces derniers (positionnement par rapport à des propositions et prise de distance par rapport à ses propres pratiques scientifiques et discursives) ont en outre l’avantage de mobiliser des constructions plus complexes linguistiquement (subordination, modalisation). À la spécialisation thématique et rhétorique s’ajoute donc une complexification linguistique conforme à ce qu’on peut attendre d’une progression des apprentissages.

3.3. Illustration : le cas du present perfect

41À titre d’illustration, prenons l’exemple de ce que pourrait être l’enseignement des emplois du present perfect à travers le prisme des modes de discours. Le present perfect a été choisi car il « constitue depuis toujours une « zone de fragilité » chez l’apprenant francophone » (Goutéraux 2007).

42Les travaux en didactique ont montré que « l’appropriation du perfect s’effectue par l’exposition à de multiples occurrences authentiques en contexte, régulièrement réactivées et explicitement connectées les unes aux autres » (idem) et que l’emploi des corpus est à cet effet une ressource non négligeable (Boulton & Wilhem : 2006). On peut donc envisager une étude progressive de cette conjugaison dans le corpus, en abordant d’abord ses occurrences en discours vulgarisé puis en discours spécialisé.

  • 13 Ceci ne préjuge pas de différences entre les disciplines. L’utilisation du present perfect est, par (...)

43Si l’on s’en tient aux résultats quantitatifs bruts, le present perfect ne semble pas réellement sensible au degré de spécialisation des textes, puisqu’on relève approximativement le même nombre d’occurrences en discours spécialisé et en discours vulgarisé13. Mais si l’on s’intéresse au lien entre present perfect et modes de discours, des tendances nettes se dégagent. Cette conjugaison apparaît prioritairement dans deux modes de discours : le métadiscours (surtout représenté en discours spécialisé) et le report (propre au discours vulgarisé), ainsi que le montre le tableau ci-dessous.

Tableau . Present perfect et modes de discours

Tableau . Present perfect et modes de discours
  • 14 Les valeurs communément attribuées au present perfect sont les suivantes : valeur résultative (The (...)

44Le cas du present perfect illustre particulièrement bien l’intérêt didactique d’une progression fondée sur les modes de discours. En effet, outre le fait que cette forme n’est pas utilisée dans les mêmes modes en discours spécialisé et en discours vulgarisé, la valeur prise par ses occurrences est en grande partie déterminée par le mode du discours où elles apparaissent. En d’autres termes, le present perfect n’a pas la même valeur14 selon qu’il est employé en report, en information ou en métadiscours.

45De ce point de vue, aborder le present perfect par le discours vulgarisé et les modes qui y sont associés est particulièrement avantageux d’un point de vue didactique. Le mode report, qui se définit explicitement par rapport au moment présent T0 (cf. supra), présente le contexte idéal pour expliquer la valeur résultative du present perfect. La majorité des occurrences dans ce mode illustreront les emplois à valeur de bilan dans la situation présente :

(13) Today things have changed and open discussion of the range of future possibilities has in fact slowed down redevelopment. (Histoire vulgarisée).

46D’autre part, le present perfect dans ce mode, comme dans le mode information, aussi typique de la vulgarisation, est très souvent contraint syntaxiquement par des circonstants de temps (ever since, over recent decades). Les valeurs de continuité d’un procès ou d’un intervalle sont donc facilement abordables par ce biais :

(14) Created shortly after the battle of Bosworth Field in 1485 to protect Henry VII, this royal bodyguard has remained in existence ever since. (Histoire vulgarisée).

(15) Over recent decades new materials have made tennis rackets ever bigger, lighter and more powerful. (Mathématiques vulgarisées).

47À l’inverse, les emplois de cette conjugaison en discours spécialisé, en particulier dans le mode métadiscours, paraissent plus complexes car le lien avec T0 est moins évident à appréhender que dans le report. La situation repère est le discours en train de se faire, et l’inter-discours. L’auteur spécialisé aura ainsi recours au present perfect pour inclure sa démarche et ses jugements dans l’espace textuel (son propre discours) :

(16) I have suggested that access is a way of analysing space and its uses that incorporates different criteria through which decisions were made. (Histoire spécialisée).

(17) This article has examined diaries to enhance our understanding of the leisure activities of the 18th and early19th century upper and middle class Londoners. (Histoire spécialisée).

48Le present perfect sera aussi convoqué pour décrire la sphère du débat scientifique et le positionnement des autres experts (interdiscours) et permet donc de dresser un état de la recherche dans une discipline donnée :

(18) Historians have examined an array of commercial spaces of entertainment outside the home […] The ‘commercialization of leisure’, as this process has been dubbed, has been the primary narrative for analysing leisure in late Stuart and Georgian England. (Histoire spécialisée).

49Aborder cette forme si problématique pour les étudiants francophones via les modes de discours, d’abord dans le report et l’information (en vulgarisé), puis dans le métadiscours (en spécialisé), permet donc l’étude de ses différentes valeurs de façon progressive. L’aspect pragmatique des modes de discours est aussi un atout considérable qui permet aux étudiants de comprendre dans quelles situations et dans quels buts on doit utiliser le perfect.

Conclusion

50Même si la totalité du corpus n’a pas encore été annotée en modes de discours, les résultats déjà obtenus mettent au jour quelques pistes intéressantes. La distribution différente des modes de discours selon le degré de spécialisation des textes semble acquise. On a constaté que les textes spécialisés étaient plus uniformes du point de vue des modes de discours que les articles de vulgarisation, les premiers étant majoritairement constitués autour de trois modes (argumentation, information, métadiscours) alors que les seconds font appel à l’ensemble des modes de discours.

51Il est par ailleurs apparu que les modes de discours constituent l’interface pertinente entre marqueurs grammaticaux et types de textes, dans la mesure où, contrairement aux genres, ils sont susceptibles d’être caractérisés de façon à la fois formelle et pragmatique.

52D’un point de vue didactique, ils représentent aussi l’interface entre grammaire et genre qui devrait pouvoir aider les étudiants à mieux maîtriser la langue. Le recours aux modes de discours constitue en effet une façon prometteuse de concilier approche communicationnelle et enseignement de la grammaire.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.-M. 1992. Les textes : Types et prototypes. Paris : Nathan.

Bondi, M. 2009. « Writing economic history : the narrator and the arguer ». In Gotti, M. (ed.). Trading Identities. Commonality and Individuality in English Academic Discourse. Bern : Peter Lang, 163-190.

Boulton, A. & S. Wilhelm. 2006. « Habeant Corpus – They should have the body. Tools learners have the right to use ». ASp, 49-50 : 155-170.

Conseil de l’Europe. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues. Paris : Éditions Didier.

Crismore, A. & R. Farnsworth. 1990. « Metadiscourse in popular and professional science discourse ». In Nash, W. (Ed.). The Writing Scholar. Studies in Academic Discourse. Written Communication Annual. An International Survey of Research and Theory, volume 3. Newbury Park : Sage, 118-136.

Goutéraux, P. 2007. « Représentations et appropriation de l’aspect Perfect ». Les Langues Modernes 2. http://www.aplv-languesmodernes.org/IMG/pdf/2_2007_gouteraux_site.pdf. Consulté le 18 septembre 2011.

Grize, J.-B. 1990. Logique et langage. Paris : Ophrys.

Langacker, R. 1987. Foundations of Cognitive Grammar, vol. 1. Stanford : Stanford University Press.

Lapaire, J.-R. & W. Rotgé. 1991. Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Moirand, S. 1999. « L’explication ». In Beacco, J.-C. (dir.). L’astronomie dans les médias. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 141-167.

Pic, E. & G. Furmaniak. 2010. « Grammaire et degré de spécialisation ». ASp, 58 : 39-55.

Pic, E. & G. Furmaniak. 2012a. « De la langue spécialisée à la langue vulgarisée : approche grammaticale ». ASp, 61 : 39-54.

Pic, E. & G. Furmaniak. 2012b. « Le degré de spécialisation comme facteur de variation de la représentation du JE ». In Frath, P. et al. (dir.). Res-per-nomen III : La référence, la conscience et le sujet énonciateur / Reference, Consciousness and the Speaking Subject. Reims : Éditions et Presses Universitaires de Reims, 193-218.

Sinclair, J. 2005. « Corpus and text – Basic principles » In Wynne, M. (ed.). Developing Linguistic Corpora : A Guide to Good Practice. Oxford : Oxbow Books, 1-16.

Smith, C. 2003. Modes of Discourse. The Local Structure of Texts. Cambridge : Cambridge University Press.

Swales, J. 1990. Genre Analysis. Cambridge : Cambridge University Press.

Swales, J. & C. B. Feak. 2000. English in Today’s Research World : A Writing Guide. University of Michigan Press, Ann Arbour, Michigan.

Varttala, T. 2001. « Hedging in scientifically oriented discourse. Exploring variation according to discipline and intended audience ». Doctoral dissertation. Finland : University of Tampere. http://acta.uta.fi/pdf/951-44-5195-3.pdf. Consulté le 18 septembre 2011.

Vihla, M. 1999. Medical writing : Modality in focus. Amsterdam : Rodopi.

Vihla, M. 2000. « Epistemic possibility : A study based on a medical corpus ». In Kirk, J. M. (ed.). Corpora Galore : Analyses and Techniques in Describing English. Amsterdam : Rodopi, 209-224.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un « Projet Innovant » porté par les auteurs sur la période 2011-2013 et financé par le Conseil Scientifique de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

2 En termes de genre, nous avons porté la plus grande attention au maintien d’un haut niveau d’homogénéité au sein de (et entre) chaque sous-corpus. Les différences liées au genre entre les textes spécialisés et vulgarisés sont minimales (il s’agit d’articles dans les deux cas).

3 « Astronomy Now falls into the genre of ‘popular science magazine’. » http://www.astronomynow.com/.

4 Logiciel d’annotation en parties du discours accessible en ligne à http://ucrel.lancs.ac.uk/claws/.

5 L’annotation du corpus en modes de discours se poursuit. Les résultats analysés pour cet article portent sur un échantillon représentatif du corpus d’environ 50 000 mots sur trois disciplines.

6 La non-clôture peut être définie par un renvoi à un contenu qui n’est pas encore stabilisé.

7 Nous avons choisi de conserver le terme anglais de Smith (2003), car « rapport » et « reportage » renvoient à des genres à part entière qui ne recouvrent pas le mode report tel que défini par Smith.

8 Il s’agit d’énoncés non spécifiques avec un sujet générique comme The lion has a bushy tail ou avec un sujet spécifique, comme She speaks French.

9 Smith (2003 : 174) subdivise ces entités abstraites en facts et propositions. Nous préférons parler de propositions dans les deux cas afin de signaler leur statut d’objets de discours.

10 « People intuitively recognize passages of the discourse modes ».

11 Voir, à ce sujet, le texte du 28 janvier 2011 de la Commission « Formations » de la SAES : « Évolution et enjeux des formations et de la recherche dans le secteur LANSAD » (accessible en ligne à http://ll.univ-poitiers.fr/saesfrance/spip.php?article262.

12 Swales et Feak (2000 : 35) définissent les moves comme suit : « bounded communicative act[s] that [are] designed to achieve one main communicative objective ».

13 Ceci ne préjuge pas de différences entre les disciplines. L’utilisation du present perfect est, par exemple, plus fréquente en histoire qu’en philosophie mais, au sein de ces disciplines, il n’apparaît pas de différences significatives entre discours spécialisé et vulgarisé quant au recours à cette forme. En revanche, la variation entre spécialisé et vulgarisé autour du present perfect est sensible en mathématiques (forme beaucoup utilisée en vulgarisation).

14 Les valeurs communément attribuées au present perfect sont les suivantes : valeur résultative (The taxi has arrived) ; valeur d’expérience (Have you ever been engaged ?) ; continuité d’un procès (She has been sick for two weeks).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des modes de discours en corpus spécialisé et vulgarisé
Légende Rouge : corpus spécialisé. Bleu : corpus vulgarisé
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4897/img-1.png
Fichier image/png, 93k
Titre Figure 2. Répartition des modes de discours selon la discipline et le degré de spécialisation
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4897/img-2.png
Fichier image/png, 79k
Titre Tableau . Present perfect et modes de discours
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4897/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Pic et Grégory Furmaniak, « Quelle grammaire anglaise pour l’étudiant en voie de spécialisation ? », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIII N° 3 | 2014, 35-52.

Référence électronique

Elsa Pic et Grégory Furmaniak, « Quelle grammaire anglaise pour l’étudiant en voie de spécialisation ? », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIII N° 3 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/4897 ; DOI : 10.4000/apliut.4897

Haut de page

Auteurs

Elsa Pic

Agrégée d’anglais, Elsa Pic est maître de conférences en linguistique anglaise à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle fait partie de l’équipe de recherche PRISMES EA 4398. Ses recherches portent sur la terminologie, l’anglais juridique et les spécificités linguistiques des langues de spécialité.
elsa.pic@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Grégory Furmaniak

Agrégé d’anglais, Gregory Furmaniak est maître de conférences en linguistique anglaise à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Il a une longue expérience de l’enseignement en secteur LANSAD. Il fait partie de l’équipe de recherche PRISMES EA 4398. Ses recherches portent sur l’aspect et la modalité ainsi que sur l’anglais de spécialité.
gregory.furmaniak@univ-paris3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page