Navigation – Plan du site
Banc d'essai

Lexibase Pro: Collins-Robert French Dictionary (Collins-Softissimo) v 5.0 - 2002

Pour intégrer des outils électroniques de référence dans l’enseignement de l’anglais1 - Compte rendu rapide d’utilisation
Alain Cazade
p. 80-86

Texte intégral

Caractéristiques

  • 1 Ce texte est issu d’une communication présentée au Congrès de la SAES à Grenoble, en 2003, dans l’A (...)

1Prix : Lexibase Collins Pro : 99 € HT.

2Lexibase Intranet : à partir de 5000 € (un tarif négocié en fonction de plusieurs critères et, notamment, le nombre de poste connectés).

3Conditions d’utilisation annoncées :

  • PC Pentium 100 % compatible avec Windows 95-98-Me-NT4.0-2000-XP ;

  • 32 Mo de mémoire vive - 40 Mo d’espace disque disponible ;

  • Lecteur de CD-ROM.

4Présentation à l’adresse : http://www.softissimo.com/​dirige.asp?page=collins/​collins.htm

5Le produit a été testé en version « pro » anglais / français, qui inclut une possibilité de recherche « plein texte » (voir ci-dessous) sans laquelle il perd beaucoup de son attractivité.

6Une autre version a été testée, utilisable via un code d’accès depuis l’Internet (lien direct avec le site concerné). Elle est assez semblable et a l’avantage de ne pas nécessiter d’installation sur les postes utilisateurs. Précisons malgré tout qu’elle souffre de ne pas proposer le mode recherche « plein texte ».

Contenu annoncé pour le binôme français / anglais

  • Tout le contenu de la version papier du grand dictionnaire bilingue Robert & Collins sur CD-ROM + le dictionnaire monolingue anglais et le thésaurus ;

  • 480 000 traductions du français vers l’anglais, et vice versa ;

  • 6 paires de langues annoncées, trois testées (français / anglais, français / allemand, français / espagnol). Voir le site du producteur pour suivre l’évolution du produit.

7Nota : le dictionnaire est entièrement recopié sur le disque dur, ce qui augmente la facilité d’utilisation du produit : le lecteur de cédérom reste accessible et surtout les temps d’accès sont diminués.

8L’outil ne comporte pas d’enregistrements sonores (un module de prononciation synthétisée a été demandé au minimum aux éditeurs et devrait être fourni dans de prochaines éditions).

9L’éditeur est par ailleurs en train de mettre au point une nouvelle version du Lexibase Collins Pro qui comprendra une présentation des conjugaisons, un guide d’aide à la rédaction et des expressions utiles dans ce sens.

Modes d’utilisation

  • Utilisation progressive : par entrées principales.

  • Mode recherche « plein texte » : il donne accès à toutes les occurrences d’un terme dans le dictionnaire ou dans le thesaurus.

  • 2 types de présentation des résultats : complet (Lexibase), ou mode allégé : une fenêtre popup présente alors une seule entrée principale à la fois.

  • Comme avec la plupart des outils de cet ordre, une touche d’accès rapide rend l’outil disponible depuis tout programme tournant sous Windows.

10Quelques aspects positifs :

  • pour lancer le logiciel depuis un autre produit, il suffit de sélectionner un mot et d’activer une combinaison de touches que l’on aura choisie et qui est partiellement modulable ;

  • la recherche effectuée est lemmatisée : en ciblant study, on retrouve studies, studied, studying, mais aussi (faut-il s’en étonner ?) stud !

  • l’usage de la mollette de souris permet de faire défiler le contenu des fenêtres résultats.

11Un certain nombre d’options de recherche sont offertes :

  • mode approximatif : il augmente le nombre de résultats et se révèle utile en cas d’hésitation sur l’orthographe, par exemple ;

  • le mode plein texte  peut faire afficher une quantité intéressante d’informations, mais on peut choisir d’inclure ou non les idiomes, les contextes, les traductions, les formes fléchies, etc. ;

  • le nombre de résultats par fenêtre est modulable ;

  • reconnaissance automatique de la langue source par l’outil dictionnaire (malgré quelques problèmes rencontrés au chargement du dictionnaire version popup sous Windows XP).

12Quelques regrets à ce stade :

  • c’est le dernier outil choisi qui s’ouvre : si le thesaurus a été choisi en dernier et si un mot français est sélectionné au moment de l’appel au dictionnaire, celui-ci cherche dans le thesaurus le mot anglais qui s’en rapproche le plus ! On ne peut que suggérer aux éditeurs de faire en sorte que l’outil tente de reconnaître la langue d’origine de l’item sélectionné et que, lorsqu’il n’y a pas ambiguïté et que c’est nécessaire, il bascule automatiquement en mode dictionnaire, qui sait opter pour la langue d’origine ;

  • on regrettera également qu’il ne soit pas possible, en mode popup, de recopier / récupérer tout ou partie de l’affichage proposé ;

  • lorsqu’on travaille en mode popup : aucun accès au dictionnaire complet n’est offert. Un bouton d’accès rapide, pour approfondir la recherche en cas de besoin, serait indispensable ;

  • il est demandé de choisir, avant utilisation, l’outil qui sera lancé automatiquement : soit le dictionnaire bilingue, soit le thesaurus. Il serait, là encore, bien plus efficace de permettre un usage combiné des deux outils. À aucun moment, cet usage simultané de deux outils, indispensable à notre avis, n’est possible.

Modes d’affichage

131. Mode détaillé : avec toutes les entrées principales ou secondaires affichées (ou non) dans la fenêtre index à gauche ;

142. Mode synthétique : très utile en cas d’entrée un peu longue (verbes do, make, have, etc.) pour avoir une meilleure idée d’ensemble. Le basculement entre les deux modes est très simple à réaliser.

15Modularité ergonomique : il est possible de changer les tailles de police, l’interlignage, les couleurs et styles (gras, souligné, etc.), etc. Ces possibilités d’affichage rendent les résultats très lisibles et facilement repérables.

Interface de consultation 

Figure 1. Aperçu de l’interface principale

Figure 1. Aperçu de l’interface principale

16L’interface principale est séparée en quatre fenêtres (voir figure 1 ci-dessus) :

171. la fenêtre recherche, où l’on entre les données recherchées ;

182. la fenêtre des entrées reconnues : elle affiche la portion de l’index général pointant sur les entrées que suggèrent les caractères écrits dans la fenêtre de recherche (un mot étant complet, correct ou mal épelé) – certains affichages en grisé correspondent à des sous-entrées (nota : on peut ne pas y faire figurer les sous-entrées pour clarifier l’affichage) ;

193. la fenêtre des entrées approchées (ex. pour aider la recherche, quand on écrit denger dans la fenêtre de recherche en français, y sont suggérées les entrées se rapportant à « danger » : danger, dangereusement, dangerosité, etc. En anglais, entrer leek permet d’obtenir également, en entrées approchées, leak, leakage, leak in, out, etc. – ce qui permet de ne pas s’égarer parmi les poireaux quand on cherche d’où vient la fuite… ;

204. la fenêtre résultat (développée) où sont indiqués : transcription phonétique, verbes prépositionnels, expressions idiomatiques, etc. L’aperçu de l’entrée correspondant à un terme explicatif dans la fenêtre résultat (clic droit sur le mot voulu) peut être affiché en incrustation sur celle-ci sans effacer les résultats déjà présents, ce qui permet de ne pas perdre l’affichage en cours.

21Nota : La simplicité visée fait afficher une seule variante de prononciation, qui privilégie par exemple, la prononciation anglaise du mot advertisement. Ce choix ne justifie en revanche aucunement des erreurs de transcription, comme celle qui concerne ce terme, par exemple :
advertisement /ədˈvʊ:tɪsmənt/ ou encore bird /bʊ:d/. Le caractère manquant (/ɜ:/) existe pourtant bel et bien dans la police phonétique utilisée (phongz).

22Un clic droit sur un mot quelconque de la fenêtre résultat du dictionnaire donne accès à plusieurs options :

  • rechercher : ouvre le dictionnaire correspondant à l’entrée (en permutant la langue si nécessaire) ;

  • copier ;

  • aperçu entrée : une explication abrégée sur le terme sélectionné apparaît dans une petite fenêtre auxiliaire sans changer l’affichage de l’entrée.

Historique

23Avancée et recul dans l’historique de la recherche, soit en mode séquentiel par pas de un item (flèches latérales dans le menu supérieur), soit par désignation dans la liste déroulante de tous les items consultés (fenêtre de recherche).

Recopie

24La recopie est partielle, par défaut : par langue (car, dans un traitement de texte, on n’utilisera en définitive qu’une des deux langues à la fois).

25Toutefois, quand cela fonctionne, il est parfois possible de recopier toute une ligne en cliquant à l’extrême gauche de celle-ci (le curseur prend alors la forme d’une flèche). En fait, cette procédure donne des résultats très aléatoires à l’expérience, ce qui est regrettable car une copie plus complète du contenu d’un item peut aussi être très utile – pour se fabriquer son propre lexique spécialisé sur un thème donné, par exemple.

Recherche « plein texte »

26Les résultats sont classés en : entrées principales, mots composés, parmi des expressions (phrases ?) idiomatiques et autres exemples donnés dans le dictionnaire, parmi les contextes présents dans divers items. Des liens hypertextes sont proposés vers l’entrée source mentionnée.

27Regret : la molette ou même les touches PgUp / PgDn sont inutilisables pour « naviguer » parmi les diverses pages de résultats proposés. L’utilisation des flèches de navigation accessibles dans le bandeau menu se révèle fastidieuse à la longue.

28Recherche possible sur deux mots disjoints :
ex. lancer une recherche en français sur « bon vivant » donne : « bon vivant, il fait bon vivre à la campagne, vivre en bonne entente », etc.

29Nota : L’utilisation du mode « plein texte » depuis le thesaurus (avec des entrées particulièrement riches, comme avec le verbe make) préfigure un petit dictionnaire de collocations, lequel souffre malgré tout, si on l’utilise comme tel, d’une limitation un peu trop normative (seuls des exemples types sont proposés). Une ouverture sur un outil de collocation (cf. le dictionnaire Cobuild, par exemple), ou sur un affichage de type « concordancier » serait bienvenue, pour l’étudiant, et pour l’enseignant. Ce dernier pourrait partir des résultats obtenus pour proposer des exemples illustratifs, comparatifs, imaginer des questionnements ciblés, fabriquer des exercices, etc.

30Les résultats sont classés avec une entrée par index – cf. avec toutes les occurrences depuis les entrées et sous-entrées du dictionnaire contenant le(s) terme(s) recherché(s) – ou par catégories.
Ex. classement par catégories avec le mot study (cf. figure 2, extraits de résultats).

Figure 2. Aperçu d’un affichage de résultats en mode « plein texte »

Figure 2. Aperçu d’un affichage de résultats en mode « plein texte »

Quelques difficultés rencontrées

31En recherche plein texte, la chaîne millions of en anglais n’a pas donné de résultat. On sait que l’utilisation d’un numéral en anglais pose quelques difficultés aux apprenants français (cf. hésitation sur l’invariabilité ou non de mots comme million dans two million people, etc. )

32Pourtant, cette chaîne de caractères existe bien. En travaillant sur millions (figure 3), on obtient :

Figure 3. Exemple avec « millions »

Figure 3. Exemple avec « millions »

33Toujours en faisant une recherche plein texte sur la chaîne economic field, on obtient : (leading 1 one of the leading lights in the economic field : une des sommités en matière d’économie). Une autre recherche portant sur econom* se révèlera infructueuse, idem a fortiori sur econom* field, ce qui montre que le joker * n’est, hélas, pas traité. Il serait pourtant pratiquement indispensable de pouvoir faire une requête combinant plusieurs mots, éventuellement séparés par d’autres mots (cf. verbes à particules, expressions composées et pas toujours utilisées de façon séquentielle figée, etc.), et donc incluant des possibilités de masquages génériques.

34Dans la recherche plein texte, qui fournit parfois plus d’une dizaine de « pages » d’affichage, il serait parfois très utile de pouvoir recourir à une recherche ciblée pour traiter les résultats affichés (via l’icône « paire de jumelles », par exemple). Pour l’heure, l’outil fourni n’opère que sur la page en cours, ce qui est nettement insuffisant.

35Pourquoi, en entrant try dans la fenêtre de recherche, récupère-t-on dans la fenêtre des entrées reconnues tsar, tsarevitch, tsetse fly, T-shaped, tsk, etc., qui n’ont rien à voir avec l’item demandé ?

Débouchés pédagogiques

36Il est clair qu’un outil de cet ordre ne peut qu’apporter une aide précieuse à toute démarche pédagogique pour celui, apprenant et enseignant, qui a appris à en tirer parti à divers stades de l’approche de la langue. Cette réflexion dépasse nettement le seul cadre de la traduction, puisqu’un outil de ce type peut aider à la production écrite, libre ou guidée, à un échange courriel multilingue, à des travaux apparentés aux TPE (travaux personnels encadrés) du secondaire, et même à la préparation puis à la présentation d’exposés et donc, malgré l’absence d’un guidage sonore, à une production orale. Néanmoins l’utilisateur habitué à d’autres produits du marché regrettera précisément ici l’absence de certaines ouvertures pédagogiques de type exercices, jeux, mots croisés, etc., l’absence de sous-classements notionnels (souhait, regret, accord, désaccord, etc.), par idiomes, par catégories de sens (expressions faisant intervenir les sens, les couleurs, la taille, etc.). Quand elles sont proposées, de telles ouvertures a) permettent de dépasser le caractère au départ et par définition disparate d’un dictionnaire et b) offrent à l’apprenant-utilisateur (et au tuteur / enseignant qui essaye de l’accompagner dans son effort) une possibilité de réduire la diversité rencontrée en une série de catégories systémiques, d’organiser les connaissances et les acquisitions anticipées et ainsi de soutenir, en la facilitant, la démarche apprenante.

Conclusion

37Tout produit connaît des difficultés à sa première sortie, qui sont traitées ultérieurement par diverses mises à jour. Celui-ci mentionne une version 5.0 qui doit correspondre, en fait, à une refonte majeure de produits existant auparavant. En fin de compte, malgré un certains nombre de points critiques qu’il est difficile de ne pas mentionner dans un compte rendu qui essaye d’être informatif et impartial, il convient d’insister sur le fait que ce dictionnaire multiforme et multi-usage reste agréable à utiliser et performant. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on ne peut qu’espérer des améliorations et des ouvertures – apparemment accessibles – qui lui permettraient de figurer dans une liste, au demeurant pas si longue que cela, des outils indispensables à l’apprenant en anglais.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est issu d’une communication présentée au Congrès de la SAES à Grenoble, en 2003, dans l’Atelier « Nouvelles Technologies pour la Recherche et l’Enseignement ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Aperçu de l’interface principale
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4965/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 2. Aperçu d’un affichage de résultats en mode « plein texte »
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4965/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 3. Exemple avec « millions »
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/4965/img-3.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cazade, « Lexibase Pro: Collins-Robert French Dictionary (Collins-Softissimo) v 5.0 - 2002 », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXII N° 3 | 2003, 80-86.

Référence électronique

Alain Cazade, « Lexibase Pro: Collins-Robert French Dictionary (Collins-Softissimo) v 5.0 - 2002 », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXII N° 3 | 2003, mis en ligne le 18 octobre 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/4965 ; DOI : 10.4000/apliut.4965

Haut de page

Auteur

Alain Cazade

Université Paris 9

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page