Navigation – Plan du site
Banc d'essai

L’anglais des affaires vu par Oxford University Press

Marie-Françoise Narcy-Combes
p. 156-159

Texte intégral

  • 1 Dans les références bibliographiques, nous abrégeons Oxford : Oxford University Press en OUP.

1Nous avons reçu récemment plusieurs publications des éditions Oxford University Press1, qui peuvent intéresser ceux qui enseignent dans le secteur LANSAD. Nous en donnons ici un compte-rendu, avec l’intention de revenir dans quelques mois proposer pour certains de ces ouvrages une appréciation circonstanciée de leur utilité sur le terrain.

Commercial Correspondence

Ashley, A. 2003. Oxford Handbook of Commercial Correspondence. OUP

Ashley, A. 2003. The Oxford Correspondence Workbook. OUP

2Voici une réédition de l’excellent ouvrage de A. Ashley. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le manuel conduit l’utilisateur pas à pas à travers les méandres et chausse-trappes de la correspondance commerciale avec une sûreté et une clarté tout à fait remarquables. Pour avoir eu entre les mains de nombreux exemplaires d’ouvrages de ce type, je dois dire que je n’en ai jamais rencontré de cette qualité. Complet, documenté, structuré, le livre permet vraiment aux professionnels et aux étudiants qui envisagent une carrière commerciale de connaître les arcanes de la correspondance commerciale. Les sujets abordés (lettres de demande de renseignements, cotations, commandes, paiement, réclamations, transport, banque, assurance, recherche de financement) permettent de couvrir la quasi-totalité des situations que l’on peut rencontrer dans le monde du commerce international. Pourtant l’auteur a complété ce tour d’horizon en ajoutant trois unités sur diverses situations dans le monde du travail, comme la correspondance liée à la recherche d’un emploi.

3Chaque unité (il y en a 15) comporte une introduction au thème traité, présente et explique les concepts clés qui y sont liés, et fournit une liste de différentes possibilités offertes pour exprimer ces concepts, ce qui permet de comprendre le fonctionnement des différentes instances rencontrées dans le domaine traité. S’y ajoute un grand nombre d’exemples de lettres accompagnées de questions de compréhension ciblant le contenu, mais aussi le vocabulaire, le style et le rôle respectif des correspondants. Ceci permet une véritable déconstruction des modèles pour une compréhension en profondeur. À l’enseignant de proposer une reconstruction. Au fil des unités, nous retrouvons les mêmes correspondants, ce qui permet une mise en perspective de leurs échanges qui constituent des études de cas intéressantes et tout à fait réalistes. À la fin de chaque unité figure une liste de points importants à mémoriser.

4Le livre se termine par la liste des réponses aux questions de compréhension permettant l’autocorrection et le travail autonome, un glossaire des termes commerciaux employés et un index, éléments utiles et absents de l’édition précédente. La nouvelle édition a été modernisée et inclut les changements dans les habitudes des entreprises liées au développement du courrier électronique. Sa présentation est également plus aérée et a gagné en lisibilité. Par contre, l’ouvrage est devenu par là même plus encombrant. Le cahier d’activités qui accompagne le manuel propose une série de tâches en relation avec chaque unité. On y trouve des microtâches qui favorisent l’attention aux formes et à l’analyse, et des tâches de production, des plus guidées aux plus libres. Pour chacune des tâches une proposition de corrigé apparaît en fin d’ouvrage. L’ensemble permet un auto-apprentissage efficace.

Workshop Series

Wood, Neil. 2003. Business and Commerce (Workshop Series). OUP

Wood, Neil. 2003. Tourism and Catering (Workshop Series). OUP

Demetriades, Dinos. 2003. Information Technology (Workshop Series). OUP

White, Lindsay. 2003. Engineering (Workshop Series). OUP

5Dans la série Workshop, nous avons reçu quatre ouvrages portant sur des domaines liés à la langue pour spécialistes d’autres disciplines. Chaque ouvrage propose des activités bien ciblées sur le domaine de référence, telles que préparer et participer à une réunion ou préparer et faire une communication en anglais des affaires, lire une notice technique ou interpréter des statistiques pour les techniciens, faire des recherches sur Internet ou créer un site Web pour les informaticiens, etc.

6Les activités proposées sont résolument inscrites dans le paradigme communicationnel et proposent un échauffement via des pré-questions, une activité de lecture guidée (scanning), des microtâches orientées langue (noticing), puis des interactions à l’oral sous forme de pairwork ou de groupwork. Enfin, sous la rubrique « Get real » les ouvrages proposent un élargissement et un lien avec le monde du travail et la réalité du domaine, par exemple, en anglais des affaires, rechercher sur le Web ou dans la presse des informations sur une multinationale et présenter à l’oral l’entreprise, ses activités, ses principaux marchés et ses concurrents ; pour les informaticiens : rechercher les sites qui proposent de télécharger de la musique moyennant finances, relever le type de musique proposé, les services offerts et les prix, puis présenter à l’oral les résultats, en décidant quel site est le meilleur et pourquoi. Cette partie est sans doute la plus motivante pour les étudiants et l’enseignant pourra tirer partie des nombreuses idées qu’elle avance. Pour les autres activités, nous nous proposons de tester deux des manuels auprès d’étudiants de licence, et donnerons nos résultats ultérieurement.

Clark, Stewart & Graham Pointon. 2003. Word for Word. OUP

  • 2 « In the UK means a holiday on a week day, generally a Monday, when banks, public offices and most (...)

7Voici un amusant recueil lexical qui examine en les comparant le sens de près de 3000 mots anglais susceptibles de poser des problèmes de communication en raison des confusions qu’ils engendrent parfois chez les non-natifs. Quelle différence faites-vous entre executive, executioner et executor ? Aucune, pour certains, d’où cette production étonnante : He described his job as financial executioner. Qu’est-ce que bank holiday au Royaume Uni ? Et aux Etats-Unis ?2

8L’ouvrage distingue ainsi l’usage des items lexicaux de part et d’autre de l’Atlantique, et consacre une centaine d’encadrés à des conseils pratiques sur des sujets aussi variés que la rédaction de lettres ou de courriers électroniques, l’emploi du trait d’union ou des majuscules, les chiffres romains et arabes, la prononciation de « v » et de « w » ou encore des conseils pour éviter le langage « sexiste », tout en comparant et expliquant les différences entre l’anglais américain et l’anglais britannique. Il comporte un glossaire des mots présentés et un autre des notes pratiques, ce qui en facilite l’utilisation.

9Ce livre peut être utilement conseillé aux étudiants qui hésitent entre discipline, subject, field ou area par exemple pour parler de leur éducation, et ont à cœur d’employer le mot juste.

Duckworth, Michael. 2003. Business Grammar and Practice. OUP

10Ce livre de grammaire peut être conseillé aux étudiants qui souhaitent renforcer leurs connaissances grammaticales de façon autonome. Il suit le schéma classique Presentation – Practice – Production. La rubrique Presentation reprend les différents points de grammaire suivant la façon descriptive traditionnelle (description des structures et règles d’emploi). La rubrique Practice propose deux types d’exercices : des exercices contraints portant précisément sur le fait de langue à acquérir, et des exercices contextualisés : le fait de langue se rencontre dans le cadre d’un texte portant sur un des domaines de la langue des affaires. La rubrique Production propose des activités de rédaction à des degrés variés de guidage, sans pour autant qu’il y ait de véritable progression à l’intérieur d’une rubrique ou d’une rubrique à l’autre ni à proprement parler de variété, ce que l’on peut regretter. Des tests permettent à l’étudiant de s’autoévaluer à la fin de chaque étape.

11Tous les documents (articles de journaux, graphiques et diagrammes) sont récents et se réfèrent, tout comme les énoncés des exercices et activités, au monde des affaires, ce qui permet aux étudiants de réactiver des items lexicaux et des capacités dont ils auront besoin en situation professionnelle. L’ouvrage est clair et agréable d’utilisation. L’approche est plutôt systématique, ce qui peut rassurer les étudiants qui travaillent seuls.

Haut de page

Notes

1 Dans les références bibliographiques, nous abrégeons Oxford : Oxford University Press en OUP.

2 « In the UK means a holiday on a week day, generally a Monday, when banks, public offices and most other businesses are officially closed: ‘are you going anywhere for the bank holiday ?’ In the US means a holiday on a week day when banks are closed, usually on special instructions from the federal administration ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Narcy-Combes, « L’anglais des affaires vu par Oxford University Press », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 1 | 2004, 156-159.

Référence électronique

Marie-Françoise Narcy-Combes, « L’anglais des affaires vu par Oxford University Press », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 1 | 2004, mis en ligne le 18 octobre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/4967 ; DOI : 10.4000/apliut.4967

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Narcy-Combes

CERCI, Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page