Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La publication de ce volume marque un tournant dans l’histoire de la revue Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT. Si l’APLIUT reste l’éditeur de la revue, la rédaction de chaque numéro sera désormais régulièrement confiée à des comités de rédaction invités, issus tantôt de l’APLIUT, tantôt d’autres associations et aussi, nous l’espérons, à des comités de rédaction mixtes. L’Association pour la Recherche en Didactique de l’Anglais et en Acquisition (ARDAA) et le Rassemblement National des Centres de Langues de l’Enseignement Supérieur (RANACLES) ont été les premières associations à répondre positivement à cette initiative pour une mutualisation des résultats de la recherche dans le domaine des langues de spécialité. D’autres participent aussi à la réflexion et cette ouverture promet d’être fructueuse pour la recherche en enseignement/apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur.

2Les dix textes réunis ici par le comité de rédaction de l’ARDAA permettent de faire le point sur les recherches et les pratiques en didactique de l’anglais à tous les niveaux du système éducatif français et d’envisager les développements à venir dans ce domaine. Le lecteur trouvera dans ce numéro des Cahiers une vision historique des méthodologies de l’enseignement de l’anglais, la remise en question d’une théorie et d’une méthode bien établies, les résultats de recherches sur les processus cognitifs mis en œuvre dans l’apprentissage d’une langue, des expériences visant l’appropriation d’outils numériques par un public de futurs enseignants ou d’apprenants actuels, et une étude sur l’identité professionnelle des enseignants d’anglais locuteurs natifs.

3Claire Tardieu ouvre le volume avec une réflexion sur l’évolution des méthodologies de l’enseignement de l’anglais en France. L’histoire qu’elle retrace apparaît ponctuée de textes officiels introduisant des ruptures successives qui dessinent un mouvement de balancier entre deux types d’approche – approches directes (qui favorisent un objectif pratique) et approches indirectes (qui incluent un objectif culturel et intellectuel). Cette étude diachronique permet à C. Tardieu de mettre en lumière des phénomènes de rémanence et de résurgence de chaque méthode après que des changements radicaux ont été opérés et l’incite, en conséquence, à relativiser les progrès censément introduits par des simplifications schématiques et à prôner une « troisième voie » de réconciliation plutôt que la mise en opposition des théories sous-jacentes aux méthodes.

4Heather Hilton questionne un postulat qui a servi de fondement à la didactique communicative et actionnelle : l’hypothèse de Krashen – c’est-à-dire l’opposition entre l’acquisition naturelle d’une langue en contexte immersif et l’apprentissage en milieu scolaire. Elle met en lumière un certain nombre d’imprécisions et d’amalgames qui, selon elle, limitent la portée de ce postulat, en dépit du succès qu’il a remporté, et elle en propose une mise à jour terminologique et théorique, à la lumière des sciences cognitives. Au terme de son étude, elle suggère d’abandonner la dichotomie acquisition/apprentissage au profit d’une hypothèse plus rigoureuse sur les apprentissages implicites et explicites, en milieu scolaire comme en situation d’immersion.

5Pour sa part, c’est la démarche scientifique à la base des enquêtes empiriques en didactique des langues cultures que questionne Martine Derivry-Plard. Alors que les chercheurs français ont tendance à privilégier les approches qualitatives, l’auteur s’appuie sur les résultats d’une recherche quantitative de type sociologique pour démontrer l’apport potentiel des enquêtes quantitatives. Sa question de recherche – les enseignants locuteurs natifs obtiennent-ils de meilleurs résultats que les locuteurs non natifs ? – permet d’observer des relations que les approches qualitatives ne peuvent mettre en évidence et de déconstruire les représentations traditionnelles.

6L’article de Rebecca Dahm propose une réflexion sur les processus cognitifs. Grâce à une approche plurielle, elle examine les stratégies naturellement mises en œuvre et les liens cognitifs et linguistiques que des élèves de 5e parviennent à établir entre des langues inconnues d’eux (néerlandais, italien, finnois) et les langues de leur propre répertoire linguistique (anglais et français). L’analyse montre que les élèves prennent appui sur leurs savoirs et leurs savoir-faire pour résoudre les problèmes d’accès au sens auxquels ils sont confrontés, développant ainsi une réflexion métalinguistique et une capacité de décentration à la base de la compétence plurilingue.

7L’étude de Pascale Goutéraux porte également sur les processus cognitifs. Elle est fondée sur l’hypothèse que les tâches communicatives faisant appel à l’appréciation affective et esthétique contribuent à développer la compétence discursive d’apprenants d’anglais. L’analyse d’un corpus expérimental constitué des réactions des apprenants à quatre tableaux permet de tester cette hypothèse en montrant l’intérêt de tâches qui favorisent l’expression de l’émotion et des sentiments en dépassant la pauvreté lexicale habituelle des apprenants. Les résultats de cette recherche confirment donc que les œuvres d’art peuvent servir de déclencheurs à une verbalisation riche en anglais.

8La recherche-action menée en Centre de langues par Nicola Macré a pour origine les difficultés de mise en œuvre de l’autonomie dans les dispositifs d’autoformation chez les étudiants de niveau A2/B1. L’auteur croise les données issues, d’une part, de journaux de bord d’apprenants et d’entretiens semi-directifs avec ces derniers, et d’autre part, les données d’un questionnaire. Son analyse fait ressortir qu’un faible niveau en anglais s’accompagne pour les étudiants d’un sentiment de frustration dû à la réalisation d’un écart important entre leurs compétences en langue et le niveau de compétence à atteindre. Ce résultat souligne l’importance des facteurs propres à la personne (biologiques, sociologiques, psychologiques) dans le sentiment d’efficacité personnelle et la motivation. Il apporte la confirmation qu’il faut agir sur les stratégies d’anticipation, de définition de l’objectif, d’auto-évaluation et sur les mécanismes du processus d’autorégulation pour modifier les comportements des apprenants, les aider à s’approprier un dispositif d’apprentissage en autonomie et leur permettre d’acquérir le « métier d’étudiant ».

9Shona Whyte propose un modèle socioconstructiviste pour répondre aux besoins immédiats et à venir d’un public de futurs enseignants de plusieurs langues étrangères en leur apprenant à intégrer efficacement les TICE à leurs cours. S’investir dans des pratiques collaboratives hors présentiel, choisir des contenus numériques, filtrer parmi l’abondance des ressources Internet, s’approprier des compétences techno-pédagogiques, prendre en main son propre développement professionnel sont autant de défis que doivent relever les futurs enseignants. L’article présente le suivi de plusieurs projets de groupe (curation numérique, wikis, médias sociaux) dans le cadre d’une expérience de travail collaboratif en réseau.

10L’article de Carmenne K. Thapliyal est une autre illustration des affordances éducationnelles offertes par les outils numériques et les médias sociaux. Il s’agit à nouveau de l’appropriation d’outils numériques par un public de futurs enseignants. L’auteur présente un projet d’utilisation de blogs comme journaux de réflexion sur l’apprentissage de la langue et comme plateformes de partage de l’information. L’analyse montre que l’expérience a facilité l’expression personnelle des apprenants, développé leur autonomie, initié une réflexion sur l’apprentissage et favorisé l’interaction.

11Denyze Toffoli et Geoff Sockett s’intéressent à une autre incidence du développement des outils numériques : l’apprentissage informel de l’anglais en ligne. Pour répondre à la question de recherche à l’origine de leur article – l’écoute de musiques en anglais favorise-t-elle l’apprentissage de la langue ? –, ils ont interrogé des étudiants sur leurs pratiques dans ce domaine. Le questionnaire est complété par une demande de traduction de quatre phrases de chansons en anglais bien connues. Les résultats montrent un lien entre la pratique d’écoute de chansons en ligne dans la langue cible et la compréhension des paroles de chanson, ce que confirment les déclarations des étudiants.

12À partir d’un corpus d’entretiens, Claire Griffin examine l’identité professionnelle des enseignants d’anglais locuteurs natifs sous l’angle du concept de transparence ou de l’impact de la visibilité de « l’identité native ». Les difficultés que rencontrent ces enseignants à s’intégrer dans le système éducatif français soulignent le délicat équilibre qu’ils doivent trouver, entre identification au groupe professionnel et conservation de leur identité anglophone. C. Griffin constate que la visibilité de l’identité « locuteur natif » est un phénomène fluctuant et que les enseignants anglophones dans le système français semblent entretenir un rapport complexe avec leur « native side ».

13À l’issue de ce riche parcours sur la recherche en didactique de l’anglais, il ne me reste plus qu’à souhaiter une bonne lecture à tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIII N° 2 | 2014, 9-11.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIII N° 2 | 2014, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://apliut.revues.org/4983

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Mireille Hardy est Rédactrice en chef de la revue.
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page