Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La thématique retenue pour ce numéro coordonné par RANACLES (Rassemblement national des centres de langues de l’enseignement supérieur), « La formation en langues/LANSAD dans les centres de langues : état des lieux et perspectives », nous permet de faire un point sur une vingtaine d’années d’existence des centres de ressources en langues ou centres de langues (CRL), tant dans les universités françaises que dans les établissements européens.

2En effet, suite à la généralisation de l’enseignement des langues aux spécialistes des autres disciplines (LANSAD) à la fin des années 1980, les universités ont progressivement organisé ce nouveau secteur en mettant en place des structures spécifiques, certaines créant des CRL, d’autres des services commun d’enseignement de langues, d’autres encore ayant les deux types de structures. L’objectif de ces nouvelles structures visait avant tout à assurer une plus grande cohérence, à la fois pédagogique et administrative, à la diversité des formations offertes. Du point de vue pédagogique, la période récente a été très riche en innovations de toutes sortes. Avec pléthore de ressources et d’outils, il n’a jamais été aussi facile de se mettre au contact d’une langue, et pourtant cette richesse ne semble que renforcer le besoin de médiation et d’accompagnement, comme certains des articles retenus pour ce numéro en témoignent. Quelles sont ces innovations ? Quel en est le bilan ? À l’heure des réseaux sociaux, quel rôle doit jouer le CRL qui peut, comme tout dispositif, être considéré comme un « entre deux », un espace transitionnel permettant de proposer de nouvelles formes d’accompagnement et surtout de nouvelles formes de pratique de la langue, tant par le recours aux pairs comme ressources d’apprentissage potentiel que par l’accès à des pratiques de la langue dans un contexte informel, hors cadre institutionnel ?

3La place du CRL est donc questionnée. Doit-il être un espace physique accompagnant des pratiques qui sortent du cadre strictement formel du cours voire du contexte institutionnel ? Doit-il plutôt être un espace virtuel dont le rôle se bornerait à donner accès à des ressources ? Cette dernière vision du CRL nous semble contre-productive puisque l’on s’ouvre vers des ressources plurielles, pas forcément conçues strictement pour l’apprentissage dans un cadre universitaire et puisque le CRL n’est pas une simple plateforme d’accès à des ressources indexées. La plus-value réside justement dans l’accompagnement, le montage de dispositifs adaptés et parfois individualisés, dans une approche qui relèverait davantage du « méga-dispositif ». Le CRL est donc un espace physique, dont la modularité a été mise en valeur dès les travaux de Nicole Poteaux ou de Brigitte Albero, et dont la flexibilité est la valeur ajoutée pour une adaptation au public.

4Ceci nous conduit à envisager sa présence d’un point de vue institutionnel, à l’heure où un nombre de plus en plus d’universités se regroupent et/ou fusionnent. La politique des langues et l’innovation pédagogique deviennent des priorités des instances de direction. On peut donc légitimement se demander si cela a un impact sur les CRL, et si oui quelle est la nature de cet impact. La question du public LANSAD se pose plus que jamais avec le montage de nouvelles structures qui émergent dans cette recomposition des institutions. En toile de fond, la même question anime tous les intervenants du secteur : quels sont les moyens à mettre à disposition des apprenants pour favoriser l’acquisition d’une langue étrangère à un niveau suffisant pour permettre son usage en milieu professionnel tout autant que dans des situations de communication quotidienne ? Quelle peut être la place du CRL, à partir de quelles approches méthodologiques et dans quelle visée en lien avec le plurilinguisme et les objectifs préconisés par le Conseil de l’Europe ?

5Les articles réunis dans ce numéro nous permettent d’aborder quelques-unes de ces questions centrales en lien avec l’enseignement/apprentissage des langues dans les CRL, et d’obtenir à la fois des pistes de réponses et différents éclairages sur les thèmes suivants :

  • les politiques des langues au sein des universités ;

  • le rôle joué par les CRL dans l’élaboration et la mise en place de ces politiques ;

  • le type de dispositif à construire dans ce cadre, du présentiel enrichi à l’autoformation guidée en passant par différents degrés d’hybridité ;

  • les formations et types d’apprentissage proposés aux apprenants du secteur LANSAD au sein des CRL ;

  • les formations permettant de se familiariser avec les nouveaux rôles qu’impliquent la conception et la gestion des CRL.

6La question se pose donc à un triple niveau éducatif : en lien avec les politiques des langues européennes ou nationales (niveau macro) ou des établissements (niveau méso), pour la construction d’un dispositif cohérent et efficace localement (niveau micro), qui permette, à l’instar d’Albero (2002), de penser « entre la contingence et l’utopie », c’est-à-dire en s’appuyant sur des éléments didactiques validés par la recherche tout en s’adaptant aux exigences (et parfois restrictions) du contexte local.

7Les pratiques sont plurielles, mais les éléments qui doivent nourrir la réflexion restent clairement identifiés autour des questions d’accès à la langue, d’organisation des éléments du dispositif, de choix de ressources ou encore de prise en compte du public, dans sa pluralité disciplinaire et les effectifs parfois pléthoriques en fonction des langues.

8L’association RANACLES, par le biais de ce numéro, est heureuse d’être accueillie par la revue RPPLSP pour coordonner ce numéro, dans l’approche interassociative qui a été entamée en 2014. Cela lui permet aussi de fêter ses 20 ans, en revenant sur les éléments qui composent un CRL mais aussi en proposant une approche prospective, en s’intéressant à des dispositifs innovants qui montrent combien le secteur est dynamique, à la croisée de champs disciplinaires pluriels qui le nourrissent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Rivens Mompean, Peggy Candas et Anne Chateau, « Avant-propos », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIV N° 1 | 2015, 7-8.

Référence électronique

Annick Rivens Mompean, Peggy Candas et Anne Chateau, « Avant-propos », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIV N° 1 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/5004

Haut de page

Auteurs

Annick Rivens Mompean

Annick Rivens Mompean enseigne l'anglais à l'Université de Lille. Elle est Présidente du Rassemblement national des centres de langues de l’enseignement supérieur (RANACLES).
annick.rivens@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Peggy Candas

Peggy Candas enseigne l'anglais à l'Université de Lorraine. Elle est directrice du département CRL de l’UFR LANSAD et membre du CA de RANACLES.
peggy.candas@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Anne Chateau

Anne Château enseigne l'anglais à l'Université de Lorraine. Elle est directrice de l’UFR LANSAD et trésorière de RANACLES.
anne.chateau@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page