Navigation – Plan du site
Notes

L’enseignement du français juridique en centre de langues : quelques perspectives

O ensino do francês jurídico em centro de línguas : algumas perspectivas
Christina Dechamps
p. 213-224

Résumés

Ce compte rendu de recherche a pour objectifs la présentation des différentes problématiques liées à l’acquisition des collocations et la description d’une plate-forme numérique d’apprentissage créée dans le cadre d’une formation en langue juridique et destinée à l’enseignement de ces mêmes structures. Partant du constat que les collocations – combinaisons semi-figées constituées d’une base choisie librement et d’un collocatif qui attribue un sens spécifique à l’expression – représentent une réelle difficulté pour les allophones en situation de communication authentique, cette recherche vise à comprendre le fonctionnement collo-cationnel de la langue juridique afin de mettre en place de nouvelles stratégies d’enseignement/apprentissage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’enseignement d’une langue de spécialité – et de la langue juridique en particulier – ne peut se permettre l’à-peu-près, ni faire l’impasse sur une réflexion solide dans plusieurs domaines de connaissances, comme la terminologie et la didactique des langues étrangères. Il ne peut se limiter, par exemple, à la transmission de connaissances terminologiques au hasard des textes travaillés lors des cours, mais doit considérer la richesse de la langue de spécialité considérée, ici celle du droit, en soulignant la diversité des discours (ici juridiques) et la variété des structures phraséologiques et, notamment, collocationnelles.

2C’est sur ce dernier point que le présent compte rendu de recherche entend se pencher, en exposant, d’une part, les diverses propositions émises à propos de l’enseignement de ce type de combinaisons à des étudiants allophones et en présentant, d’autre part, une expérience menée en centre de langues et, en particulier, un didacticiel qui a été réalisé pour l’enseignement des collocations terminologiques dans le cadre d’un cours de français juridique dispensé à l’Institut de Langues de l’Université Nouvelle de Lisbonne (ILNOVA).

1. Enseignement de la langue juridique et de ses collocations – ancrage théorique

3Dans nos recherches (Dechamps 2013), les collocations verbales sont celles qui ont attiré le plus notre attention. L’emploi de certains collocatifs en français (objet de notre étude), comme dans d’autres langues, relève souvent d’un exercice périlleux. Une simple substitution par un autre verbe apparemment synonyme provoque régulièrement des glissements de sens à éviter dans la communication, notamment juridique : « Adopter une loi » ne correspond pas exactement à « voter une loi ». Une loi peut être votée sans pour autant être adoptée. Dans « abroger une loi », on ne pourra jamais remplacer le collocatif par « abolir » qui est réservé aux institutions et conceptions fondamentales du système juridique.

4Ainsi, « enrichir et élargir son vocabulaire ne veut pas dire seulement apprendre des mots nouveaux, mais cela implique également apprendre des mots familiers dans des combinaisons nouvelles » (Binon & Verlinde 2003 : 16). Si, pour atteindre une maîtrise satisfaisante d’une langue, l’acquisition des collocations est une condition, celles-ci se présentent très rapidement dans le processus d’acquisition comme une difficulté particulière, surtout quand il s’agit pour les apprenants de choisir le collocatif correct à associer au terme. Les interférences avec la langue maternelle (celebrar um contrat ≠ célébrer un contrat, = conclure un contrat), les confusions d’ordre sémantique (abroger une loi, *abolir une loi), les problèmes d’adéquation au type de discours dans lequel la collocation s’insère (soumettre une loi/déférer une loi – discours de vulgarisation/discours spécialisé) sont des obstacles à gérer au mieux pour atteindre une communication efficace. Franz Josef Hausmann disait, en 1984, que « apprendre du vocabulaire, c’est apprendre des collocations » (« Wortschatzlernen ist Kollokationslernen ») (cité par Mel’čuk 1993 : 111). Avant le linguiste allemand, dans les années 30 du siècle dernier, Charles Bally est déjà conscient de l’importance de la maîtrise des collocations pour une bonne compétence communicative en langue étrangère :

L’étude des séries, et en général de tous les groupements phraséologiques, est très importante pour l’intelligence d’une langue étrangère. Inversement, l’emploi de séries incorrectes est un indice auquel on reconnaît qu’un étranger est peu avancé dans le maniement de la langue ou qu’il l’a apprise mécaniquement. (1934 : 73)

5Et sous la plume d’Aurélien Sauvageot, nous retrouvons l’affirmation suivante : « On ne saurait faire usage du vocabulaire d’une langue sans apprendre à construire ces locutions stéréotypées qui constituent le plus gros de la phraséologie utilisable » (1964 : 70).

6À partir de là, la question de l’acquisition des collocations est posée et les premières tentatives de réflexion pour trouver des solutions au niveau de leur enseignement vont surgir. Le plus grand obstacle reste encore que nous continuons à prendre le mot comme référence lorsque nous relevons et analysons les unités de sens. Cette perspective a clairement des implications dans l’enseignement d’une langue et, déjà en 1934, Bally affirmait : « Les étrangers construisent des séries incorrectes, d’abord parce qu’ils s’imaginent que les mots d’un groupe ont une existence indépendante et peuvent être remplacés par leurs synonymes » (1934 : 73).

  • 1 Quand Gledhill parle ici de phraséologie, il se réfère, entre autres, aux collocations.

7Quatre-vingts ans plus tard et toujours dans la même ligne de pensée, Danielle Leeman (2000) soutient que la structuration du lexique continue à seulement considérer l’axe paradigmatique (synonymie, antonymie, hyperonymie), sans tenir compte de l’axe syntagmatique, primordial pour l’étude des collocations. À ce propos, Serge Verlinde, Jean Binon et Thierry Selva (2006 : 88) dénoncent les dictionnaires qui continuent à esquiver les propriétés syntaxiques des unités lexicales qui, quand elles sont énoncées, le sont souvent de manière implicite dans les exemples. Or, comme l’affirme Christopher Gledhill (1997 : 86), « la phraséologie occupe une place aussi importante dans l’apprentissage des langues de spécialité que la rhétorique et la terminologie »1.

8Toutefois, il faut encore énumérer d’autres aspects de l’enseignement de ces structures qui renforcent la complexité de la question.

9Premièrement, la liste des collocations n’est pas exhaustive et « la description des collocations est […] l’un des parents pauvres de la lexicographie française » (Verlinde, Binon & Selva 2006 : 88).

10Deuxièmement, la langue maternelle est rarement utile pour comprendre ou utiliser des collocations par analogie. Chaque collocation est le reflet de la socio-culture sous-jacente à la langue étrangère étudiée et n’est pas forcément évidente pour un étudiant allophone qui ne peut pas, dans tous les cas, recourir à la logique ou à l’analogie pour produire la collocation correcte, ou même simplement pour la comprendre. C’est le cas de « casser un arrêt », peu transparent pour un lusophone.

11Troisièmement, et dans le même ordre d’idée, les collocations « ne sont pas toujours motivées sémantiquement et […] sont donc difficilement compréhensibles et prédictibles pour l’apprenant » (ibidem). Si la compréhension des collocations – qui apparaissent dans leur environnement contextuel – peut se révéler plus simple, la production continue à être un obstacle souvent insurmontable (Binon & Verlinde 2003 : 17). En effet, en situation de production, l’apprenant doit reproduire la collocation sans modifier aucun de ses éléments afin d’en conserver le sens.

12Quatrièmement, aucune règle n’a encore été proposée pour expliquer la formation des collocations. De cette façon, l’élève doit mémoriser chaque collocation car il ne peut s’appuyer sur aucune grammaire logique.

13Cinquièmement, il existe quelques difficultés à programmer l’apprentissage des collocations. Il n’y a pas de structuration, ni de catégories suffisamment évidentes qui aideraient à choisir les collocations pour chaque étape. Nous assistons à un type de « vertige » (Leeman 2000 : 42) ou de « désorganisation » (Cusin-Berche 2000 : 100) du lexique duquel dépendent les collocations.

14Enfin, comme déjà signalé, les collocations sont peu ou mal décrites dans les dictionnaires ; ce qui va représenter un obstacle supplémentaire pour l’élève qui ne pourra guère compter sur ces derniers en cas de difficultés.

15L’une des conséquences facilement observable de tout ce qui vient d’être dit est le manque de traitement didactique des collocations dans les différentes méthodes de français langue étrangère disponibles aujourd’hui sur le marché éditorial (Cavalla 2008 : 12).

16Pour dépasser le problème et faciliter la compréhension du phénomène collocationnel, une description et une analyse de l’organisation des collocations s’imposent. À ce propos, Jacques Lethuillier (1991) propose aux linguistes d’étudier le fonctionnement du processus collocatif, en établissant des méta-règles qui faciliteraient ainsi la formation. Jusqu’à aujourd’hui, ces méta-règles n’ont pas encore été découvertes. Toutefois Igor Mel’čuk (1995) propose une étude qui mérite l’attention des enseignants. Il y a déjà eu, dans une perspective didactique, quelques tentatives d’explication de la combinatoire à l’aide de la théorie sens-texte du linguiste russe et de ses fonctions lexicales. En 2000, Gérard Petit insiste sur la nécessité d’avoir une autre vision de la langue, c’est-à-dire ne pas continuer à prendre le mot comme référence, et, au contraire, concevoir des « méthodes d’acquisition globale des unités lexicales » (2000 : 55). La même année, Leeman propose une étude du lexique qui considère, de la même façon, l’axe paradigmatique et l’axe syntagmatique.

17Hausmann (1979), qui se situe dans la perspective de la langue générale, a soulevé une polémique que nous pouvons transposer au contexte de la langue de spécialité. Enseigner des collocations ne serait-t-il pas une manière d’uniformiser la langue et de ne laisser aucune place à la créativité lexicale et stylistique ? Nous touchons là à la question de la normalisation chère à la terminologie. La question posée par Hausmann a ses fondements mais il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit ici d’un problème dans le contexte de l’enseignement d’une langue étrangère et que les apprenants ont besoin de maîtriser les collocations de la langue cible, notamment en langue de spécialité. La langue de spécialité n’est en effet pas la langue générale. Chaque langue de spécialité a ses propres tournures de phrases qui ont leur raison d’être pour permettre une communication efficace et sans ambiguïtés.

  • 2 Par exemple, Marie-Claude L’Homme et Pierre Lerat.

18Il faut encore souligner l’importance des collocations V+N dans le contexte de la langue de spécialité. Déjà, en 1968, André Phal souligne l’intérêt de ces structures en parlant de verbes « primaires », verbes qui ont perdu leur sens propre pour former un grand nombre de « combinaisons périphrastiques » (1968 : 9). Le linguiste insiste sur leur présence considérable dans les langues de spécialité et d’autres, suivant son exemple, feront de même2. Pierre Lerat (2002), pour ne citer que lui, affirme que la maîtrise des verbes est essentielle pour la traduction des textes spécialisés.

19Néanmoins, les collocations verbales connaissent un traitement peu satisfaisant dans les différents documents de soutien pour l’enseignement des langues étrangères de spécialité. Il en est de même pour la langue juridique. Il s’agit d’une constatation paradoxale quand nous savons que « connaître le sens des mots, pris isolément, ne donne pas accès au sens global et provoque des contresens » (Damette 2007 : 32). À l’opposé de ce que nous pourrions penser, ce n’est pas la terminologie juridique qui empêche une maîtrise satisfaisante de la langue du droit, mais les expressions propres de ce discours qui n’existent pas dans la langue générale (Soignet 2005 : 34). Il reste donc encore beaucoup d’efforts à accomplir pour proposer des parcours pédagogiques qui favorisent l’enseignement des collocations de la langue juridique. Malgré quelques propositions intéressantes comme celle de Michel Soignet (2003), il est nécessaire de continuer les recherches dans l’objectif d’élaborer d’autres ressources ou d’améliorer celles qui existent déjà. C’est dans ce sens que nous avons décidé de travailler en approfondissant, d’une part, l’analyse du phénomène collocationnel dans le cas de la langue juridique française et, d’autre part, en proposant un ensemble d’activités portant sur les collocations de cette langue de spécialité.

2. L’enseignement du français juridique en centre de langues et la plate-forme Terminologie juridique française

20En 2006, la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l’Université Nouvelle de Lisbonne s’est dotée d’un centre de langues – ILNOVA – afin de répondre à une demande croissante de formation en langues pour spécialistes d’autres disciplines (LANSAD), demande émanant d’autres facultés et même de l’extérieur (entreprises ou particuliers).

21En ce qui concerne plus précisément la formation en français langue étrangère, le centre, de manière à répondre à de nombreuses sollicitations, a été amené, parallèlement et progressivement, à prendre deux voies : la première, celle de la spécialisation, en proposant des cours de français de spécialité (français médical, français juridique, français des sciences de la vie, etc.) ; la deuxième, celle des technologies de l’information et de la communication et du distanciel, de façon à consolider l’apprentissage effectué lors des cours présentiels, en pensant particulièrement aux élèves moins disponibles pour suivre régulièrement ces cours en raison de leur activité professionnelle.

  • 3 Pour exercice, activité et tâche, nous adoptons ici les acceptions défendues par le Cadre européen (...)

22Cela a été le cas, entre autres, de la formation en français juridique qui a été l’amorce d’une recherche simultanée en terminologie et en didactique des langues dans le cadre d’un doctorat en linguistique dont le but était d’améliorer les contenus, les supports et les méthodologies existantes. Cette recherche a abouti à la création d’une plate-forme en ligne regroupant exercices, activités et tâche finale3.

23Avant tout, il faut savoir que notre didacticiel, baptisé Terminologie juridique française, se présente comme le complément d’une formation déjà organisée. En nous basant sur l’analyse de la demande de formation et de la situation pédagogique (Mangiante 2004 ; Carras et alii 2008), nous avons ressenti le besoin de créer un ensemble d’exercices et d’activités pour renforcer l’enseignement des collocations juridiques. En effet, à plusieurs reprises, et comme nous venons de l’exposer, nous nous sommes rendu compte que l’un des plus grands problèmes d’apprentissage de la langue du droit résidait justement dans l’acquisition de ces mêmes collocations.

  • 4 Le public principal de cette formation regroupe des professionnels du monde juridique : des juriste (...)

24Par ailleurs, il nous a semblé pertinent que les exercices et les activités de ce dispositif soient accessibles et réalisables en ligne, étant donné le peu de disponibilité des apprenants4. De plus, les activités pour développer la compétence lexicale sur une plate-forme de ce type sont relativement faciles à réaliser avec l’aide des générateurs d’exercices aujourd’hui disponibles, même si ces logiciels connaissent encore certaines limites.

  • 5 Nous considérons comme corpus comparable un corpus qui rassemble des « textes similaires dans plus (...)

25Pour relever les structures collocationnelles représentatives d’un certain usage en français et en portugais juridique, un corpus textuel comparable5 bilingue a été constitué. À propos de l’exploitation des corpus dans ce contexte, Danielle Joulia (2005 : 23) déclare que « les chercheurs font de plus en plus appel à la linguistique de corpus, qui est certes un outil puissant pour analyser les langues de spécialité, mais nous devons rester prudents quant à l’exploitation pédagogique de ses résultats avec nos étudiants ». Face à cette affirmation, nous avons élaboré un corpus légèrement différent des corpus textuels juridiques qui sont utilisés communément. Dans la mesure où notre objectif est d’exploiter les données textuelles dans un contexte didactique, nous avons fait le choix, dès le départ, de travailler sur des textes qui s’adressent en priorité à des étudiants ou à des lycéens qui s’initient à la science du droit. Ainsi le corpus reprend cinq ouvrages français (447 285 mots) et deux ouvrages portugais (185 072 mots).

26Ce choix repose sur le présupposé que ces textes, en s’attardant sur les notions fondamentales de la science juridique, utilisent les structures terminologiques et collocationnelles essentielles à un apprentissage efficace de la langue juridique à des allophones. Un corpus qui se limiterait, par exemple, à reprendre exclusivement des décisions de justice rendues par la Cour de Cassation, ne fournirait que des données collocationnelles partielles pour un cours de français juridique qui se veut au départ « généraliste », embrassant plusieurs sous-domaines du droit. De plus, ce type de corpus, appartenant au discours scientifique pédagogique (Eurin-Balmet & Henao de Legge 1992), présente l’avantage de pouvoir permettre la reprise de certains extraits pour contextualiser les collocations étudiées, sans avoir le besoin de les remanier afin de les rendre plus accessibles aux apprenants.

  • 6 Pour faciliter ce relevé, le logiciel Hyperbase 9.0 a été préférentiellement utilisé, en raison de (...)

27Ainsi, parmi les collocations relevées6 dans notre corpus, ont été sélectionnées à des fins didactiques celles qui se réfèrent aux sources du droit, thème transversal aux différentes branches du droit.

28En termes d’analyse, une attention particulière a été accordée aux problèmes de synonymie/para-synonymie, de polysémie interne, de nominalisation et d’équivalence avec la langue portugaise. En outre, la théorie des fonctions lexicales de Mel’čuk (1995) a permis de regrouper les collocations en catégories sémantiques. Des collocations comme abroger une loi/une directive/un décret/un texte, annuler un acte, casser un jugement/un arrêt/une décision, rompre un contrat ont été réunies sous la catégorie « Fin (d’une source du droit) » et ont fait l’objet d’activités où l’approche onomasiologique a primé.

29Par ailleurs, la théorie du schéma actanciel du prédicat et des actants (L’Homme & Pimentel 2011, Lerat 2008) a été également appliquée aux collocations relevées afin de mettre en évidence les classes sémantiques de chaque actant du verbe de la collocation. À ce propos, il est intéressant de relever que la langue française préfère comme actant sujet pour « rendre une décision » des termes appartenant aux classes sémantiques <magistrat> ou <tribunal> alors que la langue portugaise se limite à la classe sémantique <tribunal>.

30En bref, toutes ces analyses linguistiques nous ont permis un traitement didactique plus approfondi, en créant des exercices répondant aux besoins communicatifs des apprenants.

  • 7 Pour accéder à la plate-forme, le lecteur doit créer un compte personnel sur http://www.fcsh-elearn (...)

31Pour construire ce didacticiel, nous avons ouvert une page sur la plate-forme Moodle de la Faculté des sciences sociales et humaines de l’Université Nouvelle de Lisbonne (voir illustration 1) où nous avons importé des activités élaborées en grande partie avec le logiciel Hot Potatoes 6.37. La plate-forme présente, parmi d’autres activités, quatre-vingt-treize exercices autocorrectifs qui développent la compétence lexicale dans une perspective collocationnelle. Les exercices portent sur :

  • le degré de figement ;

  • les para-synonymes ;

  • la polysémie interne ;

  • la valeur sémantique des collocations ;

  • la structure actancielle ;

  • les nominalisations ;

  • les équivalences en portugais 

  • l’usage discursif.

Illustration 1. Plate-forme « Terminologie juridique français » - introduction

Illustration 1. Plate-forme « Terminologie juridique français » - introduction
  • 8 On y retrouve des QCM, des questions ouvertes à réponses courtes, des exercices d’appariement, des (...)

32Nous avons veillé à ce que les exercices soient variés8 et accompagnés d’aides et de commentaires rétroactifs (« feedbacks ») au moment de la correction. Dans certains exercices, la rétroaction est immédiate (juste après la résolution d’un item) ou différée (à la fin de l’exercice). Pour construire ces commentaires rétroactifs, nous avons essayé de dépasser la simple correction (vrai/faux), en ajoutant des explications, notamment sur d’éventuelles réponses alternatives ou sur des indications ou exemples d’emploi. Il existe même des renvois à des articles de dictionnaires juridiques en ligne. Malheureusement, les limites techniques du logiciel utilisé ne nous ont pas permis de mettre en place une rétroaction individualisée qui puisse prendre en compte les différents profils d’apprenants.

33En ce qui concerne les collocations à acquérir, leur présentation en contexte discursif a été privilégiée. Pour ce faire, nous avons eu recours à des exemples extraits directement du corpus. Et, comme indiqué ci-dessous, nous avons, dans l’ensemble, favorisé l’approche onomasiologique, en raison de ses avantages en termes d’acquisition (Bogaards 1994).

34On notera de plus l’existence d’activités de compréhension orale sur la base de documents authentiques et d’un auto-dictionnaire d’apprentissage (voir illustration 2) que l’apprenant est invité à élaborer au fur et à mesure de son apprentissage avec la fonction « glossaire » de Moodle. Nous avons tenu à ce que l’étudiant reste au centre du processus d’enseignement/apprentissage, notamment dans l’introduction d’une tâche finale qui est la construction de ce même auto-dictionnaire de collocations juridiques, tâche bien ancrée dans la réalité d’un (futur) juriste ou même traducteur.

Illustration 2. Plate-forme « Terminologique juridique française » - auto-dictionnaire d’apprentissage

Illustration 2. Plate-forme « Terminologique juridique française » - auto-dictionnaire d’apprentissage

35Par ailleurs, plusieurs espaces d’échanges et de discussion ont été prévus ; il est ainsi possible de communiquer de façon (a)synchrone avec le professeur et les autres apprenants par le biais de chats et de forums, à différents moments de l’apprentissage.

36Pour finir, il faut savoir que la surcharge cognitive qui distrait ou perturbe considérablement l’apprenant et qui ne favorise pas la rétention d’information a été évitée au maximum. L’écran se présente avec les informations verbales et visuelles strictement nécessaires à la bonne résolution des exercices.

Conclusion

37Si des choix plus audacieux auraient pu être faits au niveau technologique, l’un des intérêts du projet est qu’il propose une didactisation des collocations juridiques reposant sur une analyse linguistique préalable. Comme nous l’avons vu, ces structures terminologiques posent de réels défis aux linguistes, défis que nous avons choisi de relever en travaillant à partir d’un corpus textuel bilingue analysé à l’aide de théories linguistiques récentes. Ce projet présente de plus l’intérêt de pouvoir être utilisé dans le cadre d’un enseignement/apprentissage de la langue de spécialité en centre de ressources des langues.

38En ce qui concerne l’acquisition effective de ces collocations par les apprenants, nous ne possédons pas encore de données suffisamment parlantes. La plate-forme, à l’heure actuelle, est encore en phase de test. Toutefois, elle a déjà permis aux apprenants d’être sensibilisés au phénomène collocationnel de la langue juridique et les commentaires de ces derniers, dans le cadre d’une enquête en fin de formation, nous ont déjà permis de corriger certains aspects de cette plate-forme. Des perspectives de recherche à la fois sur le plan linguistique et didactique ont donc été ouvertes dans ce champ large de l’enseignement/apprentissage des collocations en langue(s) de spécialité.

Haut de page

Bibliographie

Bally, C. 1934. Traité de stylistique française, vol. I. Paris : Klincksieck.

Binon, J. & S. Verlinde. 2003. « Les collocations : clef de voûte de l’enseignement et de l’apprentissage du vocabulaire d’une langue étrangère et seconde ». Lettre de l’Association internationale pour le développement de la recherche en didactique du français langue maternelle (DFLM), coordonnée par David, J. & F. Grossmann, Saint-Cloud : éd. Association internationale pour le développement de la recherche en DFLM, 16-24.

Bogaards, P. 1994. Le vocabulaire dans l’apprentissage des langues étrangères. Paris : Didier.

Carras, C. et alii. 2008. Le français sur objectifs spécifiques et la classe de langue. Paris : Clé International.

Cavalla, C. 2008. « Propositions didactiques pour l’enseignement d’éléments phraséologiques en FLE ». In Van Raemdonck, D. et alii, Enseigner les structures langagières en FLE. Bruxelles/Berlin : Peter Lang, 7-19.

Conseil de l’Europe. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues. Paris : Didier.

Cusin-Berche, F. 2000. « Nouvelles technologies et enseignement du lexique ». Le français aujourd’hui, 131 : 99-109.

Damette, É. 2007. Didactique du français juridique : français langue étrangère à visée professionnelle. Paris : L’Harmattan.

Dechamps, C. 2013. « L’enseignement/apprentissage du français juridique : une proposition de démarche terminologique et didactique ». Équivalences, 40 /1-2 : 191-224.

Drouin, P. (2003). « Term extraction using non-technical corpora as a point of leverage ». Terminology, vol. 9-1 : 99-117.

Eurin-Balmet, S. & M. Henao de Legge. 1992. Pratiques du français scientifique. Paris : AUPELF-UREF.

Gledhill, C. 1997. « Les collocations et la construction du savoir scientifique ». ASp, 15-18 | 1997, 85-104.

Gross, G. 1996. Les expressions figées. Paris : Ophrys.

Habert, B. 1997. Les linguistiques de corpus. Paris : Armand Colin.

Hausmann, F.-J. 1979. « Un dictionnaire des collocations est-il possible ? ». Travaux de Linguistique et de Littérature, 17 : 187-195.

Joulia, D. 2005. « Les nouvelles potentialités des TICE : entre mythe et réalité ». Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Cahiers de l’APLIUT, [En ligne], Vol. XXIV N° 1 : 7-26, mis en ligne le 10 septembre 2012, consulté le 12 novembre 2014. URL : http://apliut.revues.org/2972

L’Homme, M.-C. & J. Pimentel. 2011. « Annotation syntaxico-sémantique de contextes spécialisés : application à la terminographie bilingue ». In Van Campenhoudt, M. et alii. Passeurs de mots, passeurs d’espoir – Lexicologie, terminologie et traduction face au défi de la diversité, Actes des 8e journées scientifiques du Réseau LTT, Lisbonne, 15-17 octobre 2009, 651-670.

Leeman, D. 2000. « Le vertige de l’infini ou de la difficulté de didactiser le lexique ». Le français aujourd’hui, 131 : 42-52.

Lerat, P. 2002. « Qu’est-ce qu’un verbe spécialisé ? Le cas du droit ». Cahier de Lexicologie, 80 : 201-211.

Lerat, P. 2008. « Restrictions paradigmatiques et traduction des schémas d’arguments ». Meta, 53-2 : 434-442.

Lethuillier, J. 1991. « Combinatoire, terminologies et textes ». Meta, 36-1 : 92-100.

Mangiante, J.-M. 2004. Le français sur objectifs spécifiques : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours. Paris : Hachette FLE.

Mel’čuk, I. 1993. « La phraséologie et son rôle dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère ». Études de linguistique appliquée, 92 : 82-113.

Mel’čuk, I. 1995. Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire. Louvain-la-Neuve : Duculot.

Petit, G. 2000. « Didactique du lexique : état d’une confusion ». Le français aujourd’hui, 131 : 53-62.

Phal, A. 1968. « De la langue quotidienne à la langue des sciences et des techniques ». Le Français dans le Monde, 61 : 7-11.

Sauvageot, A. 1964. Portrait du vocabulaire français. Paris : Larousse.

Soignet, M. 2003. Le Français juridique. Paris : Hachette FLE.

Soignet, M. 2005. « Réflexions sur la mise en place d’un cours de français juridique ». Points Communs, 25 : 34-36.

Verlinde, S., J. Binon & T. Selva. 2006. « Corpus, collocations et dictionnaires d’apprentissage ». Langue française, 150 : 84-98.

Haut de page

Notes

1 Quand Gledhill parle ici de phraséologie, il se réfère, entre autres, aux collocations.

2 Par exemple, Marie-Claude L’Homme et Pierre Lerat.

3 Pour exercice, activité et tâche, nous adoptons ici les acceptions défendues par le Cadre européen commun de référence (2001).

4 Le public principal de cette formation regroupe des professionnels du monde juridique : des juristes, des juges, des avocats mais aussi ainsi que des traducteurs.

5 Nous considérons comme corpus comparable un corpus qui rassemble des « textes similaires dans plus d’un langage ou dans plusieurs variétés d’un langage » (Habert 1997 : 144), contrairement au corpus parallèle qui présente des textes traduits, pouvant être postérieurement alignés.

6 Pour faciliter ce relevé, le logiciel Hyperbase 9.0 a été préférentiellement utilisé, en raison de la richesse du traitement documentaire et statistique qu’il offre à ses utilisateurs. Plusieurs critères de sélection ont été appliqués mais celui de la fréquence a été sans doute le plus décisif. Le seuil minimal a été fixé à 4 occurrences, seuil également adopté par Patrick Drouin (2003) pour le relevé des « bigrammes » dans TermoStat Web 3.0.

7 Pour accéder à la plate-forme, le lecteur doit créer un compte personnel sur http://www.fcsh-elearning.edu.pt/flv/ et entrer le mot de passe « collocation ».

8 On y retrouve des QCM, des questions ouvertes à réponses courtes, des exercices d’appariement, des textes lacunaires et des mots croisés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Plate-forme « Terminologie juridique français » - introduction
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5094/img-1.png
Fichier image/png, 125k
Titre Illustration 2. Plate-forme « Terminologique juridique française » - auto-dictionnaire d’apprentissage
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5094/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christina Dechamps, « L’enseignement du français juridique en centre de langues : quelques perspectives », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIV N° 1 | 2015, 213-224.

Référence électronique

Christina Dechamps, « L’enseignement du français juridique en centre de langues : quelques perspectives », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIV N° 1 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/5094 ; DOI : 10.4000/apliut.5094

Haut de page

Auteur

Christina Dechamps

Christina Dechamps est enseignante à la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l’Université Nouvelle de Lisbonne depuis 2001 et chercheuse dans le domaine de la linguistique (lexicographie, lexicologie et terminologie), de l’enseignement et de l’apprentissage du français langue étrangère (FLE) et, en particulier, du français de spécialité ou sur objectifs spécifiques (français juridique). Elle a obtenu un doctorat en linguistique – lexicologie/lexicographie/terminologie en 2013 et a rédigé une thèse intitulée Les collocations dans la langue juridique française : problématiques de l’enseignement/apprentissage à des apprenants lusophones.
cdechamps@fcsh.unl.pt

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page