Navigation – Plan du site

Texte intégral

1C’est à la suite du congrès de l’APLIUT de Nantes organisé par notre nouvelle rédactrice adjointe, Julie Morère, que l’appel à textes pour ce second numéro de l’année 2015 a été lancé sur le thème « Réussite et échec en langues de spécialité ».

2Près de 45 ans après l’introduction de cours de langues pour les « non-spécialistes » dans l’enseignement supérieur, plus de 20 ans après la création de l’acronyme « LANSAD » par Michel Perrin et pour célébrer les 35 ans de la revue nous souhaitions, grâce à ce thème, faire un état des lieux des pratiques réussies, des stratégies efficaces et des dispositifs convaincants (ou non) pour l’enseignement et l’apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur en France et à l’étranger. En tant que rédactrice en chef de la revue éditée par l’APLIUT depuis janvier, je me fixe désormais la mission de continuer à faire exister cet espace de recherche et de réunir au sein d’un espace commun les chercheurs, enseignants-chercheurs et enseignants prêts à partager leurs réflexions autour des questions de l’enseignement / apprentissage des langues dans le supérieur.

3Des figures clés de la recherche en didactique des langues dans le secteur LANSAD (Jean-Claude Bertin, Alain Cazade, Jean-Paul Narcy-Combes, Christian Puren, Gail Taillefer, Antoine Toma, Christine Vaillant-Sirdey, pour n’en citer que quelques uns), ont rappelé maintes fois l’importance de la posture du chercheur. Ils n’ont eu cesse d’expliquer ce que Dominique Macaire (2010) a résumé en une phrase : « [a]dopter une démarche scientifique, c’est avant tout renoncer à la doxa et se questionner. » C’est ainsi, et avec des méthodes de recherche éprouvées, que la didactique des langues continuera à s’affirmer comme un domaine scientifique solide et fiable nourrissant les innovations sur le terrain dans un but qui nous réunit tous : la réussite des étudiants.

4Dans cette perspective, Muriel Grosbois présente sa réflexion sur l’appropriation du numérique dans le secteur LANSAD, à la lumière de la mise en place du dispositif « Sial », le service interuniversitaire d’apprentissage des langues à l’université Paris-Sorbonne. L’auteure questionne le rapport au numérique des différents acteurs impliqués dans tout dispositif de formation : les étudiants en premier lieu, les enseignants ensuite, et l’institution qui « surfe sur la vague du numérique » sans que cela induise nécessairement des innovations réelles en matière d’enseignement / apprentissage des langues.

5Stéphanie Roussel s’interroge également sur le rôle de l’institution dans la réussite des étudiants lorsque l’innovation est « prescrite » et qu’elle s’appuie sur une logique d’imposition (Guichon 2012). Elle décrit la mise en place de cours de langues en ligne en autonomie totale sur la plateforme Moodle à la faculté d’économie, gestion et administration économique et sociale (AES) à l’université de Bordeaux. Comme dans d’autres universités françaises, cette « innovation » a été motivée par la problématique de gestion des masses (Terrier et Maury 2015) dans un contexte budgétaire difficile. Alors que la mise en place du dispositif est considérée comme une réussite pour l’institution, l’auteure nuance la notion de réussite pour les étudiants par l’analyse des résultats d’un questionnaire.

6Rebecca Starkey-Perret, Julie McAllister, Sophie Belan et Thi Phuong Le Ngo analysent également un dispositif en ligne, le « centre de langues virtuel » de l’université de Nantes, en termes de réussite pour les étudiants à travers un questionnaire et une méthodologie quantitative avec pré-test et post-test. De manière tout à fait intéressante, les résultats statistiques obtenus par les auteures montrent que le seul facteur pertinent pour expliquer la réussite des étudiants est le niveau initial des étudiants et non la fréquence d’utilisation de la plateforme. Ces résultats interrogent ainsi nos pratiques d’enseignement, les pratiques de travail des étudiants avec les plateformes pédagogiques en ligne et la notion de progression en langues dans l’enseignement supérieur.

7Dans les deux articles suivants, les auteurs ont choisi d’aborder la question de la réussite et de l’échec des étudiants en langue en se concentrant de manière plus restreinte sur la compétence de production orale.

8Dan Frost et Jean O’Donnell présentent le projet Ello, une étude longitudinale sur la langue orale menée à l’université de Savoie. L’un des intérêts de l’étude réside dans la comparaison entre différents modes d’évaluation des productions orales : évaluation par les experts, auto-évaluation par les étudiants, et hétéro-évaluation. Cette étude confirme que les étudiants réussissent à s’auto-positionner et à s’inter-évaluer grâce au CECRL lorsqu’ils y ont été entrainés. Il s’agit là d’un résultat important pour nos réflexions sur l’évolution des dispositifs centrés sur les étudiants LANSAD, notamment les dispositifs d’auto-formation guidée en centres de langues.

9Nicole Lancereau-Forster se concentre quant à elle sur la volonté de communiquer à l’oral de certains étudiants en DUT Génie Mécanique et Productique et sur l’anxiété des autres face à cette tâche de communication particulière. L’auteure s’appuie sur une partie des résultats de sa thèse pour analyser les facteurs qui conduisent les étudiants à être plutôt « communicants » ou plutôt « réticents ». Parmi ces facteurs, on citera « l’origine scolaire », l’anxiété dans les situations de communication orale mais aussi le niveau en anglais perçu par les étudiants et les « manques langagiers ».

10Danièle Joulia cherche également les différents facteurs (internes ou externes) pouvant expliquer la réussite – ou l’échec – des étudiants. Selon les résultats quantitatifs issus de son travail de thèse, c’est bien, comme dans les articles précédents, le « niveau initial » des apprenants qui apparaît comme le facteur le plus important de réussite ou non. L’auteure constate ainsi l’absence de corrélation entre la consultation des aides à la compréhension de l’écrit fournies par un logiciel et le niveau de compréhension des étudiants DUT Informatique. Et même si Anne-Marie Barrault-Méthy suggère un facteur politique dans la réussite des étudiants, l’ensemble des articles de ce numéro montre un lien fondamental entre leur niveau initial et leur réussite, ou échec, en langue.

11La note de recherche de Franck Amadieu et André Tricot (chercheurs en psychologie cognitive) nous ramène d’ailleurs à ce constat. À travers l’état de l’art de différentes recherches en psychologie, ils synthétisent les caractéristiques des étudiants qui réussissent : leurs connaissances, leurs motivations, leurs attentes et leurs stratégies d’apprentissage. Les étudiants qui réussissent ont un niveau important de connaissances initiales dans le domaine en question. Ce sont aussi ces étudiants-là qui utilisent le mieux les dispositifs d’apprentissage en autonomie. Le niveau de départ de l’étudiant apparaît donc comme le facteur primordial à sa réussite, confirmant ainsi tous les résultats décrits dans les articles compris dans ce numéro. On peut alors être amené à se demander ce qu’il reste du rôle de l’enseignant ! …Les auteurs rappellent ici non seulement que la motivation peut être influencée par la façon dont on enseigne (pédagogie) mais aussi que les stratégies efficaces d’apprentissage sont « enseignables ». Il existe donc bien des moyens d’engager les étudiants faibles dans le cercle vertueux de la réussite.

12Jing-Jing Wang s’intéresse justement aux stratégies d’apprentissage, qu’elle tente de corréler au sentiment d’efficacité personnel (SEP) (Bandura 2003). Parmi les stratégies indirectes d’apprentissage, la stratégie sociale de « contact avec les natifs » a un impact positif significatif sur le SEP. Ses résultats montrent également un lien significatif entre la variable indépendante « atteinte des objectifs » et la variable dépendante « SEP », de nature à motiver les étudiants et par là, comme nous l’avons vu, à les engager dans un cercle vertueux favorisant la réussite de tous, même ceux en situation d’échec au départ.

13La dernière note de ce numéro présente un projet de recherche sur l’attitude et les croyances des étudiants vis-à-vis de l’anglais scientifique. Elisabeth Crosnier présente son cadre théorique et son hypothèse de recherche principale : l’étude de l’affect dans le discours scientifique serait, selon l’auteure, de nature à libérer les étudiants de leur attitude négative et à les remotiver.

14Trois fiches pédagogiques de ce numéro viennent compléter ces articles et notes de recherche. Elles sont toutes issues d’expériences pédagogiques menées auprès d’étudiants en IUT.

15Josée Vaquieri livre les différents outils qu’elle met en œuvre pour aider les étudiants en situation d’échec en anglais à retrouver le goût pour cette langue. Elle propose d’aider les étudiants à mener une réflexion métacognitive sur leurs apprentissages afin qu’ils s’engagent davantage dans leur travail.

16Emmanuelle André montre comment amener les étudiants à construire des cartes heuristiques à la suite d’un travail de compréhension écrite sur des documents longs. L’auteure note que par le biais de la création de posters ses étudiants de première année se sont investis dans deux tâches essentielles dans leur futur métier : la sélection d'informations à partir de documents longs et une recherche de clarté et d'efficacité dans la transmission du sens.

17Chantal Lacourarie et Marie-Annick Mattioli décrivent l’organisation de la « Best Presentation Competition » pour des étudiants de DUT Techniques de commercialisation. Après avoir décrit le déroulement pédagogique de cette compétition qui s’étale sur un semestre, les auteures s’appuient sur un questionnaire rempli par les étudiants en fin de semestre pour faire le point sur les aspects réussis et ceux moins réussis de cette activité. Ce bilan leur permet d’envisager les modifications à apporter à leur dispositif dans les années à venir. Elles se sont ainsi engagées, à travers la production de cette fiche pédagogique, dans une dynamique de recherche-action.

18Ce second numéro du volume XXXIV de la revue s’achève avec la recension de deux ouvrages de référence pour tout enseignant ou enseignant-chercheur en langues dans le supérieur : la recension du livre de Claire Tardieu Notions-clés pour la didactique de l'anglais par Rebecca Starkey-Perret et la recension du livre d’Alex Boulton et Henry Tyne Des documents authentiques aux corpus : démarches pour l’apprentissage des langues par Geneviève Bordet.

19À l’occasion de la publication de ce premier numéro sous ma direction, je tiens à remercier vivement tous ceux qui permettent à la revue d’exister. Par la publication de leurs textes (article, note de recherche, fiche pédagogique ou recension), les auteurs offrent un point de contact avec la recherche. La revue devient ainsi un espace de formation pour et par la recherche en cohérence avec les objectifs qui ont toujours été les siens1. Je voudrais souligner ici qu’avant publication, les textes sont soumis à une évaluation en double-aveugle. Cette évaluation est fournie par les membres du comité de lecture. Ils participent à un processus complexe et sévère qui garantit la qualité scientifique d’une revue et du domaine qu’elle représente.

20J’espère, avec toute l’équipe et à la suite du travail de Mireille Hardy, continuer à faire de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité une « réussite » !

21Je vous souhaite à tous et toutes une très bonne lecture.

Haut de page

Bibliographie

Bandura, A. 2003. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle. Paris : De Boeck. 859p.

Guichon, N. 2012. « Les usages des TIC par les lycéens – déconnexion entre usages personnels et usages scolaires ». Revue STICEF, Volume 19, 2012.

Macaire D. 2010. « Recherche-action et didactique des langues: du positionnement du chercheur à une posture de recherche ». Les Après-midi de LAIRDIL, 17 : 21-32.

Terrier, L. & C. Maury. 2015. « De la gestion des masses à une offre de formation individualisée en anglais-LANSAD : tensions et structuration ». Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIV N° 1 | 2015.

Haut de page

Notes

1 Voir la politique éditoriale de la revue : https://apliut.revues.org/3676#tocto1n1

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Linda Terrier, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXIV N° 2 | 2015, en cours.

Référence électronique

Linda Terrier, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXIV N° 2 | 2015, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/5123

Haut de page

Auteur

Linda Terrier

Linda Terrier est Maître de conférences en linguistique et didactique de l'anglais à l'Université Toulouse – Jean Jaurès. Elle est rédactrice en chef de RPPLSP depuis janvier 2015.
linda.terrier@univ-tlse2.fr
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page