Navigation – Plan du site
Articles

Projet franco-lituanien de communication par Skype

Franco-Lithuanian Skype communication project
Thomas Buckley
p. 129-138

Résumés

Ce projet, fondé sur la fonction communicative de la langue enseignée, a permis d’établir un dialogue en anglais pendant trois sessions d’une heure entre un groupe d’étudiants lituaniens se trouvant à l’Université Vytautas Magnus à Kaunas (Lituanie) et un groupe d’étudiants français à l’IUT de Quimper. La communication en français ou en lituanien étant quasiment impossible, du fait que chacune de ces deux langues était inconnue des interlocuteurs respectifs, l’anglais se trouvait être le moyen de communication le plus commode. L’article explicite trois aspects du projet : les étapes de son élaboration, les modalités de son fonctionnement, et les résultats obtenus. La conclusion traite de son éventuelle application à d’autres langues et à d’autres domaines de spécialisation.

Haut de page

Texte intégral

110

I. Cadre théorique

  • 1  Il s’agit de véritable communication plutôt que de simulation. Ainsi, le projet communicatif est u (...)
  • 2  Voir le rapport du Centre européen pour les langues vivantes (European Centre for Modern Languages (...)

2Nous plaçons notre méthode dans le cadre de l’approche communicative qui, au contraire d’une pédagogie fondée sur des exemples censés illustrer les règles de grammaire, part du principe que l’élève apprend en communiquant. En essayant de se faire comprendre, ce dernier s’écarte parfois du canon grammatical, mais la manière dont il acquiert les structures de la langue est active, personnelle et spontanée, un peu comme le processus par lequel il a acquis sa langue maternelle. Il ne s’exprime que lorsqu’il a quelque chose à dire à quelqu’un. Cependant, le système éducatif semble mal équipé pour réunir dans un cours de langue étrangère les conditions nécessaires à ce type d’apprentissage qui, à bien des égards est le plus logique, le plus efficace, tout en étant le plus agréable du point de vue des apprenants1. Mais différentes expériences américaines ont démontré qu’en voulant encourager l’expression libre pour faire tomber les inhibitions qui entravent l’acquisition de la langue-cible, l’on risque de favoriser la fossilisation de certaines erreurs grammaticales. Ces méthodes expérimentales font partie de ce que l’on appelle « l’approche naturelle », créée par Tracy Terrell et Steven Krashen (1981 ; 1983) et utilisée dans un grand nombre d’universités américaines pendant les années 1970. La nôtre, en revanche, prend le chemin de l’école notionnelle-fonctionnelle qui met en haut de la liste des priorités l’acte de parole : se présenter, parler de ses projets ou demander des informations, entre autres. L’affinement grammatical vient donc, petit à petit, de la précision des questions posées par l’interlocuteur au lieu de venir des corrections faites par le professeur. Ainsi, en répondant à la demande, « Tell me about France », les étudiants français peuvent apprendre l’expression anglaise « tell me about… » (« Pouvez-vous me parler de… ? »). Il s’agit d’un bon exemple de l’usage de la préposition about, problématique pour un francophone, aussi bien que d’une démonstration du verbe to tell employé en français dans le sens, non pas de « dire », mais de « parler ». Notre approche est fondée sur une théorie conçue par le linguiste russe Roman Jakobson (in Sebeok 1960), qui dénombre six fonctions du langage, chacune correspondant à un élément de la situation communicative : 1) la fonction référentielle ou descriptive, qui correspond au référent (en l’occurrence, le projet de communication par Skype), 2) la fonction expressive ou affective, qui correspond à l’émetteur (ici, l’étudiant français), 3) la fonction conative ou impérative, qui correspond au destinataire (l’étudiant lituanien), 4) la fonction poétique, qui correspond à la forme du message (les structures grammaticales et lexicales à apprendre), 5) la fonction phatique ou d’interaction, qui correspond au contexte (la connexion par Skype), et 6) la fonction métalinguistique ou réflexive, qui correspond au code (pour nous, la langue anglaise). Un autre concept développé par Jakobson, celui du langage enfantin, appelé en anglais motherese ou caretaker speech, fait également partie intégrante de l’approche communicative telle que nous l’employons car, en essayant de se faire comprendre, chacun des interlocuteurs fait naturellement des efforts pour adapter son langage au niveau de compréhension de la personne en face, compétence que les cours de langue donnent trop rarement2. L’auteur de l’ouvrage Don’t speak English, parlez globish (Nerrière 2004) a bien saisi ce principe, même s’il n’en a pas exploré tous les fondements théoriques et simplifie les choses à l’extrême en postulant qu’il y a deux variétés d’anglais (celle que les anglophones parlent entre eux d’une part, et celle que les non-anglophones parlent entre eux, d’autre part). En réalité, comme c’est le cas pour toutes les langues, il y a de nombreux registres différents, des idiolectes, des langages spécialisés argotiques, des parlers, ainsi que des formes familières qui excluent tout naturellement les non-initiés et le caretaker speech qui, au contraire, facilite la compréhension et l’apprentissage de l’interlocuteur.

3Pour résumer, notre méthode évite l’asymétrie qui caractérise le dialogue entre un élève français et un anglophone en créant une situation dans laquelle la seule langue de communication est l’anglais comme langue étrangère, comme lingua franca, parce que chacun des deux interlocuteurs a une autre langue maternelle que l’anglais ou le français. Ensuite, elle est fondée sur des objectifs de communication, des actes de parole, plutôt que sur des points de grammaire et, enfin, elle fonctionne dans le cadre d’un échange Erasmus existant entre deux établissements européens d’enseignement supérieur. En termes techniques, Skype comporte trois avantages, à savoir : il permet de communiquer tout à la fois oralement, comme au téléphone (au moyen d’un microphone, avec ou sans webcam), par chat, et par l’envoi de documents.

II. Description du projet

1. Introduction

4D’après notre expérience, le plus grand obstacle à la communication en langue étrangère dans une salle de classe n’est pas le niveau, ni même l’intérêt des activités proposées, mais le fait que cela n’a rien de naturel pour deux Français de se parler en anglais, en allemand ou en espagnol. À part l’expérience que nous allons décrire ici, le seul moyen que nous ayons trouvé jusqu’à présent de surmonter cette réticence est de demander aux étudiants de préparer de courtes présentations orales qu’ils réalisent devant le reste de la classe, sans support écrit. Les deux facteurs qui semblent conditionner le relatif succès de cette méthode sont : la note qu’ils reçoivent, d’un coefficient important, et le plaisir que prennent bon nombre d’entre eux à donner à leur discours un côté théâtral. Cependant, il s’agit de parler sous la contrainte, ce qui, au lieu de diminuer leurs inhibitions, a tendance à les augmenter. C’est pourquoi nous avons continué à chercher une formule qui donnerait un sens à leurs efforts de communication orale, en créant chez les étudiants une motivation intrinsèque. Nous avons adopté une grille de demande d’information (voir annexe 1) à propos du pays de l’interlocuteur pour que les étudiants puissent, par la suite, comparer les données obtenues des deux côtés.

2. Élaboration du projet

5Genèse du concept : le désir de trouver une situation dans laquelle les étudiants se serviraient de l’anglais comme langue de communication. Pour faciliter ce processus, il ne fallait pas que leurs interlocuteurs étrangers soient anglophones ou francophones, selon le principe du caretaker speech ou bien du « globish », qui incite les participants à employer une forme de langage transparente, c’est-à-dire neutre, simplifiée et normative, au contraire de celle que pourraient utiliser des anglophones, francophones ou des locuteurs natifs de lituanien entre eux. Donc, des étudiants d’un autre pays européen dont la seconde langue, comme pour la plupart des étudiants en France, était l’anglais. Or, en regardant le tableau des langues étrangères les plus enseignées en Europe (voir annexe 2), on voit que, dans la quasi-totalité des pays, c’est l’anglais, suivi de l’allemand ou du français. La Lituanie constituait un choix excellent car le français s’y trouve en quatrième place, après l’anglais, le russe et l’allemand ; inversement, le risque qu’il y ait des étudiants français parlant lituanien était quasiment nul.

6Établissement de contacts et engagement : la réalisation de cette partie du projet, la plus cruciale et de loin la plus difficile, a nécessité un voyage en Lituanie qui nous a permis de consolider un contact déjà établi par courriel et d’obtenir un engagement ferme de la part de la partenaire lituanienne. Il est à noter que des tentatives auprès de collègues allemands, slovaques et finlandais avaient déjà échoué faute de dialogues présentiels et parce que nous étions seul initiateur du projet. Avec notre homologue lituanienne, nous nous sommes alors mis d’accord sur les modalités de l’échange (établies selon un schéma préparé à l’avance), sur le nombre et le type de participants et sur les jours et les heures désignés (là aussi, un élément délicat, vu les différents décalages entre les deux pays, tels que l’heure, le calendrier universitaire et le programme). La différence entre le niveau d’anglais des Français (généralement assez faible) et celui des Lituaniens (généralement fort) n’a finalement pas posé de problème majeur. Les étudiants étaient au nombre de 15 dans chaque pays, chacun se trouvait devant un ordinateur dans un laboratoire multimédia, et leur objectif principal était de découvrir un pays et une culture différents des leurs. De notre point de vue d’enseignant, le but était de voir appliquer à une situation de communication réelle les structures traitées en cours mais, pour que les deux objectifs (culturel et linguistique) puissent se réaliser, nous avons consacré deux séances préalables à la situation géopolitique, au mode de vie et au système d’éducation de la Lituanie. Pour mesurer l’efficacité du programme, une autre séance sur les acquis réels a été prévue pour la semaine suivante.

7Correspondance avec l’interlocutrice lituanienne : après avoir établi le contact initial et obtenu l’accord de notre interlocutrice (Rasa, une Lituanienne d’origine polonaise qui enseigne et parle très bien l’anglais, en plus du lituanien, du polonais et du russe) il a fallu mettre au point – en plusieurs fois par courriel et une fois par téléphone – certains détails essentiels avant que le projet ne puisse commencer. Ainsi, le programme a été légèrement modifié concernant l’heure et le contenu des séances et il a fallu reconfirmer le nombre de participants.

III. Modalités de fonctionnement

8Programmation des ordinateurs : le technicien du laboratoire multimédia de l’IUT de Quimper a installé, environ un mois avant le premier jour du projet, le programme Skype sur une quinzaine d’ordinateurs, chacun désigné par un numéro, en nous expliquant comment tout mettre en marche pour le cas où il serait absent au moment du démarrage.

9Test de vérification : de chez nous, en utilisant notre ordinateur personnel équipé avec Skype, nous avons appelé l’un des ordinateurs de l’espace langues de l’IUT et dialogué avec le technicien une semaine avant le premier jour du projet, pour vérifier que tout fonctionnerait le jour J. Même si cela peut sembler superflu, il vaut mieux réaliser ce test pour éviter toute mauvaise surprise en présence du groupe d’étudiants.

10Jour J et suivants : nous sommes arrivé au laboratoire une bonne demi-heure avant l’heure du « cours » pour allumer un à un les ordinateurs et vérifier le bon fonctionnement de Skype sur chacun d’eux. Il y avait un ou deux ordinateurs de rechange pour le cas où certains présenteraient des problèmes, ce qui est arrivé. Tout a donc fonctionné ce premier jour, mais de justesse, à cause de problèmes techniques et aussi à cause d’une petite confusion dans l’assignation des paires d’interlocuteurs français-lituaniens. Il est donc vivement recommandé aux futurs utilisateurs de cette méthode de s’assurer qu’il y a bien un étudiant français en face de chaque étudiant étranger, en prévoyant un interlocuteur et un ordinateur de rechange.

IV. Résultats obtenus

11Les résultats obtenus peuvent se décliner selon trois rubriques, à savoir, linguistique, communicationnelle et culturelle.

12Sur le plan linguistique, trois éléments se sont distingués comme étant indispensables dans la description et la comparaison des expériences française et lituanienne : d’abord l’emploi de l’article, ensuite celui de la forme progressive du verbe au présent, et enfin l’interrogation. Ainsi, en posant des questions comme, « Is there tuition in Lithuanian (French) universities ? », « What are you studying ? », « What do Lithuanian (French) students like to major in ? », « Do young people in Lithuania (France) have bright prospects for the future ? », les étudiants ont pu se servir des exemples évoqués pour améliorer la qualité de leur anglais. En ce qui concerne le lexique, leurs homologues lituaniens les ont, à plusieurs reprises, familiarisés avec des expressions courantes qu’ils avaient trop peu utilisées dans leurs cours d’anglais en France, même si ce vocabulaire avait été souvent traité. Il s’agissait donc d’assimiler ce qui avait été appris mais insuffisamment approfondi. Lors de la session de feedback dans les deux pays, les enseignants ont pu intervenir pour perfectionner la forme et le fond de certaines remarques, comprises mais ne se conformant pas aux critères de l’anglais soutenu. Des exemples par courriel ont confirmé ce perfectionnement.

13La communication, réussie même en l’absence de grammaire normative, prenait souvent la forme du « globish » mais, pour les étudiants français, elle donnait un autre sens à l’emploi d’une langue étrangère dans laquelle certains d’entre eux se sentaient peu capables de s’exprimer. Il ne s’agissait pas tant d’erreurs fossilisées que de premières tentatives de formuler des questions et des réflexions en anglais au lieu d’apprendre simplement des mots ou des phrases-types. Comme lorsque les étudiants participent à des projets européens faisant appel à des établissements de plusieurs pays différents, leur impression d’avoir progressé dépassait les progrès réalisés, mais ce décalage peut être interprété également comme une forme de motivation, élément qui manque souvent dans la salle de classe.

14Le contenu culturel des discussions, qui devait suivre le plan établi à l’avance mais qui s’est avéré difficile à contrôler de près lors de cette première expérience avec Skype, englobait trois rubriques principales : la musique, le mode de vie, et la politique. C’est ainsi que les étudiants lituaniens ont pu mettre en valeur certains aspects de leur culture que leurs homologues français ne connaissaient pas (la cuisine, la langue, la vie à la campagne), tandis que ces derniers ont pu commenter quelques stéréotypes concernant la France. Les éléments qui les séparaient semblaient cependant moins nombreux et moins importants que ceux qu’ils partageaient, ce qui va à l’encontre de la notion de cultures nationales distinctes. Peut-être le fait d’employer une langue commune contribue-t-il à atténuer les différences culturelles ? Ou alors les thèmes choisis – des chanteurs mondialement connus, des endroits célèbres ou des événements tels que la guerre en Irak – ont-ils donné l’impression que les sujets discutés localement étaient les mêmes que ceux que l’on mentionne sur Wikipedia. Peut-on parler alors d’intercompréhension culturelle ? Sans oser répondre à cette question par l’affirmative, nous pouvons constater que cette expérience a, au moins, défriché un terrain inexploré dans nos précédents cours de langues en IUT, fait confirmé par les remarques des collègues ayant assisté à notre présentation.

15En dehors des éléments spécifiques des Programmes Pédagogiques Nationaux des DUT, il est à noter que, selon le site européen Europa, « pouvoir converser dans une langue étrangère est très utile à maints égards – faire des études à l’étranger, voyager, établir des contacts d’affaires et des liens d’amitié internationaux – et ouvre toutes sortes de portes sur le marché du travail… »3. Nous pouvons donc nous prévaloir du fait qu’ici la salle de classe s’ouvrait sur un usage réel et typique de la langue cible.

V. Conclusion

16Ce projet a montré aux étudiants, au technicien, et aux enseignants que la technologie pouvait se mettre au service de l’enseignement des langues en créant une situation de communication entre des locuteurs de deux pays européens de langue (très) distincte. Il reste à l’appliquer – en anglais, en espagnol ou en allemand – à des domaines tels que les sciences économiques, le management, le tourisme, la négociation commerciale, les ressources humaines ou le droit international. Il faudrait donc trouver le moyen d’assouplir les structures administratives pour créer des réseaux de communication entre différents pays qui permettraient de le mettre en place plus rapidement, plus facilement et à moindres frais. Il y va de l’intérêt de tous, car il pourrait donner à l’enseignement des langues un rôle encore plus concret dans la construction de l’Europe.

Haut de page

Bibliographie

Jakobson, R. 1960. “Closing statements : Linguistics and Poetics”. In Sebeok, T. A. 1960. Style in Language. Cambridge : MIT Press, 353-355.

Krashen, S. D. 1981. Principles and Practice in Second Language Acquisition. English Language Teaching series. London : Prentice-Hall International.

Krashen, S. D. & T. D. Terrell. 1983. The natural approach : Language acquisition in the classroom. London : Prentice Hall Europe.

Nerrière, J.-P. 2004. Don’t speak English, parlez Globish. Paris : Eyrolles.

Puren, C. 2006. « De l’approche communicative à la perspective actionnelle ». U.P. tv3, La recherche à l’Université de Poitiers.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Grille de demande d’information

Franco-Lithuanian Skype Project (for 10-15 intermediate level students) - IUT de Quimper, GEA
Dates : Thursday Nov.29, Friday Nov. 30, Thursday Dec.6, Friday Dec.7, 2007
Time : 8 :00-9 :00 AM French time (9 :00-10 :00 Lithuanian time)

I. Preparation and Information Request (First Skype Session, Nov. 29)

Part One : Introduction
s
Tell me a little bit about yourself, your personality, your friends and family, what you like and don’t like, what you find interesting, what’s wrong with the world, etc.
What are you studying ? Why did you choose (business) ? What is good/bad about the (French/Lithuanian) school system ?
What would you like to do, if you could ? What are your plans for the future ? (stay in school for __ years, get a job as a _________, start up a business, travel to _________, work for an NGO, join the army, etc.).

Part Two : Requesting information about your partner’s country (examples)
French student : “I’m interested in rock music. Are there any good Lithuanian rock groups ?”
Lithuanian student : “Yes, there’s one called Skamp.”
Lithuanian student : “I’m interested in cars and transportation. What means of transportation do French students (or French people in general) use ? (or : “What kinds of cars do the French drive ?”). Do they travel a lot ?”, etc.
French student : “ French people love cars, and the new trend is SUVs (4 X 4s), but there is a big debate about fuel consumption and ecology”, etc.
N.B. Instead of rock music and cars, respectively, the two topics could be : management, the environment, organic farming, archaeology, sports, travel, history, foreign languages, politics, human rights, horses, traditional music, the tango, cuisine (cooking), theatre, etc. Choose a topic that really interests you.
Lithuanian student asks French partner to obtain some information about French cars and transportation system for the second session, e.g. :
How to get a driver’s license in France
Driving conditions in France (roads, tolls, distances, speed limit)
Comparative advantages of driving – in France – as opposed to using other means of transportation (bus, train, airplane, bicycle)
French student asks Lithuanian partner to obtain the following information about Lithuanian rock music :
When and where the next big concert will take place, and who will play
What kind of music Lithuanian students listen to the most
Whether there any possibilities of organizing joint Franco-Lithuanian rock concerts
N.B. The project consists in requesting some information for the next session. Each student must find out something about his or her own country, in the partner’s area of interest. It can be any kind of information. These are mere examples. Thus, if the French student wants to know about wildlife preservation, the Lithuanian partner might need to learn about the Globalnature project in the Labanoras region of Lithuania, whereas if the Lithuanian student wants to know about world-famous (French) monuments, his or her French partner might have to get information on Le Mont St Michel. Between sessions one and two, students must prepare information to give their partners during session two.

II. Reporting Information (Second Skype Session, Nov. 30)
Students report on what they have learned about the designated topic, trying to be as specific as possible and trying to speak correct (or at least understandable) English. Each listener is encouraged to ask further questions, make comments, and take notes.

III. Feedback (Special Classroom Lesson in each country, Dec. 6)*
Each student briefly compares what he or she already knew about the partner’s country with what the partner has just revealed, mentioning whether it confirms or contradicts commonly held views (stereotypes, etc), sharing impressions about the partner’s country with classmates.

IV. Reporting on Special Lesson and Follow-up (Third Skype Session, Dec. 7)
Students talk to their partners about questions and comments that came up during the special lesson and discuss the possibility of further discussions on the same or different topics.
*The special lesson can take place at any available time between Skype sessions II and III, i.e. between Nov. 30 and Dec. 6.

Annexe 2

Tableau des langues étrangères les plus étudiées en Europe

Tableau des langues étrangères les plus étudiées en Europe

Source : Eurostat, New Cronos, mai 2004

Code ISO des pays

Code ISO des pays
Haut de page

Notes

1  Il s’agit de véritable communication plutôt que de simulation. Ainsi, le projet communicatif est un vrai projet qui peut, en outre, déboucher sur une collaboration spécialisée. Le décalage que mentionne Christian Puren (2006) entre la simulation et une activité sociale n’existe donc pas ici.

2  Voir le rapport du Centre européen pour les langues vivantes (European Centre for Modern Languages), septembre 2001, sur le site du ECML. Projet 1.3.3. (Workshop report 6/2001 : ICT and young learners). (« What are the characteristics of this ‘caretaker speech’… ? … distinct pronunciation, shorter, less complex sentences, more rephrasing than repetition, frequent meaning checks… »).

3  http://europa.eu/abc/keyfigures/livingtogether/index_fr.htm

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau des langues étrangères les plus étudiées en Europe
Crédits Source : Eurostat, New Cronos, mai 2004
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/521/img-1.png
Fichier image/png, 211k
Titre Code ISO des pays
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/521/img-2.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Buckley, « Projet franco-lituanien de communication par Skype », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXX N° 1 | 2011, 129-138.

Référence électronique

Thomas Buckley, « Projet franco-lituanien de communication par Skype », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXX N° 1 | 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/521 ; DOI : 10.4000/apliut.521

Haut de page

Auteur

Thomas Buckley

Thomas Buckley est Maître de conférences en anglais dans le département Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA) à l’IUT de Quimper. Il intervient également dans deux licences professionnelles, Gestion de la Paie et du Personnel (GPP) et Attaché au Développement International des Entreprises (ADIE). Ses recherches sont centrées sur les domaines de la traduction, de la pédagogie et de la politique linguistique.
buckley.thomas@neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page