Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le présent numéro intitulé « Les stratégies, l’engagement et l’ergonomie cognitive comme leviers pour l’enseignement / apprentissage des langues » est le second numéro de RPPLSP coordonné par l’association Ardaa (Association pour la recherche en didactique de l’anglais et en acquisition). Cette association, affiliée à la SAES (Société des anglicistes de l’enseignement supérieur), rassemble des didacticiens de l’anglais. Pour autant, les membres de l’association s’intéressent à des sujets de recherche qui vont au-delà de l’anglais et qui abordent plus généralement les modalités favorisant l’appropriation d’une langue additionnelle chez un individu. Il est donc possible d’interroger tant les stratégies d’enseignement et d’apprentissage que l’engagement de chacun des acteurs de la situation d’apprentissage, ou bien l’ergonomie.

2Les stratégies sont ici envisagées comme des procédures complexes mises en œuvre par l’enseignant et/ou l’apprenant, procédures qui déterminent la qualité de l’apprentissage. On peut dès lors choisir d’étudier soit les stratégies d’enseignement sous-jacentes à l’élaboration du dispositif didactique soit les stratégies d’étayage, de contrôle/régulation ou de médiation proposées. Il convient également de considérer l’effet des stratégies d’enseignement sur les stratégies d'apprentissage, qu’il s’agisse de stratégies cognitives ou métacognitives, de conscientisation des processus, ou bien de mobilisation de savoirs et/ou de savoir-faire.

3Par ailleurs, on ne saurait aborder l’enseignement sans considérer la variable de l’engagement qui facilite les apprentissages. L’engagement de l’enseignant dans l’acte d’enseignement de la langue mérite d’être considéré : engagement dans l’interaction, engagement verbal et multimodal, engagement que l’on retrouve dans la création, dans la mise en place de démarches autonomisantes, ou que l’on peut étudier à travers le rôle joué par l’affect et les émotions. Se posent alors les questions de l’implication des apprenants, des rapports aux savoirs, de la motivation, du plaisir d’utiliser d’autres langues que la langue d’origine et de réfléchir sur leur fonctionnement.

4La didactique des langues se tourne de plus en plus vers les travaux en ergonomie et ergonomie cognitive. Enseignants et apprenants sont en situation de travail et, en ce sens, l’étude de la réalisation de leurs tâches peut prendre appui sur les travaux en ergonomie et s’inspirer des méthodes d’intervention pour répondre aux besoins de la situation d’enseignement-apprentissage. Il s’agit, par exemple, d’envisager l’adaptation aux apprenants des tâches et des supports de travail qui sollicitent toutes ou certaines des grandes fonctions de l’esprit : la perception, le langage, la mémoire, le raisonnement ou encore le mouvement.

5Les articles et notes qui constituent ce numéro montrent que les stratégies, l’engagement et l’ergonomie sont étroitement liés.

6Les stratégies sont liées à l’engagement. Alena Barysevich, Marie-Élaine Lebel et Usha Viswanathan proposent une étude de cas dans laquelle les stratégies de communication sont déterminées par la coopération des participants lors de l’interaction, c’est-à-dire par l’engagement de chaque acteur de la situation de communication. Dans sa contribution, Didier Rault s’intéresse à la démarche de projet en LEA et questionne non seulement les stratégies d’enseignement dans une filière spécifique, mais aussi l’engagement des apprenants dans leur processus de professionnalisation. Enfin, la contribution de Claire Del Olmo offre un partage d’expérience dans laquelle l’enseignement de concepts théoriques prend appui sur la mise en situation pratique. Dans ce dispositif, les étudiants sont engagés dans l’apprentissage d’une langue nouvelle qui leur permet de saisir, tant par l’action que par la réflexion, le concept de stratégie d’apprentissage.

7Les stratégies et l’ergonomie sont également liées. L’article de Naouel Zoghlami envisage les stratégies en lien avec les processus mentaux dans le cadre de la compréhension de l’oral à l’université. Coraline Pradeau, quant à elle, examine les stratégies d’apprentissage permettant d’accompagner les apprenants migrants adultes vers l’autonomie.

8Les stratégies et leur transfert sont abordés à la fois par Houda Akmoun et Hélène Knoerr. Houda Akmoun nous propose une étude sur le transfert des stratégies de rédaction en L1 vers la production en L2. Hélène Knoerr questionne l’utilité du journal de bord pour la prise de conscience des stratégies d’apprentissage permettant le transfert des apprentissages d’un cours à un autre. Ces deux auteures nous amènent alors à penser les stratégies comme savoir-faire transversal que chaque individu doit appréhender pour mieux aborder un nouvel apprentissage. La contribution de Houda Akmoun souligne également la nécessité de modification de la situation de travail qui requiert une collaboration entre enseignants tandis que Hélène Knoerr indique l’importance de la perception de l’outil de travail pour qu’un transfert de stratégies puisse s’opérer.

9Enfin, l’ergonomie et l’engagement peuvent être considérés conjointement dans les processus d’enseignement-apprentissage. L’article de Marie-Alice Médioni nous propose une réflexion autour de l’organisation du travail à l’Université par l’analyse d’un dispositif visant à favoriser l’autonomisation des étudiants. La contribution d’Eugénie Duthoit, finalement, nous amène à réfléchir sur la place de l’ergonomie cognitive dans les recherches en didactique des langues.

10Les rédactrices de ce numéro adressent leurs plus sincères remerciements à Marie-Christine Deyrich, Professeure des universités émérite à l’université de Bordeaux pour son aide dans la réalisation de ce numéro. Nous remercions également tous les contributeurs pour leur participation à l’avancée de la recherche, les évaluateurs et relecteurs pour le processus d’évaluation scientifique ainsi que Linda Terrier, rédactrice en chef de RPPLSP, pour ses conseils avisés et son soutien sans faille.

11Nous espérons sincèrement que la richesse des textes de ce numéro donnera lieu à des échanges passionnants au sein de la communauté des chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Magnat et Rebecca Dahm, « Introduction », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 35 N° 1 | 2016, mis en ligne le 30 janvier 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/5298

Haut de page

Auteurs

Émilie Magnat

Émilie MAGNAT est maître de conférences en didactique des langues à l’université de Picardie Jules Vernes et forme les futurs professeurs des écoles à l’ESPE de Beauvais. Ses recherches concernent le développement de documents pédagogiques et l’utilisation des TICE en accord avec le développement cognitif et moteur des apprenants.
emilie.magnat@u-picardie.fr

Rebecca Dahm

Rebecca Dahm est maître de conférences en didactique de l’anglais à l’ESPE Midi-Pyrénées, université de Toulouse Jean-Jaurès, où elle assure la formation des étudiants en Master MEEF anglais. Ses recherches portent sur les stratégies d’apprentissage et d’enseignement, qu’elles soient au service de l’enseignement / apprentissage de l’anglais ou mises en œuvre lors des approches plurielles fondées sur des langues inconnues (APLI).
rebecca.dahm@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page