Navigation – Plan du site
Notes
11

Le semestre international, un projet transversal à l’IUT

Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin
p. 139-147

Texte intégral

1C’est dans le cadre de l’appel à projets d’initiative pédagogique lancé par l’Université Paris Descartes en janvier 2009 (Projet stratégique 2010-20131) que nous avons conçu un semestre international dans notre IUT. Ce semestre, le premier de la deuxième année de DUT, doit permettre à des étudiants issus de quatre départements de l’IUT [Carrières sociales (CS), Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA), Information Communication (InfoCom), Techniques de Commercialisation (TC)] de suivre des enseignements en anglais et d’obtenir une certification en langue anglaise et allemande. Il doit permettre aussi à des étudiants étrangers d’intégrer l’IUT en venant « glaner » des modules en anglais disponibles dans les quatre départements, de suivre ainsi un enseignement complètement en anglais et de passer une certification en français.

2Dans cette fiche pédagogique, nous allons successivement aborder les objectifs du projet et sa mise en place, avec ses deux phases bien distinctes, la première étant strictement réservée aux étudiants français et la deuxième intégrant en plus des étudiants étrangers, et nous terminerons par le bilan qui, bien que provisoire, semble très positif.

I. Objectifs : vers l’internationalisation et la professionnalisation de nos formations

3Dans l’appel de notre université demandant de mettre en place des projets en lien avec les objectifs fixés dans le plan quadriennal, nous avons relevé un certain nombre de points correspondant exactement aux objectifs que nous nous étions fixés pour la mise en place d’une offre de formation en anglais à l’IUT :

4Développer la coopération européenne et internationale (point 4 du Projet stratégique, p. 13) : développement des échanges dans le domaine de la formation et ouverture de nouveaux partenariats avec l’Allemagne et les pays germanophones. En effet, lors de la négociation récente de deux nouveaux accords interinstitutionnels Erasmus avec des institutions allemande et autrichienne, la demande de formation en anglais a été formulée par nos partenaires (peu d’étudiants allemands ou autrichiens ont un niveau suffisant de français pour suivre des enseignements universitaires en français).

5Développer la qualité de l’insertion professionnelle (partie 3 du Projet stratégique, p. 7) : la maîtrise de l’anglais est un atout majeur, sinon essentiel, pour faciliter l’insertion professionnelle, surtout dans les secteurs concernés par la formation proposée en anglais, soit un cursus de Business Studies (publicité, communication, commerce international). La participation de professionnels (avocats, publicitaires, responsables de la communication, conseillers du commerce extérieur de la France…) à ce projet permet en outre d’en renforcer sa professionnalisation.

6Accroître « la réussite en licence » (partie 3 du Projet stratégique, p. 8) : ce semestre en anglais ne peut que renforcer la valeur du diplôme. De plus, les étudiants participant à la formation sont mieux suivis et encadrés car peu nombreux. Un module d’anglais de renforcement est prévu pour aider ceux qui en ont besoin, car l’objectif de cette formation n’est pas d’inscrire les meilleurs étudiants, mais de permettre à tous d’y participer, si leur motivation est attestée (de manière générale, une lettre de motivation est demandée et un entretien est réalisé pour sélectionner les étudiants, même si les modalités de sélection sont laissées à l’appréciation de chaque département).

II. La mise en place du semestre international

7Pour mettre en œuvre notre projet, il a fallu que nous contournions un certain nombre de contraintes institutionnelles : d’ordre pédagogique tout d’abord (comment offrir une formation tout en anglais alors que nos enseignants ne sont pas anglophones ? Le programme du DUT est un programme national prévu en français, y déroger invalide le diplôme) ; d’ordre organisationnel ensuite (si les étudiants étrangers du semestre international ne sont pas inscrits dans un département, mais sur 3 ou 4 départements pour y suivre des modules en anglais, qui va comptabiliser leurs absences, leurs notes ? Comment ? Comment faire la sélection des étudiants participant à ce semestre, en sachant que certains départements voulaient que le libre choix soit de mise alors que d’autres souhaitaient faire une sélection stricte ? Et, pour les emplois du temps, certains départements ont choisi de donner accès aux cours en anglais à toute la promotion, d’autres ont sélectionné un groupe…). Après l’avoir présenté à divers acteurs de l’IUT, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait que notre projet soit très souple : certains départements sélectionneraient leur étudiants, d’autres pas ; une lettre d’engagement de l’étudiant à respecter les modes d’évaluation différenciés a été élaborée et signée par tous les étudiants inscrits au semestre international ; et nous avons réduit à deux le nombre de modules en anglais obligatoires à suivre pour considérer un étudiant comme appartenant au semestre international.

8La validation du projet par le CEVU de notre université nous a beaucoup aidés à le faire accepter à l’IUT, à rencontrer chaque interlocuteur (enseignants susceptibles d’intervenir, chefs de département), et à adapter le projet au cas par cas. Enfin, nous avons présenté et fait voter le projet en comité de direction, ce qui lui a donné une légitimité plus grande encore au sein de notre institution.

9Le projet a été mis en place en deux phases :

10Année 1 (2009-2010) : une première offre de modules de spécialité en anglais a été proposée aux étudiants français des départements de l’IUT. Ont participé au projet :

  • quatre départements (Informatique, InfoCom, GEA, TC) ;

  • un groupe d’étudiants dans chacun des départements, soit 137 étudiants. Il est à noter ici que les groupes ont été identifiés différemment selon les départements : en TC, Informatique et Info-Com, il s’agit d’un groupe de TD ; en GEA, il s’agit d’étudiants volontaires pour les TD en anglais, issus de groupes différents ;

  • neuf enseignants issus des quatre départements participants. Ils ont dispensé neuf modules de spécialités aussi différentes que la communication commerciale, le commerce international, la communication interpersonnelle, la publicité, les mathématiques, l’économie, les statistiques appliquées, le droit des sociétés, la comptabilité anglo-saxonne. Ces modules étaient déjà proposés en français et sont inscrits au Programme Pédagogique National de chaque département. La seule différence est que l’enseignement est dispensé en langue anglaise, ce qui n’entraîne donc aucun coût supplémentaire pour le département.

11Des réunions du comité de pilotage du projet (les enseignants participant et les deux porteurs de projet) ont facilité la mise en œuvre de cette première année. Nous avions prévu qu’il y ait un enseignant référent dans chaque département, qui aurait eu pour rôle de faire le relais auprès des étudiants et de l’administration de ce département pour toutes les informations pratiques concernant le semestre international, et qu’il serait automatiquement membre du comité de pilotage du projet. Mais il nous est apparu finalement plus simple de considérer que le comité de pilotage était constitué de tous les enseignants participant au projet car leur nombre restreint le permettait. La mise en place de réunions (en début d’année, à mi-semestre et à la fin du premier semestre de fonctionnement) a permis de parler de la mise en place des cours en anglais à proprement parler (date de rentrée dans chaque département, information des étudiants, relevé des absences, relevé des notes…) et de lever des appréhensions d’enseignants : comment se présenter aux étudiants ? (Faut-il avouer que la langue anglaise n’est pas ma spécialité ? Et si oui, comment ?) ; comment évaluer les copies d’étudiants ? (Je ne suis pas capable de corriger intégralement les erreurs de langues en anglais… Quel type d’exercices proposer aux étudiants ?) ; l’usage de l’anglais sera-t-il naturel pour les étudiants français avec un enseignant dont la spécialité n’est pas linguistique ?

12Les échanges entre les enseignants de spécialité (dont deux avaient déjà donné des cours en anglais) et les enseignants de langues ont permis d’aborder des points aussi bien d’organisation pratique que de pédagogie, comme le montre le compte rendu de la toute première réunion, en annexe 1. Cela a ainsi permis une meilleure communication entre les divers enseignants participant au projet.

13À l’issue du semestre 3, nous avons proposé aux 137 étudiants inscrits de passer une certification en anglais et, pour les germanistes, également une certification en allemand. Pour l’anglais, nous avons retenu le BULATS qui est un test fiable (adossé au Cadre européen commun de référence pour les langues, ou CECRL) organisé par le British Council, qui comporte plusieurs phases d’écoute et de compréhension écrite de documents divers issus du monde professionnel. Pour l’allemand, nous avons choisi la certification du Goethe Institut qui est aussi adossée au CECRL et teste les quatre compétences linguistiques à partir de documents tirés du monde de l’entreprise. Les raisons de nos choix tiennent essentiellement à deux points importants que nous devions prendre en compte : d’une part, nous avions un grand groupe d’étudiants et, d’autre part, nous n’étions que deux enseignants de langues à participer au projet en année 1. Nous ne pouvions donc pas demander à nos collègues de nous aider pour administrer d’autres types de tests (notamment le DCL, recommandé par l’APLIUT2) : il fallait que les tests soient effectués, à un coût entrant dans notre budget et à des dates différentes suivant les départements, par un prestataire extérieur.

14Les résultats obtenus sont bien supérieurs à ceux normalement obtenus par des étudiants finissant leur cycle d’études en IUT.

15Année 2 (2010-2011) : l’offre de modules en anglais est proposée aux étudiants français et aux étudiants étrangers venus pour suivre un semestre en anglais.

  • 3  Le département informatique s’étant, pour l’année en cours uniquement, et pour des raisons logisti (...)

16Depuis septembre, nous avons quatre groupes d’étudiants français qui suivent des modules en anglais (un groupe en GEA, un groupe en TC et deux en InfoCom3) et six étudiants étrangers (quatre étudiants issus de la Hochschule Bonn-Rhein-Sieg, Allemagne, et deux étudiantes de l’Institute of Technology of Blanchardstown, Irlande), qui sont inscrits pour suivre l’offre d’études transversales dispensées en anglais.

17Les départements participant au projet ayant trouvé l’expérience concluante et le projet ayant été validé une seconde année par notre université, avec des moyens financiers à la clé, l’offre de modules en anglais a pu s’étendre et un module de Français Langues Étrangères (FLE) obligatoire pour les étudiants étrangers ainsi qu’un module de communication interculturelle se sont ajoutés au programme (cf. le tableau en annexe 2).

18Le lancement progressif du projet (sur deux ans) a permis une évolution de la perception de notre offre de formation en anglais au sein de notre institution : ressentie au tout début comme étrange à divers égards par certains de nos collègues (nous avons entendu beaucoup de commentaires du type « C’est une hérésie de mettre en place une formation pour accueillir des étudiants étrangers et leur donner des cours en anglais ! », « Les profs de spécialité ne sont pas assez bons en langue pour assurer un cours en anglais ! », « Nos étudiants vont avoir du mal à valider leur semestre car l’évaluation en anglais va leur porter préjudice ! »), le semestre international est maintenant vu comme « un plus » par beaucoup de nos collègues.

III. Les retombées effectives du projet sur nos formations à l’IUT

a. Retombées sur les résultats des étudiants

19Des questionnaires de satisfaction ont été adressés aux étudiants de l’IUT ayant suivi des modules de spécialité en anglais. Ils nous ont permis de conclure à un fort taux de satisfaction sur le plan linguistique, comme universitaire et professionnel. Si les étudiants se disent déçus de ne pas se voir proposer davantage de modules, cela nous conforte justement dans l’idée de continuer à développer cette offre de formation en anglais. Très souvent, les étudiants nous ont dit qu’ils avaient apprécié l’implication des enseignants qui se sont lancés dans ce projet et que les supports annexes avaient été très précieux. Des réflexions du type : « Il n’y a pas assez de modules en anglais », ou « Est-il vrai que notre diplôme aura plus de valeur avec ces modules en anglais ? », ou encore « Certains profs disent que le DUT est un diplôme reposant sur un programme national qui n’est pas sensé être en anglais. Notre diplôme sera-t-il valide ? » montrent bien l’intérêt des étudiants pour cette formation, mais aussi leur crainte de ne pas satisfaire les critères « objectifs » de l’obtention du DUT.

20Le semestre 3 de l’année 2 se terminant juste au moment de la rédaction de cette fiche pédagogique, nous n’avons pas encore eu le temps d’administrer les questionnaires. Mais un certain nombre de remarques nous ont été faites oralement : « Les cours de spécialité en anglais nous ont permis de nous décomplexer en langue ; nous savions que nous étions évalués sur le contenu et pas sur la qualité de la langue, nous avons donc parlé plus facilement » ; « Nous avons développé notre capacité à comprendre divers accents » (NB : cette année, nous avons eu un intervenant d’origine bangladaise, un autre d’origine irlandaise) ; « Le fait d’avoir des étudiants étrangers dans nos cours nous a « obligés » à ne parler qu’en anglais entre nous.

21En termes de résultats, il s’est avéré par ailleurs que la formation de spécialité dispensée en anglais au S3, loin de pénaliser les étudiants, aboutit à un taux de réussite supérieur à la moyenne dans l’ensemble des départements. Ainsi, en GEA, un seul étudiant du groupe international n’a pas validé son S3/S4. À en juger par les résultats obtenus par les étudiants du semestre international, ce projet, s’il draine sans doute en amont de bons étudiants, constitue aussi, en aval, une garantie d’excellence évidente.

22À l’IUT, un travail dans la transversalité des départements et des disciplines enseignées s’est développé au cours des deux années de projet : nous nous apercevons que cela a permis le décloisonnement des départements et le développement des collaborations dans d’autres domaines (par exemple, un enseignant de mathématiques va très prochainement effectuer une semaine de cours dans l’institut irlandais qui nous envoie deux étudiantes cette année, et il collabore donc avec les responsables des relations internationales de l’IUT pour préparer son départ) ;des échanges au niveau pédagogique ont eu lieu aussi : l’utilisation des TICE et la mise en ligne des documents utilisés est fortement encouragée cette année. Bon nombre de collègues nous ont dit souhaiter déposer des documents sur Moodle4.

b. Retombées sur la vie étudiante à l’IUT

23Des voyages d’études culturels ont été (ou vont être) organisés : à Londres, du 20 au 22 novembre 2009, sur le thème du marketing sensoriel ; à Munich, du 10 au 12 décembre 2010, sur le thème de la stratégie marketing de BMW (visite d’entreprise, etc.).

24L’IUT a mis également en place, dans le cadre de ce projet, une semaine internationale comportant : des ateliers ou séminaires de spécialité en anglais ; des réunions d’information sur les poursuites d’études à l’étranger ; des interventions de professeurs invités des universités partenaires via les contrats Erasmus de mobilité enseignante ; des projections-débats de films en langue étrangère ; un festival du spot publicitaire destiné à promouvoir le multilinguisme et la mobilité étudiante dans le cycle de la licence5.

c. Retombées sur les relations internationales à l’IUT

25Ce projet a déjà permis de consolider des échanges avec l’Allemagne (deux signatures de contrats ont été rendues possibles grâce à l’existence du semestre international) et de rendre les échanges avec une institution irlandaise plus équilibrés (nous avions des échanges d’étudiants depuis plusieurs années, mais uniquement dans le sens France-Irlande, aucun étudiant irlandais n’ayant émis le vœu de venir à l’IUT).

26Depuis sa mise en place, nous constatons une mobilité étudiante accrue, confirmée par l’augmentation du nombre d’étudiants entrants (quatre étudiants de Bonn et deux d’Irlande) et d’étudiants sortants dans le cadre de la licence, y compris dans le cadre du DUT (trois étudiants partis à Vienne, deux étudiants à Bonn).

  • 6  DUETI : Diplôme d’Université d’Études Technologiques Internationales.

27Ce projet permet actuellement d’envisager de nouvelles formes de partenariat stratégique (projet de bi-diplôme avec la Fahhochschule de Bonn Rheinsieg) et de développer de nouveaux échanges avec des universités étrangères proposant des formations de grande qualité en anglais (des projets d’échange sont à l’étude avec les Universités de Würzbourg, de Chulalongkorn de Bangkok, la Warsaw School of Economics de l’Université de Varsovie). Ces nouvelles pistes permettront d’étendre l’offre de poursuites d’études à l’étranger dans le cadre du DUT ou du DUETI6/Licence. Ce projet ouvre à l’IUT de nombreuses portes, notamment dans un contexte où l’offre d’études vers les pays anglo-saxons est parfois saturée et où la perspective d’un cursus en anglais dans un autre pays européen constitue non seulement une alternative mais aussi une double plus-value linguistique.

Conclusion

28Ce projet ne nécessite pas beaucoup de moyens et permet de proposer une offre de formation en anglais, ce qui est maintenant indispensable à tout établissement qui souhaite développer ses relations internationales. Il est tout à fait transposable à un autre IUT.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Réunion du 8 septembre – Points abordés

Recrutement des étudiants : Prendre en considération aussi bien le niveau d’anglais que celui des disciplines de spécialité (bilan à tirer en fin de S3 pour affiner le recrutement de la promotion de l’année prochaine).
Moodle : idée de créer un espace spécifique sur l’ENT du site de l’université pour tous les enseignements donnés en anglais (sessions à ne pas verrouiller si possible).
Réunion intermédiaire : mi-novembre (après un mois et demi de cours).
Évaluation de la formation : un questionnaire sera rédigé et proposé à l’ensemble des enseignants (et tout d’abord un projet de questionnaire vous sera transmis, avec possibilité d’apporter des modifications) et des étudiants.
Désignation de correspondants Semestre international (CSI) dans chaque département : Sylvie Decaux en Info-Com, Sylvia Lang en GEA, M.-A. Mattioli et Guillaume Robin en TC et Michel Sortais en Info.
Appel aux enseignants pour qu’ils fassent remonter tous les problèmes (même minimes) qui pourraient intervenir lors de ce semestre aux correspondants (CSI). Ces correspondants relayeront l’information à l’ensemble de l’équipe SI s’ils le jugent nécessaire.
La possibilité est donnée aux étudiants qui en éprouveraient le besoin de suivre un module de renforcement en anglais (vraisemblablement programmé en fin de journée pour que les étudiants de divers départements puissent y assister). Le CSI établira une liste des étudiants intéressés pour le 15 octobre (pour que les cours puissent commencer au retour des vacances de la Toussaint).
Un café bilingue, en partenariat avec l’université de New-York à Paris, sera proposé aux étudiants du SI de chaque département participant.
Chaque intervenant ayant des contacts avec des collègues d’universités étrangères qui souhaiteraient faire des conférences ou interventions à l’IUT dans le cadre du S3 est invité à les mettre en relation avec les CSI.
Chaque enseignant qui le désire peut nous contacter pour être aidé dans la mise en place en anglais de son cours (traduction, adaptation, cours d’anglais oral…) ; la Maison des langues (située aux St-Pères) propose des formations.
Projets internationaux : ils sont du ressort de chaque département. Des projets existent en TC et GEA. Des propositions de la part d’autres départements sont les bienvenues.
Et si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous les faire parvenir par mail bien sûr !

Annexe 2

Offre de formation en anglais, année universitaire 2010-2011

Courses

Taught in…

Teachers

Number of hours/Hours per week

ECTS

French intensive for beginners/intermediate professional skills & cultural studies

FR

Céline Guillot

24/1.50

5

International Trade

ENG

Irfan Akbar

18/1.50

3

Business strategy

ENG

Eric Bouhancheau

18/1.50

3

Advanced English: Business & cultural studies

ENG

Marie-Annick Mattioli
& Chantal Lacourarie

18/1.50

3

International work based project management

ENG
FR

Chantal Lacourarie

18/1.50

4

Anglo-Saxon accounting

ENG

Sylvia Lang

18/1.50

3

International seminar
Case study in sport business & marketing strategy: Naming rights & ambush marketing

ENG

Guillaume Robin

6/3+3

2

Applied statistics

ENG

Elisabeth Ottenwaelter

18/1.50

3

Advertising

ENG

Alice Le Roy

18/1.50

3

Interpersonal communication

ENG

Eric Bouhancheau

18/1.50

3

Intercultural communication & field trips

ENG

Sylvie Decaux
& Guillaume Bordry

18/1.50

3

Elective language:
German intermediate
or Spanish for beginners
or Spanish intermediate7

GER
or
SP

Guillaume Robin
or
Yolande Puissant

18/1.50

3

Media relations

FR/ENG

Françoise Hache

18/1.50

3

Geopolitics & geostrategy

FR/ENG

Regis Verwimp

18/1.50

3

Haut de page

Notes

1  http://www.parisdescartes.fr/IMG/pdf/Projet_strategique_Univ.Paris_Descartes.pdf. (Consult. 15 oct. 2010).

2  Voir « La position de l’APLIUT sur le choix d’une certification » : http://www.apliut.com/pages/debats/conclusion_07.05.22.pdf. (Consult. 25 oct. 2010).

3  Le département informatique s’étant, pour l’année en cours uniquement, et pour des raisons logistiques internes – notamment, l’introduction d’un DUT décalé – retiré du projet, le département InfoCom a proposé d’ouvrir un second groupe d’étudiants au semestre international (filière publicité).

4  Pour consulter des exemples de cours, aller sur http://moodle.parisdescartes.fr, puis cliquer sur ‘IUT’ et sur ‘Semestre international’.

5  Le film de la première année est visionnable à l’adresse suivante : http://mediatheque.parisdescartes.fr ; puis cliquer sur ‘IUT’ et aller sur le document ‘Paris, IUT’.

6  DUETI : Diplôme d’Université d’Études Technologiques Internationales.

7  Dans un cursus international, il nous semblait essentiel de promouvoir l’usage des langues et donc d’inclure une deuxième langue étrangère (allemand ou espagnol) au cursus en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin, « Le semestre international, un projet transversal à l’IUT », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXX N° 1 | 2011, 139-147.

Référence électronique

Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin, « Le semestre international, un projet transversal à l’IUT », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXX N° 1 | 2011, document 11, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/537 ; DOI : 10.4000/apliut.537

Haut de page

Auteurs

Marie-Annick Mattioli

Marie-Annick Mattioli est Maître de conférences en anglais dans le département Techniques de Commercialisation de l’IUT Paris Descartes. Sa recherche porte sur des questions de civilisation britannique (le marché du travail des femmes, la carte d’identité). Présidente de l’APLIUT de 2007 à 2009, elle est actuellement Vice-présidente chargée des relations extérieures de l’association.
marie-annick.mattioli@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Guillaume Robin

Guillaume Robinest Maître de conférences en allemand dans le département Techniques de Commercialisation de l’IUT Paris Descartes. Sa recherche s'articule autour de l’identité culturelle allemande, analysée à travers le prisme de l’histoire sportive et de l’histoire de l’art.
guillaumerobin.paris@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page