Navigation – Plan du site
Notes
12

Des difficultés rencontrées et des perspectives ouvertes par la création d’un centre de langues

L’exemple du Centre de Langues de l’Université de Bretagne Sud
Laurent Daniel et Hanitra Maury
p. 148-150

Texte intégral

1Le processus lié à la création du Centre de Langues de l’Université de Bretagne Sud (CLUBS) a été présenté lors du dernier congrès de l'APLIUT, un processus en marche entre pesanteur administrative et perspectives pédagogiques.

2Le projet d'un centre de langues au sein de l'Université de Bretagne Sud (UBS) fut lancé il y a quelques années déjà sans toutefois aboutir à une véritable concrétisation.

3Un bref rappel historique s'impose pour comprendre qu'un tel projet ne peut réussir sans la mise en place d'une réelle politique des langues vivantes étrangères pour LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines (LANSAD). Confrontée à des histoires, des géométries et des évolutions complexes, l'UBS, une des plus jeunes universités de France, entre à peine en adolescence, après une naissance douloureuse et une enfance mouvementée.

4En effet, si elle est née de la volonté commune de deux sœurs ennemies,

  • Vannes, la bourgeoise, préfecture du département, qui concentre les activités tertiaires et administratives du département,

  • et Lorient, l’ouvrière, la sous-préfecture à forte tradition ouvrière,

elle a grandi dans un contexte de forte mutation de l’enseignement supérieur :

  • le passage au Licence Master Doctorat (LMD) ;

  • la Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF) ;

  • la Loi relative aux libertés et Responsabilités des Universités (LRU).

5Il est intéressant de savoir que l'Université de Bretagne Sud compte aujourd’hui six composantes réparties géographiquement sur trois sites universitaires : Lorient, Vannes et Pontivy, la seconde sous-préfecture de région, ce qui rend la tâche d'autant plus complexe.

6L'échec du premier projet, lancé en 2003, provient particulièrement du manque de moyens humains et financiers.

7Une prise de conscience de la nécessité et de l'intérêt de créer un centre de langues a été à nouveau suscitée par le classement de la politique de formation de l’UBS en catégorie B, plutôt qu’en catégorie A, en raison de :

  • l’absence d’évaluation des enseignements ;

  • l’absence d’officine de centralisation des stages ;

  • l’absence de certification en langue(s).

8Par conséquent, l’université se doit de faire naître une véritable politique en LANSAD, si elle veut assurer la réussite des étudiants, maîtriser l'offre de formation ainsi que consolider l'attractivité de l'université, objectifs fixés dans le dernier contrat quadriennal. C'est dans ce contexte que l'actuel centre de langues – le dénommé CLUBS – a vu le jour et s’est vu confier trois missions principales :

  • la mise en place d'une certification en langues commune à l'ensemble des étudiants de Licence 3 de l’UBS ;

  • l'accompagnement linguistique de la mobilité des étudiants sortants et entrants ;

  • l'accompagnement des personnels ayant entrepris une démarche d'apprentissage ou de perfectionnement d'une langue vivante étrangère concourant au rayonnement de l’UBS (création ou resserrement de partenariat avec des établissements étrangers de l’enseignement supérieur, création de cours en langue étrangère...).

9L'architecture de cette nouvelle entité ainsi définie, il était essentiel d'éviter de commettre les mêmes erreurs qu'auparavant et de réfléchir, en termes d'efficacité, sur les moyens à mettre en œuvre. Les points développés dans l’atelier présenté à Vannes ont visé à mettre en exergue deux des difficultés majeures liées à cet exercice, en l'occurrence :
1. comment arriver à fédérer une équipe pédagogique autour d'un tel projet ?
2. comment évaluer les charges et dépenses affectées à sa concrétisation ?

101. Le premier problème tient au caractère autoritaire du projet, au fait qu’il s’agisse de la volonté politique d’une équipe présidentielle imposée sans réelle concertation. À aucun moment les spécialistes de langues vivantes étrangères n’avaient été associés à la réflexion, il n'était donc pas question de s’assurer que les objectifs étaient réalisables, au moins en l’état – l’enthousiasme de quelques décideurs était loin de s’étendre à la majorité des enseignants.

11Par ailleurs, cette difficulté repose également sur un ensemble hétéroclite d’enseignants qui :

  • n’ont parfois pas conscience de l’existence de leurs homologues, et ne se connaissent pas toujours ou souvent mal ;

  • sont animés d’un très fort sentiment d’appartenance à la composante (voire au département) d’affectation auquel ils appartiennent, plutôt qu’à toute autre structure.

12Il est donc très difficile de faire naître une équipe pédagogique et, avant d’entamer tout travail commun, il a d’abord fallu rassurer les enseignants concernés par le projet, les assurer que le projet de centre de langues s’appuierait sur une fédération de bonnes volontés, qu’il n’était pas question de retirer les acteurs de la composante pour les placer, administrativement et autoritairement, dans cette entité.

132. La deuxième difficulté majeure tient aux moyens financiers considérables requis.

14Il s’est rapidement avéré, en effet, qu’il ne serait pas possible, au regard du niveau des étudiants à l’entrée à l’université et du niveau attendu à la sortie en licence 3, de recourir uniquement à une typologie de cours en présentiel. L’idée du centre de langues au sens de « salle où travailler en autonomie ou en quasi-autonomie » s’est donc rapidement imposée. Or, la mise en place d’un centre de ce type n’est pas neutre, car elle requiert des moyens considérables, en termes :

  • de personnel de gestion ;

  • de budget d’investissement, pour l’acquisition des matériels (petit matériel audio, audio-visuel et multimédia ainsi que supports pédagogiques) ;

  • de budget de fonctionnement (prélevé, dans le cadre de ce projet, sur les dotations du Plan Licence) permettant, notamment, de rémunérer les personnels nécessaires à l’essor et au fonctionnement du projet (les personnels d’enseignement qui acceptent de participer à la construction et au fonctionnement du projet, et les lecteurs de langues en mesure de donner vie au centre de langues).

15Si tant est que le cas de l’UBS puisse être étendu à d’autres contextes, la création d’un centre de langues – entendu au sens d’entité organisant l’apprentissage des langues vivantes étrangères de manière transversale à l’établissement, plutôt qu’au sens de laboratoire multimédia –, est vécue comme l’imposition d’une structure supplémentaire et encombrante. Cependant, une fois que les acteurs concernés ont commencé à travailler ensemble, il peut constituer un formidable outil de travail et d’enrichissement commun, au service non seulement des langues vivantes, mais aussi de l’université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Daniel et Hanitra Maury, « Des difficultés rencontrées et des perspectives ouvertes par la création d’un centre de langues », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXX N° 1 | 2011, 148-150.

Référence électronique

Laurent Daniel et Hanitra Maury, « Des difficultés rencontrées et des perspectives ouvertes par la création d’un centre de langues », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXX N° 1 | 2011, document 12, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/539 ; DOI : 10.4000/apliut.539

Haut de page

Auteurs

Laurent Daniel

Laurent Daniel est Maître de conférences en anglais, spécialiste de civilisation irlandaise. Il enseigne dans le département de Langues étrangères appliquées de l’Université de Bretagne Sud dont il a été le directeur de 2001 à 2005. Il a créé deux Masters (Responsable du développement international, et Communication et échanges européens). Actuel directeur de l’UFR Lettres, langues, sciences humaines et sociales de l’UBS depuis 2005, il a été chargé de la mise en place d’un centre de langues à l’UBS en 2008
laurent.daniel@univ-ubs.fr

Hanitra Maury

Docteur en didactiques des langues, Hanitra Maury occupe actuellement un poste d'ingénieur d'études au Centre de Langues de l'Université de Bretagne Sud où elle est en charge des projets, parmi lesquels la mise en place des certifications
hanitra.maury@univ-ubs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page