Navigation – Plan du site
Notes
13

Généralisation d'un Certificat de Compétences en Langues à l'Université de Bretagne Sud : un projet porté par le Centre de Langues

Hanitra Maury
p. 151-154

Texte intégral

  • 1  Cette communication a été présentée par Hanitra Maury, avec Isabelle Souletis et Philippe Legrand, (...)

1Ce compte rendu de communication1 a pour objectif de dresser une synthèse des premières expérimentations du Certificat de Compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur (CLES) menées au niveau du Centre de Langues de l’Université de Bretagne Sud (UBS). Ces expérimentations avaient pour but de mettre en évidence les besoins matériels et humains nécessaires à une mise en place des CLES 1 et 2, tant en amont que pour la certification elle-même.

2Il est intéressant de souligner que, d'une manière générale, la mise en place des certifications en langues étrangères est un processus qui s’est développé en même temps que l’implantation de l’actuel centre de langues créé en 2008.

  • 2  Centre de Langues de l'Université de Bretagne Sud.

3Le CLUBS2 rassemble les enseignants de Langues pour Spécialistes d’Autres Disciplines (LANSAD) sur l’ensemble de l’UBS, localisés sur trois sites, Vannes, Lorient et Pontivy, situés à une soixantaine de kilomètres environ les uns des autres.

4La création d’une telle structure institutionnelle revêt, par conséquent, une importance primordiale pour réaliser certaines actions dans le cadre de projets transversaux tels que la mise en place des certifications et de l’internationalisation des parcours nécessitant, de surcroît, la mutualisation et l’harmonisation des ressources et pratiques pédagogiques.

5Par ailleurs, l’existence du centre de langues a permis de regrouper, entre autres, la gestion de la logistique – établissement des conventions entre l'UBS et les organismes certificateurs, commande des sujets, organisation de la formation des enseignants, etc. – et la gestion administrative des différents acteurs, parmi lesquels on peut citer les examinateurs/correcteurs, concepteurs de sujets et lecteurs de langue.

Pourquoi le CLES a-t-il été choisi ?

6La demande en certification varie suivant les acteurs. Les responsables de filières non linguistiques ne connaissent en général que le TOEIC, quelquefois le TOEFL et le Cambridge. Il aurait été facile d’avoir leur assentiment pour une certification utilisant ces outils. Mais aucun de ces tests ne présente à nos yeux les avantages qui ont décidé l’UBS à généraliser le CLES pour tous les étudiants en Licence 3 à l’horizon 2012 :

  • il est formaté en fonction du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL), ce qui le rend facilement lisible pour le monde professionnel ;

  • il évalue les 5 compétences (compréhension écrite/orale, expression écrite/orale et interaction orale), contrairement à certains tests sur le marché qui ne prennent en compte que la compréhension ;

  • il est gratuit, du moins pour les étudiants (même s’il ne l’est pas pour l’université) ;

  • les concepteurs du CLES ont décidé de lui donner une durée de validité illimitée, ce qui ne présuppose en rien de l’évolution ultérieure du candidat.

7L’objectif visé est de permettre aux étudiants de l'UBS, à partir de 2011, de passer le CLES 2 (niveau B2 du CECRL) à la fin de la licence 3. Ce niveau d’étude a été choisi parce qu’il clôt un cycle. Certains étudiants arrêtent leurs études en formation initiale à Bac+3. D’autres passent un ou deux semestres à l’étranger et voudraient valider un niveau B2 ou un niveau supérieur, à leur retour, dans la langue utilisée durant cette (demi) année de mobilité. Un autre cas de figure est celui de l’étudiant qui doit attester d’un niveau de langue avant de partir à l’étranger et qui donc se verrait obligé de passer le test avant la L3. Enfin, les étudiants qui choisissent de continuer en M1 se trouvent à une charnière dans leurs études, tant académique que géographique : ils doivent pouvoir situer de façon précise leur niveau en langues. Cette lisibilité du niveau atteint en langues pourrait, à terme, devenir un critère de sélection dans une perspective, d'une part, de poursuite d'études pour l'accès à certaines formations et, d'autre part, d'entrée dans le monde du travail. C’est la raison pour laquelle il est important de faire connaître le CLES, non seulement au sein même de l'établissement, mais également au monde extérieur, à commencer par celui de l’entreprise.

8Les premières expérimentations que nous avons conduites en 2010 dans notre université s'inscrivent dans cette optique.

Quel bilan tirer de nos expérimentations ?

9Deux expérimentations ont été menées en anglais sur le site de Vannes.

  • 3  Un premier travail avec l’ensemble du groupe a consisté à présenter la typologie de l’examen à l’a (...)

101) À l’issue de 20h de cours d’anglais général et technique (anglais de la chimie, annonces, CV et lettre de motivation), de leçons et d'exercices individualisés sur la plate-forme Moodle et de 8h de préparation3 au CLES 1 en janvier 2010, 25 étudiantes en 3e année de licence professionnelle « Ingénierie des ingrédients de produits cosmétiques et de santé » (LPIIPCS), de parcours très variés (BTS, IUT, UFR Sciences) et de niveaux très hétérogènes, ont passé le CLES 1 et 50 % des candidates l'ont obtenu.

112) La deuxième expérimentation a concerné des étudiants de Licence 3 et Master 1 de L’UFR Droit et Sciences Économiques et Gestion. Seul le niveau B2/CLES 2 leur fut proposé, pour des raisons de logistique (les enseignants impliqués n’étaient que deux) et d’objectif (on ne peut se satisfaire d’un niveau B1/CLES 1 pour des étudiants ayant suivi un enseignement secondaire de type général à Bac+3).

12Quelques interrogations ont émergé suite à ces expérimentations. Au-delà des difficultés rencontrées dans les deux cas de figure, nous insisterons dans ce compte-rendu sur celles du CLES 1, en l'occurrence les problèmes matériels vécus lors de la mise en œuvre de l'épreuve de production orale du CLES 1 :

  • il s’est avéré que cette épreuve, au cours de laquelle les étudiantes devaient effectuer deux enregistrements très courts à l’issue d’un temps de préparation bien défini, implique une logistique lourde. Ne devant durer que deux heures trente, notre expérience avec ce petit effectif s’est prolongée très tard à cause de problèmes techniques d’enregistrement dans la salle multimédia, et cela malgré des préparations et vérifications préalables. Il faut savoir que pour le CLES 1, les productions orales sont enregistrées, stockées, et que l’évaluation se fait ultérieurement, contrairement à un oral traditionnel. L’avantage théorique est que le nombre de candidats n’est pas un paramètre pour le temps de passage de l’épreuve. Mais, si les examinateurs ne connaissent pas parfaitement le matériel et les logiciels mis en œuvre pour les enregistrements, le moindre problème technique provoque une perte de temps pour tout le monde et un énervement inutile du candidat. Certaines machines n’enregistraient pas malgré une application scrupuleuse de la procédure donnée par le technicien – ou nécessitaient de recommencer jusqu’à trois fois avant que la production orale fût enregistrée. Pour remédier à ce problème, nous envisageons l’achat de dictaphones pour la prochaine session ;

  • un autre défaut du CLES 1 est le temps nécessaire à l’évaluation de la production orale, conséquence immédiate du mode de passage. Nous avons calculé que pour cent candidats, à raison de douze minutes (manipulation + 2 écoutes de chaque enregistrement) par candidat, il faut 1200 minutes, soit 20 heures ;

  • lors de notre première expérimentation, certaines candidates se trouvèrent embarrassées de devoir parler dans une machine, mais surtout à portée d’oreille des autres qui n’avaient pas encore commencé.

13La question s’est aussi posée de la nécessité de préparer nos étudiants au CLES et, si oui, comment ? Un travail de groupe permet de familiariser les étudiants avec la forme de l’épreuve. On ne peut imaginer un étudiant découvrant un CLES 1 ou 2 le jour de la certification. Un travail en sous-groupe, voire individuel, permet à chacun de progresser dans tel ou tel domaine (conversation avec le lecteur si l’établissement en a un, heures dédiées à tel ou tel atelier si les moyens sont accordés, travail sur la plate-forme Moodle pour tout ce qui ne nécessite pas un retour immédiat).

14La mutualisation des ressources entre différentes composantes d’un même établissement est un moyen d’exposer chaque étudiant à un maximum de documents et de situations et d’affiner sa préparation.

15Pour le CLES 2, la mise en place matérielle est beaucoup plus proche d’un examen traditionnel : surveillance de la compréhension orale et des épreuves écrites, puis évaluation de l’interaction orale. Il « suffit » de trouver des enseignants volontaires (le taux de défraiement officiel est indiqué dans le livre blanc du CLES). Il est à remarquer que, lors de l’évaluation de l’interaction orale, l’examinateur n’est pas partie prenante dans l’échange.

16Le choix (non définitif) fait par l’UBS de proposer le CLES 2 aux étudiants de L3 doit bien sûr être modulable et fonction des attentes et des progrès de chaque étudiant. Cette individualisation de la formation de chacun, dépendant de son niveau de base (à évaluer à l’entrée à l’université) et de sa progression (vitesse et objectifs à atteindre), ne peut se faire que par la mise en place d’auto-formation ou de formation en quasi autonomie, par la plate-forme Moodle, par exemple.

17Cet atelier a donné lieu à une discussion intéressante sur le CLES et ses diverses contraintes. En 2009/2010, nous en étions à l’UBS au stade de l'expérimentation. 2010/2011 nous verra passer à un niveau plus important. Préparer les étudiants au CLES, multiplier les sessions et créer un ou des sujets nous-mêmes nous assureront une meilleure efficacité. De plus, si le CLES doit évoluer, ce sera par la dialectique du nombre. Si un plus grand nombre d’universités et d’enseignants l’utilisent, chacun l’améliorant, cette amélioration amènera un plus grand nombre d’établissements à le choisir comme certification.

Haut de page

Notes

1  Cette communication a été présentée par Hanitra Maury, avec Isabelle Souletis et Philippe Legrand, enseignants d’anglais à la faculté des Sciences et des Sciences de l’Ingénieur.

2  Centre de Langues de l'Université de Bretagne Sud.

3  Un premier travail avec l’ensemble du groupe a consisté à présenter la typologie de l’examen à l’aide du sujet mis en ligne sur le site officiel du CLES ; puis des travaux en atelier ont permis de familiariser les futures candidates avec la forme et le fond de chaque activité, tout en insistant sur les liens qui existent entre chaque épreuve. Il était essentiel de les sensibiliser à la synergie voulue par les concepteurs du CLES, à savoir que, d’une activité à une autre, certains éléments viennent enrichir les réponses à la suivante (vocabulaire, formulation, idée…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hanitra Maury, « Généralisation d'un Certificat de Compétences en Langues à l'Université de Bretagne Sud : un projet porté par le Centre de Langues », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXX N° 1 | 2011, 151-154.

Référence électronique

Hanitra Maury, « Généralisation d'un Certificat de Compétences en Langues à l'Université de Bretagne Sud : un projet porté par le Centre de Langues », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXX N° 1 | 2011, document 13, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/542 ; DOI : 10.4000/apliut.542

Haut de page

Auteur

Hanitra Maury

Docteur en didactiques des langues, Hanitra Maury occupe actuellement un poste d'ingénieur d'études au Centre de Langues de l'Université de Bretagne Sud où elle est en charge des projets, parmi lesquels la mise en place des certifications.
hanitra.maury@univ-ubs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page