Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

L’utilisation de Twitter en classe de langue : quand la technologie se met au service de l’apprentissage

Twitter in the classroom: new technologies to support learning
Veronique Charriau et Judith Broadbridge

Résumés

Comme de nombreux praticiens aujourd’hui, nous nous efforçons d’intégrer les nouvelles technologies dans notre enseignement, avec l’idée que, grâce à des outils qui leur sont familiers, nos étudiants s’approprieront plus facilement, et de manière plus durable, les apports linguistiques. Depuis trois ans, nous explorons les possibilités qu’offrent différents moyens de communication (courriel, Skype, blog, chat) dans la collaboration entre deux groupes d’étudiants britanniques et français. Dans ce cadre, nous avons récemment utilisé Twitter et Tweetdeck pour la réalisation d’une tâche commune. Cette expérience nous a amené à réfléchir à l’autonomisation des étudiants, au rôle des communautés sur les réseaux sociaux, mais aussi aux interactions en classe, ainsi qu’à la nature des échanges et la capacité des étudiants à recycler des expressions authentiques. A l’aide d’exemples, de questionnaires et d’entretiens, nous apporterons quelques éléments de réponses à ces interrogations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction proposée pour « Mobile Assisted Language Use ».

1Lors d'une précédente note pédagogique (Broadbridge et Charriau 2013), nous nous intéressions à l'utilisation des nouvelles technologies dans le cadre d'une expérience de lien électronique entre deux groupes d'étudiants en France et en Grande-Bretagne. Nous avions alors eu recours aux courriers électroniques, à Skype et à la visio-conférence pour faire communiquer nos étudiants. Pour notre troisième année de collaboration, Judith Broadbridge et moi-même avons décidé d'introduire un outil supplémentaire : Twitter, pour aider à l'apprentissage des langues. Nous allons donc exposer les modalités de sa mise en place, commenter le déroulement de l'activité Twitter et partager ses résultats, tant du point de vue des étudiants que du nôtre, en nous appuyant sur des témoignages tirés de questionnaires ou d'entretiens, ainsi que d'exemples d'interactions, tout cela afin de nous aider à répondre à la question de l'efficacité de cet outil dans l'apprentissage des langues. Comme de nombreux collègues de notre génération, nous ne sommes pas expertes en technologie. Nous sommes en revanche conscientes de leur importance et de leur omniprésence dans la vie quotidienne de nos étudiants (Pouget 2010), et de l’influence grandissante de l’apprentissage informel qu’ils font des langues en dehors de nos cours (Sockett et Kusyk 2013). C'est pourquoi nous avons cherché à refléter cette réalité dans notre enseignement afin de faciliter et de stimuler notre projet – sachant que les projets tel que le projet tuteuré dans nos IUT constituent un bon laboratoire d'innovation pédagogique. Cette expérience s'inscrit dans ce qu’Achilleos et Jarvis (2013) appellent « l’utilisation de la langue assistée par moyen portable »1, c'est-à-dire qu'elle prend également en compte les téléphones et les ordinateurs portables autant que les PC fixes, de façon à ce que les étudiants ne soient pas limités dans le temps ou l'espace, une liberté qui se fait, comme nous le verrons, parfois au prix d'une plus grande porosité entre vie privée et universitaire. Autre aspect pratique mais important dans la réussite des projets : comme le souligne Pasfield-Neofitou (n.d.), les nouvelles technologies offrent de nombreuses possibilités aux apprenants de langues à un coût très bas, voire gratuitement.

1. Contexte du projet et activités proposées

  • 2 Les étudiants de seconde année avaient le choix parmi de nombreux projets, majoritairement techniqu (...)

2Pour revenir sur le contexte précis de notre projet, rappelons qu'il prenait la forme d'un projet tuteuré du côté français (appelé « International Project ») et concernait huit étudiants de seconde année du département Réseaux et Télécommunications2. Côté britannique, le projet était intégré au cours de français du même nombre d’étudiants, mais de plusieurs filières, entre autres, langues appliquées

3L'objectif des deux côtés était de permettre aux étudiants d'améliorer de manière durable leurs compétences linguistiques et culturelles à travers un lien électronique d'étudiant à étudiant. Concernant les modalités de communication, la règle était, dans la mesure du possible, que les Anglais communiquent en français et les Français en anglais.

4Dans un premier temps les étudiants devaient écrire un court texte bilingue pour se présenter, mais, pour des raisons pratiques, nous n'avons pas laissé le choix de leur correspondant aux étudiants. Nous avons ensuite organisé plusieurs rencontres « officielles » par Skype et chat lors desquelles les deux groupes d'étudiants pouvaient se réunir et parler en groupe et individuellement. En dehors de ces rencontres organisées par les enseignants, les étudiants devaient se contacter autant que possible en utilisant les moyens électroniques dont ils disposaient.

2. Les outils

  • 3 Proposition de traduction : « Pour créer une certaine attention à la culture et pour acquérir une c (...)
  • 4 Proposition de traduction : « En écrivant les messages, les étudiants peuvent choisir une structure (...)

5Avec l’expérience des premières années, nous avons eu envie de diversifier les activités liées au projet et nous avions à cœur de trouver une activité qui permette aux étudiants des deux nationalités de communiquer autrement et davantage. Suite à une conférence multidisciplinaire à UCLAN, nous avons repris l’idée d’Anna Hunter d’utiliser Twitter et Tweetdeck afin de l’appliquer à un projet linguistique. Nous étions particulièrement séduites par l'aspect collectif du Tweetdeck. Le principe de ce dernier est de présenter au groupe (en le projetant) toutes les conversations, c'est-à-dire, tous les « tweets » en simultané, sous forme de colonnes. À chaque colonne correspond un sujet et tous les tweets correspondant (c'est-à-dire possédant le même hashtag) y sont listés par ordre chronologique inversé. En ce qui concerne le rôle de Twitter en classe, d’autres avant nous s'y sont intéressés. Ainsi, Borau et al (2009 : 78) leur confère une pertinence particulière pour l'acquisition de compétences culturelles (« to create a sense of cultural awareness and acquiring cultural competence »)3 et linguistiques (« in writing the messages, the students can choose a […] grammatical structure fitting to their level »4).

3. Évaluation par les étudiants

6Pour juger du succès de l’intégration de Twitter et TweetDeck en classe du point de vue des étudiants, nous leur avons demandé de participer à des groupes de discussion en mode synchrone (menés par les auteurs de cet article). Les étudiants ont réagi de façon positive à l'expérience : ils ont apprécié les interactions courtes et rapides et la possibilité de voir les remarques des uns et des autres de façon simultanée. Ils ont également été sensibles à la convivialité des échanges et à la dimension collective de la séance. La possibilité de joindre des images à leurs textes leur a en outre particulièrement plu car elle favorisait la rapidité des échanges. Les étudiants nous ont fait part de leur point de vue au travers de questionnaires et d'entretiens effectués par les deux enseignantes, chacune interrogeant les étudiants de l'autre. Certains connaissaient déjà bien Twitter car ils l'utilisaient régulièrement dans le cadre privé, mais ils ont trouvé motivant de pouvoir l'utiliser dans le contexte scolaire.

  • 5  Vous trouverez en annexes quelques exemples de leurs interactions.

7Suite à notre séance, nous avons envoyé les captures d’écran aux étudiants, pour qu’ils puissent revoir les commentaires et les images5. Dans le feu de la discussion, ils n’avaient pas eu la possibilité de prendre des notes, ils ont donc trouvé ces captures d’écran fort utiles pour la préparation de leur poster sur les stéréotypes. En termes d’apprentissage de la langue, les étudiants ont cité le vocabulaire lié à la thématique proposés (ici des plats qu’ils ne connaissaient pas) et les expressions plus familières qu'ils n'auraient pas trouvé dans un cours traditionnel. Les détails sur la nourriture et sur les comportements des autres les ont amenés à réfléchir non seulement sur la culture de l'autre groupe mais aussi sur leur propre culture.

8Peu de points négatifs ont été mis en avant, et il était clair d’après le ton des commentaires que les points positifs prenaient le dessus sur les points négatifs et qu'en réalité, les négatifs ne constituaient pas de véritables obstacles. Néanmoins, la rapidité, citée comme avantage par certains, a été vécue par d’autres comme un désavantage puisqu’ils ont estimé de ne pas avoir assez de temps pour réagir aux remarques faites. Par ailleurs, comme les étudiants envoyaient leurs tweets de leur compte personnel, leurs propres « followers » ont vu ces commentaires et ont posé des questions sur, ce qu’ils pensaient être, des commentaires faits au hasard à propos de stéréotypes. Enfin, parmi ceux qui n'avaient jamais utilisé Twitter, certains se sont sentis un peu ralentis par la double tâche de l'appropriation de l'outil et de la rédaction des tweets.

4. Notre évaluation

9L’un des avantages que nous avons constatés lors de la séance est la facilité avec laquelle des étudiants jusque-là peu confiants se sont lancés dans la conversation. Cela tient au format même de Twitter qui limite le nombre de caractères, et donc des erreurs ! Par ailleurs, le registre familier dans lequel s'opère ce type d’échanges informels (textos, chats) leur ôte la peur de faire des erreurs qu'ils ont dans le cadre de la classe. L’envie de communiquer rapidement contribue également à ce nouveau comportement.

10Par ailleurs, Twitter a effectivement les inconvénients de ses avantages : une certaine réactivité est attendue. La prise en main de Twitter a certainement frustré des étudiants voulant réagir plus vite. À ce propos, il est probable que la différence de niveau linguistique entre les deux groupes ait contribué à ce sentiment, les Anglais réagissant plus rapidement que les Français. Une répétition de l’activité aurait sans doute atténué ce sentiment. Par ailleurs, les étudiants sont souvent partagés sur l’utilisation des réseaux sociaux en classe : ils apprécient le fait de pouvoir introduire des outils qu’ils aiment dans la classe, mais cela au prix il est vrai d’une invasion de leur vie privée. Sur ce point, nous avons constaté que tous les étudiants ne se ressemblent pas : certains n’hésitent pas à partager dès le premier contact leur page Facebook, tandis que d'autres sont plus réticents. La parade ici est simple en théorie : demander aux étudiants de créer des comptes uniquement pour cet échange, ou mieux encore, créer soi-même une série de comptes qui seront utilisés par n’importe quel étudiant, à condition que cela soit fait avant l’activité. Ceci peut s'avérer coûteux en temps, mais valable si l’activité est répétée dans l'année ou même d'une année sur l'autre.

11Cette activité nous a surtout permis de remplir des objectifs essentiels de notre projet, à savoir de permettre aux étudiants de produire en quantité grâce à des interactions plus courtes. Le plus intéressant à observer lors de cette séance est le processus de rédaction des tweets, qui se fait en collaboration, avec le professeur dans une certaine mesure, mais surtout entre étudiants. La rapidité des échanges confère une impression de jeu. Le ton est léger et la volonté de trouver une bonne répartie les pousse à réagir. Un aspect à ne pas négliger ici est l’opportunité qu’ont les étudiants de voir des expressions authentiques, qu’ils recyclent naturellement lors des échanges, mais aussi en dehors des échanges comme nous l’avons constaté dans leurs comptes-rendus. En ce sens, Twitter et Tweetdeck contribuent à un apprentissage durable : ils retiennent ces nouvelles expressions d’autant mieux qu’ils les ont choisies car perçues comme authentiques et qu’ils les ont immédiatement ré-utilisées.

12Enfin, comme nous l’évoquions précédemment, la préparation des tweets se fait en collaboration entre étudiants d’un même groupe, mais malheureusement et c’est bien compréhensible, dans la langue maternelle. Il n’est pas réaliste étant donné la rapidité des échanges de demander aux étudiants qu’il en soit autrement, au risque de briser le rythme de l’activité et l'élan des plus faibles. Nous avions par ailleurs conçu cette activité comme une préparation à la production d’un poster sur les stéréotypes, avec l’idée que les étudiants poursuivraient cette discussion en dehors de la session. Cela n’a pas été le cas, et cela tient sans doute au fait que ce type d’échange fonctionne justement parce qu’il est collectif, convivial et éphémère. Sorti de ce contexte, Twitter perd de son attrait. Il semblerait que finalement, ce type de tâche soit une introduction idéale à un sujet étudié ensuite en cours. Nous avons, dans notre nouvelle édition du projet, intégré le prolongement de cet exercice dans la liste des échanges Skype, de façon guidée, avec des questions précises, de façon là encore à rassurer. Nous verrons si cela suffit à garantir un prolongement de l’activité Twitter.

13En annexe, la capture d’écran numéro 1 illustre un exemple d’échange. Il est intéressant de noter que les étudiants ont tout de suite eu le réflexe d’inclure des photos et des liens dans leurs réactions, nous donnant à cette occasion une leçon d’efficacité en communication. Sur la seconde capture d’écran, l’on voit que le ton est léger et l’apprentissage culturel perçu comme « authentique » par les étudiants.

Conclusion

14Twitter s'est intégré de façon naturelle à notre projet, et va en devenir une composante importante car un projet tel que le nôtre a besoin de moments collectifs propres non seulement à resserrer les liens entre correspondants, mais aussi entre les membres d’un groupe du même pays. Nous apprenons avec le temps que la variété des outils mis au service de l'apprentissage constitue un ingrédient important pour sa réussite. Enfin, une utilisation aussi ponctuelle que celle que nous avons faite de Twitter nous apprend que l’outil peut également contribuer à faire passer un cap dans la prise de risque à l’écrit pour les étudiants les plus faibles, et qu’il peut donc être utilisé dans un contexte de classe, indépendamment d’un projet.

Haut de page

Bibliographie

Achilleos, M. & H. Jarvis. 2013. « From Computer Assisted Language Learning (CALL) to Mobile Assisted Language Use (MALU) ». TESL-EJ The Electronic Journal for English as a Second Language, 16/4. http://www.tesl-ej.org/wordpress/issues/volume16/ej64/ej64a2/

Borau, K. & al. 2009. « Microblogging for language learning: using Twitter to train communicative and cultural competence ». In M. Spaniol & al. (eds.). Advances in Web Based Learning - ICWL 2009 : 78–87. http://link.springer.com/chapter/10.1007%2F978-3-642-03426-8_10#

Broadbridge, J. & V. Charriau. 2013. « Langue de spécialité et TICE au cœur d’un projet pédagogique international ». Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité- Cahiers d’Apliut, 32/1 : 142-155.

Celce-Murcia, M., Dörnyei, Z. & S. Thurelle. 1995. « Communicative competence: a content specified model ». Issues in Applied Linguistics, 6/2 : 5-35.

Pasfield-Neofitou, S. n.d. « Learners’ participation in informal Japanese-English internet chat ». New Voices, 3 : 43-62. http://newvoices.jpf-sydney.org/3/chapter3.pdf (consulté le 15 juin 2014)

Pouget, J. 2010. Intégrer et manager la génération Y. Paris : Vuibert.

Sockett, G. & M. Kusyk. 2013. « L’apprentissage informel en ligne : nouvelle donne pour l’enseignement-apprentissage de l’anglais ». Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité- Cahiers de l’APLIUT, 32/1 : 76-91.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Capture d’écran à partir de Tweetdeck : exemple d’échanges entre étudiants britanniques et français à propos d’un stéréotype britannique : « On mange mal en Angleterre »/ « English food is bad »

Annexe 2. Capture d’écran à partir de Tweetdeck : exemple d’échanges entre étudiants britanniques et français à propos cette fois d’un stéréotype sur la France : « les Français mangent toujours du fromage ».

Haut de page

Notes

1 Traduction proposée pour « Mobile Assisted Language Use ».

2 Les étudiants de seconde année avaient le choix parmi de nombreux projets, majoritairement techniques : huit d'entre eux ont choisi le projet international.

3 Proposition de traduction : « Pour créer une certaine attention à la culture et pour acquérir une compétence culturelle ».

4 Proposition de traduction : « En écrivant les messages, les étudiants peuvent choisir une structure grammaticale en fonction de leur niveau ».

5  Vous trouverez en annexes quelques exemples de leurs interactions.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5430/img-1.png
Fichier image/png, 114k
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5430/img-2.png
Fichier image/png, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Veronique Charriau et Judith Broadbridge, « L’utilisation de Twitter en classe de langue : quand la technologie se met au service de l’apprentissage », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 35 N° 2 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/5430 ; DOI : 10.4000/apliut.5430

Haut de page

Auteurs

Veronique Charriau

Veronique Charriau est enseignante d'anglais à l'IUT de Lannion (université de Rennes 1). Elle mène des projets de collaborations internationaux depuis plusieurs années et s'intéresse particulièrement à l'utilisation des TICE.
Veronique.Charriau@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Judith Broadbridge

Judith Broadbridge enseigne le français à la University of Central Lancashire (GB). L'enseignement des langues étrangères la passionne et elle n'hésite pas à intégrer différentes technologies dans ses cours, reflétant ainsi la vie moderne extra-universitaire.
OJBroadbridge@uclan.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page