Navigation – Plan du site
Recensions

Corinne François-Denève (coord.). Études en Didactique des Langues n°25, Humour.

Toulouse : LAIRDIL – IUT Université Toulouse III, 2015
Frédérique Freund
Référence(s) :

François-Denève, C. (coord.). 2015. Études en Didactique des Langues n°25, Humour. Toulouse : LAIRDIL – IUT Université Toulouse III. 130 pages. ISSN 1257-1520.

Texte intégral

1Le numéro 25 de la revue Études en Didactique des Langues, publié par le Lairdil (laboratoire inter-universitaire de recherche en didactique lansad) à Toulouse en juin 2015, propose une exploration thématique du lien entre humour et enseignement des langues. Comme le relève Corinne François-Denève en introduction, l’humour est source d’opinions contradictoires pour ce qui est de sa place en classe de langues. D’un côté, envisagé comme « lubrifiant pédagogique » (Gentilhomme 1990), l’humour est plébiscité par enseignant.e.s et apprenant.e.s pour sa capacité à créer du lien, à diminuer l’ennui ou l’anxiété, à rendre plus actif et surtout à motiver. D’un autre côté, l’humour est aussi vu avec circonspection, voire avec méfiance, taxé qu’il est parfois d’inciter au manque de sérieux, de détourner l’attention ou de faire renoncer à l’effort considéré comme indissociable de l’acte d’apprendre. Une question demeure en toile de fond : apprend-on mieux en riant ? Ce faisant, les 5 articles réunis dans ce numéro interrogent la place de l’humour dans l’enseignement et l’apprentissage des langues sous l’angle à la fois des pratiques (planifiées ou spontanées) et des contextes (linguistiques, relationnels, culturels).

2Pauline Tee Anderson présente une approche reposant sur le dessin d’humour et offre une analyse de productions humoristiques d’apprenant.e.s en cours d’anglais des affaires et du commerce dans la filière LEA (langues étrangères appliquées). Elle invite à considérer l’humour, ses procédés linguistiques et ses spécificités culturelles, à la fois comme un objet enseignable et comme un objectif d’apprentissage. Pour autant, il ne s’agit pas selon elle de former les apprenant.e.s à être drôles, si tant est que cela soit possible, mais plutôt de leur fournir l’occasion de développer leur répertoire comique afin d’être plus à même d’exprimer cette part de leur personnalité et de leur identité dans la langue cible.

3L’étude que rapporte Nicole Décuré vise quant à elle à déterminer la place de l’humour en classe de langue dans le secteur Lansad (langues pour spécialistes d’autres disciplines), un type de cours pour lequel on suppose que l’humour constitue un ingrédient indispensable pour parer à la démotivation, au sentiment de contrainte et d’échec, et à un a priori pas toujours favorable sur le cours de langues. Avec la complicité des enseignant.e.s qui ont accepté de lui ouvrir les portes de leur salle de classe, l’auteure a cherché à mettre ce postulat à l’épreuve de l’observation de terrain en allant examiner les manifestations de l’humour et leurs déclencheurs dans plusieurs cours de langues de différentes filières, puis en demandant aux participant.e.s (apprenant.e.s et enseignant.e.s) de s’exprimer au moyen de questionnaires. Ses observations mettent en avant le rôle moteur que joue l’enseignant.e en donnant le ton et par là le « feu vert » à l’utilisation de l’humour en classe de langues. De plus, l’auteure relève que tout le monde ne rit pas des mêmes choses : ce qui fait surtout sourire les enseignant.e.s ce sont les apprenant.e.s, leurs remarques et leurs réactions, tandis que du côté des apprenant.e.s on s’amuse volontiers des erreurs, les siennes ou celles d’autrui. Nicole Décuré remarque en conclusion que l’humour n’est certes pas le seul ingrédient permettant qu’un cours de langues dans le secteur LANSAD se passe bien, mais, dit-elle, « il semble bien que sans humour ce soit beaucoup plus difficile  » (p. 49).

4Dans l’article qu’elle signe, Martine Dubois expose un projet didactique qui s’inscrit dans une perspective interculturelle. Elle argumente en faveur de l’intégration du dessin satirique de presse dans l’arsenal didactique de l’enseignant.e de langues car celui-ci donne des clés d’accès à la vie, aux préoccupations, mais aussi aux implicites d’une communauté, en même temps qu’il invite l’apprenant.e à se forger une opinion critique, à participer au débat citoyen, à s’ouvrir à l’autre... et à rire ! Elle propose ainsi une analyse du potentiel d’un corpus de dessins de presse pour l’acquisition de la compétence socioculturelle chez un public FLE (français langue étrangère) en Belgique. Cela lui permet notamment d’émettre des recommandations utiles à l’enseignant.e pour l’exploitation didactique de ce type de support en classe de langues.

5L’étude de Rachel Germanier prend pour objet, quant à elle, l’humour spontané entre apprenant.e.s en classe de langue et vise à déterminer si ce type d’interactions peut contribuer positivement à l’apprentissage et, si oui, de quelle manière. Elle s’appuie pour ce faire sur une combinaison de deux approches : l’analyse de conversations et l’ethnographie linguistique. Le postulat qui lui sert de point de départ est que trois conditions doivent être réunies pour créer une ambiance propice à l’apprentissage : se sentir en confiance, avoir un sentiment d’appartenance au groupe, et voir son savoir respecté par le groupe. Les interventions de deux apprenants servent à tester son hypothèse que l’humour entre apprenants peut aider à établir ces conditions.

6Enfin, Joséphine Rémon observe les productions écrites d’étudiants Lansad sur un forum, en se concentrant sur leur utilisation de l’humour. Elle rapproche pour cela l’humour de la notion d’autonomie psycho-affective. L’analyse qualitative d’un corpus de productions écrites publiées en ligne pendant 8 semaines, dans une perspective de linguistique de l’énonciation et d’analyse du discours, lui permet d’examiner plus précisément le type de tâches à distance susceptibles de déclencher l’humour, ainsi que le lien entre humour et engagement dans la tâche. Son hypothèse est que l’humour peut émerger dans les contributions des apprenant.e.s du moment qu’un climat de confiance propice à l’apprentissage s’est établi dans la communauté, l’humour étant considéré à la fois comme élément constitutif de cette communauté et signe qu’elle prend forme.

7Grâce à une diversité d’approches et de méthodologies, chacun des articles du recueil fournit des arguments en faveur de l’acceptation de l’humour dans l’espace (réel ou virtuel) de la classe de langue, un lieu à part qui repose sur les échanges et qui offre donc une place naturelle à la liberté d’expression, au partage, et au rire. Le recueil fonctionne par conséquent comme un véritable plaidoyer pour l’intégration de l’humour dans le répertoire didactique de l’enseignant.e/concepteur.rice. On en conseillera la lecture à tout.e chercheur.e en didactique des langues et en sciences du langage s’intéressant aux dimensions affectives, motivationnelles, et (inter-)culturelles de l’apprentissage, ainsi qu’à tout.e. praticien.ne que le rire en classe, le sien ou celui de ses élèves, a un jour ému, dérangé, ou simplement interpelé.

Haut de page

Bibliographie

Gentilhomme, Y. 1990. « Les lubrifiants didactiques ». Humoresques – L’humour d’expression française, Tome 2. Nice : Z’éditions, 84-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Freund, « Corinne François-Denève (coord.). Études en Didactique des Langues n°25, Humour.  », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 35 N° 2 | 2016, mis en ligne le 24 juin 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/5441 ; DOI : 10.4000/apliut.5441

Haut de page

Auteur

Frédérique Freund

Frédérique Freund est professeure agrégée d’anglais. Elle enseigne auprès d’un public Lansad dans le domaine des sciences humaines et sociales à l’université Savoie Mont Blanc. Elle est doctorante en sciences du langage rattachée au laboratoire Lidilem (linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles) à l’université Grenoble Alpes. Sa thèse porte sur le potentiel de la formation hybride en langues pour l’acquisition de compétences de rédaction collaborative en anglais de spécialité.
frederique.freund.uds@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page