Navigation – Plan du site
Recensions

Ana Belén Mirete Ruíz (coord.). Revista Interuniversitaria de Formación del Profesorado, « TIC en Educación Superior », n°79 (28,1)

Zaragoza : Asociación Universitaria de Formación del Profesorado (AUFOP)
Eva María Noguerol Canas
Référence(s) :

Mirete Ruíz, A.B. (coord.). 2014. Revista Interuniversitaria de Formación del Profesorado, « TIC en Educación Superior », n°79 (28,1). 172 pages. ISBN 0213-8646.

Texte intégral

1Ce numéro monographique de la Revista Interuniversitaria de Formación del Profesorado n°79 (28,1) a été coordonné par Ana Belén Mirete Ruíz. Il est composé de neuf articles tous en espagnol qui portent sur l’évolution, l’importance et l’utilité de l’emploi des TIC (technologies de l’information et de la communication) dans l’enseignement supérieur. Bien que les articles soient disposés de manière aléatoire, on peut distinguer deux blocs thématiques : réflexions essentiellement épistémologiques d’une part et réflexions plus empirique d’autres part présentant le cadrage historique ou théorique du sujet abordé, suivi d’une ou plusieurs études de cas. Ces dernières présentent bien la méthodologie employée, ainsi que les échantillons sondés, et on peut noter que la plupart présentent de façon quantitative les résultats par le biais de tableaux ou de graphiques.

2Le premier article, intitulé « La formation en compétences médiatiques : une question de responsabilité éthique dans l’enseignement supérieur » (Gozálvez et al. : 17-28) pose une réflexion théorique sur l’importance de la formation en compétences médiatiques du personnel enseignant de l’enseignement supérieur. Cette formation répond non seulement à une exigence instrumentale dans notre société dite de la connaissance, mais surtout à des exigences éthiques et déontologiques liées au principe de la responsabilité professionnelle. Cette réflexion théorique construit un cadre conceptuel pour des futures recherches empiriques dans les domaines des compétences médiatiques et de la responsabilité professionnelle.

3Le deuxième travail présenté s’intitule « Archimède et la technologie éducative : une analyse critique autour des MOOC (Massive Open Online Courses) » (Prendes et al. : 29-49). Les auteurs utilisent une analogie entre Archimède et l’apparition des MOOC pour illustrer le fait qu’une idée brillante est toujours le résultat d’un long et profond processus intellectuel. Dans un premier temps ils font un bilan diachronique : l’article expose les antécédents des MOOC depuis leur apparition au début du XXIe siècle. Nous sont donc présentés la naissance, l’évolution et l’impact des MOOC dans l’enseignement supérieur ainsi que leur typologie. Dans un deuxième temps, les auteurs présentent une étude de cas : une expérience menée à terme à l’université de Murcia, en Espagne, centrée autour de quatre MOOC enseignés dans le cadre du projet Miríada-X, financé par Universia et coordonné par le vice-rectorat d’études en collaboration avec le vice-rectorat d’économie et infrastructures. Après analyse, les résultats sont considérés comme satisfaisants car le taux de succès de 10% habituel pour les MOOC a été atteint. Pour conclure, l’article présente une réflexion sur le futur des MOOC et sur leur place dans l’enseignement supérieur.

4Dans le troisième article, intitulé « La formation du professeur des écoles 2.0 : l’apprentissage par le biais d’activités dans le cadre du b-learning » (Área et al. : 51-66), une équipe d’enseignants-chercheurs présente une expérience de b-learning (ou blended learning, mode d’apprentissage mêlant enseignement à distance et présentiel) dans la formation des futurs professeurs des écoles. Cette expérience est fondée sur l’utilisation de la plate-forme d’apprentissage en ligne Moodle et de ressources du web 2.0 afin de développer des compétences pédagogiques propres aux différents outils numériques. Cet environnement virtuel s’est organisé autour d’activités en ligne que les étudiants ont dû effectuer pendant toute leur période de formation. À l’issue de cette formation, les étudiants ont répondu à une enquête afin d’évaluer l’expérience, dont les résultats, très positifs, ont été intégrés en fin d’article.

5Le quatrième article, qui s’intitule « L’opinion d’enseignants et d’étudiants sur l’utilisation des TIC comme outil pour l’inclusion d’une étudiante handicapée » (Sánchez et al. : 67-82), décrit les adaptations réalisées pour permettre à une étudiante handicapée de suivre des cours de première année de psychologie à l’université d’Almeria, Espagne. Suite à cette expérience, 57 étudiants du même groupe que l’étudiante et 5 de ses professeurs ont répondu à un questionnaire. L’analyse des réponses montre que la majorité est favorable à l’utilisation des TIC à cette fin. Selon l’auteur, les adaptations technologiques dans l’enseignement supérieur doivent aider à renforcer l’égalité des chances, et, pour ce faire, tous les acteurs étudiants-enseignants doivent être convaincus de ses bienfaits.

6Dans le travail intitulé « Étude et analyse d’e-activités dans le cadre de la formation des PLE (Personal Learning Environments) » (Cabero et al. : 83-93), les auteurs présentent la description et l’analyse d’une proposition et d’une évaluation d’e-activités réalisées dans le cadre d’une formation universitaire virtuelle, la nature de cette dernière n’étant toutefois pas spécifiée. Différents éléments ont été pris en compte pour cette analyse : la place de l’activité dans la séquence, les objectifs à atteindre dans chaque e-activité, l’analyse des différentes e-activités par rapport à la taxonomie de Bloom, leur niveau de difficulté et le temps de réalisation nécessaire pour chacune d’entre elles. À partir des conclusions de cette analyse découle la nécessité de réfléchir sur la difficulté cognitive des activités que nous demandons de réaliser à nos étudiants.

7Le sixième article intitulé « Les pages Web didactiques dans l’enseignement supérieur : analyse de leur contenu et évaluation de la part des étudiants » (Mirete et al. : 95-114), et le septième article, « L’analyse des prestations des jeux numériques pour l’enseignement supérieur » (Gros Salvat et al. : 115-128) parlent de l’importance des pages web didactiques et des jeux vidéo comme moyen d’apprentissage dans l’enseignement supérieur. En effet, ces outils sont parfois conçus pour faciliter les processus d’enseignement et d’apprentissage. Il est donc indispensable d’établir une dimension pédagogique appropriée pour un apprentissage efficace (définir les objectifs à atteindre, la durée de l’activité, la progression, etc.).

8Le huitième article, « Un environnement numérique, deux expériences. Des activités académiques en groupe et socialisation des émotions sur Facebook » (Chiercher : 129-143) prend comme point de départ l’utilisation croissante des réseaux sociaux, et plus particulièrement de Facebook, et affirme que l’éducation ne peut pas les ignorer car ils font partie de notre quotidien. Dans ce contexte, l’article présente deux expériences menées dans un cadre pédagogique universitaire et développées autour de l’utilisation de Facebook.

9Le dernier travail présenté, « Compétences pédagogiques pour des nouveaux contextes d’apprentissage » (Salinas : 145-163), met l’accent sur la nécessité de redéfinir les modèles traditionnels d’enseignement qui deviendraient plus flexibles et adaptés au processus d’enseignement-apprentissage dans un cadre virtuel. Dans ce contexte, et afin de favoriser l’apprentissage, les rôles des différents acteurs (professeurs et apprenants) évoluent, ce qui rend nécessaire l’évolution des compétences professionnelles des enseignants. Les auteurs présentent ainsi les différentes recherches menées dans ce domaine et insistent sur les points à approfondir.

10Nous souscrivons pleinement aux propos consignés par le comité de rédaction de la revue dans son éditorial (« En route vers la réalité augmentée ») : les réflexions théoriques et les expériences présentées dans les neufs articles mettent bien en évidence l’important potentiel qu’incarne l’inclusion des TIC dans l’enseignement supérieur, à un moment où (depuis la fin du XXe siècle), la « réalité augmentée » façonne justement et en profondeur notre société de la connaissance et la fait notablement évoluer.

11En marge de ces atouts, qui justifient à eux seuls l’intérêt du numéro de la Revista Interuniversitaria de Formación del Profesorado, nous avons toutefois eu tendance à regretter un certain nombre de choix éditoriaux. Nous pensons notamment à l’absence d’organisation des articles (thématique, méthodologique ou autre) et à l’absence de conclusion générale ; organisation et conclusion générale qui auraient pu mettre en lumière les points de convergence, de divergence et/ou de friction des différents articles réunis ainsi que venir nuancer et/ou contrebalancer leur caractère kaléidoscopique. De même, il nous semble que les articles les moins théoriques auraient gagné à présenter plus précisément (ou à fournir en annexe) les outils ayant servi à la réalisation des expériences/enquêtes : en l’état, il est en effet parfois difficile de se projeter pleinement dans les analyses proposées, voire d’envisager leur transposition et réappropriation dans le cadre d’autres contextes culturels et/ou éducatifs.

12Enfin, nous avons également pu constater que les expériences et les réflexions proposées dans ce numéro monographique apportaient plus un cadrage général sur l’utilisation des TIC et sur les outils disponibles qu’une réelle aide à la formation des enseignants : la réflexion proprement pédagogique (pour quel type de cours ? pour quel niveau ? pour quel type d’apprentissage ? etc.) qui présenterait des mises en situation concrètes rapidement réutilisables par un enseignant reste trop au second plan. Cependant, il ne fait aucun doute que ces recherches seront d’une grande utilité pour d’autres chercheurs s’intéressant à l’insertion des TIC dans l’enseignement supérieur : elles offrent un excellent état des lieux des travaux en Espagne, tout en ouvrant également des perspectives de réflexion qui appellent autant de prolongements théoriques et/ou expérimentaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva María Noguerol Canas, « Ana Belén Mirete Ruíz (coord.). Revista Interuniversitaria de Formación del Profesorado, « TIC en Educación Superior », n°79 (28,1)  », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 35 N° 2 | 2016, mis en ligne le 24 juin 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/5445 ; DOI : 10.4000/apliut.5445

Haut de page

Auteur

Eva María Noguerol Canas

Eva María Noguerol Canas est titulaire d’une maîtrise en Lettres Classiques (Filología clásica, Universidad Autónoma de Barcelona) et d’un DEA en Histoire Ancienne (Université de Haute Bretagne, Rennes 2). Elle est professeur certifiée d’espagnol et, depuis, 2008 enseigne l’espagnol à l’IUT de Vannes au département techniques de commercialisation).
eva-maria.noguerol@univ-ubs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page