Navigation – Plan du site
Notes
14

Quand l’enseignant a le projet de publier

Hélène Laffont
p. 155-161

Texte intégral

  • 1  L’anglais pour l’ingénieur, Guide pratique de la communication scientifique et technique. H. Laffo (...)

1Deux enseignants-chercheurs en école d’ingénieurs ont mené à bien leur projet de publication d’un ouvrage intitulé L’anglais pour l’ingénieur1 qui présente de façon approfondie l’ensemble des compétences attendues par les écoles d’ingénieurs et les entreprises dans le domaine de la communication professionnelle, scientifique et technique, en anglais. Riches de cette expérience, ils proposent une synthèse des paramètres à prendre en compte pour faire aboutir un tel projet.

L’émergence du projet

2La réussite du projet tient au bon équilibre entre similitudes et complémentarités des membres de l’équipe, dans leurs domaines d’activités et leurs champs de compétences, mais aussi dans leur positionnement face au travail.

3Ils doivent pouvoir définir avec précision les objectifs visés par l’ouvrage, en s’appuyant sur une connaissance solide du domaine et du lectorat. Cette connaissance fait appel à la fois à l’expérience en matière d’enseignement et au travail de recherche de chacun. Une expérience d’enseignement dans un même domaine, dans des institutions similaires mais distinctes permet de mener une analyse détaillée du contexte dans lequel évolue le lectorat ciblé ainsi que de ses besoins, en prenant en compte les attentes des professionnels. Les travaux de recherche, qu’il s’agisse de ceux qui ont été effectués par les auteurs eux-mêmes ou par leurs collègues, assurent d’une réflexion approfondie sur chacun des thèmes abordés par l’ouvrage.

4Dans le cas d’un ouvrage à destination des étudiants se posent un certain nombre de questions d’ordre méthodologique mais aussi pédagogique : à quels étudiants s’adresse l’ouvrage ? Vise-t-on un domaine de formation spécifique ? Quel niveau moyen de langue pose-t-on en pré-requis ? Quel niveau de langue cherche-t-on à faire acquérir ? Le manuel sera-t-il destiné à transmettre des connaissances ou à acquérir des compétences ? Dans ce cas, lesquelles ? Quelle sera la langue d’interface ?...

5La rédaction d’un ouvrage requiert une grande implication dans le travail, de la méthode et de l’efficacité, mais aussi la volonté et la capacité de libérer ponctuellement des plages de temps suffisamment larges pour construire une vision globale de l’ouvrage et mener à bien des échanges approfondis et réguliers entre les auteurs. Sans doute cette implication nécessite-t-elle de la passion, et le travail en équipe enrichit par la stimulation qu’il procure, mais il nécessite aussi d’accepter un certain nombre de renoncements de façon à concilier les méthodes de travail et les positions méthodologiques et pédagogiques de chacun des auteurs.

La phase préparatoire

6Lorsque les co-auteurs ne possèdent pas une expérience préalable de rédaction au sein de la même équipe, il semble souhaitable de procéder à un essai de collaboration dans la rédaction de l’ouvrage de façon à s’assurer que cette étape ne s’avérera pas problématique le moment venu. On peut envisager de rédiger l'un des points qui sera abordé dans l’ouvrage, en privilégiant celui qui fait consensus sur le fond. Au fur et à mesure de l'avancement de l'ouvrage et grâce à une meilleure connaissance mutuelle des co-auteurs, les difficultés qui émergeront en cours de rédaction seront plus facilement surmontées, la confiance et le respect étant plus solidement ancrés et nourris du travail commun déjà accompli.

7La collaboration peut se construire différemment selon la taille de l’équipe, la compétence de ses membres et les contraintes matérielles. Lorsque les auteurs sont éloignés géographiquement ou peinent à se libérer sur des plages horaires identiques, on peut imaginer que l’un produise un plan détaillé à partir duquel l’autre rédigera, que l’un fournisse toute la matière brute qu’il possède sur le domaine et que l’autre organise cet ensemble en un tout mieux structuré, ou que l’un rédige et l’autre effectue une relecture critique. On peut aussi travailler directement à une rédaction commune, lorsque les auteurs peuvent facilement se retrouver en un même lieu et sur des créneaux horaires communs, voire se concerter au téléphone.

8Si cette première étape s’avère concluante, et que chacun s'estime satisfait à la fois de la méthode, du résultat et du délai, l’équipe peut s’engager plus avant dans la réalisation du projet !

9Il faut alors travailler à l’élaboration d’une table des matières et à la présentation de l’ouvrage et de sa cible. À ce stade du travail, la table des matières doit faire apparaitre les axes majeurs autour desquels s'articulera l’ouvrage ainsi que les différents thèmes déclinés dans chacun de ces axes. La présentation de l’ouvrage, une page A4 environ, explicitera les objectifs que les auteurs cherchent à atteindre et montrera en quoi les axes et les thèmes proposés dans la table des matières y répondent. Elle spécifiera aussi, dans le cadre d’un manuel destiné aux étudiants, la langue d’interface et la place réservée aux exemples ou aux exercices.

10Cette étape de formalisation permet à l’équipe d’asseoir son projet et sa méthode de travail. Elle permet aussi de préparer les premiers documents à présenter aux éditeurs potentiels.

Le contact avec l’éditeur

  • 2  Nous présentons, en annexes de ce compte-rendu, la table des matières détaillée de l’ouvrage que n (...)

11Les futurs auteurs, munis d’un chapitre rédigé, d’une table des matières et d’une page A4 présentant l’ouvrage, peuvent démarcher téléphoniquement les éditeurs2.

12L’éditeur qui retient le projet propose un contrat qui précise la taille de l’ouvrage, le cadrage dans le temps et le niveau de rémunération. Pour un ouvrage de 200 pages environ il semble raisonnable de demander un planning s’étalant sur 9 à 12 mois. Si l’éditeur prend en charge la mise en page, il indique généralement la police et la taille de caractères à utiliser, et quelles marges établir sur le fichier ; les auteurs composent ensuite leur texte, dont la mise en page sera retravaillée. Dans le cas contraire, les auteurs doivent proposer une version mise en page librement, que l’éditeur ne modifiera pas. Les attendus des lecteurs sont tels désormais que nous ne pouvons que conseiller de demander une mise en page par l’éditeur, le rendu étant alors d’une qualité largement supérieure à celle que peut obtenir l’enseignant-chercheur profane en matière d’édition. Le cadrage dans le temps proposé en accord avec l’éditeur comprend les navettes de relectures du tapuscrit, qui portent uniquement sur la mise en page ou les éventuelles coquilles. L’éditeur dégage généralement toute implication sur le fond de l’ouvrage.

13Si les auteurs souhaitent faire figurer des illustrations dans leur ouvrage, ils devront en informer l’éditeur, de façon à savoir quelles sont les contraintes techniques posées par celui-ci. Dans le contrat, il sera stipulé que ces illustrations sont libres de droit. Dans le cas d'illustrations faites par un tiers, il est indispensable de lui faire signer un contrat de cession de droits d'auteur.

14La rémunération s’élève le plus souvent à 10 % du prix de vente – fixé par l’éditeur – pour l’auteur, que celui-ci soit une seule et même personne ou une équipe.

La phase de rédaction

15La rédaction devant s’effectuer dans un laps de temps contraint, il est préférable de disposer d’un ordinateur portable, qui permet de travailler dans des lieux et à des moments différents. L’accès à l'Internet en tous lieux et à des tarifs préférentiels permet de fluidifier les navettes de fichiers entre les co-auteurs et de mener de longs échanges téléphoniques essentiels dans la phase de relecture. Les échanges en présentiel sont également nécessaires pour s’accorder sur des positions qui ne font pas consensus, rédiger des points particulièrement délicats et juger des ajustements en fin de rédaction.

16Le regard des collègues et amis constitue aussi un apport non négligeable. Selon la nature des relations qui unit les relecteurs et les auteurs, un défraiement peut être envisagé, mais il sera à la charge des auteurs. Et c’est avec la phase de relecture que se termine l’essentiel de l’aventure !

Haut de page

Annexe

Annexe 1

L’anglais pour l’ingénieur - Guide pratique de la communication scientifique et technique
Table des matières

Préface

Avant  propos

Introduction

Première partie : Communiquer en anglais
Compétences professionnelles générales

I. Communiquer en présentiel
Comment présenter et faire visiter une entreprise
Quoi –  Accueillir les visiteurs avec courtoisie
Quoi –  Présenter l’entreprise et son organisation fonctionnelle
Quoi –  Mener la visite des locaux avec professionnalisme
Comment mener à bien une présentation
Avant le jour J
Quoi – Connaître le contexte dans lequel a lieu la présentation
Quoi – Maîtriser le contenu de la présentation
Le jour J
Quoi – Préparer la prise de parole
Quoi – Structurer sa présentation
Quoi – Maîtriser son image
Comment conduire une réunion
Quoi – Préparer la réunion avec soin
Quoi – Cadrer le démarrage de la réunion
Quoi – Encadrer le déroulement de la réunion
Quoi – Réserver un temps pour la conclusion
Comment passer de l’écrit à l’oral et de l’oral à l’écrit
Quoi – Adapter la langue au mode de communication
Quoi – Prendre des notes qui tiennent compte à la fois de l'information et de la logique interne
Quoi – Improviser un discours oral à partir d'un plan détaillé non rédigé

II. Communiquer à distance
Comment s’exprimer au téléphone
Quoi – Anticiper
Quoi – Être réactif
Comment rédiger un courrier électronique
Quoi – Garder à l’esprit les forces et les faiblesses du courrier électronique
Quoi – Connaître les formules standard
Quoi – Adapter le niveau de langue à l’interlocuteur
Quoi – Organiser le contenu du message
Comment rédiger une lettre
Quoi – Suivre les règles de mise en page
Quoi – Structurer le contenu de la lettre
Quoi – Écrire dans un anglais très professionnel
Comment rédiger un CV papier ou un CV électronique
Quoi – Suivre les règles de mise en page
Quoi – Renseigner toutes les rubriques
Quoi – Adapter le CV à la cible
Quoi – Alimenter une base de données évolutive


Deuxième partie : Communiquer en anglais
Compétences scientifiques et techniques

I. Comment présenter des données scientifiques et techniques
Comment commenter des représentations graphiques
Quoi – Sélectionner la représentation graphique la mieux appropriée
Quoi – Présenter la représentation graphique que vous avez choisie
Quoi – Commenter les données
Quoi – Conclure
Comment commenter des éclatés et schémas techniques
Quoi – Choisir entre tendance française et anglo-saxonne
Quoi – Décrire les différentes parties d’un ensemble
Quoi – Indiquer les mesures et dimensions
Quoi – Décrire un fonctionnement
Comment commenter des données mathématiques
Quoi – Connaître les termes mathématiques de base en anglais
Quoi – Savoir lire des équations en anglais
Comment parler de qualité et de sécurité
Quoi – Connaître le contexte national et international
Quoi – Penser que l’Homme est au cœur de la sécurité
Quoi – Faire en sorte que le client revienne, pas le produit
Quoi – Veiller à l’amélioration continue

II. Comment Rédiger des documents scientifiques et techniques
Comment rédiger un rapport technique
Quoi – Connaître les spécificités des différents types de rapports
Quoi – Organiser le contenu de façon claire et structurée
Quoi – Rédiger dans un anglais précis
Quoi – Soigner la mise en page
Comment rédiger une réponse à un appel d’offres
Quoi – Connaître le contexte général des appels
Quoi – Adapter les éléments qui constituent le dossier de réponse à l’appel d’offres à chacune des situations
Quoi – Organiser le dossier de façon claire et cohérente
Quoi – Écrire dans un anglais précis
Comment rédiger un contrat, un cahier des charges et des caractéristiques techniques
Quoi – Connaître les caractéristiques principales d’un cahier des charges
Quoi – Connaître les caractéristiques principales des spécifications techniques
Quoi – Organiser le dossier de façon claire et précise
Quoi – Rédiger dans un anglais clair et précis
Comment rédiger un article de recherche
Quoi – Adapter la structure de l’article à la pratique en vigueur dans la discipline
Quoi – Développer des stratégies argumentatives adaptées
Quoi – Connaître les particularités de l’usage de la grammaire anglaise pour l’écriture de l’article de recherche

Conclusion

Glossaire

Bibliographi
e

Annexe 2

L’anglais pour l’ingénieur - Guide pratique de la communication scientifique et technique
Présentation de l’ouvrage

L’Anglais pour l’ingénieur est un ouvrage  à destination des élèves ingénieurs et de leurs enseignants, mais aussi des jeunes ingénieurs qui souhaitent pouvoir consulter un manuel de référence, dans le cadre de leur activité professionnelle.
Il répond à un besoin désormais clairement exprimé en France par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) et largement explicité à l’échelle européenne, notamment lors des conférences de la Société Européenne pour la Formation des Ingénieurs (SEFI) : former des ingénieurs remarquables à la fois pour leurs compétences techniques et pour leurs compétences communicationnelles et managériales, afin qu’ils puissent se positionner au meilleur niveau sur la scène internationale.
Aucun ouvrage jusqu’ici ne traitait de l’ensemble de ces points, ce qui ne permettait pas aux étudiants de se doter d’un seul et même livre susceptible de les accompagner sur la totalité de leur parcours en école d’ingénieurs et dans les débuts de leur carrière professionnelle. Quant aux enseignants en écoles d’ingénieurs, il devaient composer eux-mêmes une bibliographie comprenant les manuels techniques, les manuels destinés aux écoles de commerce et les manuels sur l’anglais scientifique, pour extraire de chacun les éléments susceptibles de concerner la formation de leurs élèves.
L’Anglais pour l’ingénieur s’articule autour de deux objectifs majeurs :
- l’acquisition de compétences généralistes, au plan culturel et communicationnel, permettant une meilleure connaissance du milieu professionnel international de l’ingénieur et une bonne maîtrise des outils de la communication orale et écrite dans les situations managériales ;
- l’acquisition des compétences communicationnelles propres au domaine technique, quel que soit le champ spécifique de la formation scientifique.
L’ouvrage se compose de cinq chapitres qui balaient le spectre de la communication et couvrent les domaines de la communication à distance et en présentiel, ainsi que de la communication écrite et  orale.
Chacun des chapitres est composé de trois volets :
- le contenu minimum à maîtriser dans une situation donnée ;
- les éléments qui permettent une communication plus élaborée ;
- une partie intitulée « La page du professeur », qui propose une série d’exercices à réaliser soit en autonomie, soit sous la direction d’un enseignant.
L’approche générale se veut très didactique : chacun des points abordés dans le premier volet est présenté en trois étapes, « Quoi/Pourquoi/Comment », de façon à faciliter l’appropriation à la fois de la méthodologie et des contenus, pour une plus grande autonomie dans l’apprentissage.

L’Anglais pour l’ingénieur est un ouvrage écrit par deux enseignants en écoles d’ingénieurs, désireux de partager leur expérience dans le domaine de l’enseignement de l’anglais.
Hélène Laffont enseigne en école d’ingénieurs depuis 1996. Elle est Maître de Conférences en anglais et Directrice du Centre des Sciences Humaines de l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse. Sa thèse, soutenue en 2005, porte sur la caractérisation de l’anglais pour l’ingénieur et lui a valu d’être Lauréate de l’Académie des Sciences Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse en 2006. Elle est membre de l’équipe interne ASPDA (Anglais de Spécialité, Politique et Didactique de l’Anglais) de l’EA 4140 LACES (Laboratoire Cultures, Éducation, Sociétés) de l’Université de Bordeaux 2 et secrétaire général du Groupe d’Étude et de Recherche en l’Anglais de Spécialité (GERAS). Par ses contacts avec de nombreux ingénieurs français et anglo-saxons en activité, notamment lors de l’écriture de sa thèse, elle a acquis une solide connaissance des attentes des professionnels et industriels.
Patrick Bachschmidt est Maître de Conférences en anglais des spécialités techniques et scientifiques et enseigne la communication en ingénierie technique anglaise en école d'ingénieurs depuis 1989. Après avoir soutenu en 1997 une thèse intitulée « Étude contrastive des phénomènes d’assertion dans un corpus d’articles français et anglais consacrés à la mécanique » ayant obtenu la mention très bien avec félicitations du jury,  il a rejoint le LPMT UMR 7189 (Laboratoire de Physique et Mécanique Textiles de l'ENSISA à Mulhouse) rattaché au CNRS. Membre du GERAS comme sa collègue toulousaine, il axe sa recherche sur la sociolinguistique et le discours technique et scientifique. Il dirige également  un Master de Traductions Scientifiques et Techniques à l'Université de Haute-Alsace. Son secteur d'activité le met en contact fréquent avec les milieux professionnels et industriels grâce auxquels il peut adapter son enseignement en fonction des attentes du marché du travail.
Par leur approche conjuguée, ils allient la culture du Sud à celle du Nord dans le domaine de l’ingénierie, et une présentation qui concilie sensibilité féminine et sensibilité masculine,  dans un monde soucieux de l’équilibre homme/femme.

Haut de page

Notes

1  L’anglais pour l’ingénieur, Guide pratique de la communication scientifique et technique. H. Laffont & P. Bachschmidt. Ellipses, 2009. 216 pages. ISBN 978-2-7298-5238-2.

2  Nous présentons, en annexes de ce compte-rendu, la table des matières détaillée de l’ouvrage que nous avons publié, ainsi que la présentation de l’ouvrage et de la cible que nous avons envoyée à l’éditeur lors de notre premier contact.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Laffont, « Quand l’enseignant a le projet de publier », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXX N° 1 | 2011, 155-161.

Référence électronique

Hélène Laffont, « Quand l’enseignant a le projet de publier », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXX N° 1 | 2011, document 14, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/545 ; DOI : 10.4000/apliut.545

Haut de page

Auteur

Hélène Laffont

Hélène Laffont est Maître de conférences en anglais de spécialité et a dirigé le Centre des Sciences Humaines de l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse de 2004 à 2010. Sa thèse, soutenue en 2005, porte sur la caractérisation de l’anglais pour l’ingénieur. Elle est membre de l’équipe interne ASPDA (Anglais de Spécialité, Politique et Didactique de l’Anglais) de l’EA 4140 LACES (Laboratoire Cultures, Éducation, Sociétés) de l’Université de Bordeaux 2.
helene.laffont@insa-toulouse.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page