Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Dans l’ordre alphabétique : Saandia Ali, Sara Alvarez, Encarnacion Arroyo, Sophie Bailly, Alex Boul (...)
  • 2 Dans l’ordre alphabétique : Acedle (association des chercheurs et enseignants des langues étrangère (...)
  • 3 Dans l’ordre alphabétique : ATILF (analyse et traitement informatique de la langue française) et en (...)
  • 4 Il est actuellement composé de trois membres, Mathilde Arino, Noelle Gaigeot et Joanne Pagèze, repr (...)

1Ce numéro d’octobre 2016 est le premier numéro inter-associatif dans l’histoire de la revue. Il a été rédigé par un comité composé d’enseignants et enseignants-chercheurs représentant quatre associations amies de sociétés savantes pour les langues dans l’enseignement supérieur : Linda Terrier pour l’Apliut (l’Association des professeurs de langues des IUT éditeur de la revue), Dominique Delasalle pour l’Ardaa (Association pour la recherche, en didactique des langues et en acquisition), Cédric Sarré pour le Geras (Groupe d’étude et de recherche en anglais de spécialité) et Joanne Pagèze pour Ranacles (Rassemblement national des centres de langues de l’enseignement supérieur), branche française de Cercles, Confédération européenne des centres de langues de l’enseignement supérieur. Un comité d’évaluateurs inter-associatif et inter-laboratoires a été spécialement mis en place : il comprend des représentants d’une grande partie des associations et laboratoires en France engagés dans un travail de recherche autour des questions de didactique des langues dans l’enseignement supérieur et de langues de spécialité. Ce comité d’évaluateurs est actuellement composé de 19 enseignants-chercheurs1 représentant 7 associations et réseaux de chercheurs2 et 5 laboratoires3. Un comité de relecture a également été spécialement constitué dans le cadre de ce travail inter-associatif4.

  • 5 Citation extraite du courriel du 12/09/2012 adressé par Mireille Hardy à Christine Vaillant-Sirdey. (...)
  • 6 Citation extraite du courriel du 26/11/2012 adressé par Christine Vaillant-Sirdey à Mireille Hardy (...)
  • 7 Les réunions inter-associatives se poursuivent depuis au rythme d’une rencontre par an, sauf pour l (...)
  • 8 2014 a été marqué par le premier numéro rédigé par une autre association que l’Apliut. Ce numéro a (...)

2Ce premier numéro spécial d’octobre intitulé « Du secteur Lansad et des langues de spécialité » est l’aboutissement de nombreux échanges et réunions de travail inter-associatives. Si une réflexion sur la mutualisation avait déjà été entamée en 2008 lors d’une réunion entre Mireille Hardy et Marie-Annick Matiolli pour l’Apliut, Monique Mémet pour le Geras et Alain Cazade pour Ranacles, le processus a véritablement démarré à la suite d’un échange de courriels entre Mireille Hardy et Christine Vaillant-Sirdey en septembre 2012. Mireille Hardy avait alors proposé « d’offrir un espace » de publication à Ranacles à la suite des congrès annuels de l’association dans une perspective « gagnant-gagnant »5, puisqu’il s’agissait également pour l’Apliut de pallier le faible taux de recrutement d’enseignants-chercheurs dans les IUT. Une première réunion physique fut coordonnée deux mois plus tard lors du congrès Ranacles de Reims par Christine Vaillant-Sirdey, alors présidente de l’association afin d’y « [échanger] sur la situation actuelle de [la] communauté et [d’essayer] de contribuer à renforcer la dynamique que nous appelons tous de nos vœux depuis plusieurs années entre nous »6. En 2013, trois réunions inter-associatives permirent de définir les contours scientifiques du premier numéro inter-associatif7 qui devait venir confirmer et augmenter l’effort de mutualisation entamé à travers la prise en charge de la rédaction des numéros de janvier d’autres associations que l’Apliut8.

3Par ce mouvement de mutualisation, la revue est devenue un espace ouvert à toutes les associations ou réseaux impliqués dans les questions de recherche et de pratiques pédagogiques sur et autour des objets relatifs aux langues enseignées et apprises dans l’enseignement supérieur, notamment dans le secteur Lansad. Pour continuer dans ce sillage, cet éditorial est l’occasion d’inviter tous ceux qui le souhaitent à proposer des projets scientifiques innovants de nature à pouvoir faire l’objet d’une thématique d’une numéro dans RPPLSP soit en lien avec l’association dont ils/elles sont membres (numéros de janvier), soit dans le cadre d’une collaboration inter-associative (numéros spéciaux d’octobre), par exemple à la suite d’événements scientifiques tels que des journées d’étude ou des colloques. Je profite également de cet éditorial pour remercier l’ensemble des collègues déjà impliqués dans cette mutualisation et en particulier ceux qui ont accepté l’invitation de la rédaction à participer à la production de ce numéro d’octobre 2016.

4La thématique (large) retenue pour ce numérothématique épistémologique au fonddes rapports entre un secteur d’enseignement et ses objets (de recherche comme d’enseignement et d’apprentissage) s’inscrit également dans la suite logique du changement du nom de la revue en 2011. Ce changement de Cahiers de l’APLIUT à Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT (RPPLSP) a en effet donné lieu à de nombreux échanges au sein de l’Apliut, association éditrice de la revue, avant même les réunions de travail inter-associatives. Les membres de l’association particulièrement impliqués dans la question des contenus scientifiques du congrès annuel de l’Apliut (Dan Frost, alors président de l’association, Mireille Hardy, Marie-Annick Matiolli, Linda Terrier et Christine Vaillant-Sirdey) s’interrogeaient sur le système complexe de relations entre les IUT, lectorat cible de la revue au départ, et les autres composantes des universités auxquelles ils sont rattachés, entre les IUT et les autres établissements de l’enseignement supérieur, entre le secteur Lansad et les deux autres secteurs d’enseignement des langues (LLCE et LEA), ou encore entre les différentes langues. Ils s’interrogeaient également sur la manière de présenter, à travers le titre de la revue, les relations qui semblaient intrinsèques entre les langues dans l’enseignement supérieur et la notion de langues de spécialité et, finalement, sur les rapports entre recherche sur les langues dans l’enseignement supérieur et pratiques pédagogiques sur le terrain.

  • 9 Linda Terrier, Julie Morère, Marie-Annick Mattioli et Joëlle Farigoux, voir http://apliut.revues.or (...)

5L’acronyme de la revue RPPLSP correspond au titre finalement choisi, « Recherche et Pratique Pédagogiques en Langues de SPécialité ». Cependant, les membres actuels du comité de rédaction de la revue9 ont noté qu’à bien des égards cet acronyme pourrait a ussi s’entendre comme « Recherche et Pratique Pédagogiques en Langues dans l’enseignement SuPérieur » car le temps viendra peut-être où les problématiques d’enseignement / apprentissage en LLCE et LEA trouveront naturellement leur place dans le paysage de la didactique des langues dans l’enseignement supérieur et, par là, dans les articles de la revue.

  • 10 Dans ce numéro, cette transposition didactique est discutée dans la 4e étape du protocole de descri (...)

6Pour l’heure, c’est au secteur d’enseignement Lansad que s'intéresse le plus la revue car de ce secteur émergent un grand nombre de questions linguistiques (au sens large du terme), didactiques, épistémologiques et politiques, propres à interroger les chercheurs et acteurs du terrain qui s’intéressent aux objets du domaine des langues dans le cadre particulier de l’enseignement supérieur et du secteur Lansad. C’est à l’intérieur de ce cadre didactique contraint que les auteurs ont été invités à proposer une contribution pour ce premier numéro spécial. Ce cadre constitue en effet à la fois un outil et un lieu privilégiés pour interroger les liens entre objets de recherche et objets d’enseignement et d’apprentissage, tel que nous y invite Chevallard à travers la notion de « transposition didactique »10.

  • 11 Composition de la Comission formation en 2011 : Jean-Claude Bertin (PR Le Havre), Camille Fort (PR (...)

7Le texte de la Commission formations de la SAES (Société des anglicistes de l’enseignement supérieur) rédigé en 201111 avait pour objectif de distinguer le secteur Lansad de ses objets à travers la définition de trois termes-clés « Lansad », « Asp » et « didactique ». Ce texte, devenu une référence depuis, est de première importance pour RPPLSP car son contenu scientifique s’articule précisément autour de ces trois termes, avec cette différence toutefois que la revue s’intéresse à toutes les langues enseignées et apprises dans l’enseignement supérieur, et non uniquement à l’anglais. En l’absence d’un texte de cadrage équivalent pour les autres langues, les clarifications apportées par les auteurs anglicistes de ce texte au sujet de ces trois termes peuvent s’appliquer à l’ensemble du secteur Lansad, me semble-t-il.

8Le terme « Lansad » y est défini comme se référant à un secteur d’enseignement des langues, au même titre que les filières pour (futurs) spécialistes, et la distinction est posée entre « secteur d’enseignement » et « objets » (d’enseignement ou de recherche), confusion qui existait préalablement à ce texte, selon Van der Yeught (§28) :

L’assimilation abusive du LANSAD aux LSP devenant source de nombreuses confusions, le GERAS a encouragé la Commission formation de la SAES à travailler sur le secteur LANSAD et sur son objet d’étude. Un texte émanant de cette commission a été publié sur le site de la SAES en 2011.

9La langue de spécialité et les moyens de son appropriation par les étudiants sont identifiés dans ce texte comme les objets de recherche en lien avec le secteur Lansad :

Cette activité de recherche s’est progressivement affinée, et distingue notamment désormais le secteur d’activité LANSAD, l’objet d’étude scientifique identifié comme Anglais de Spécialité (ASP) et la réflexion didactique propre à garantir la qualité des apprentissages. (Éléments en gras dans le texte d’origine). (1)

10Dans les termes de la transposition didactique, cette distinction permet d’identifier la langue de spécialité comme le « savoir-savant » (ou « savoir de référence » dans la modélisation ci-dessous) qu’il s’agit de transformer en savoir à enseigner ou à explorer au travers des multiples dispositifs innovants qui caractérisent les travaux de recherche en didactique dans le secteur Lansad, puis en savoir à apprendre et à acquérir par les étudiants, avec l’aide de l’enseignant dans toutes ses différentes postures (accompagnateur, guide, tuteur, etc.).

Figure 1. Modélisation de l’acte didactique multimédia selon Toma (160), à la suite de Chevallard.

11Ce processus, propre à la recherche en didactique, est rappelé en 2011 par les membres de la Commission formations du texte en ces termes (4) :

La réflexion didactique se concentre sur les moyens de rendre le savoir et les connaissances appropriables.

12Une difficulté subsiste alors : celle du constat par cette même commission que l’objet d’enseignement dans le secteur Lansad peut être de deux natures très différentes, essentiellement en raison des situations institutionnelles auxquelles les équipes pédagogiques se trouvent confrontées :

- un enseignement destiné à des étudiants d’une même discipline […]. La finalité de ce type d’enseignement est de permettre l’insertion linguistique et culturelle du futur professionnel qu’est l’étudiant dans l’environnement socio-professionnel de sa spécialisation.
- un enseignement destiné à des étudiants issus de disciplines variées. La problématique est alors différente, puisque transdisciplinaire; l’ancrage disciplinaire est plus flou, voire absent. (Éléments en gras dans le texte d’origine). (2)

13Les résultats de l’enquête menée en 2015 par cette même commission (avec des membres renouvelés) et publiée dans ce numéro en texte d’ouverture confirment ce constat. Dans leur introduction, les quatre auteurs de ce 2e texte de la Commission formations de la SAES relatif au secteur Lansad écrivent ceci :

Les réponses collectées ont montré qu’il y avait presque autant d’intitulés que de structures (…) le secteur Lansad en France fait montre d’une identité aux multiples facettes. (Bruderman et al. §6)

14Cédric Brudermann, Marie-Annick Mattioli, Anne-Marie Roussel et Cédric Sarré mettent en avant les deux grands types d’organisation des enseignements déjà constatés en 2011 puisqu’ils expliquent que 47% des répondants indiquent que les cours sont rattachés aux départements d’enseignement (ce qui favorise la LSP du département) alors que 44% des répondants indiquent que les étudiants « sont ventilés par groupes à partir de plusieurs départements de provenance » ou suivent une formation en centre de langues ou ateliers complémentaires (§9), ce qui correspondrait davantage à la deuxième situation décrite dans le texte de 2011. Les auteurs soulignent également « [l]a disparité des situations rencontrées dans les diverses structures » (§8) notamment en ce qui concerne les volumes horaires.

15Ce travail d’enquête riche et précis montre que le secteur Lansad se définit par l’hétérogénéité des projets pédagogiques en son sein qui, tous, semblent dépendre au moins autant des compétences et de l’expertise des équipes pédagogiques en place et des fruits de la recherche que des contraintes ou injonctions institutionnelles locales et des moyens humains et matériels à disposition. En ce sens, Michel Van der Yeught a souligné que le projet pédagogique du secteur Lansad mérite encore d’être précisé :

(…) En 1993, Michel Perrin (Mémet 2001 : 312), suivi de quelques collègues qui y sont alors impliqués, propose l’acronyme secteur « LANSAD/Langues pour spécialistes d’autres disciplines ». Leur objectif est d’éviter l’appellation « enseignement des langues aux non-spécialistes » qui paraissait réductrice et négative.

Toutefois, si nous nous interrogeons sur le projet pédagogique précis qui motivait cette entrée des langues dans le supérieur, nous n’obtenons pas de réponse détaillée.

16Or, les liens entre projet pédagogique et projet de recherche sont plus resserrés qu’ailleurs en Lansad où la structuration de la formation en langues à s’appuie non seulement sur la recherche fondamentale mais aussi sur la recherche-action et la recherche-développement (Guichon). Si l’objectif commun est la maitrise d’une, et si possible plusieurs, langue(s)-culture(s) à un niveau de compétence donné en fonction de besoins identifiés, la question reste entière sur la définition des contours de cette « langue-culture », savoir-savant et objet d’enseignement et d’apprentissage comme sur le niveau de maitrise exact attendu. C’est en ce sens que ce premier numéro interroge les liens entre secteur Lansad et langues de spécialité.

17En effet, dans le premier cas évoqué par la Commission formations de la SAES (« un enseignement destiné à des étudiants issus de disciplines variées »), le savoir-savant objet de recherche est la langue-culture de spécialité liée au domaine d’étude des étudiants ; dans le second cas (« un enseignement destiné à des étudiants issus de disciplines variées », le savoir-savant objet de recherche est la langue-culture, au sens large du terme. Ce second cas pose un problème structurel potentiel puisque, pour prendre l’exemple de l’anglais, les recherches sur la langue-culture anglaise au sens large du terme sont, de fait, menées par des enseignants-chercheurs spécialistes des trois grands domaines traditionnels  de l’anglistique: la littérature, la civilisation et la linguistique. Mais rares sont ces enseignants-chercheurs à intervenir par choix en Lansad et/ou à consacrer du temps de recherche à la question de la transposition didactique du savoir-savant qu’ils ont été amenés à développer, du moins pour les étudiants spécialistes d’autres disciplines. Un deuxième problème posé par ce cas de figure est de savoir si la maîtrise de la langue-culture hors du champ de la spécialité des étudiants peut suffire à la formation des étudiants Lansad. Nombreux sont les chercheurs à penser que non.

18Dans ce numéro par exemple, Wozniak et Millot vont dans le sens de Van der Yeught dans une démonstration qui, si l’on en admet la logique aristotélicienne, semble laisser peu de place à un autre projet pédagogique que celui de la maîtrise de la langue de spécialité. Un tel positionnement induit, de fait, l’existence d’un savoir-savant que seraient « les langues de spécialité » puisque ces dernières peuvent (et doivent selon les auteurs) être l’objet d’enseignement/apprentissage en Lansad. Ce programme pédagogique posé, le programme de recherche pour le secteur Lansad consisterait alors bien en deux pans précis : d’une part définir ce savoir-savant que sont les langues-cultures de spécialité (volet langue-culture de la recherche) et, d’autre part, définir les moyens à mettre en œuvre pour que leur acquisition soit la plus efficace possible dans les différents cadres didactiques donnés (volet didactique de la recherche). Les questions didactiques sur les technologies de l’information et de la communication et sur le numérique en général, sur les dispositifs CRL, etc. sont alors inhérentes au projet de recherche en lien avec le Lansad. Un tel programme centré autour des langues de spécialité permettrait également un fléchage toujours plus précis des postes d’enseignants-chercheurs pour le secteur Lansad.

19Beaucoup reste toutefois à faire pour un tel programme scientifique de « spécialisation du secteur LANSAD », selon les termes de Van der Yeught (§30). Les recensions de Memet et Van der Yeught d’une part et de Trouillon d’autre le montrent. Ce dernier propose l’analyse suivante de la situation après une recension de la thématique des articles de recherche publiés dans Asp, la revue du Geras entre 1993 et 2007 et dans la revue English for Specific Purposes (dont The ESP Journal) de 1980 à 2010 :

(…) certaines disciplines sont sur-représentées alors que d’autres ne sont pratiquement jamais, voire jamais abordées : aucune occurrence pour la géographie n’a été trouvée par exemple.
À l’intérieur du vaste domaine des sciences, certaines branches n’ont jamais fait non plus l’objet de travaux : on ne trouve aucun article en hydrologie. L’écologie ne fait son apparition qu’en 2010 et uniquement dans Asp.
Il en va de même pour des domaines qui relèvent de préoccupations extra-universitaires, comme la chasse ou la pêche, ainsi que pour les métiers de l’artisanat dont l’apprentissage ne se fait ni en grande école, ni à l’université : on ne trouve rien sur l’anglais de la boulangerie, l’anglais de la boucherie, l’anglais de la maçonnerie, l’anglais de la coiffure, etc. (51-52)

20À ma connaissance, il n’existe toujours pas aujourd’hui de travaux de recherche en anglais de spécialité permettant de commencer à décrire ou définir précisément les contours de l’anglais utilisé par les psychologues, les sociologues, ou les historiens. Ceci empêche, de fait, toute transposition didactique de l’objet « anglais de spécialité SHS » puisque ce savoir de référence est encore mal identifié.

21La sous-représentation du domaine des arts, lettres et sciences humaines et sociales dans les recherches en anglais de spécialité s’explique peut-être par la structuration tardive du secteur Lansad dans les universités d’arts, lettres, langues et sciences humaines et sociales par rapport aux universités de sciences ou droit (Terrier et Maury §31-32). Il semblerait selon Trouillon que les recherches menées en France sur les langues de spécialité sont, pour l’instant, avant tout liées aux domaines de spécialité dans lesquels les enseignants sont amenés à intervenir. Or, comme signalé plus haut, les recrutements d’enseignant-chercheurs spécialistes de l’anglais de spécialité ou de la didactique pour le secteur Lansad dans les universités ALLSHS restent encore minoritaires.

  • 12 Selon la définition proposée par Commission formations, une langue de spécialité est « l’expression (...)

22La Commission formations de la SAES invitait à continuer le débat entre les trois termes-clés Lansad, langues de spécialité et didactique : c’est ce que les quatre associations impliquées dans ce premier numéro d’octobre ont choisi de faire en envisageant ces numéros spéciaux (ponctuels) comme un espace d’échange sur la question du système complexe de relations entre le secteur d’enseignement Lansad et les objets de recherche qui lui sont propres mais aussi sur les questions d’enseignement des langues de spécialité qui s’appuient sur la langue-culture de départ12.

  • 13 https://www.mla.org/MLA-Style/What-s-New-in-the-Eighth-Edition

23Pour conclure cet éditorial sur l’évolution de la revue, je souhaiterais signaler aux lecteurs (et aux futurs auteurs) une évolution de nature éditoriale cette fois. Ce premier numéro spécial de RPPLSP, signe de l’évolution scientifique de la revue, marque en effet l’aboutissement de la période de transition à la suite du travail de Mireille Hardy qui se concrétise par la constitution du comité de rédaction de la revue renforcé, par un effort d’élargissement à l’international de la revue grâce à la diffusion des appels à textes et des annonces de publication en Europe, en Amérique du Nord, en Asie (Japon et Chine pour l’instant), et en Afrique du Nord. La dernière évolution majeure dans le cadre de cette transition est l’adoption de la norme éditoriale MLA8 définie dans la 8e édition du guide de la Modern Language Association pour la présentation des textes et des bibliographies. Si de prime abord elle pourra surprendre les lecteurs des textes contenus dans ce numéro et les futurs auteurs, cette norme de présentation se révèle particulièrement aisée à mémoriser à l’usage en raison d’une syntaxe simplifiée, logique et adaptée aux évolutions de nos pratiques de recherche à l’ère du numérique. Les évolutions des normes éditoriales dans cette 8e édition offrent un nouveau paradigme13 pour la référenciation des travaux de recherche en prenant en compte les variétés des supports existants : MLA8 constitue ainsi une norme éditoriale d’avenir.

24Il me reste à vous souhaiter, au nom du comité de rédaction de la revue, une excellente lecture.

Haut de page

Bibliographie

Brudermann, Cédric, et al. « Le secteur des langues pour spécialistes d’autres disciplines (Lansad) dans les universités françaises : résultats d’une enquête nationale. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. 35, n°3, 2016, apliut.revues.org/5547

Chevallard, Yves. La transposition didactique : du savoir savant au savoir enseigné. La Pensée Sauvage, 1985.

Commission Formations de la SAES. « Évolutions et enjeux des formations et de la recherche dans le secteur LANSAD. » 2011, saesfrance.org, sha.univ-poitiers.fr/saesfrance/spip.php?article262, dernière consultation le 29 octobre 2016.

Guichon, Nicolas. Langues et TICE. Méthodologie de conception multimédia. Ophrys, 2006.

Macaire, Dominique. « Recherche-action et didactique des langues : du positionnement du chercheur à une posture de recherche. » Les Aprés-midi de LAIRDIL, vol. 17, 2010 pp. 21-32, hal.archives-ouvertes.fr/hal-00554831.

Memet, Monique, et Van der Yeught, Michel. « Bref historique de Asp, la revue du GERAS. » Asp, Les trente ans du GERAS, numéro spécial – année 2008, 2008, pp. 25-28, disponible en ligne asp.revues.org/4471?file=1, dernière consultation le 29 octobre 2016.

Terrier, Linda, et Maury, Cristelle. « De la gestion des masses à une offre de formation individualisée en anglais-LANSAD : tensions et structuration. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. XXXIV, n°1, 2015, apliut.revues.org/5029.

Toma, Tony. Du multimédia et des hommes. L’enseignant face au multimédia. Martorama, 1996.

Trouillon, Jean-Louis. Approches de l’anglais de spécialité. Presses Universitaires de Perpignan, Collection Études, 2010.

Van der Yeught, Michel. « Développer les langues de spécialité dans le secteur LANSAD – Scénarios possibles et parcours recommandé pour contribuer à la professionnalisation des formations. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. XXXIII, n° 1, 2014, apliut.revues.org/4153.

Haut de page

Notes

1 Dans l’ordre alphabétique : Saandia Ali, Sara Alvarez, Encarnacion Arroyo, Sophie Bailly, Alex Boulton, Claire Chaplier, Marc Deneire, Martine Derivry, Aura-Luz Duffe, Alice Henderson, Dominique Macaire, Monica Masperi, Monique Memet, Julie Morère, Anne-Marie O’Connell, Christian Puren, Nathalie Spanghero-Gaillard, Rebecca Starkey, Denyze Toffoli.

2 Dans l’ordre alphabétique : Acedle (association des chercheurs et enseignants des langues étrangères), Apliut, Ardaa, Geras, Geres (groupe d’étude et de recherche en espagnol de spécialité), LangSup, Ranacles. Les associations APLV (association des professeurs de langues vivantes), et Tesol France (Teachers Of English to Speakers of Other Languages) ont fait part de l’intérêt pour la démarche sans pouvoir répondre positivement à notre demande de participation au numéro 2016. Les associations ADEAL (association pour le développement de l'enseignement de l'allemand en France), Geralls (groupe d’étude et de recherche en allemand de spécialité) et Uplegess (union des professeurs de langues étrangères des grandes écoles et de l’enseignement supérieur) ont également été contactées, sans réponse pour l’instant.

3 Dans l’ordre alphabétique : ATILF (analyse et traitement informatique de la langue française) et en particulier le projet scientifique du Crapel (Didactique des langues et sociolinguistique) sous la responsabilité d’Alex Boulton et Maud Ciekanski ; CRINI (centre de recherche sur les identités nationales et l'interculturalité) et en particulier la thématique de recherche 2 (Langues et cultures de spécialités) qui se trouvait sous la direction de Marie-Françoise Narcy-Combes au moment où le laboratoire a été contacté pour ce projet de publication ; LAIRDIL (laboratoire inter-universitaire de recherche en didactique Lansad) sous la direction de Françoise Raby ; LIDILE (Linguistique-Ingénierie-Didactique des langues) et en particulier l’axe DiLEM (didactique des langues et multimédias) sous la responsabilité de Nicole Cloarec et Aura-Luz Duffe ; et LIDILEM (laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles) dirigé par Marinette Matthey. Ces cinq laboratoires sont, à notre connaissance, les 5 laboratoires en France impliqués explicitement dans des travaux de recherche sur les questions de langues (étrangères) de spécialité et de didactique des langues, notamment dans l’enseignement supérieur.

4 Il est actuellement composé de trois membres, Mathilde Arino, Noelle Gaigeot et Joanne Pagèze, représentant l’Apliut et Ranacles.

5 Citation extraite du courriel du 12/09/2012 adressé par Mireille Hardy à Christine Vaillant-Sirdey. Ce courriel a été archivé par Mireille Hardy dans les documents de la revue..

6 Citation extraite du courriel du 26/11/2012 adressé par Christine Vaillant-Sirdey à Mireille Hardy et aux présidents et représentants des associations invités au congrès. Ce courriel a été archivé par Mireille Hardy dans les documents de la revue.

7 Les réunions inter-associatives se poursuivent depuis au rythme d’une rencontre par an, sauf pour l’année 2016 durant laquelle il n’y a pas eu de rencontres. Les comptes-rendus se trouvent sur le site de l’Apliut, association éditrice de la revue. http://apliut.com/wordpress/.

8 2014 a été marqué par le premier numéro rédigé par une autre association que l’Apliut. Ce numéro a été dirigé par Françoise Raby et Judith Barna pour l’Ardaa. En janvier 2015 l’association Ranacles s’est à son tour engagée dans la production de son premier numéro en proposant un état des lieux et des perspectives sur la formation en langues dans les centres de langues dirigé par Annick Rivens-Mompean, Peggy Candas et Anne Chateau. Ardaa et Ranacles ont continué depuis à s’investir dans la production de numéros de janvier :

  • Janvier 2016 : numéro dirigé par Emilie Magnat et Rebecca Dahm pour Ardaa, sur le thème « Les stratégies, l’engagement et l’ergonomie cognitive comme leviers pour l’enseignement / apprentissage des langues ». Ce numéro est consultable à l’adresse suivante : http://apliut.revues.org/4985

  • Janvier 2017 : numéro dirigé par Peggy Candas, Anne Chateau et Jean-François Brouttier pour Ranacles sur le thème « Qualité dans les centres de langues et pour l’enseignement/apprentissage des langues dans le supérieur : définition, enjeux, pratiques ». Ce numéro est en cours de finalisation et sera accessible en ligne le 30 janvier 2017 à cette adresse : http://apliut.revues.org/5241.

  • Janvier 2018 : numéro dirigé par Joséphine Remon et Virigine Privas pour Ardaa, sur le thème « Confiance, reliance et apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur ». Des propositions de communication peuvent être adressés jusqu’au 15 février 2017 (voir le texte de cadrage http://apliut.revues.org/5459).

9 Linda Terrier, Julie Morère, Marie-Annick Mattioli et Joëlle Farigoux, voir http://apliut.revues.org/1643#tocto1n1.

10 Dans ce numéro, cette transposition didactique est discutée dans la 4e étape du protocole de description des langues de spécialité/spécialisées proposé par Michel Van Der Yeught.

11 Composition de la Comission formation en 2011 : Jean-Claude Bertin (PR Le Havre), Camille Fort (PR Amiens), Anne-Florence Gillard-Estrada (MCF Rouen), Jeffrey Hopes (PR Orléans), Manuel Jobert (MCF Lyon 3) ,André Kaenel (PR Nancy 2), Claire Larsonneur (MCF Paris 8), Marie-Annick Mattioli (MCF IUT Paris 5) ,Anne-Marie Roussel (PRAG ENS Cachan), Claire Tardieu (PR IUFM Paris). Voir http://saesfrance.org/formation/commission-formations-saes/.

12 Selon la définition proposée par Commission formations, une langue de spécialité est « l’expression d’un domaine spécialisé dans une langue » (3).

13 https://www.mla.org/MLA-Style/What-s-New-in-the-Eighth-Edition

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Modélisation de l’acte didactique multimédia selon Toma (160), à la suite de Chevallard.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/5467/img-1.png
Fichier image/png, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Terrier, « Éditorial », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 35 N° spécial 1 | 2016, mis en ligne le 30 octobre 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/5467

Haut de page

Auteur

Linda Terrier

Linda Terrier est maître de conférences au département des études du monde anglophone de l'université Toulouse – Jean Jaurès. Elle a enseigné l’anglais à l’IUT A de Toulouse entre 2004 et 2012 en tant que PRAG et enseigne à présent l’anglais auprès des étudiants du secteur Lansad et la linguistique auprès des étudiants spécialistes au département des études du monde anglophone de l’université Toulouse-Jean Jaurès. Elle est membre du laboratoire CAS (Cultures anglo-saxonnes, EA 801). Ses recherches, informées par la linguistique de l’anglais, portent sur la didactique de l’anglais dans l’enseignement supérieur, notamment sur les problématiques de compréhension de l’oral et d’apprentissage en auto-formation en Lansad. Elle travaille actuellement sur la question de la question de l’objet d’apprentissage en anglais pour les étudiants de psychologie en particulier. Elle est rédactrice en chef de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT (RPPLSP) depuis janvier 2015.
linda.terrier@univ-tlse2.fr
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page