Navigation – Plan du site
Notes de recherche

La langue de spécialité en dispute. Quel objet de connaissance pour le secteur Lansad ?

Discussing the Relevance of Languages for Specific Purposes. What Should we Teach University Students in Disciplines Other Than Language Studies?
Séverine Wozniak et Philippe Millot

Résumés

Dans un contexte de progression forte et régulière du secteur Lansad, la question de la place de la LSP en tant qu’objet d’enseignement au cœur de ce secteur se pose de façon accrue. En effet, afin de répondre à cette demande, certaines politiques linguistiques universitaires prennent le parti de ne proposer aux étudiants spécialistes d’autres disciplines que les langues des cours de langue générale, organisés par niveau de compétences sans tenir compte des disciplines de spécialisation de ces étudiants. À l’inverse, nous affirmons qu’il est essentiel de maintenir et de développer les enseignements de LSP dans le contexte Lansad. Toutefois, afin d’assurer des enseignements de qualité, il est essentiel de promouvoir la mise en place d’environnements de travail encapacitants pour les équipes de linguistes de spécialité, car ces derniers se trouvent bien souvent isolés au sein de leur composante. La mise en place de réseaux réciproques d’échanges des savoirs permet de répondre à cette attente, comme l’illustrent les deux exemples du Réseau des linguistes de spécialité de l’université Grenoble Alpes et le projet Lansad de l’université de Lyon.

Haut de page

Texte intégral

1. Questio : Peut-on imaginer la structuration du secteur Lansad1 sans les langues de spécialité (LSP) ?

  • 1 Langues pour spécialistes d’autres disciplines que celles des lettres et des langues
  • 2 Extraits de l’appel à contributions pour le présent numéro de la revue Recherche et pratiques pédag (...)

1Cette note de recherche a pour objet d’exposer une analyse argumentée du rapport entre secteur Lansad et LSP. Notre point de départ se situe dans le questionnement proposé pour ce premier numéro inter-associatif qui « se veut un espace de dialogue ouvert pour nourrir la réflexion sur la structuration raisonnée du secteur Lansad au niveau national, et du domaine des langues dans son ensemble à l’Université et dans le reste de l’Enseignement Supérieur, en lien avec les évolutions du paysage éducatif européen » et qui vise à « interroger les liens entre langues de spécialité (LSP) et secteur Lansad »2. Les auteurs du cadrage de ce numéro nous soumettent une question polémique, tant la confrontation des différents points de vue sur cette question est exacerbée : « C’est, en toile de fond, la question de la structuration du secteur Lansad qui est posée : peut-on imaginer cette structuration sans les LSP ? ».

2En tant qu’anglicistes de spécialité, nous sommes interpellés par cette questio et tentons d’y apporter une réponse structurée sur le modèle de la dispute scolastique, en rappelant, dans un premier temps, les propositions en présence avant de soumettre, dans un second temps, notre propre analyse à la discussion. En guise de prolégomènes cependant, il convient de cadrer cette proposition de dispute en distinguant les trois axes qui nourrissent la recherche portant sur la structuration du secteur Lansad dans l’enseignement supérieur et la recherche français :

3- sa structuration en termes d’organisation institutionnelle : quel optimum optimorum pour le secteur Lansad ? Nous nous sommes intéressés à cette question en proposant un modèle de structuration institutionnelle en trois strates du secteur Lansad des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel pluridisciplinaires (universités fusionnées, associations d’universités, communautés d’universités et d’établissements - Comue, etc.) en nous fondant sur les résultats d’une enquête par questionnaire auprès des acteurs du secteur (Braud et al. « You Say ») ;
- sa structuration en termes d’organisation pédagogique, se fondant sur les besoins et les attentes des « opérateurs » du secteur, c’est-à-dire les acteurs de la recherche et de l’enseignement. Nous avons tenté d’aborder ce sujet en portant notre attention sur les besoins en termes de formation de formateurs (dans les domaines de la formation initiale et continue), plaidant notamment pour une introduction à l’étude de l’anglais de spécialité (ASP) dans le cadre des études anglaises (Braud et al. « Pour une formation ») ;
- sa structuration en termes de champ scientifique, qui concerne l’objet de connaissance au centre de la recherche et de l’enseignement du secteur Lansad : c’est sur ce troisième volet que porte cette dispute. Remarquons d’emblée que nous la limitons à une seule langue : l’anglais.

2. Disputatio : L’ASP, objet de connaissance du secteur Lansad

  • 3 « Aucune théorie linguistique, quelle qu’elle soit, n’a jamais isolé le fonctionnement des langues (...)
  • 4 http://corpus.byu.edu/coca/

4La première proposition, que nous critiquons, soutient que l’objet de connaissance et d’enseignement au cœur du secteur Lansad est soit la langue dite « de communication » soit la langue dite « générale ». Alors que la première est une tautologie (toute langue, quelle que soit la situation d’utilisation, y compris dans les situations les plus spécialisées, sert à communiquer des idées), la seconde, conduit la communauté des linguistes dans une impasse épistémologique et pratique. La notion de « langue générale » crée, par effet de contraste avec la LSP, une séparation arbitraire et relativement inutile car toute langue possède en son sein des variétés spécialisées. L’inutilité de la séparation, soulignée par Lerat (2)3, peut être mise en évidence, par exemple, à partir des grands échantillons de la langue anglaise tels que le Corpus of Contemporary American4 (COCA), dont les sous-catégories forment un terrain potentiel pour l’émergence du spécialisé dans la langue, qu’il s’agisse du sous-corpus parlé (conversations entre experts par exemple), de la fiction (fiction à substrat professionnel par exemple) ou, a fortiori, des revues scientifiques.

Sous-corpus

Nombre de mots

Parlé

109.000.000

Fiction

105.000.000

Magazines

110.000.000

Journaux

106.000.000

Revues académiques

103.000.000

Total

533.000.000

Tableau 1. Structure du Corpus COCA en janvier 2016.

5Ainsi, si la notion d’anglais général nous paraît peu pertinente ici, une « compétence générale en anglais », que nous pourrions définir comme l’atteinte d’un certain degré de maîtrise dans les situations de communication que sous-tendent les différentes catégories comprises dans les grands corpus (généraux) de cette langue, est davantage porteuse pour notre analyse. Alors que la compétence générale en anglais constitue un objectif réaliste et légitime au sein des études anglaises, notamment de la filière langue, littérature et civilisation étrangère (LLCE), elle nous semble, à l’inverse, former un objectif peu réaliste et peu légitime pour le secteur Lansad. Une première raison à cela repose sur la place relativement restreinte accordée aux modules d’anglais dans les maquettes. Dans la plupart des filières du secteur, en effet, l’anglais prend la forme d’un module unique dont le volume horaire, relativement limité, suppose une forte restriction des objectifs d’apprentissage comparés au nombre potentiellement illimité des contextes dans lesquels une langue est utilisée et auxquels seules des formations entièrement dédiées (LLCE, langues étrangères appliquées - LEA) peuvent former. À l’objectif de compétence générale en anglais pour le secteur Lansad nous opposons une seconde critique, qui concerne son manque d’adéquation à l’orientation disciplinaire et professionnelle des étudiants tant au niveau du master (spécialisation et professionnalisation effective) qu’au niveau de la licence (spécialisation et professionnalisation progressive) qui appelle un objectif d’acquisition de compétences spécialisées ou, du moins, fortement contextualisées. Dans le cadre des « autres disciplines », spécialisées par nature, une approche par la compétence générale en anglais nous paraît donc inadaptée car elle entre en contradiction avec un processus de spécialisation au long cours qui structure l’identité disciplinaire et professionnelle des futurs diplômés, comme le note Michel Van der Yeught :

6Il est souhaité, in fine, que les langues contribuent efficacement à la professionnalisation des apprenants. Il importe donc que tous les étudiants LANSAD soient formés à communiquer en langue étrangère dans la perspective professionnelle de la carrière qu’ils ont choisie, c’est-à-dire qu’ils étudient la langue de spécialité de leur domaine de formation. Il faut donc généraliser l’apprentissage des langues de spécialité en LANSAD. (Van der Yeught « « Développer les langues » 26)

  • 5 Par ailleurs, il nous semble ambitieux de faire le pari que des étudiants en échec dans la construc (...)

7Nous concluons donc que, lorsque l’orientation généraliste de la compétence s’applique sur le terrain, et parce qu’elle se fonde sur des objectifs irréalistes pour le public visé, elle tend à systématiser l’échec en langue5.

  • 6 Rappelons à cet égard qu’« un domaine spécialisé est défini comme un ensemble de connaissances et/o (...)
  • 7 Introduction Method Results And Discussion

8Néanmoins, les partisans de cette première proposition mettent en place des dispositifs pédagogiques impliquant que les étudiants, répartis dans des groupes homogènes « par niveau » (généralement suite à un pré-positionnement), suivent des cours d’anglais comme compétence générale pour les syllabus desquels, faute de contenu disciplinaire, l’accent est mis sur les compétences de communication travaillées en cours. Ces dispositifs, qui ignorent largement la discipline de spécialisation des étudiants, se fondent sur la représentation hiérarchique de la compétence, entre les niveaux « forts », systématiquement atteints par les candidats ayant une expérience intense en langue, et les niveaux « faibles », vers lesquels sont relégués les étudiants n’ayant pas cette expérience ou ceux qui n’ont pas encore mis l’apprentissage d’une langue étrangère au cœur de leurs préoccupations. Cette orientation est parfois légitimée par un recours systématique au Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) qui, bien qu’il ne fût jamais conçu pour classer les candidats par niveau, semble régulièrement détourné de son objectif principal de réflexion et de promotion des compétences, si minimales soient-elles, et de plurilinguisme. Nous pouvons citer à titre d’exemple non exhaustif la description des dispositifs de formation proposés dans le cadre des Lansad à l’université Pierre et Marie Curie (Brudermann et al.), à l’université Toulouse Jean Jaurès (Terrier et Maury) et à l’ex-université Stendhal Grenoble 3 (Masperi et Quintin). Alors que le spécialisé dans la langue peut émerger à tous les échelons de la société (du manutentionnaire au Port du Havre au directeur d’une société multinationale en passant par l’enseignant-chercheur en physique des matériaux) et concerner tous les domaines6 de la connaissance (de l’ingénierie à l’art, en passant par le droit et l’économie), l’ASP peut être parfois, à tort, perçu comme une variété indépendante de la vie courante, ardue et réduite, pour ainsi dire, à la terminologie et à l’étude de sous-genres spécialisés (telle l’étude du modèle IMRAD7 de l’article scientifique, enseignée aux niveaux master et doctorat).

9Pourtant, le développement des cours d’ASP dès la L1 (Braud et al. « You Say » 56) ainsi que les travaux de recherche dans ce domaine depuis près de quarante ans montrent qu’il est tout à fait possible de développer une compétence spécialisée en anglais, réaliste et légitime pour le secteur Lansad. Il s’agit de l’illustration de la seconde proposition de cette disputatio : l’objet de connaissance et d’enseignement au cœur du secteur Lansad est bien l’ASP. L’expérience des établissements ayant fait ce choix montre en effet qu’il est possible d’atteindre, à l’échelle d’un diplôme, une aisance disciplinaire et professionnelle crédible en anglais (reconnue à la fois par les étudiants, les enseignants et le monde professionnel) s’inscrivant dans le paradigme posé par le CECRL, à condition que la formation en anglais ait pour objectif de développer un ensemble de micro-compétences (spécialisées) pertinentes pour les spécialistes des autres disciplines (comprendre les descriptions techniques dans un catalogue de fabricant de matériel d’escalade, résoudre un problème professionnel par courriel, affiner sa connaissance de son domaine spécialisé en anglais, etc.) (Fries-Verdeil).

10Dans ce cadre, une approche spécialisée de la compétence en anglais au sein du secteur Lansad constitue un levier puissant pour la réussite des étudiants. La réussite ne repose en effet plus sur l’acquisition d’une langue-culture « étrangère » mais, au contraire, sur celle d’une culture disciplinaire dont les étudiants sont déjà familiers à la fois dans leur propre langue et en anglais (par exemple dans un contexte international). Cette réussite repose ensuite sur une coordination pédagogique accrue, incluant, de manière plus ou moins formelle, les spécialistes de la discipline. Ce type de coordination favorise de facto l’intégration de l’anglais dans les filières et, par là-même, a un effet positif sur les étudiants qui perçoivent alors leur apprentissage comme une action légitime en ce qu’elle est contributoire à leur formation disciplinaire. Ainsi,

[l’]apprentissage de langues de spécialité peut être envisagé comme celui de compétences partielles à des niveaux contextuellement déterminés par l’enseignant, l’institution ou l’apprenant lui-même, en fonction des besoins professionnels, ou perçus, de l’apprenant. (Barrault Methy 43)

  • 8 Rappelons ici le faible nombre d’enseignants chercheurs spécialistes du domaine (Braud et al. « Pou (...)

11Si on admet cette proposition, la difficulté réside alors dans sa mise en œuvre : face aux assauts récurrents des défenseurs de la première proposition, comment faire vivre localement les communautés de linguistes de spécialité en charge de la formation linguistique des étudiants du secteur Lansad, composées très souvent de professeurs certifiés, agrégés ou contractuels8, isolés dans leur composante de rattachement et écrasés par leur charge d’enseignement et les responsabilité administratives attachées à la gestion de leur équipe ? Comment les aider à affirmer leur complète légitimité, notamment en leur permettant d’accéder aux avancées de la recherche en ASP afin d’innover pédagogiquement et de les accompagner dans une démarche réflexive sur leur propre pratique professionnelle ?

3. Determinatio : Pourquoi et comment mettre en place un réseau de linguistes de spécialité

12Une première réponse à cette question nous a été proposée par Magnet. Prenant le cas d’un petit groupe d’anglicistes œuvrant dans le domaine des formations de santé, elle nous invite en effet à développer un réseau, « réponse transversale à une organisation verticale, [qui] permet de trouver une place pour l’enseignant de langue de spécialité » (Magnet 86). Elle précise la nature des réseaux à activer autour d’une LSP au sein de l’université, mettant en avant en particulier le réseau sociologique (qui permet à l’angliciste de spécialité d’interagir au cœur de sa composante d’affectation au contact des spécialistes disciplinaires) et le réseau de recherche transversale en ASP (formé par les laboratoires de recherche et les sociétés savantes). En effet, les réseaux professionnels, qui rendent effectives et diffusent des pratiques innovantes, permettent la capitalisation des savoirs entre professionnels de terrain et participent de la mise en place d’un contexte professionnel durable, ou « environnement encapacitant » :

From a preventive standpoint, an enabling environment is an environment that is not detrimental to the individual. It should preserve its future capabilities to act. This is of course a very classical aspect of ergonomics actions: detection and prevention of safety hazards, elimination of exposure to toxic materials, elimination of exposure to task demands resulting in long-term deficiencies or negative psychological effects (e.g. stress), etc.

From a palliative/universal standpoint, an enabling environment is an environment that takes into account inter-individual differences (in anthropometric characteristics, but also in age, gender, culture) and compensates individual deficiencies (due to aging, illnesses, incapacities). An enabling environment is an environment that prevents exclusion and unemployment.

  • 9 Proposition de traduction par les auteurs : D'un point de vue préventif, un environnement encapacit (...)

From a developmental standpoint, an enabling environment is an environment that makes it possible for people to develop new skills and knowledge, to enlarge their possibilities of action, their degree of control on their task and on the way in which they perform their task, i.e. their autonomy. An enabling environment is an environment that contributes to the cognitive development of individuals and of teams, i.e. that encourages learning9. (Falzon 4)

  • 10 http://reseaulspgrenoble.edublogs.org

13Ainsi, avons-nous décidé de prendre pour modèle le dispositif de réseau réciproque d’échanges des savoirs, « outil au service de la professionnalisation des personnes et de leurs activités » (Fernagu Oudet 8), qui se révèle particulièrement efficace pour l’intégration des nouveaux venus (prérequis fondamental pour la gestion d’équipes de linguistes de spécialité composées de personnels aux statuts divers et caractérisées par leur renouvellement quasi constant). Ce dispositif stimule la promotion du « savoir agir en situation » (Fernagu Oudet 9) relatif à tous les aspects de notre métier, couvrant à la fois son volet institutionnel et administratif et les questions pédagogiques. Nous illustrons ci-dessous l’intérêt de la création de réseaux locaux de linguistes de spécialité par deux exemples : le Réseau des linguistes de spécialité de l’université Grenoble Alpes (UGA)10 et le projet Lansad de l’université de Lyon.

  • 11 Institut national polytechnique

14Le Réseau des linguistes de spécialité de l’UGA constitue un exemple de réseau permettant de structurer les équipes de linguistes de spécialité au plan local (la COMUE UGA). Il a été formé en février 2013 par les coordinatrices langues de l'université Pierre Mendès France (université Grenoble 2), de Grenoble INP11 et de l'université Joseph Fourier (université Grenoble 1) afin de travailler à la création d’un projet interuniversitaire relatif aux LSP. Il regroupe l’ensemble des linguistes de spécialité de l’UGA qui forment les étudiants spécialistes des autres disciplines, c’est-à-dire étudiant dans les domaines droit-économie-gestion, sciences humaines et sociales, et sciences, technologie et santé. Ce réseau se propose de stimuler la collaboration entre ses membres afin de faire progresser l’offre de formation sur le site, en particulier les cours de LSP, principalement en anglais mais aussi en allemand, en espagnol, en français langue étrangère (FLE) et en italien. Le comité de pilotage du Réseau a instauré une liste de diffusion, qui permet d’assurer la transmission d’informations relatives à la recherche en LSP et organise deux fois par an une journée thématique, notamment à des fins de veille scientifique.

15Le projet Lansad pour la candidature de l’université de Lyon aux initiatives d’excellence (Idex) des programmes investissements d’avenir s’inscrit dans le sens d’une coopération accrue entre linguistes de spécialité à l’échelle d’un site. Le projet se fonde tout d’abord sur une conception du secteur Lansad qui, au lieu de tendre vers l’homogénéisation des savoirs et des savoir-faire en langues, prend appui sur la spécificité des besoins rencontrés sur le terrain des spécialités (diplômes, départements et filières). Cette conception est issue de l’introduction au rapport interne du groupe thématique Lansad pour l’accréditation des formations de l’université Jean Moulin (Lyon 3) que nous présentons ci-dessous :

Les Langues pour Spécialistes des Autres Disciplines (LANSAD) sont un secteur extrêmement vaste : elles sont enseignées dans toutes les composantes, dans tous les diplômes, à chaque année d’étude, chaque semestre en fonction des filières. « Le secteur LANSAD » comme réalité purement transversale, au singulier, n’est donc, de ce point de vue, qu’une formule. La réalité de ce secteur est profondément complexe et protéiforme en ce qu’elle dépend de multiples facteurs, à commencer par la diversité des langues elles-mêmes, celle des besoins, des volumes horaires, des dispositifs, etc. La diversité ne doit pas être vécue comme un problème mais comme un élément incontournable dans la mise en œuvre d’une politique des langues efficace et ambitieuse, orientée sur les objectifs à la fois larges (cadres réglementaires communs aux langues et diplômes) et spécifiques, définis au plus près du terrain (la composante, le département et ses partenaires). (Millot 1)

16Le projet se fonde ensuite sur la définition d’axes de travail (formation initiale des étudiants, formation des linguistes de spécialité, recherche et ingénierie pédagogique, mobilité étudiante et enseignante), présentés comme autant de facettes d’un même secteur qui tend à répondre à de multiples enjeux comme l’internationalisation des formations et de la vie étudiante ou encore la spécialisation et la professionnalisation dans les diplômes. Enfin, à l’instar du modèle grenoblois, le projet repose sur un réseau de linguistes issus des universités Claude Bernard (université Lyon 1), Lumière (université Lyon 2), Jean Moulin (université Lyon 3) et Jean Monnet (université de Saint-Etienne) dont l’objectif consiste à développer des projets scientifiques et pédagogiques en réponse aux besoins des différents terrains pédagogiques. L’un des projets phares de ce réseau concerne les notions de compétences et de maîtrise en LSP. Ce projet prend actuellement la forme d’une réflexion à l’échelle du site, à travers l’organisation de colloques et de journées d’études consacrés à ce thème, en vue de la mise en place d’outils institutionnels. Ces outils auront pour but de valider et, par là-même de valoriser, des compétences en LSP à des niveaux tels que la licence et le master.

17Pour conclure, rappelons la première position de cette disputatio : les étudiants non-spécialistes doivent prioritairement recevoir des cours d’anglais comme compétence générale afin d’améliorer leur compétence générale en anglais. A contrario, nous soutenons dans cette note de recherche qu’il paraît inenvisageable d’imaginer la structuration du secteur Lansad sans les LSP, que nous considérons comme son objet de connaissance et d’enseignement privilégié. Dans un contexte national de forte progression de ce secteur, nous estimons que, face à l’ampleur du phénomène et sa complexité, les tentatives de simplification (la mise en place de cours d’anglais comme compétence générale par niveau par exemple) sont abondantes et conduisent à un appauvrissement non seulement des formations Lansad mais également à celui des langues comme domaines de connaissance. Il subsiste cependant des raisons d’espérer un fort développement des LSP au sein du secteur Lansad :

18- un solide ancrage du domaine dans la recherche ; en effet, la recherche dans le domaine des LSP est nourrie de nombreux travaux nationaux et internationaux,
- la poursuite de la réflexion sur les caractéristiques du métier de linguiste de spécialité au sein de notre communauté,
- des innovations institutionnelles, telles que les réseaux de linguistes de spécialité.

Haut de page

Bibliographie

Barrault-Méthy, Anne-Marie. « Les langues de spécialité au cœur des politiques linguistiques européennes. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. 32, n° 1, 2013, pp. 33-60, apliut.revues.org/3554.

Braud, Valérie, et al. « You Say You Want a Revolution… : Contribution à la réflexion pour une politique des langues adaptée au secteur LANSAD. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. 34, n° 1, 2015, pp. 46-66, apliut.revues.org/5020.

Braud, Valérie, et al. « Pour une formation de tous les anglicistes à la langue de spécialité. » Les Langues Modernes, n° 3/2015, 2015, pp. 67-76.

Brudermann, Cédric, et al. « Le CECRL : un outil pour construire une politique des langues ? Retour d’expérience sur l’évaluation et la certification à l’UPMC (2009/2011). » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. 31, n° 3, 2012, pp. 31-41.

Conseil de l’Europe. Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer, Conseil de l’Europe, Division des politiques linguistiques, 2000.

Falzon, Pierre. « Ergonomics, Knowledge Development and the Design of Enabling Environments. » Proceedings of the Humanizing Work and Work Environment HWWE’2005 Conference, Décembre 2005, Guwahati (Inde), pp. 1-8, lewebpedagogique.com/audevillemain/files/2013/12/capabilites.pdf, consulté le 28 janvier 2016.

Fernagu Oudet, Solveig. « Concevoir des environnements de travail encapacitants : l’exemple d’un réseau réciproque d’échanges des savoirs. » Formation emploi, n° 119, 2012, pp. 7-27.

Fries-Verdeil, Marie-Hélène. « Mise en cohérence de l’anglais de spécialité et du CECRL en France : difficultés et enjeux. » ASp, n° 56, 2009, pp. 105-125.

Lerat, Pierre. « Approches linguistiques des langues spécialisées. » ASp, n°15-18, 1997, pp. 1-10.

Magnet, Anne. « Réseaux de cohérence et de cohésion dans la pratique de l’anglais scientifique. » ASp. n °23-26, 1999, pp. 85-98.

Masperi, Monica et Jean-Jacques Quintin. « L’innovation selon Innovalangues. » Lingua e Nuova Didattica, n° 1, 2014, pp. 6-14.

Millot, Philippe. Rapport du Groupe Thématique LANSAD pour l’accréditation des formations à l’université Jean Moulin (Lyon 3). Document non publié, 2015.

Terrier Linda et Cristelle Maury. « De la gestion des masses à une offre de formation individualisée en anglais-LANSAD : tensions et structuration. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. 34, n° 1, pp. 67-89.

Van der Yeught, Michel. L’anglais de la bourse et de la finance : description et recherche. Éditions Ophrys, 2012.

Van der Yeught, Michel. « Développer les langues de spécialité dans le secteur LANSAD. Scénarios possibles et parcours recommandé pour contribuer à la professionnalisation des formations. » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. 33, n° 1, 2014, pp. 12-32.

Haut de page

Notes

1 Langues pour spécialistes d’autres disciplines que celles des lettres et des langues

2 Extraits de l’appel à contributions pour le présent numéro de la revue Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité rédigé par Linda Terrier pour l’Apliut, Cédric Sarré pour le Geras, Joanne Pagèze pour Ranacles et Dominique Delassalle pour l’Ardaa.

3 « Aucune théorie linguistique, quelle qu’elle soit, n’a jamais isolé le fonctionnement des langues spécialisées de celui des langues naturelles en général. » (Lerat 2)

4 http://corpus.byu.edu/coca/

5 Par ailleurs, il nous semble ambitieux de faire le pari que des étudiants en échec dans la construction d’une compétence générale en anglais à l’issue de leurs études secondaires soient motivés par une approche de la langue parfaitement identique à celle dont ils ont fait l’expérience au lycée.

6 Rappelons à cet égard qu’« un domaine spécialisé est défini comme un ensemble de connaissances et/ou de pratiques mis au service d’une même finalité. La spécificité des connaissances et/ou des pratiques en question constitue la spécialité du domaine. » (Van der Yeught « L’anglais de la bourse » 13)

7 Introduction Method Results And Discussion

8 Rappelons ici le faible nombre d’enseignants chercheurs spécialistes du domaine (Braud et al. « Pour une formation »).

9 Proposition de traduction par les auteurs : D'un point de vue préventif, un environnement encapacitant est un environnement non délétère pour l'individu. Il est censé préserver ses futures capacités d'action. Il s'agit évidemment d'un aspect tout à fait classique des actions en matière d'ergonomie : la détection et la prévention des risques, l'élimination de l'exposition aux toxiques, l'élimination de l'exposition à des tâches qui, lorsqu'elles sont exigées, entraînent des déficiences à long terme ou des effets psychologiques négatifs tels que le stress.

D'un point de vue palliatif ou universel, un environnement encapacitant est un environnement qui prend en compte les différences entre individus (dans leurs caractéristiques anthropométriques certes, mais, également, dans celles liées à l’âge, au genre ou encore à la culture) tout en compensant les défauts individuels (liés au vieillissement, à la maladie et à tout problème de capacité personnelle). Un environnement encapacitant est un environnement qui agit en prévention contre l'exclusion et le chômage.

D'un point de vue développemental, un environnement encapacitant est un environnement qui permet de développer de nouvelles compétences et de nouveaux savoirs, d'élargir les possibilités d'action et le degré de contrôle que les individus ont sur les tâches et sur la manière dont ils les accomplissent. En d'autres termes, il développe l'autonomie. Un environnement encapacitant est un environnement qui contribue au développement cognitif des individus et des équipes, autrement dit, il encourage l'apprentissage.

10 http://reseaulspgrenoble.edublogs.org

11 Institut national polytechnique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Wozniak et Philippe Millot, « La langue de spécialité en dispute. Quel objet de connaissance pour le secteur Lansad ? », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 35 N° spécial 1 | 2016, mis en ligne le 30 octobre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/5496 ; DOI : 10.4000/apliut.5496

Haut de page

Auteurs

Séverine Wozniak

Séverine Wozniak est maître de conférences en anglais de spécialité à la Faculté d’économie de Grenoble. Ses recherches, menées au sein du laboratoire ILCEA4 (Université Grenoble Alpes), portent sur la caractérisation des domaines spécialisés et de leurs discours en contexte américain et sur la politique linguistique des établissements de l’ESR du secteur LANSAD.
severine.wozniak@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Philippe Millot

Philippe Millot est maître de conférences en anglais de spécialité dans le domaine des sciences humaines et sociales et membre du Centre d’études linguistiques (Université de Lyon). Ses recherches portent sur la notion de compétence dans les discours spécialisés.
philippe.millot@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page