Skip to navigation – Site map
Fiches pédagogiques

Un exemple de démarche qualité dans l’enseignement-apprentissage des langues : le Label international de l’université Lille 1

A Quality Management Approach in Language Teaching and Learning: The International Label at the University of Lille 1
Janine Schafier

Abstracts

The International Label project was officially launched in September 2011 at the University Lille1, where the favorable context enabled its creation, after many years of working on its development and its implementation. The scheme, which was awarded the European Label for Languages in 2012, is part of university quality policy. It aims at enhancing the linguistic skills, the international mobility, and the intercultural awareness of science students. As part of the University contract, it applies to all students, from the second year of a degree course to the doctorate. To be eligible for label application a minimum language level (B2 in placement test on the Common European Framework of Reference for Languages) is required. Qualification for the international label involves meeting three criteria: obtaining an external foreign language certificate (B2 or C1), spending a period in international mobility (study or work placement) integrated within the student’s curriculum (two consecutive months or a semester), and attending and validating an intercultural communication course taught in English. The International Label is to be extended to the partner schools of the University of Lille due to be created in 2018, and will be added to the Diploma Supplement.

Top of page

Full text

Introduction

1Le projet Label International, lancé officiellement en septembre 2011 à l’Université Lille1, s’est inscrit naturellement dans la démarche qualité et innovation impulsée par l’établissement dans des domaines divers depuis de nombreuses années. Né dans un contexte de rénovation profonde des enseignements de langues étrangères avec la création du référentiel européen CECRL et des Centres de Ressources en Langues, il s’appuie sur des indicateurs externes et objectifs, propres à accroître la visibilité et la crédibilité du parcours linguistique des étudiants pendant leur cursus, de leur expérience internationale et de leur ouverture interculturelle. Ces éléments objectifs, attestant de la qualité des acquis des étudiants, sont propres à favoriser leur employabilité tout en participant au renforcement des valeurs de citoyenneté européenne chères à l’université française.

2Pour présenter ce projet, nous montrerons tout d’abord l’importance du contexte favorable dans lequel il a pu naître, nous examinerons ensuite son contenu et les conditions de sa mise en œuvre, nous tenterons enfin d’effectuer un premier bilan du dispositif après cinq années d’existence.

1. Le contexte

3L’université Lille1 est une université à dominante scientifique qui se distingue par un taux élevé de mobilité internationale sortante encadrée (10%). En 2007, Lille1 a obtenu le label européen de la qualité pour la mise en place des procédures de mobilité, et est arrivée 3ème au classement des universités françaises les plus actives dans le programme Erasmus.

4De plus, l’objectif européen d’atteindre un taux de mobilité étudiante de 20% en 2020 oblige les établissements d’enseignement supérieur à encourager et à valoriser la mobilité sortante des étudiants. Depuis quelques années, l’internationalisation des formations est devenue une des priorités de l’établissement et est soutenue par la mise en place de formations enseignées en anglais, de doubles-diplômes avec les partenaires européens et d’un accompagnement linguistique renforcé, notamment par le biais de l’autoformation en Centre de Ressources en Langues (CRL), essentielle entre autres, pour la préparation aux certifications.

5Les questions d’insertion professionnelle des étudiants, de qualité et d’innovation ont depuis plusieurs années occupé une place centrale à l’université Lille1 malgré les changements d’équipes de direction. L’établissement est en effet reconnu pour son accompagnement des étudiants, sa politique pédagogique ainsi que pour ses services supports.

6Une démarche « compétences », avec entre autres la création du PEC (portefeuille d’expériences et de compétences2), a été par ailleurs, initiée et portée par l’établissement au cours des dernières années.

7Parallèlement, la naissance du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) au début des années 2000 a profondément impacté l’enseignement des langues Lansad (Langues pour spécialistes d’autres disciplines) à l’université Lille1.

8Forte d’une équipe d’une vingtaine d’enseignants titulaires (anglicistes, hispanistes, germanistes) et de trois lecteurs, la Maison des Langues a été rattachée au SUP (Service Universitaire de Pédagogie) en 2005. Un « Projet Langues » adossé au CECRL, a été conçu avec des objectifs de niveaux européens par compétence, et une certification CLES2 offerte par l’université Lille 1 à tous les étudiants de fin de cycle licence.

9La mission prioritaire de la Maison des langues fut de mettre en place ce Projet Langues, avec des cours de Lansad mutualisés, la création de groupes de niveaux transfilières, et de mener en parallèle, avec les collègues, une réflexion approfondie sur les contenus et les modalités d’évaluation.

10Dans le même temps, un projet quinquennal InterU-Langues, porté par l’université Lille3, réunissait, pendant cinq ans, un groupe de travail incluant responsables Lansad et membres des équipes de direction, dont plusieurs Vice-Présidents en charge des formations, autour de la rénovation de l’enseignement des langues pour non spécialistes dans les universités de la région Nord-Pas-de-Calais.

11C’est ainsi qu’un maillage de Centres de Ressources en Langues (CRL) financés par la région a vu le jour au sein de tous les établissements régionaux, dont l’un fut créé pour Lille1 en 2009 à l’Institut d’Administration des Entreprise (IAE), composante décentralisée de l’université. Celui-ci venait s’ajouter au premier CRL de Lille1, inauguré en 2006, et financé par l’établissement dans le cadre de sa politique d’innovation pédagogique. C’est donc dans un contexte institutionnel très favorable ainsi que grâce à la rénovation des enseignements de langues avec le CECRL qu’a pu être envisagé ce projet.

2. Le projet

12C’est dans ce contexte que s’est inscrite l’idée d’un label, ébauchée par le Vice Président Relations Internationales (RI), destiné à favoriser la mobilité internationale, les compétences linguistiques et l’ouverture internationale d’étudiants issus de formations scientifiques, parfois éloignés de ces problématiques.

13Une fois le principe des trois critères posé, un long travail de réflexion et de conception a suivi en synergie avec les responsables administratifs du service des Relations Internationales.

14L’obtention du label international est corrélée à la satisfaction de trois critères : une certification en langue étrangère (B2 ou C1), une mobilité intégrée dans le cursus de l’étudiant (études ou stage d’une durée allant de deux mois consécutifs à un semestre) et un module de communication interculturelle de 24 heures environ, enseigné en anglais. Deux sessions de formation à ce module sont organisées de façon intensive au cours de l’année universitaire. Il est à noter que les modules de cette discipline intégrés à certains cursus sont également validables.

15Tout étudiant de l’université, de la licence 2 au doctorat, peut être candidat au label international, le seul critère d’éligibilité reposant sur un positionnement B2 minimum en langue étrangère sur l’échelle du CECRL. Ce dispositif vise essentiellement à développer, voire à réveiller, la motivation d’apprenants pour lesquels les langues étrangères ne sont pas des disciplines dominantes. En effet, la démarche actionnelle et réflexive, au cœur du projet, donne du sens aux apprentissages linguistiques formels et informels qu’elle induit et trouve sa validation dans la délivrance du label.

16Toutes les langues étrangères susceptibles d’être certifiées sont concernées, y compris le Français Langue Etrangère pour les étudiants internationaux.

17Deux niveaux de labels sont validables, indépendamment du niveau d’études ; ainsi, un étudiant de licence pourra par exemple valider un niveau 2, et un étudiant de master un niveau 1 si leurs parcours personnels le permettent.

18Il est possible de valider les 3 critères à tout moment du parcours universitaire ; ainsi, un étudiant pourra par exemple suivre une session de formation à la communication interculturelle en deuxième année de licence pour préparer son départ, effectuer une mobilité en troisième année, puis passer à son retour une certification en langue étrangère en première année de Master.

19Pour ce faire, l’étudiant doit pouvoir être informé du projet, le comprendre et se l’approprier dès le début de son cursus. Intégré au supplément au diplôme qui devrait être mis en place prochainement, au même titre que les stages et autres expériences professionnelles, le label pourra constituer un atout favorisant l’employabilité des lauréats. En effet, si les étudiants n’ont aucune obligation académique pour s’inscrire dans ce processus d’obtention du label international, ils y sont fortement encouragés, notamment par des campagnes d’informations diverses.

20Un jury présidé par le vice-président RI est réuni chaque année pour valider le nombre de candidats et la liste des lauréats. Une cérémonie est ensuite organisée, au cours de laquelle les labels leur sont remis par le président de l’université.

Tableau 1 : Synthèse du label

Niveau 1

Niveau 2

Module interculturel

24 heures

24 heures

Mobilité à l’étranger

2 mois minimum

1 semestre minimum

Certification externe en langue étrangère

B2

C1

21Le travail de conception du dispositif fut souvent interrompu ou ralenti par des changements d’équipes, de priorités ou de mutations de personnels investis dans le projet. Des réunions de présentation du projet ont été nombreuses, auprès de différentes instances de l’université Lille 1.

22Une formation de formateurs de deux ans en communication interculturelle (un des trois critères d’attribution du label) a ensuite été organisée auprès d’enseignants volontaires.

23En parallèle, une campagne de communication interne et externe était menée autour du projet, pilotée par le service communication de l’université. L’objectif de cette campagne était de sensibiliser au projet les étudiants d’une part, et les professionnels liés aux problématiques de mobilité, de langues étrangères et d’interculturalité d’autre part.

24Ainsi, une conférence de presse a été organisée auprès de représentants de publications étudiantes et universitaires, des interventions conjointes promouvant les programmes de mobilité et le Label International ont eu lieu auprès des étudiants dans les composantes, parallèlement à la réalisation de documents de promotion et du logotype. Flyers et brochures, utilisant les différents relais de communication (lettres électroniques, radio Campus) furent alors diffusés en différents points stratégiques (secrétariats, services RI entre autres). En amont de cette communication auprès des étudiants, une campagne de sensibilisation était menée auprès des professionnels qui pouvaient constituer une interface entre les étudiants et les problématiques du Label : enseignants chercheurs responsables des relations internationales dans les composantes, directeurs d’études, secrétariats pédagogiques, et enseignants de langues étrangères, par le biais de réunions et de messages électroniques explicitant le projet.

25Enfin, une page du site de l’université consacrée au Label international fut créée pour permettre aux étudiants de s’informer et d’accéder au dossier de candidature en ligne3.

26La singularité du projet repose sur la coordination de l’équipe de pilotage déterminante dans sa réussite. En effet, le travail sur le dispositif s’est effectué en synergie entre la coordinatrice du projet issue de la Maison des Langues et la responsable du service des Relations Internationales (RI), la gestion administrative du label, au cœur du bon fonctionnement du projet, étant confiée à un personnel du service en charge du traitement des candidatures.

27Ainsi, cette gestionnaire administrative peut procéder de manière simple à la validation progressive des critères sur le logiciel de gestion RI, MoveOn : programmé pour pouvoir intégrer les critères du Label, validés par les étudiants à leur rythme, sur la durée de leur parcours universitaire.

28Etant donné l’importance de cet aspect administratif dans la réussite du dispositif, un soin particulier a été apporté à la procédure d’inscription, remaniée minutieusement chaque année afin d’être claire, lisible et facile à suivre pour que tous les acteurs adhèrent à la démarche et que le traitement des candidatures s’en trouve facilité.

29Enfin, une équipe « Label » plus large a été mise en place, agrégeant au comité de pilotage de base, un référent « interculturel », responsable de l’animation des deux sessions intensives annuelles et un référent certifications chargé de valider les certificats fournis par les étudiants.

30D’autres services contribuent également au bon fonctionnement du projet, notamment les services scolarité (en charge de mettre en place le supplément au diplôme et d’éditer les labels) et communication, essentiels pour la diffusion du dispositif.

31Etant donné les faibles ressources humaines et financières accordées au projet, le défi a été de concevoir un dispositif simple, flexible, décloisonné, et qui ne soit pas chronophage pour les personnels qui y sont engagés.

3. Bilan 

32Quelques indicateurs quantitatifs et qualitatifs ont été mis en place pour évaluer l’évolution du dispositif après cinq années d’existence :

33-178 labels ont été décernés à Lille 1 sur 5 ans depuis 2012, soit une moyenne annuelle d’environ 35 labels délivrés, de 27 en 2012 à 49 en 2016. Le nombre est resté assez stable les quatre premières années, avec une augmentation significative cette dernière année. Il est à noter en effet, que le nombre de dossiers de candidature a fortement progressé pour l’année 2015/ 2016 avec 96 dossiers par rapport à 75 l’année précédente, témoignant d’un intérêt croissant pour le dispositif dû à une meilleure connaissance du label par les personnels et les étudiants, à sa promotion auprès des étudiants par les enseignants de langues, les correspondants RI et certains responsables de formation sensibilisés à l’international (responsables de formations Erasmus Mundus par exemple). On peut encore noter cette année une augmentation notable des candidats issus de formations techniques, traditionnellement peu mobiles à l’international, attestant ainsi de l’attractivité du label et de la motivation qu’il peut susciter auprès d’étudiants souvent peu motivés par les langues étrangères. En effet, le retour d’expérience d’anciens lauréats atteste de sa valeur professionnalisante.

34-Il est constaté par ailleurs que 2/3 des lauréats en moyenne ont validé un label niveau 1, alors qu’un tiers valide le niveau 2, avec une légère augmentation en 2016..

35-Le choix de la langue étrangère certifiée est majoritairement l’anglais, sans surprise pour une université scientifique où l’enseignement de deux langues étrangères obligatoires ne concerne que peu de formations (essentiellement économie et management). Il est néanmoins constaté que d’autres langues, à savoir l’allemand, l’espagnol, l’italien et le français langue étrangère ont été choisies comme langues de certification par 10% des lauréats en 2015.

36-75% des lauréats ont validé un séjour d’études à l’étranger (Erasmus ou autre programme), alors que les stages représentent près d’un tiers du choix des mobilités effectuées.

37Un peu plus de 20% des lauréats sont d’un niveau licence, alors que 63% sont des étudiants de Master (1 ou 2). Nous pouvons également remarquer que quelques titulaires de DUT (8,5%) ont validé un label niveau 1 et que 8,5% des lauréats sont des doctorants.

38-Enfin, 2/3 environ des lauréats ont validé le critère d’interculturalité par le biais d’enseignements intégrés à leur cursus, alors qu’un tiers a bénéficié des sessions mutualisées organisées par la Maison des Langues.

39Le label international crée une dynamique propice à augmenter la mobilité sortante et à lui donner du sens, articulée à la Politique d’Ouverture Internationale au cœur du projet d’établissement. Ce projet permet également d’individualiser l’expérience internationale des étudiants (dans ses différents aspects) et de mettre en avant des parcours exemplaires. Il sensibilise les étudiants à l’importance de la certification en langues, aux enseignements de Lansad et à l’autoformation. Il permet de laisser une trace dans le supplément au diplôme de l’expérience humaine que constitue la mobilité et de valoriser des compétences extérieures au cursus mais importantes pour l’étudiant, grâce à des indicateurs externes et fiables. Il favorise en outre l’employabilité. En effet, ce projet flexible, transversal et totalement décloisonné, n’intègre pas de facteurs disciplinaires mais seulement des compétences transversales et des expériences personnelles regroupées sous l’étiquette « label international », immédiatement identifiables sur un CV. Il permet de valoriser professionnellement et humainement des parcours qui ne devraient plus rester uniquement académiques, intra-universitaires, mais davantage liés à l’articulation entre environnement socio-économique et expérience personnelle. Enfin, un questionnaire envoyé en septembre 2015 aux lauréats des 3 premières promotions a démontré que plus d’un tiers d’entre eux avaient été interrogés sur le label au cours d’entretiens d’embauche, et que plus de deux tiers pensent que le label les a aidés à valoriser leur candidature. Ce label est étendu depuis l’année 2015/2016 aux partenaires composant la nouvelle université de Lille, et nous pouvons déjà compter 5 lauréats issus d’universités lilloises extérieures à Lille et cinq autres dossiers restant en cours de validation.

40Il pourrait être intéressant, dans les prochaines années, de faire progresser le label vers une diversité linguistique accrue, un portefeuille de certifications plus étoffé, et d’accompagner les établissements qui souhaitent mettre en avant de tels dispositifs afin de renforcer la qualité dans les centres de langues, de motiver et d’ouvrir les étudiants à la diversité linguistique et culturelle.

Top of page

References

Electronic reference

Janine Schafier, « Un exemple de démarche qualité dans l’enseignement-apprentissage des langues : le Label international de l’université Lille 1 », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [Online], Vol. 36 N°1 | 2017, Online since 30 March 2017, connection on 27 July 2017. URL : http://apliut.revues.org/5619 ; DOI : 10.4000/apliut.5619

Top of page

About the author

Janine Schafier

Janine Schafier est professeur agrégée d’anglais à la Maison des Langues de l’université Lille 1. Elle est chargée de mission « Label International » pour l’université, et responsable du Centre de Ressources en Langues de l’IAE Lille (Institut d’administration des entreprises) composante de l’université Lille 1.
janine.schafier@univ-lille1.fr.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page