Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les articles publiés dans le volume de juin 2010 des Cahiers ont souligné l’importance des enjeux et suggéré des pistes pour mettre en œuvre une réelle prise en compte de la phonétique et de la phonologie dans l’enseignement des langues de spécialité. La réflexion se poursuit dans ce deuxième numéro qui comprend cinq articles et trois fiches pédagogiques plus orientés vers des études de terrain, ainsi qu’un article et une fiche pédagogique hors thème.

2Dans le premier texte, Alain Diana fait état de la place généralement insuffisante de la phonétique dans l’enseignement de l’anglais aux apprenants d’autres disciplines. Après avoir souligné la nécessité de mettre en œuvre un enseignement de la phonétique, avec une perspective pédagogique, dans les filières professionnalisantes, il met en avant les priorités qui lui ont permis d’ébaucher un programme et conclut en évoquant deux aspects concrets de la mise en pratique de ce programme.

3Jean-Paul Narcy-Combes aborde l’importance de travailler la phonologie dans un cadre précis, celui de la préparation des étudiants à la communication scientifique orale en anglais. La lecture d’un texte rédigé entraînant d’importants phénomènes de nativisation qui rendent l’intonation et le rythme du locuteur difficiles à suivre pour l’auditoire, un entraînement spécifique s’avère indispensable. Le dispositif hybride présenté ici s’appuie sur une réflexion théorique cognitiviste et constructiviste pour inciter les étudiants à développer une pratique réflexive par le biais de micro-tâches, de mises au point à distance et d’une validation sociale réaliste.

4Partant aussi du constat qu’il est problématique pour la plupart des étudiants francophones de communiquer en anglais, Susan Moore Mauroux dresse une typologie des principales difficultés de l’anglais oral pour un locuteur français. Ces difficultés résultant souvent d’erreurs de perception, elle propose quelques outils méthodologiques basés notamment sur la relation perception-production pour aider les apprenants à prendre conscience de la cohérence écrit-oral et leur permettre ainsi d’améliorer leur maîtrise de l’anglais oral.

5Cédric Brudermann cherche également des moyens de perfectionner la maîtrise orale de l’anglais chez un public plus habitué à s’exprimer à l’écrit. Le dispositif hybride qu’il présente a été mis en place dans le cadre d’une recherche-action. Constatant un écart entre les compétences requises des futurs professeurs des écoles (d’après les textes officiels pour l’école primaire) et les besoinsde la plupart de ses étudiants en IUFM,l’auteur a cherché à associer les étudiants à la révision de leurs travaux. Le dispositif repose sur un monitorat à distance avec demandes de reformulation asynchrones et guidage par le biais de marqueurs insérés dans les enregistrements des étudiants.

6Margarita Muñoz García et Nathalie Panissal montrent que les problèmes évoqués ci-dessus concernent aussi les programmes d’enseignement de l’espagnol langue étrangère, dans lesquels l’apprentissage de la langue parlée est souvent restreint à la prononciation des éléments segmentaux, au détriment des éléments suprasegmentaux. Les deux auteurs soulignent le rôle crucial de la prosodie dans la communication verbale, rythme et intonation constituant la musique de la chaîne parlée, le paysage sonore de la langue. Elles préconisent donc l’utilisation d’une terminologie commune à l’enseignant et à l’apprenant et proposent différents types d’exercices permettant d’améliorer l’apprentissage de la prosodie.

7Dans le dernier article, Laura Hartwell décrit un dispositif médiatisé de compréhension de l’oral et de reconstruction de textes. Son objectif est de favoriser l’acquisition de vocabulaire spécifique (le contenu de la plate-forme est en lien avec le monde scientifique) par un travail en autonomie guidée et une véritable réflexion sur la langue. Une étude de terrain a confirmé l’intérêt des étudiants pour le travail proposé ; cependant, l’auteur analyse l’utilisation de la plate-forme et met en perspective les résultats de l’enquête pour se demander si le dispositif permet une réelle recherche de sens sans laquelle il n’aurait que peu de valeur.

8Dans la première fiche pédagogique, Marion Charret-Del Bove présente un projet visant à sensibiliser les apprenants à l’importance de la prononciation par le biais d’une mise en situation professionnelle. Il s’agit d’un exercice de plaidoirie judiciaire qui s’apparente à un jeu de rôle : l’exposé oral individuel est suivi d’une délibération qui repose évidemment sur une bonne compréhension du message. Le travail préparatoire inclut un support écrit destiné à faciliter le passage de l’écrit à l’oral et quelques règles de correspondance orthographe-prononciation.

9Cherchant aussi à améliorer la confiance des étudiants en production orale en continu, Sylvie Theuillon a conçu une séquence d’entraînement spécifique et intensif dans le cadre de la préparation à un entretien d’embauche. Elle indique divers types de matériel léger permettant de réaliser plusieurs auto-évaluations et évaluations formatives en un temps optimum.

10La fiche pédagogique rédigée par Fabrice Schultz est consacrée à l’utilisation des tongue-twisters (en français : virelangues, casse-langues ou fourchelangues) pour l’enseignement de la phonétique en cours d’anglais. Ces locutions à caractère ludique permettent d’améliorer la correction phonétique, l’aisance, la fluidité et aussi de familiariser les étudiants avec l’alphabet phonétique international et de les sensibiliser à la transcription phonétique des mots dans le dictionnaire.

11Dans la dernière fiche pédagogique de ce volume, Nadia Yassine-Diab met l’imagination au service de l’expression orale à partir d’un sujet volontairement éloigné de la discipline des étudiants. Les activités qu’elle présente visent à favoriser la prise de parole à partir de courts extraits d’un film de science-fiction.

12Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 3 | 2010, 8-9.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 3 | 2010, document 1, mis en ligne le 24 mars 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://apliut.revues.org/569

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Mireille Hardy est Rédactrice en chef des Cahiers de l'APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page