Navigation – Plan du site
Recensions

Christine Pearson Casanave, Writing Games. Multicultural Case Studies of Academic Literacy Practices in Higher Education

Lawrence Erlbaum Associates, 2002
Anne-Marie Barrault-Méthy
Référence(s) :

Casanave, Christine Pearson. Writing Games. Multicultural Case Studies of Academic Literacy Practices in Higher Education. Lawrence Erlbaum Associates, 2002, 316 pages, ISBN 0-8058-3530-X.

Texte intégral

1L’écriture scientifique et son enseignement relèvent du jeu de deux manières : d’une part, les activités d’expression écrite des étudiants et enseignants à destination de la communauté universitaire constituent un jeu sérieux, avec règles, codes et non-dits, et d’autre part, le jeu comme métaphore présente un intérêt épistémologique pour l’anglais sur objectifs universitaires (English for Academic Purposes, EAP). Tel est l’objet de la démonstration de Christine Pearson Casanave dans cet ouvrage théorique publié en 2002, toujours d’actualité et qui reste largement disponible aujourd’hui chez les libraires en ligne. Dans un style fluide, l’auteure passe en revue la littérature, présente des études de cas et, analysant sans complaisance son propre parcours à travers sa pratique de l’écriture scientifique, exprime ses doutes, objectivant ainsi le je/jeu.

2La démonstration s’étend sur sept chapitres structurés en sous-parties, sections et sous-sections. Après une partie présentant la méthodologie de l’ouvrage, les chapitres suivent chronologiquement, par niveau de formation, licence dans le deuxième chapitre, master dans le troisième, puis doctorat (chapitre 4), puis chercheur débutant et chercheur établi (chapitres 4 et 5), le développement de l’identité tant de l’enseignant que de l’étudiant à travers la pratique des jeux textuels, sociaux et politiques que constitue l’écriture à destination de la communauté scientifique.

  • 1 Notre proposition de traduction pour : « The games of language, knowledge, and power that she encou (...)

3Le premier chapitre pose les bases méthodologiques de l’ouvrage. Remarquant que la métaphore du jeu est utilisée couramment pour décrire le milieu universitaire, l’auteur met en garde contre la tentation de prendre la métaphore trop littéralement et de la considérer comme incontournable. Pour Casanave, le jeu est une activité ni ludique ni amusante, mais plutôt sérieuse et inévitable. L’auteur distingue d’abord sa définition de celle du psychiatre Eric Berne (1964). Berne définit le jeu comme un mode relation dans lequel la communication s’effectue essentiellement de manière implicite, stéréotypée, en fonction de scénarios inconscients, définis dans l’enfance et à bénéfice négatif pour les protagonistes. Casanave considère au contraire le jeu comme une activité positive essentielle à la construction de la personnalité. Comme le jeu, l’écriture scientifique se fonde sur des règles et des conventions, que suivent des protagonistes plus ou moins impliqués, qui mettent en œuvre des comportements stratégiques, acquièrent de l’habileté par la pratique et peuvent aussi quitter le jeu. Ainsi en est-il de Virginia, citée dans une étude de cas : « Les jeux de la langue, du savoir et du pouvoir auxquels elle fut confrontée n’étaient pas de ceux auxquels elle voulait participer. »1 (Berne 149).

4Le deuxième chapitre explore les jeux d’écriture au niveau licence. Quinze ans après la publication de Writing Games, le jeu de l’emprunt textuel est toujours d’actualité. Il fait lui-même partie d’un autre jeu, éminemment compétitif et qui s’apprend pragmatiquement, à savoir celui de la survie en contexte universitaire. Les jeux d’écriture peuvent être coopératifs, collaboratifs, interactifs, hiérarchiques et offrir des rôles infiniment variés (le combattant timide, l’expert, le professionnel, etc.), en relation avec les personnalités de l’enseignant et de l’étudiant, rôles qui sont parfois négociables. De toutes les compétences de l’anglais académique, l’écriture est peut-être celle qui englobe toutes les autres, dans la mesure où les interactions à l’université ont souvent lieu par écrit. Le deuxième chapitre passe en revue des stratégies pour acculturer les étudiants de licence aux jeux d’écriture de l’anglais académique et montre comment elles ont permis de développer des mini-communautés de pratique à l’échelle d’un groupe-classe, concluant conclut que ces communautés reflètent imparfaitement la richesse de l’anglais académique.

5Le troisième chapitre porte sur les jeux d’écriture académique au niveau master. Après une revue de la littérature, Casanave présente ses propres travaux, réalisés à l’occasion d’un congé sabbatique d’un an à l’Université de Monterey, en Californie, questionnant des étudiants de niveau master sur leur perception des critères de réussite en matière d’écriture scientifique, des genres liés à l’écriture scientifique de chercheurs confirmés et de l’évolution de leurs propres pratiques d’écriture en master. Cette partie, plus anecdotique que d’autres, finit par s’éloigner de la notion de jeu.

6Le quatrième chapitre, sur les jeux d’écriture en doctorat, s’ouvre sur des considérations très personnelles de l’auteur sur son propre sentiment de marginalité au moment de son doctorat, sentiment fondateur de son positionnement scientifique. Le chapitre consiste en une interprétation de deux analyses qualitatives publiées et la présentation d’une étude de cas inédite d’une doctorante qui, au bout d’un an, est finalement sortie du jeu, ici du monde universitaire. L’auteur analyse l’évolution du positionnement de la doctorante à la marge dans sa formation en relation avec le positionnement de ses directeurs de recherche, et conclut que leurs jeux n’étaient pas compatibles.

7Le cinquième chapitre, centré sur l’acculturation de l’enseignant-chercheur novice, évoque les pratiques d’écriture dans diverses situations de vulnérabilité : incapacité de répondre aux questions en colloque, nécessité de faire relire leurs articles en anglais par un locuteur natif, articles rejetés, hésitation quant à la langue de publication d’articles. En poste elle-même dans une université japonaise, Casanave insiste sur la difficulté à la fois d’écrire dans une langue autre que sa L1 et de participer aux jeux textuels et socio-politiques dans deux langues. Analysant les entretiens avec des chercheurs de son université, elle admet que publier en deux langues, c’est être à la marge dans chacune, et que le choix de s’aliéner une partie de sa communauté peut être lourd de conséquences. Dans ce chapitre comme dans les autres, l’auteur évoque librement le sentiment de sa propre marginalité et, en clôture, se demande si les enseignements d’EAP sont en mesure de refléter la complexité du champ.

8Le sixième chapitre, encore plus directement réflexif, porte sur la quête de l’identité du chercheur à travers les jeux d’écriture. Après un commentaire bibliographique très étayé, abordant un des ouvrages comme une étude de cas, l’auteur présente la direction d’un ouvrage sur l’autobiographie scientifique, assurée avec l’éditrice de Writing Games, comme une recherche-action ayant pour problématique la question suivante : jusqu’où un ouvrage scientifique peut-il explorer l’identité scientifique de ses auteurs, tout en étant acceptable à la fois pour les auteurs et les lecteurs ? Dans quelle mesure le chercheur peut-il jouer avec les règles ? Elle se livre ensuite au récit des échanges avec les collaborateurs de l’ouvrage, tous des chercheurs confirmés et dont les noms apparaissent. Elle décrit ses échanges comme une maïeutique aboutissant à de paradoxales co-constructions d’autobiographies scientifiques. En conclusion de ce chapitre, l’auteur indique qu’elle était bien consciente qu’en dirigeant l’ouvrage en question, elle se livrait elle-même à une forme de jeu paradoxal dont à la fois la forme et le contenu était l’exploration des règles du jeu de l’écriture scientifique.

9Le septième et dernier chapitre conclut sur la difficulté de faire sens de tous les jeux d’écriture scientifique. L’auteur revisite d’abord les définitions des termes de jeu, transition et identité, notant que le jeu suppose la conscience de sa propre capacité, en tant que joueur, d’agir sur les règles. Cependant, elles ne sont ni fixes, ni immuables, et les relations entre les joueurs sont toujours asymétriques, de sorte que les jeux restent source d’inconfort, comme l’a noté la littérature scientifique. Casanave explore ensuite diverses manières de faire sens de ces jeux d’écriture innombrables et simultanés, d’abord dans la littérature scientifique et ensuite dans la pratique des chercheurs, enseignants et étudiants : on peut par exemple choisir d’ignorer les détails, utiliser des métaphores, ou présenter de l’écriture une vision simpliste. Casanave suggère de développer les pratiques d’écriture réflexives pour permettre aux apprenants de faire sens de la multiplicité des réseaux et des contextes dans lesquels ils peuvent être impliqués dans un monde multilingue et multiculturel. Elle donne quelques pistes, comme automatiser certaines tâches d’écriture, pratiquer la lecture critique d’auteurs-clés ou développer la conscience de sa propre contribution au champ scientifique considéré. L’ouvrage se conclut sur le constat que l’écriture scientifique, qui transforme en termes linéaires des sensations, pensées et émotions multidimensionnelles, peut être créative.

10La force de cet ouvrage buissonnant est d’explorer le développement de l’anglais académique de manière chronologique, de la licence au doctorat et Les parties, sous-parties de l’ouvrage se succèdent sans qu’aucune numérotation ne vienne alourdir le propos. Au fil des chapitres se construisent d’étonnants récits d’étudiants et chercheurs, y compris de l’auteur elle-même, pour qui l’écriture est une lutte. Ainsi n’est-il pas rare de rencontrer dans l’ouvrage une phrase comme celle-ci :

  • 2 Notre proposition de traduction pour : « Becoming a fluent, non-hesitant writer is a goal that some (...)

Acquérir une écriture fluide, qui ne soit pas hésitante, est un objectif que certains d’entre nous continuent à poursuivre au-delà de la cinquantaine même si nous avons abandonné l’espoir de jamais être en mesure de dire que nous aimons écrire. Comme moi, David avait du mal à écrire (…).2 (Casanave 71)

11Le dévoilement de l’intime de l’écriture scientifique s’effectue en bousculant les codes d’écriture et en en établissant d’autres par le jeu des validations successives des récits de lutte par leurs protagonistes ainsi que par l’éditeur du présent ouvrage. La liberté de ton et d’expression, la subjectivité assumée, fascinent. Divers procédés proscrits dans les manuels de publication se retrouvent, comme des formes contractées, des termes appréciatifs et d’occasionnelles parenthèses qui créent un effet de proximité avec le lecteur.

12Quinze ans après la publication de l’ouvrage, les problématiques restent d’actualité. Le plagiat, par exemple, reste toujours un défi auquel sont toujours confrontées les universités internationales, comme l’a montré le projet Erasmus IntlUni (2012-2015) (Cogo et Westerholm) ou encore Ronai. La construction de l’ouvrage suit une logique implacable, de la formation à la pratique. La bibliographie est non seulement étayée, mais offre une vision en profondeur des références dont les données servent de base à de véritables études de cas, à côté de celles conduites par l’auteur. Un autre intérêt de l’ouvrage est sa perspective multilingue et multiculturelle, particulièrement pertinente compte tenu de l’internationalisation des universités et du développement de la recherche sur la langue académique dans son ensemble et pas seulement pour l’anglais.

13Le jeu métaphorise, dans l’ouvrage, l’activité d’écriture scientifique, qui elle-même est la métonymie de l’ensemble des activités universitaires. On rencontre d’étonnants passages autobiographiques dans lesquels l’auteur retrace la façon dont l’écriture scientifique a forgé sa personnalité. Bien entendu, on pourrait être gêné par cette subjectivité assumée, mais il faut surtout saluer la lucidité de l’auteur, qui ancre l’ouvrage simultanément dans deux champs au cœur de l’anglais de spécialité, l’anglais académique et les politiques linguistiques universitaires. Pour Casanave, l’écriture scientifique est une pratique sociale située, liée à l’insertion dans des communautés de discours et à l’acquisition de titres et de responsabilités. Ce va-et-vient entre le subjectif et l’objectif en annonce d’autres, comme celui de Jenkins : l’ouvrage de Casanave semble s’inscrire dans ce genre récent qu’est l’autobiographie scientifique.

14Peut-être la métaphore du jeu atteint-elle ses limites aussi dans la description du refus du jeu et de la rigidité de certains joueurs. Finalement, cette métaphore ne permet de décrire conceptuellement ni tous les jeux, ni l’antijeu. Il est des jeux qui restent indicibles. Dans un chapitre, l’auteur s’interrogeait en ces termes sur une collègue : « […] had she just not yet been burned by any of the political games in academia that tend to sap one’s enthusiasm for the job? » (Casanave 58). La métaphore du jeu, certes, dédramatise les aspects micro-politiques de l’enseignement des langues décrits quelques années plus tard (Alderson), mais en même temps, elle ne permet pas d’offrir une explication autre que naturaliste à la question du pourquoi des jeux : on joue parce que le jeu fait partie de l’identité. De même, le cadre théorique de Casanave ne questionne ni la légitimité de certains jeux ni l’autorité de ceux qui en fixent les règles, se bornant à constater que les joueurs ont des éthiques personnelles pas toujours compatibles :

  • 3 Ma proposition de traduction pour « In the social sciences, novices making such decisions need to a (...)

En sciences sociales, les novices qui prennent de telles décisions doivent avoir acquis une conscience politique suffisante pour déterminer quelles sous-communautés sont les plus influentes, ou intéressantes, ou intellectuellement et éthiquement compatibles avec ses propres pratiques en développement et ses valeurs, et lesquelles ils peuvent souhaiter aider activement à se transformer (…)3. (Casanave 4)

15L’auteur positionne d’ailleurs les rejetés du système non comme des victimes, mais plutôt comme des joueurs en transition vers d’autres types de jeu, y compris en dehors de l’université, vers d’autres parties et d’autres partenaires. Ce faisant, la métaphore du jeu permet aussi de relativiser les prétentions de la science à pouvoir tout décrire, tout expliquer, tout rationnaliser, prise dans un jeu dont elle n’est pas en capacité de s’extraire.

16En résumé, cet ouvrage stimulant décrit avec jubilation et élégance la relation entre le jeu et le je dans le champ de l’anglais académique et en dehors et établit des passerelles avec d’autres champs connexes, peu représentés en France, de la linguistique appliquée, comme le multilinguisme, le bilinguisme, le récit autobiographique des bilingues, la littératie universitaire et les politiques linguistiques.

Haut de page

Bibliographie

Alderson, J. Charles. The Politics of Language Education. Individuals and Institutions. Multilingual Matters, 2009.

Berne, Eric. Games People Play. Grove Press, 1964.

Caillois, Roger. Les jeux et les hommes : le masque et le vertige. Gallimard, 1958.

Cogo, Alessia, et Kirsti Westerholm. « Work Package 3 : Identification of linguistic, cultural and pedagogical / didactic challenges. Synthesis report. » IntlUni Erasmus Network, 2015. rug.nl/about-us/where-do-we-stand/education-policy/international-classroom/wp3_synthesis_report.pdf, dernière consultation le 15 juin 2017.

Jenkins, Jennifer. English as a Lingua Franca in the International University. Routledge, 2014.

Ronai, Kara. « Plariarism defined? An Analysis of University Policy Documents in Four Countries. » Colloque annuel de l’Applied Linguistics Association of Australia, 5 décembre 2016, Monash University, Melbourne, Australie.

Haut de page

Notes

1 Notre proposition de traduction pour : « The games of language, knowledge, and power that she encountered were not ones she wanted to participate in. » (Casanave 149)

2 Notre proposition de traduction pour : « Becoming a fluent, non-hesitant writer is a goal that some of us continue to carry with us into our grey-haired years even if we have given up hope of ever being able to say that we love writing. Like me, David struggled with his own writing (…). » (Casanave 71)

3 Ma proposition de traduction pour « In the social sciences, novices making such decisions need to achieve enough political awareness to have a sense of which subcommunities are the most influential or interesting or intellectually and ethically compatible with their own developing beliefs and values and which ones they may actively wish to help change (…). » (Casanave 4)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Barrault-Méthy, « Christine Pearson Casanave, Writing Games. Multicultural Case Studies of Academic Literacy Practices in Higher Education », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol.36 N°2 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/5720 ; DOI : 10.4000/apliut.5720

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Barrault-Méthy

Faculté de droit et sciences économiques de l’université de Bordeaux, membre de l'EA 3618 FoReLL. anne-marie.barrault-methy@u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page