Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques
8

Apprendre à bien prononcer : l’exercice de plaidoirie en filière droit

Marion Charret-Del Bove
p. 97-103

Texte intégral

1. Objectifs de l’activité pédagogique

1L’apprentissage de la prononciation est toujours une tâche ardue pour les spécialistes d’autres disciplines tels que les juristes. La plupart du temps, les étudiants en droit ne possèdent guère de notions de phonétique anglaise et ont beaucoup de mal à se détacher d’un support écrit lorsqu’il faut prendre la parole en classe.

2Le projet pédagogique présenté ici a été mené à bien dans le cadre de huit semaines de TD avec des étudiants de troisième année de licence de droit. Il s’agit donc uniquement d’un public de non-spécialistes qui suivent des enseignements d’anglais juridique. Ils sont répartis en groupes de TD de niveaux très hétérogènes. Néanmoins, cette hétérogénéité peut être un atout lorsqu’il s’agit de corriger ensemble des erreurs de prononciation que certains étudiants de meilleur niveau ne commettent plus. Les participants ont généralement suivi des TD d’anglais juridique pendant deux ans.

3L’activité principale consiste en un exposé oral individuel qui s’apparente à un jeu de rôle. Chaque étudiant-avocat doit plaider devant le reste de la classe transformée en jury populaire. Le premier objectif est de sensibiliser les apprenants à une « bonne » prononciation par le biais d’une mise en situation professionnelle, celle de la plaidoirie. Il s’agit de montrer que le support écrit dont ils disposent, et notamment l’orthographe, peut être une aide pour prononcer correctement. Le second objectif est de balayer un certain nombre de problèmes de prononciation pour fournir des règles de correspondance orthographe/prononciation qui pourront être transposées à des termes inconnus. Tout au long du semestre, ils auront classé des listes de mots courants qui se prononcent de la même façon, ainsi qu’une liste de mots dits irréguliers.

4La plupart de ces apprenants ignorent complètement les règles élémentaires de prononciation, tant au niveau des sons et des accents de mots que de l’intonation. Il s’agit donc de faciliter le passage de l’écrit à l’oral en leur présentant des « séquences phonologiques » soumises à transformation du fait de l’application d’une règle (voir exemple en annexe).

5Cet exercice de plaidoirie souligne l’importance d’une (bonne ou mauvaise) prononciation puisque, à l’issue de la plaidoirie, les autres étudiants doivent délibérer et rendre un verdict dans l’affaire plaidée. Ainsi, si les termes-clés n’ont pas été compris par le reste de la classe (soit qu’ils n’ont pas été correctement prononcés par l’étudiant-avocat, soit qu’ils n’ont pas été reconnus), le message devient partiellement, voire complètement, incompréhensible (confusion entre tap/tape ; plan/plane, etc.) pour les étudiants-jurés qui ont, de ce fait, beaucoup de mal à délibérer par la suite. Tous prennent alors conscience qu’une plaidoirie passe obligatoirement par une prononciation contrôlée. C’est pour cette raison qu’il est pertinent d’axer l’enseignement de l’anglais juridique sur la meilleure maîtrise de la prononciation et sur l’acquisition de règles fondamentales de correspondance orthographe/prononciation, afin de convaincre son auditoire lors d’une plaidoirie.

2. Public concerné et conditions matérielles

6Les apprenants doivent être au minimum quatorze pour que l’activité puisse être régulièrement pratiquée sur au moins sept semaines. À chaque séance, une nouvelle affaire sert de support à l’élaboration d’une plaidoirie pour chaque partie (soit deux avocats qui s’affrontent) s’adressant à douze membres du jury. En raison des effectifs des groupes de TD, le nombre idéal de quatorze est largement dépassé ; ainsi, il est possible de traiter deux affaires par semaine ou de faire plaider deux fois deux avocats sur chaque affaire. Si les effectifs dépassent vingt-quatre, la classe est partagée en deux, chaque groupe se concentrant sur l’argumentation du premier avocat ou du deuxième.

7L’enregistrement des prestations peut s’effectuer, avec l’accord des étudiants, à l’aide d’une caméra sur pied. L’idéal est d’occuper des locaux modulables afin de transformer la salle en cour de justice. En outre, une connexion wifi permet de se connecter au site de la BBC consacré à la prononciation anglaise (voir bibliographie). Dans cette configuration, il est préférable d’utiliser un ordinateur portable sur lequel auront été téléchargées les vidéos de prononciation afin d’avoir facilement accès aux explications.

3. Préparation de l’activité avant la classe

8Le temps de préparation de l’activité est essentiellement consacré à la recherche des décisions de justice, à leur lecture et au repérage des faits ainsi que du point de droit soulevé. Les textes de support, appelés « cases » sont assez courts (pas plus de 300 mots) et sont reconstitués à partir de décisions rendues dans le cadre d’affaires réelles qui se sont déroulées en Angleterre. En annexe figure l’exemple Alcock v. Chief Constable of South Yorkshire 1991. L’enseignant(e) doit adapter les faits exposés en début de décision (rappel par les juges des parties en présence et du litige qui les opposent) de manière à les rendre simples et compréhensibles pour des étudiants français en droit. Il est également possible de s’appuyer sur des décisions émanant de juridictions américaines et ainsi de travailler sur des points de prononciation américaine. Il est pertinent de repérer à l’avance les mots susceptibles de poser problème lors de la plaidoirie et de trouver des termes où la même règle s’applique.

9De plus, si les étudiants ont accès à une plateforme pédagogique en ligne (par ex., Moodle), l’enseignant(e) pourra faire enregistrer les différentes affaires par des locuteurs natifs. Ces enregistrements seront ensuite mis en ligne pour que les étudiants puissent les écouter avant le cours.

4. Déroulement de l’activité

10Chaque plaidoirie dure environ cinq minutes, soit dix minutes par affaire ; puis dix minutes sont consacrées à la délibération, et dix minutes de plus à la remédiation collective, soit un total de trente-cinq minutes. En général, deux affaires sont traitées par séance de TD d’une heure trente, ce qui laisse vingt minutes pour lire ensemble les deux affaires de la semaine suivante.

11Ainsi, l’activité sur chaque affaire se déroule en trois temps :

121. Prendre connaissance collectivement de l’affaire et du vocabulaire employé. Cette première étape de découverte des faits, qui passe par une lecture individuelle à haute voix par un ou plusieurs apprenants, dure environ vingt minutes. Elle permet de se familiariser avec des mots inconnus ainsi qu’avec ceux qui ne sont pas correctement prononcés, et d’associer la version écrite du mot (son orthographe) et sa prononciation. Les apprenants sont invités à repérer dans le texte les mots ayant une orthographe et une prononciation communes. Cette première étape a toujours lieu une semaine à l’avance et permet aux étudiants de continuer à prononcer ces termes lorsqu’ils commencent à débattre des divers arguments juridiques susceptibles d’être développés dans la plaidoirie.

132. La semaine suivante, deux avocats-étudiants plaident. Les membres du jury sont ensuite invités à exposer ce qu’ils ont retenu et à débattre des arguments.

143. L’enseignant(e) inscrit au tableau les mots qui n’ont pas été correctement prononcés pour procéder à une ultime remédiation en faisant appel à toute la classe. Si les prestations ont été filmées ou enregistrées, l’étudiant sera confronté à ses propres erreurs.

5. Commentaire

15La solution proposée ici pour améliorer la prononciation des étudiants en droit consiste à associer la phase de découverte de l’affaire et la phase de remédiation collective pour élaborer un tableau récapitulatif des règles phonologiques abordées dans la séance. Pour l’exemple sélectionné, deux règles ont été choisies :

161. La règle de transformation des voyelles relâchées en voyelles tendues ignorée des étudiants, ce qui contribue de manière considérable à brouiller le message.

172. La prononciation des désinences <ed> de prétérit et de participe passé parfois omise, ce qui entraîne de graves erreurs de grammaire.

18Il a été décidé de ne pas donner la totalité de la transcription phonétique des mots choisis, en tout cas en début d’année, mais plutôt de segmenter les difficultés et de concevoir un programme sur tout le semestre. Ainsi, l’enseignant(e) peut choisir de s’intéresser à telle ou telle règle d’accentuation ou de correspondance orthographe/prononciation, en passant en revue les graphèmes simples (<a>, <e>, <i>, <o>, <u>), puis les diagraphes (<ai>, <ay >, <ei>, <ey>, <ee>, <ea>, <ie>, <igh>, <oa>, <eu>, <ew>, <ui>, <oo>, <ou>, <ow>, <ough>, <oi>, <oy>, <au>, <aw>) avant de passer aux consonnes orthographiques. Au moment de la remédiation, l’enseignant(e) s’adaptera aux erreurs de prononciation qui ont gêné la transmission du message et les corrigera. Libre à lui / elle de donner à ce stade d’autres règles phonologiques qui seront reprises et développées dans une affaire ultérieure.

19L’intérêt d’un tel dispositif est de faire manipuler à l’oral du langage courant que les étudiants seront amenés à réemployer pour relater des événements à l’origine d’un litige, mais aussi faisant partie de la terminologie juridique anglaise, par exemple liability, negligence, tort law, to claim damages, responsible, Chief Constable. Ce type de production orale s’avère très motivant pour les étudiants qui se laissent, la plupart du temps, prendre au jeu comme le montrent certaines prestations particulièrement brillantes ; en effet, ils sont encouragés à « se mettre dans la peau » du personnage qu’ils incarnent (procureur, avocat du prévenu, avocat du plaignant, avocat du défendeur). Dans la mesure où l’affaire est systématiquement examinée à l’avance au cours précédent, les étudiants les plus faibles parviennent à parler car ils disposent d’au moins une semaine pour construire leur prestation et répéter leur texte.

20En conclusion, il est primordial de prendre en compte la spécificité du « public LANSAD » et en particulier des juristes qui sont constamment ancrés dans l’écrit et éprouvent une grande difficulté à prononcer des mots qu’ils savent très bien écrire. Pour l’étudiant en droit, l’accès à l’anglais et au droit étranger de common law passe forcément par la lecture de la jurisprudence. Étant donné qu’il n’existe aucun programme d’enseignement de l’anglais juridique, c’est à l’enseignant(e) de détecter les besoins particuliers de son public en matière de prononciation pour lui fournir les moyens d’utiliser le texte écrit pour la plaidoirie.

Haut de page

Bibliographie

Lilly, R. & M. Viel. 1998. La prononciation de l’anglais. Paris : Hachette Supérieur.

Site du British and Irish Legal Information Institute pour effectuer une recherche au sein de la jurisprudence des juridictions du Royaume-Uni : http://www.bailii.org/.

Lien vers la décision rendue dans l’affaire servant d’illustration à l’apprentissage de la phonétique : http://www.bailii.org/uk/cases/UKHL/1991/5.html.

Site de BBC Learning English pour la prononciation anglaise : http://www.bbc.co.uk/worldservice/learningenglish/grammar/pron/.

Haut de page

Annexe

Affaire traitée en TD

Affaire traitée en TD

Affaire traitée en TD

Les graphèmes simples choisis pour cet exemple sont <a>, <e>, <i>, <o>, <u>. Voici les deux règles présentées lors du TD pour permettre aux étudiants de bien prononcer (en anglais britannique) des termes présents dans le texte de support mais qui sont susceptibles de poser problème. Les mots en gras sont ceux qui illustrent la première règle, les mots en italiques la seconde.

1. La règle de transformation des voyelles relâchées en voyelles tendues :
Les graphèmes <a>, <e>, <i>, <o>, <u> se prononcent respectivement /æ/, /e/, /ı/, /o/, /y/ comme des voyelles brèves ou relâchées sauf lorsqu’ils sont suivis d’une consonne puis d’une voyelle ou d’un e dit « muet »/ə/ :
V1 devient tendue quand V1 + C + V ou V1 + C+ /F/ # (fin du mot)
La tâche assignée aux étudiants chez eux ou en cours lorsqu’ils travaillent sur le texte est de repérer les occurrences de cette règle dans le texte ainsi que ses exceptions :

Graphèmes

Voyelle brève ou relâchée

Voyelle tendue

Mots pour lesquels la règle ne s’applique pas

<a>

/æ/ : cram

/eı/ : case, place, spectator, Lane, age

many (/meni/), damage1

<e>

/e/ : pen

/i:/ scene

mais
/e/ : semi, allege, were (forme pleine /wE:/, forme réduite /wə/)

<i>

/ı/ : admit, pit

/aq/ : live, inquiry, file

mais
/q/ : to live (vivre), relative2, excessive
/F/ : Yorkshire3

<o>

/c/ : stop, loss, shock

/Fx/ : control

mais
/o/ : body
/y/ : come, some (forme pleine), love.
/u:/ : prove

<u>

/y/ : crush

/u:/ : Julie

mais
/ə/ : injure, injury, future

2. La prononciation des terminaisons <-ed> de prétérit et de participe passé :
Le prétérit et le participe passé des verbes réguliers se terminent par la désinence <ed> qui se prononce de trois façons différentes.
La tâche consistera donc pour les étudiants à repérer les formes de prétérit et de participe passé du texte de support et à les classer en fonction de leur prononciation, pour en déduire une règle de correspondance orthographe/ prononciation.

Orthographe

Prononciation

Occurrences

Règles

Voyelle ou son vocalique + <d>

/d/

died, allowed, followed, viewed, injured

La désinence <-ed> se prononce /d/ après une voyelle quelle que soit l’orthographe ou un son vocalique
Autres exemples : agreed, fired, ordered, entered, offered

<-ted> ou <-ded>

/qd/

inflicted, admitted, awarded

La désinence <-ed> se prononce /qd/ après <t> ou <d>
Autres exemples : prosecuted, convicted

Consonne sourde + <-ed>
/p/, /k/, /f/, /s/, /tH/, /H/, /B/

/t/

watched

La désinence <-ed> se prononce /t/ après une consonne sourde.
Autres exemples : stopped, passed, sentenced, laughed

Consonne sonore + <- ed>
/b/, /g/, /v/, /z/, /dG/, /G/, /D//l/, /n/, /m/

/d/

reserved, crammed, proved, aged, claimed, caused, loved, alleged, filed

La désinence <-ed> se prononce /d/ après une consonne sonore.
Autres exemples : charged, ruled, robbed, judged, blamed, changed, served

Haut de page

Notes

1  La terminaison -ageest bien soumise à la règle de tension, mais lorsqu’elle est inaccentuée, elle est généralement réduite à /ɪdʒ/.

2  La terminaison -ive est bien soumise à la règle de tension, mais lorsqu’elle est inaccentuée, elle est généralement réduite à /ɪv/.

3  Pour ce mot qui est historiquement un composé, le processus de composition n’est plus ressenti et le deuxième élément reçoit un accent nul, ce qui signifie que la voyelle est réduite.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Affaire traitée en TD
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/649/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Charret-Del Bove, « Apprendre à bien prononcer : l’exercice de plaidoirie en filière droit », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 3 | 2010, 97-103.

Référence électronique

Marion Charret-Del Bove, « Apprendre à bien prononcer : l’exercice de plaidoirie en filière droit », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 3 | 2010, document 8, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://apliut.revues.org/649 ; DOI : 10.4000/apliut.649

Haut de page

Auteur

Marion Charret-Del Bove

Marion Charret-Del Bove est PRAG d’anglais rattachée à l’UFR Droit de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Elle enseigne l’anglais juridique aux niveaux licence, master et préparation aux concours.
marion.del-bove@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page