Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques
10

L’enseignement de la phonétique avec des « tongue twisters »

Fabrice Schultz
p. 114-116

Texte intégral

1Objectifs de l’activité
Les « tongue twisters » sont des phrases amusantes qui peuvent servir d’exercice de diction. Nous utilisons ces énoncés afin d’enseigner de manière ludique la phonétique de l’anglais. Les objectifs de cette activité sont à la fois linguistiques et méthodologiques. D’une part, nous allons travailler la correction des étudiants (« accuracy ») plutôt que l’aisance et les aider à résoudre certaines difficultés liées aux correspondances entre orthographe et phonétique. Toutefois, l’augmentation progressive de la longueur des phrases permettra également de travailler la fluidité de l’expression et la prosodie. D’autre part, cette activité devrait familiariser les étudiants avec l’alphabet phonétique international et les sensibiliser à l’importance de la transcription phonétique d’un mot lorsqu’ils ont recours au dictionnaire.
Il ne s’agira pas ici de présenter l’alphabet phonétique international et la connaissance, même basique, des symboles les plus courants est le seul pré-requis de cette activité.

2Nombre d’étudiants
Cette activité pédagogique peut s’adapter à toute classe. Il suffit de diviser la classe de manière à obtenir plusieurs groupes de quatre ou cinq étudiants.

3Matériel nécessaire
Une fiche de travail(cf. annexe) est distribuée à chaque groupe ainsi qu’un dictionnaire, unilingue de préférence. Chaque groupe a une fiche différente et chaque étudiant reçoit une copie de celle-ci.

4Temps de préparation
Le temps de préparation dépend du nombre d’étudiants et du nombre de fiches à préparer. Pour chaque fiche, il faut compter environ quinze minutes pour rechercher des « tongue twisters » différents, les sélectionner en fonction des phonèmes à travailler et de leur longueur, et enfin mettre en forme la fiche. De nombreux sites internet sont spécialisés dans ce domaine. On pourra, par exemple, consulter les sites http://thinks.com, http://international.ouc.bc.ca/​pronunciation/​ ou encore http://www.esl4kids.net.

Déroulement de l’activité

  • Les étudiants se regroupent par quatre ou cinq et reçoivent une fiche sur laquelle sont écrits cinq « tongue twisters ». Ils disposent également d’un dictionnaire dans lequel la transcription phonétique des mots est indiquée.

  • Les étudiants disposent ensuite de cinq minutes pour résoudre les difficultés de sens et de prononciation et s’entraîner à lire les phrases. Ils sont encouragés à s’entraider et à comparer leurs interprétations. Pour chaque phrase, ils doivent en outre clairement identifier les phonèmes répétés et les phonèmes qui prêtent à confusion. Le professeur passe dans chaque groupe pour les aider à surmonter d’éventuelles difficultés.

  • Des étudiants de groupes différents se réunissent et chaque étudiant doit faire répéter ses phrases aux autres sans montrer sa fiche. Selon le niveau du groupe, les étudiants peuvent, au préalable, présenter le vocabulaire difficile en donnant des synonymes ou des définitions simples.

  • La phase suivante est la mise en commun et lecture de certaines phrases avec correction du professeur et rappel de certaines règles.

  • Chaque étudiant doit ensuite écrire un « tongue twister ». On pourra aider des groupes plus faibles en leur distribuant la photocopie d’une page de dictionnaire indiquant la transcription phonétique des mots.

  • Les étudiants doivent mémoriser leur « tongue twister » avant de le faire répéter par d’autres étudiants.

  • L’activité se termine par une nouvelle mise en commun avec correction par le professeur.

5Durée moyenne de l’activité
L’activité dure en moyenne 30 minutes : 5 minutes de préparation, 5 minutes d’oral, 5 minutes de correction, 5 minutes d’écriture, 5 minutes d’oral et 5 minutes de correction.

Commentaires

6Le professeur doit faire preuve d’une grande flexibilité dans la mise en œuvre de cette activité, en adaptant à la fois la difficulté des fiches de travail et le déroulement du cours en fonction du niveau du groupe. Ainsi, le travail sera plus guidé pour des étudiants de niveau A2 ou B1 alors que, pour des étudiants de niveau B2 ou C1, on pourra aborder des nuances plus fines et demander de mémoriser les « tongue twisters » ou de se passer de dictionnaire pour l’écriture.

7Cette activité pédagogique permet à tous les étudiants de la classe de prendre la parole pendant quelques minutes sans se soucier de la pertinence de la production orale en fonction d’une question posée ou d’un document à commenter. Ne prennent donc pas uniquement la parole ceux qui « savent ». D’autre part, comme il ne s’agit pas d’un exercice d’expression stricto sensu puisqu’ils n’ont pas à « composer » tous les énoncés, les étudiants peuvent se concentrer sur la correction phonétique de leur production.

8La dimension ludique de l’activité et le jeu avec les sons et les mots ainsi que le caractère répétitif du travail facilitent l’assimilation de certaines règles.

9Une fois la méthodologie de travail assimilée, cette activité peut servir de base à d’autres activités plus courtes, s’appuyant sur d’autres « tongue twisters » ou sur des histoires drôles. Le professeur peut, par exemple, distribuer en début de cours un ou plusieurs textes plus ou moins longs en indiquant la définition et la transcription phonétique des principales difficultés lexicales. Les étudiants disposent ensuite de quelques minutes pour se préparer à les lire ou pour les mémoriser.

Haut de page

Annexe

Fiche de travail « tongue twisters »

Fiche de travail « tongue twisters »
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fiche de travail « tongue twisters »
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/658/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Schultz, « L’enseignement de la phonétique avec des « tongue twisters » », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 3 | 2010, 114-116.

Référence électronique

Fabrice Schultz, « L’enseignement de la phonétique avec des « tongue twisters » », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 3 | 2010, document 10, mis en ligne le 05 avril 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/658 ; DOI : 10.4000/apliut.658

Haut de page

Auteur

Fabrice Schultz

Fabrice Schultz occupe un poste de PRAG à l’École Nationale Supérieure de Chimie de Mulhouse.
Schultzfabrice@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page